Comment ouvrir ou reprendre un restaurant ? Le guide complet

 

Vous êtes intéressé par l’idée de créer un restaurant ? Alors ce guide est fait pour vous !

Ce guide est en réalité un mode d’emploi pour ouvrir un restaurant grâce auquel vous découvrirez les différentes étapes par lesquelles vous devrez passer pour mener à bien votre projet entrepreneurial…

ouvrir un restaurant avec succes

ETAPE 1 : L’étude de marché

 

A.   Pourquoi et quand faire une étude de marché ?

Vous avez trouvé une idée d’activité pour lancer votre projet entrepreneurial et vous êtes désormais convaincu par son excellence et/ou son originalité ? C’est très bien, mais ce n’est malheureusement pas suffisant. Il reste maintenant à convaincre d’autres personnes, autres que vos proches, que votre projet d’ouverture d’un restaurant est rentable et que le marché sur lequel vous souhaitez vous implanter offre de belles opportunités.

Pour cela, il vous faut réaliser une étude de marché afin de démontrer un besoin existant et mettre en lumière un manque de restaurant de type gastronomique/ fast food/ indien/ italien/ ou autre,… dans votre quartier, justifiant ainsi le fait que vous souhaitez vous y implanter. D’ailleurs, l’étude vous permettra aussi d’avoir une idée plus éclairée quant aux restaurateurs concurrents et aux barrières à l’entrée de ce marché afin de déterminer votre stratégie commerciale.

 

Le fait de faire une analyse complète de votre marché peut vous paraître long. Pourtant, il s’agit d’une étape incontournable avant de vous lancer à 100% dans le développement de votre projet et surtout qui vous fera gagner du temps. Sans étude de marché, vous n’aurez donc aucune certitude que votre produit/ service est viable et donc vous n’arriverez pas à convaincre de potentiels financeurs et/ ou partenaires. Il vous faudra donc revenir sur vos pas et établir une effectivement une étude du marché que vous souhaitez exploiter.

Grâce à cette étude, vous pourrez d’ailleurs réduire le temps de démarrage une fois votre projet lancé du fait de la connaissance de vos clients et de la stratégie commerciale que vous aurez préalablement définie. En d’autres termes, vous obtiendrez vos premiers clients bien plus rapidement car vous aurez optimisé votre offre.

 

B.   Les 3 éléments fondamentaux de l’étude de marché d’un restaurant

Pour mener à bien l’étude de marché de votre restaurant, nous allons vous lister les 3 éléments fondamentaux de l’étude de marché, spécifiques à l’ouverture d’un restaurant :

  • L’ENVIRONNEMENT DU RESTAURANT : L’étude de marché commence généralement par une étude de l’environnement du restaurant et permet notamment de répondre aux questions suivantes:
  • Quelle est la place de la restauration dans la tradition nationale mais surtout régionale ?
  • Quelles sont les habitudes de consommations dans votre pays, votre ville, votre quartier ?
  • Quelles sont les caractéristiques de votre zone de chalandise ? Prédominance de bureaux, de résidences principales/secondaires ?

Toutes ces questions vous permettront de définir les opportunités de votre environnement et donc le besoin auquel vous souhaitez répondre. Gardez en tête qu’un mauvais emplacement est l’une des causes principales de défaillance d’un restaurant c’est pourquoi vous devez faire preuve de rigueur et d’un bon esprit d’analyse pour choisir l’endroit où sera situé votre restaurant.

 

  • LA DEMANDE DANS LA ZONE DE CHALANDISE DE VOTRE RESTAURANT : En clair, vous devez enquêter sur le terrain, en observant, en administrant des questionnaires, de façon à connaître sur le bout des doigts le profil et les habitudes de vos futurs clients. Vous pourrez ainsi déterminer de façon cohérente un emplacement, une politique de prix adapté, des horaires d’ouverture

 

  • LA CONCURRENCE AUTOUR DE VOTRE RESTAURANT: L’analyse de la concurrence sonne comme une évidence. Quelles sont les forces en présence? Le marché est-il saturé ? Qui sont vos concurrents ? Au-delà de l’analyse de l’existant, veillez à vous informer sur les projets futurs. Il serait dommage de s’apercevoir, après 2 mois d’activité, de l’ouverture d’une grande chaîne à forte notoriété à une rue de chez vous…

 

C.   Conseil d’entrepreneur : « Apprenez à connaître votre clientèle dès le début »

Connaître sa clientèle est effectivement le premier pas vers la réussite. Alors n’attendez plus et allez à leur rencontre ! Soyez à l’écoute de votre clientèle, de leurs besoins et de leurs envies pour vous aider à développer votre projet.

 

Mais une fois votre business lancé, pas question de laisser votre clientèle de côté ! Il s’agirait d’une erreur de se dire que vous n’avez plus besoin de consulter l’avis de vos clients en raison de la réussite actuelle de votre projet.

Comme le font  Adrien Blandin et Arthur Joannard, créateurs de canalmatch.com, soyez proche de vos clients car ils vous font confiance. Par exemple, ces deux fondateurs organisent chaque mois des rencontres avec leurs joueurs les plus actifs. En étant investis auprès de leurs sportifs, ces derniers leurs font régulièrement part de leurs envies pour le site ou des éventuels bugs qu’ils trouvent.

Vous l’aurez compris, il s’agit donc d’un excellent moyen pour améliorer votre business de jour en jour, même après plusieurs années d’existence.

 

 

 

D.   Quels outils utiliser pour réaliser une étude de marché ?

Pour réussir votre étude de marché, plusieurs outils d’analyse s’offrent à vous.

 

1.     L’analyse PESTEL

L’analyse PESTEL est une méthode d’analyse stratégique incontournable lors de la réalisation d’une étude de marché. En procédant à cette analyse, il convient de poser des questions ayant une dimension macro-économique. Les différents facteurs d’analyse à prendre en compte pour développer votre projet sont les suivants : Politique, Économique, Sociaux, Technologique, Écologique et Légaux.

 

Cette analyse est très utile car elle :

  • Fournit un cadre simple et facile à utiliser pour votre analyse macro-économique
  • Implique des compétences et qualifications interdisciplinaires ;
  • Aide à réduire l’impact des menaces potentielles sur votre entreprise ;
  • Encourage le développement d’une réflexion stratégique au sein de votre structure ;
  • Fournit un mécanisme permettant à votre entreprise d’identifier et d’exploiter de nouvelles opportunités ;
  • Permet d’évaluer les implications d’entrée à de nouveaux marchés aussi bien au niveau national qu’au niveau mondial.

 

L’outil d’analyse PESTEL peut être complété avec une analyse SWOT permettant de déterminer les options offertes dans un domaine d’activité stratégique.

 

2.     La matrice SWOT

L’analyse SWOT permet à l’entreprise de réaliser une évaluation de son environnement externe et de son environnement interne. On entend par externe tout ce qui échappe au contrôle de la structure tel que l’évolution du marché, la fluctuation de la monnaie, le climat concurrentiel ou encore le cadre juridique. L’analyse interne tient de ce que l’entreprise dispose en propre tel que sa technologie, ses moyens financiers, ses moyens humains et logistiques, son niveau d’expertise, sa notoriété mais aussi ses parts de marché.

La traduction littérale du mot « SWOT » signifie :

  • S : Strengths (en anglais) = Forces
  • W : Weaknesses (en anglais) = Faiblesses
  • O : Opportunities (en anglais) = Opportunités
  • T : Threats (en anglais) = Menaces

 

Cette matrice va donc vous permettre de réaliser un diagnostic avant de lancer votre projet actuel et d’évaluer sa pertinence. Cette analyse figure généralement dans votre business plan c’est pourquoi nous vous conseillons de choisir le format d’un tableau pour rendre votre étude plus attractive.

3.     Utiliser Google Adwords

Réussir son étude de marché ? C’est possible grâce à Google Adwords !

Google Adwords est la régie publicitaire de Google. C’est un système de référencement très utilisé par les gérants d’entreprise afin de promouvoir leurs produits/services.

Google Adwords a une autre utilité. Il vous permet de sonder un marché en ligne afin de vous aider dans votre étude de marché. Ce système vous permettra de connaître notamment le nombre de recherches mensuelles d’un mot clé sur Google ou encore de savoir quels sont les autres mots clés associés à notre mot clé principal. Mais à quoi ça sert ?

Tout simplement à savoir si votre thématique et/ou votre produit intéressent les internautes et dans quelle mesure.

 

4.     Quelques sites internet pour vous aider dans la recherche de données

La recherche documentaire est une étape très importante pour réussir son étude de marché c’est pourquoi nous avons choisi de vous présenter 5 sites incontournables qu’il est fortement recommandé d’utiliser :

  • ODIL: Un outil d’aide au diagnostic d’implantation locale.
  • UBIFRANCE: Un spécialiste dans le conseil des entreprises qui veulent se développer à l’export.
  • L’INSEE(Institut National de la Statistique et des Études Économiques) : Un site permettant d’obtenir de nombreuses informations économiques à propos de la consommation, du pouvoir d’achat, de la démographie,…
  • XERFI: Le médiateur du monde économique qui donne libre accès à de nombreuses données macroéconomiques.
  • GOOGLE ADWORD ET GOOGLE TRENDS: Deux outils proposés par Google permettent de connaître respectivement le nombre de recherches mensuelles d’un mot clé.

ETAPE 2 : Réfléchir à son business model

A.   Qu’est-ce qu’un business model ?

Le business model (« modèle d’affaires » en français) est un document qui décrit la façon dont votre restaurant va générer des revenus et être/devenir rentable. En d’autres termes, un business model doit analyser le mécanisme de création de valeur.

 

En pratique, cela revient à :

  • Décrire ce que vous allez vendre et auprès de quels clients;
  • Définir la valeur apportée: Quel est l’avantage compétitif de votre service (prix, qualité, repas originaux, un chef d’exception…) ;
  • Analyser des données de marché: Les offres existantes et la demande ;

afin d’élaborer les plats que vous allez proposer et d’en tirer les prix auxquels vous allez les offrir.

 

B.   Quels sont les fondamentaux d’un business model ?

Le business model comprend plusieurs parties interdépendantes qu’il convient de développer afin d’avoir une vue d’ensemble sur le mécanisme de création de valeur de votre restaurant.

 

PARTIE 1 : Proposition de valeur

Quel service proposez-vous ?

En quoi êtes-vous différent de vos concurrents ?

PARTIE 2 : Segments clients (la cible)

A qui profite l’offre de valeur ?

 

PARTIE 3 : Les canaux

Quels sont les canaux de distribution (sur place, à emporter, en livraison, …) que vous allez utiliser pour vendre votre service ?

Quels canaux allez-vous utiliser pour la communication/ la publicité de votre restaurant (les réseaux sociaux, la télévision, la presse, …) ? Trip Advisor est-il un bon moyen pour effectuer la pub de son restaurant ?

 

PARTIE  4 : Relation clients

De quelle manière comptez-vous attirer et fidéliser vos clients (service d’exception, programme de fidélité, …) ?

 

PARTIE 5 : Les activités clés

Quelles sont les principales activités qui permettent à votre restaurant de fonctionner (service à table, buffet, cours de cuisine, …) ?

 

PARTIE 6 : Les ressources clés

De quels types de ressources (matérielles, immatérielles, humaines, financières, …) avez-vous besoin pour votre restaurant?

 

PARTIE 7 : Les partenaires clés

Qui sont vos partenaires stratégiques (fournisseurs, distributeurs, …) et quelles sont vos motivations pour ces partenaires (qualité, gain de temps, optimisation financière, …)

 

PARTIE 8 : Les flux de revenus

De quelle manière allez-vous générer du chiffre d’affaires ? Vos clients vont-ils payer un prix fixe ou un prix variable ? Un prix dégressif ?

 

PARTIE 9 : La structure des coûts

Quelles seront vos charges fixes (loyer, honoraires, …) et vos charges variables (matières premières, sous-traitance, …) ? Détaillez dans la mesure du possible vos coûts par activités.

 

C.   Les différents business model dans la restauration

Dans la restauration, il existe différents business model plus ou moins courants.

Chaque business model a une influence très différente sur la partie financière du business plan, c’est pourquoi il faut bien comprendre les hypothèses clés de chaque système économique.

 

  • Premièrement, on distingue le business model dit « classique »:

C’est le business model que l’on rencontre le plus souvent. Une marge est appliquée à un coût de revient. Le coût de revient correspond à ce qu’a coûté le plat jusqu’à son arrivée dans l’assiette du client. C’est-à-dire que l’on va additionner le coût de la matière première, mais aussi le coût du temps passé à cuisiner, le coût de l’approvisionnement, le coût du service, des charges d’électricité (chaque coût est ramené unitairement), ensuite on applique un coefficient multiplicateur au coût de revient pour obtenir un prix de vente.

 

  • Un business model devient de plus en plus courant, il s’agit du business model de « l’illimité » où vous payez une somme fixe pour pouvoir consommer de façon illimitée. Assez curieusement les prix dans ce type de restaurant sont souvent moins chers que dans des restaurants classiques. Plusieurs éléments expliquent le succès de ce business model:
  • Quantités commandées élevées => meilleur prix auprès des fournisseurs, économies d’échelle
  • Nourriture qui demande peu de préparation => Surgelé / Traiteur
  • Mise à disposition de produits annexes pour améliorer la rentabilité => boissons notamment (qui ne font pas forcément parties de l’offre).

 

  • Un autre business model assez original dans le monde de la restauration est le business model du « pay what you want » qui consiste à payer ce que vous voulez ! D’après les différents retours d’expérience les résultats sont plutôt bons, les consommateurs payant 2 à 3 € plus cher que le prix de base, souvent par peur de ne pas donner assez ! C’est cependant un système économique qui, pour l’instant, a été essayé sur une courte durée, environ 1 mois, dans l’optique de repositionner le prix de l’offre.

 

  • Enfin, le business model du « paiement au poids » est une stratégie relativement simple qui consiste à payer ce que vous prenez en fonction du poids. Ce qui permet de consommer exactement ce que l’on veut et de moins gâcher. Pour l’instant les restaurants qui l’ont expérimenté ont déterminé un prix fixe pour tous les aliments que ce soit de la viande, du poisson ou des légumes. Mais les restaurateurs s’y retrouvent car certains légumes sont très peu chers à l’achat (comme les lentilles).

 

D.   Quelques conseils pour faire votre business model

Le business model est déterminant pour la suite de votre entreprise car il donne une vision globale de votre activité. Pour vous aider dans la conception de votre business model, nous avons listé les 4 conseils qui vous seront utiles :

 

  1. Supprimez les intermédiaires pour réduire les coûts: La désintermédiation est un terme qui désigne le fait de supprimer les intermédiaires au profit des transactions directes. Cette stratégie a pour principal objectif la réduction des coûts. En effet, en ne passant plus pas un intermédiaire pour subvenir aux besoins de votre business, il est évident que vous n’aurez pas de frais pour ces services. Guillaume JORAND et Bruno LAPEYRE, tous les deux co-gérant de Tripconnexion nous ont expliqué en quoi est ce qu’ils ont pu baisser leur coûts et augmenter la qualité du service grâce à la désintermédiation.

 

  1. Pensez d’abord aux clients et les profits suivront: En effet, un service testé et répondant aux attentes des clients est un service qui fera très certainement du profit. En d’autres termes, nous vous conseillons donc de vous concentrer sur ce qu’il plaît aux clients de votre zone de chalandise en terme de repas ou de type de cuisine avant de penser à vos profits. Alors pensez volume d’affaires, nombre d’utilisateurs et croissance exponentielle avant de penser à tirer des profits à court terme.

 

  1. Travaillez sur votre USP: L’unique selling proposition ou unique value proposition, en français proposition unique de vente ou proposition de valeur unique, est un argument de vente qui vous différencie de vos concurrents. Il est donc essentiel de travailler son USP afin de dégager un avantage concurrentiel et dans le but de se démarquer sur votre marché. L’USP peut porter sur du tangible ou intangible mais doit être durable et créer de la valeur.

 

  1. Enfin, gardez en tête qu’un business model n’est pas figé: N’ayez pas peur d’ajuster votre business model, de faire des changements et d’entreprendre de nouveaux axes de développement car c’est en testant y analysant que vous trouverez le chemin du succès. Pour comprendre les évolutions concrètes que peut avoir votre business model, nous vous invitons à lire l’interview de Cyrille CHEMAMA, fondateur d’HOM’aide, qui nous raconte comment est-ce que son business model a évolué.

ETAPE 3 : Modéliser les hypothèses clés de son projet grâce à un business plan

A.   Qu’est-ce qu’un business plan et pourquoi en faire un ?

La définition de business plan est : un document écrit qui raconte l’histoire de votre projet et démontre sa création de valeur et sa faisabilité. C’est en quelque sorte une feuille de route qui découle du business model de l’entreprise et permet de faire une évaluation de projet. Le business plan formalise par écrit les projections futures d’évolution de l’entreprise grâce à des analyses stratégiques et des prévisionnels financiers. Il démontre la création de valeur de votre projet et sa pérennité.

 

Mais pourquoi un restaurateur doit-il rédiger un business plan ?

Au même titre que n’importe quelle société, un restaurant nécessite la conception d’un business plan. Bien souvent, qu’il décide de monter son propre concept ou qu’il devienne franchisé d’une chaîne, l’entrepreneur va avoir besoin d’un concept rodé, d’une clientèle identifiée, d’un prêt bancaire et/ou d’investisseurs pour faire émerger et grandir son projet d’où la nécessité de concevoir un business plan.

Pour faire clair, concevoir un business plan vous sera utile pour répondre à un certain nombre de questions essentielles et vous assurer de la viabilité de votre projet de création d’un restaurant.

  • Premièrement, le business plan vous forcera à réaliser une étude de marché.

Comme nous l’avons vu précédemment, l’étude de marché pour un restaurant revêt une importance particulière. Elle vous permettra de définir votre type de clientèle, d’estimer votre chiffre d’affaires prévisionnel, et d’adapter votre offre. Pour définir votre emplacement, vous devez impérativement vous déplacer sur le terrain pour observer la concurrence, et sonder le potentiel de développement de votre activité.

  • Aussi, on dit qu’un business plan est utile d’un point de vue financier car il vous permettra d’avoir une conception précise de vos modes de financement et de réaliser un montage financier prévisionnel.

 

B.   Les parties essentielles d’un business plan

Le business plan fait apparaître 2 parties très distinctes à savoir la partie stratégique et la partie financière.

 

1.     La partie stratégique

La partie stratégique (ou qualitative) est une partie du business plan qui doit être dédiée à l’exposition de données, de recherches et d’études permettant ainsi de dessiner une première approche stratégique de votre projet et de mettre en lumière votre business model.

 

Parmi les éléments incontournables à la partie qualitative, on y retrouve notamment la présentation de l’entreprise, du service et du marché. Il convient également de présenter les clients et ses concurrents avant d’exposer la stratégie que vous souhaitez mettre en place. La présentation des étapes du projet est une partie essentielle du business plan puisqu’elle permet de situer votre lecteur dans le temps et d’apporter une dimension réelle à votre projet. Enfin, il est possible d’effectuer une analyse SWOT mais celle-ci est facultative.

 

2.     La partie financière

La partie financière permet concrètement de mettre en lumière les coûts et les recettes que votre restaurant devrait générer ainsi que les investissements (corporels et incorporels) nécessaires pour créer votre restaurant.

 

Dans cette partie, nous vous conseillons notamment de mettre en évidence les indicateurs suivants :

  • Le chiffre d’affaires prévisionnel,
  • Les charges fixes et variables prévisionnelles
  • Le compte de résultat prévisionnel,
  • Le bilan prévisionnel,
  • La CAF,
  • Le BFR,
  • Les capitaux propres,
  • Et d’effectuer une analyse de la rentabilité.

 

Mais avant de vous lancer dans la conception de votre business plan, il est important que vous ayez à l’esprit les principales erreurs commises par les restaurateurs qui les ont mené à un échec.

  • Premièrement, la sous-estimation des coûts est l’un des éléments principaux qui poussent à la fermeture d’un restaurant c’est pourquoi nous vous conseillons de prévoir plus large que ce que vous estimez dans votre prévisionnel financier.
  • Tout faire tout seul est une autre idée noire qui pourrait vous traverser l’esprit et que vous devez totalement laisser de côté. En effet, il est rare qu’un entrepreneur qui souhaiterait ouvrir un restaurant ai à la fois un savoir-faire remarquable en cuisine, et un diplôme de finance pour gérer la partie gestion financière de la structure. C’est pourquoi nous pouvons que vous conseiller de vous armer de spécialises de chaque domaine afin de mener à bien les différents projets de votre restaurant.
  • Enfin, le dernier conseil que nous pouvons vous donner est de prendre votre temps. Lorsqu’on ouvre un restaurant, l’excitation est au rendez-vous. On veut tout très vite. On n’est plus salarié, l’argent ne tombe plus toutes les fins de mois sur le compte en banque. Il est urgent de voir réapparaître des montants au crédit. L’impatience fait du coup son apparition. La lucidité ne doit pas être perdue pour autant. Alors prenez le temps de bien établir ces prévisions financières. Prenez le temps de bien vous entourer car quand les erreurs sont commises, il est très difficile de faire marche arrière.

 

5 spécifiés d’un business plan pour restaurant

 

Dans cette partie, vous allez découvrir les 5 caractéristiques essentielles que l’on doit retrouver dans un business plan quand on se lance dans le secteur de la restauration.

 

1.     L’analyse du marché

Le business plan d’un restaurant va vous permettre d’analyser toutes les informations spécifiques du marché ciblé:

  • Le chiffre d’affaires global que représente le marché,
  • Les catégories de clients qui forment ce marché
  • et son potentiel de développement.

 

2.     L’étude du concept

Le business plan d’un restaurant montrera à votre interlocuteur que vous avez bien étudié votre marché. Votre concept devra répondre aux besoins identifiés dans l’analyse du marché. Le concept va associer originalité et réponse à la demande de la clientèle. Votre business plan décrira en quoi va consister votre concept, en quoi il est différent par rapport aux concurrents présents sur le marché.

 

3.     Le choix de l’emplacement

Le choix de l’emplacement pour un restaurateur conditionnera le succès ou l’échec de son projet. Supposons qu’il veut ouvrir un restaurant spécialisé dans les steaks et le barbecue. Vous comprendrez bien qu’il condamnerait son projet en décidant d’ouvrir son restaurant dans une zone à majorité végétarienne !

 

4.     L’analyse des contraintes réglementaires

Chaque secteur d’activité a ses propres contraintes réglementaires. Celui de la restauration en connaît plusieurs. Le business plan pour un restaurant va vous permettre de les identifier afin de les respecter.

Supposons que vous voulez ouvrir un restaurant où vous vendrez de la bière. Il ne faudra pas oublier de prévoir une demande de licence pour vendre de l’alcool.

Une autre contrainte est liée aux règles d’hygiène. Votre  business plan devra prévoir des démarches de déclaration auprès des services habilités.

 

5.     L’étude de l’organisation du personnel

Le personnel est lui aussi la clé de la réussite d’un projet de restauration. Vous aurez besoin des serveurs et des cuisiniers voire d’un barman. Le business plan va vous aider à vous poser les bonnes questions et à quantifier vos besoins :

  • Quel poste à pourvoir
  • Quelles sont les compétences exigées
  • Quel salaire
  • Quelle organisation

 

D.   Conseils et erreurs à éviter

Beaucoup de français souhaitent ouvrir leur restaurant. Il leur faut souvent rédiger un business plan pour convaincre la banque de leur prêter une partie des fonds voire pour lever un peu de capital. Néanmoins, certaines erreurs, que l’on retrouve pourtant dans de nombreux business plan, sont à proscrire notamment :

  • Une mauvaise anticipation du volume de personnel
  • Avoir un positionnement non adapté
  • Privilégier le lieu à la localisation

E.   Notre liste d’outils pour réaliser une présentation claire et soignée

 

  • Tout d’abord, nous vous conseillons d’utiliser Powerpoint et de laisser de côté Word. Au vu des progrès informatiques et de la nouvelle ère digitale qui se sont mis en place au cours de ces dernières années, PowerPoint est un logiciel qui coïncide bien mieux avec les attentes des investisseurs d’aujourd’hui. Mais pourquoi ? Tout simplement parce que de nouveaux outils ont été ajouté à PowerPoint pour vous permettre d’être toujours plus créatif. Grâce à PowerPoint, votre business plan sera une présentation claire et dynamique, soit parfaite pour convaincre votre interlocuteur.

 

 

  • Pour vous faciliter la vie lors de la modélisation des hypothèses financières, nous vous conseillons d’utiliser le logiciel business plan Excel confectionné par nos soins. Avec notre logiciel, les calculs sont automatisés, les ratios clés sont visibles en un coup d’œil et plus de 600 données sont facilement paramétrables.

Vous l’aurez compris, avec cet outil, votre modèle financier sera une réussite !

 

  • Vous avez terminé votre business plan ? Félicitations ! Mais comment juger si votre business plan est bon ? Avec cette grille d’analyse, vous obtiendrez une note selon différents critères et vous pourrez ainsi corriger vos erreurs. Cette grille d’utilisation est automatisée sur Excel et facile d’utilisation ; vous n’aurez donc pas de mal à vous mettre dans la peau d’un véritable jury. Rien de mieux pour perfectionner votre business plan !

 

  • Enfin, malgré tous ces outils que nous mettons à votre disposition, nous vous conseillons vivement de vous faire accompagner durant cette étape qui s’avère cruciale pour le développement de votre business.

Pour toute question/ accompagnement sur la modélisation de votre business plan, n’hésitez pas à nous contacter au 0609174106. Nous serons ravis de vous aider.

 

 

 

 

 

 

ETAPE 4 : Les différentes formalités juridiques

Dans cette partie, vous allez découvrir certaines procédures juridiques par lesquelles il faut passer lorsque vous envisagez l’ouverture d’un restaurant.

 

A.   Le choix du statut juridique

L’étape du choix du statut juridique est une étape très importante pour un entrepreneur. Mais il est vrai qu’il n’est pas toujours évident de trouver le statut qui correspond le mieux à nos besoins, c’est pourquoi nous avons listé les questions que vous devez vous poser lors du choix du statut juridique.

  • Tout d’abord, il est important de se demander si un ou plusieurs entrepreneurs sont engagés dans le projet car le statut juridique ne sera pas tout à fait le même.

Si vous souhaitez entreprendre seul, quatre statuts s’offrent à vous : l’entreprise individuelle ou l’entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL), le statut d’autoentrepreneur, l’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) ou la société par actions simplifiées unipersonnelle (SASU).

Si vous êtes plusieurs à piloter le projet, vous pourrez opter pour la SARL (Société À Responsabilité Limité), un statut qui dispose des mêmes caractéristiques que l’EURL ou pour la SAS (Société par Actions Simplifiées), un statut juridique identique à la SASU.

  • Lorsque vous envisagez le développement d’un projet mais que votre entreprise n’est pas encore légalement créée, vous devez vous questionner le statut le plus adéquate pour une startup. Selon Jérôme Buffo, fondateur de NosOffresEnCours, la SAS (ou SASU) est le statut privilégié par les startups car il s’agit d’un statut « ni trop lourd no trop léger ». La SARL (ou EURL) est un statut qui peut également être envisagé par les startups même s’il s’agit d’un statut plus encadré que celui du SAS/ SASU.
  • Enfin, lorsque vous créer une entreprise, nous vous conseillons de vous demander si vous aller avoir recours à une levée de fonds ou non car cela pourra vous aider dans e choix du statut juridique. Si vous ne projetez pas de lever des fonds dans les périodes à venir, nous vous recommandons d’opter pour la SARL. C’est notamment ce qu’a fait Arnaud Vucher-Bondet, gérant associé de L4M (Looking For Motion), une société de recrutement et de formation.

 

B.   Les lois et formations à connaître quand on ouvre un restaurant

Si vous souhaitez ouvrir un restaurant, alors, il est impératif que vous preniez connaissance des lois et formations relatives au secteur de la restauration.

Les principales sont les suivantes :

 

C.   10 erreurs juridiques à ne pas commettre lors de l’ouverture d’un restaurant

Pour que cette étape se déroule au mieux pour vous, nous avons rédigé les 10 principales erreurs juridiques à ne pas commettre lors de l’ouverture d’un restaurant. Voici la liste :

  1. Ne pas se faire accompagner
  2. Ne pas avoir de pacte d’associés dès le départ
  3. Ne pas avoir de documents juridiques fiables
  4. Ne pas rédiger de bons contrats de travail
  5. Mal rédiger ses factures
  6. Ne pas protéger la propriété intellectuelle
  7. Mal étudier le bail commercial
  8. Ne pas bien choisir sa structure juridique
  9. Ne pas obtenir une licence de débit de boisson
  10. Ne pas respecter les règles d’hygiène et de sécurité

 

D.   Quelques outils pour vous aider

Afin de vous aider dans votre aventure entrepreneuriale, nous avons fait rédiger par des avocats, tous les documents, modèles et outils indispensables au développement de votre entreprise d’un point de vue juridique. Ces outils sont tous certifiés par des experts et annotés pour vous faciliter leur compréhension et adaptation.

Découvrez sans plus attendre notre sélection d’outils qui vous sera utile lors des démarches juridiques :

    1. Le Pack SASU : Statuts et documents
    2. Le Pack SARL
    3. Statuts EURL et Pack Création
    4. Le Pack EIRL
    5. Le modèle statuts SAS type

 

 

 

ETAPE 5 : Se pencher sur les questions relatives au financement du restaurant

A.   Les différentes options pour financer son restaurant

Pour financer votre restaurant, différentes options s’offrent à vous :

 

  • Si vous avez des économies de côté, vous pouvez donc les mettre à profit de votre business pour financer une partie ou l’intégralité de votre projet. Dans ce cas-là, on parle alors d’autofinancement. L’avantage de ce mode de financement est qu’il permet au(x) fondateur(s) de garder leur autonomie. De plus, il s’agit d’une méthode « gratuite » car aucuns intérêt ou dividendes doivent être versés à une tierce personne. Par contre, l’autofinancement est souvent un apport limité, insuffisant pour financer une accélération de croissance ou un projet à coûts élevés.

 

  • Le recours à un prêt bancaire est souvent envisagé par de futurs restaurateurs de par son coût qui est relativement abordable. En effet, les taux d’intérêts bancaires sont actuellement plutôt bon marché. Par contre, il peut être parfois contraignant d’effectuer un prêt bancaire car le montant emprunté peut être limité (en fonction du taux d’endettement de la personne). Aussi, la banque demande des garanties ce qui peut poser problème.

 

  • Enfin, l’apport en capital est également une méthode de financement très prisée car elle permet généralement de financer l’incertain, chose que la banque ne fait pas. Les investisseurs vont donc choisir les projets qui les intéressent et apporter une certaine somme d’argent directement au capital de la société. En contrepartie, ces investisseurs recevront des parts de la société.

 

B.   5 conseils financiers pour obtenir un prêt professionnel

Pour réussir à obtenir un prêt pour créer votre restaurant, voici 5 conseils qui devront vous aider :

  • Disposer d’un apport personnel minimum
  • Disposer d’un projet prometteur
  • Être un professionnel de restauration
  • Établir le chiffre d’affaires avec prudence
  • Bien présenter son projet au banquier

 

C.   Les aides financières lors de la création d’un restaurant

Plusieurs organismes permettent de disposer de dispositifs d’aide à la création de la structure. On y découvre, entre autres :

  • L’Aide pour les Chômeurs Créant ou Reprenant une Entreprise (L’ACCRE) : elle vous permet de bénéficier d’une exonération des charges sociales (assurance maladie, maternité, invalidité, décès, retraite basique) sur une partie de la rémunération ;
  • Le dispositif NACRE (Nouvel Accompagnement pour les Créateurs et Repreneurs d’Entreprise) : en vertu duquel vous profitez d’une aide au montage, d’une aide à la structuration financière, et d’un accompagnement lors du démarrage et du développement de votre entreprise. Il s’adresse aux jeunes 18-25 ans, aux salariés repreneurs de leur entreprise en difficulté ainsi qu’aux bénéficiaires du minima sociaux.
  • Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise (ARCE) : il s’agit d’une aide attribuée en vue de faciliter vos démarches d’entrepreneurs, qui correspond à un versement de capital – équivaux à 45 % du reliquat des allocations chômage, versé en deux tranches.
  • Prêt d’honneur : c’est un crédit à taux d’intérêt nul accordé suite à la création ou à la reprise d’entreprise. Il est alloué sur dossier, sans présenter des garanties ou des cautions.
  • Le Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise (CAPE) : s’adressant aux personnes en difficultés d’insertion, il s’agit d’une aide à la création et reprise d’entreprise, octroyée par une société ou une association durant la phase préparatoire et le lancement d’activité, à un entrepreneur souhaitant initier son projet.
  • Vous pouvez également bénéficier d’autres possibilités de subventions en se renseignant auprès des collectivités territoriales

Cette fiche vous a plu ?

 

Partagez-la !

 

Nos fiches pratiques qui pourraient vous servir

Juridique
10 erreurs juridiques à ne pas commettre lors de l’ouverture d’un restaurant

L’ouverture d’un restaurant constitue, d’un point de vue juridique, un véritable parcours du combattant. Voici les 10 erreurs juridiques à éviter !

Découvrir
Ouvrir ou reprendre un commerce
Comment financer le rachat d’un restaurant : les plus et les moins

Vous souhaitez racheter un restaurant mais vous ne possédez pas les fonds nécessaires ? Vous vous demandez quels sont les moyens qui vous permettront de trouver les fonds pour financer votre projet ? Cet article vous donne les clés pour y arriver. 

Découvrir
Levée de fonds
Comment obtenir un financement pour son restaurant

Retrouvez nos 5 conseils financiers pour obtenir le financement dont vous avez besoin pour votre restaurant.

Découvrir
Ouvrir ou reprendre un commerce
Reprendre un restaurant : quelles étapes ?

Comment procéder à la reprise d’un restaurant ? Quelles sont les étapes à suivre pour le rachat d'un restaurant ?

Découvrir

Vous avez une question,
un besoin ?

Que ce soit pour votre banque ou pour lever des fonds, notre expert vous aidera à vous poser les bonnes questions, à choisir les bonnes options stratégiques, trouver un business model pertinent et rédigera un business plan convaincant aux yeux des financeurs.

Consultant business plan

Gaëtan Baudry

N’hésitez pas à le contacter pour tous vos besoins

06.09.17.41.06

restez informés sur nos dernières sorties

Inscrivez vous à notre newsletter !

Newsletter

Contactez un expert en business plan et levée de fonds