> Dossiers > Le prévisionnel financier du business plan

Réussir le prévisionnel financier de son business plan

La modélisation financière est une étape indispensable si vous souhaitez convaincre des investisseurs ou des banques, mais pas que… Un bon prévisionnel financier vous permettra de piloter la gestion de votre entreprise avec succès et d’anticiper les excédents (ou insuffisances) de trésorerie, les périodes d’investissement (ou de financement),…

Mais quels sont les fondamentaux quant à la modélisation des hypothèses financières ? Quels sont les principaux éléments financiers à présenter et comment les interpréter ? A la fin de ce dossier, vous serez plus fort que votre expert comptable !

hypotheses financieres

Présenter les documents comptables prévisionnels

 

A. Les soldes intermédiaires de gestion (SIG): un élément essentiel pour vos prévisions financières…

 

Les soldes intermédiaires de gestion sont un outil d’analyse financière indispensable car ils présentent une indication quant à la rentabilité de l’entreprise et la viabilité du projet.

 

On compte 8 soldes intermédiaires de gestion :

  • La marge commerciale
  • La production de l’exercice
  • La valeur ajoutée
  • L’excédent Brut d’Exploitation
  • Le résultat d’exploitation
  • Le résultat courant avant impôt
  • Le résultat exceptionnel
  • Le résultat de l’exercice

 

Ces résultats sont exprimés en valeur absolue et sont liés au compte de résultat, dont ils présentent une vision complémentaire. Ils vous permettront également de déterminer votre point mort ou seuil de rentabilité.

 

B. …qui découlent du compte de résultat prévisionnel : un document indispensable pour piloter votre entreprise…

 

Les hypothèses du chiffre d’affaires ainsi que des charges fixes et variables sont des prévisions financières essentielles pour réussir à lever des fonds ou juste à réaliser un business plan. Pour cela, il convient d’effectuer un compte de résultat prévisionnel.

Ce document comptable a pour objectif de mettre en évidence le potentiel bénéfice (ou  perte) afin de prouver (ou non) la rentabilité de l’entreprise aux financeurs potentiels. Généralement, ce n’est pas grave si votre business est en perte les premières années, car il est certain qu’il faut convenu qu’il est normal au lancement de devoir réaliser d’importants investissements au début. Toutefois, il faut essayer de faire en sorte que votre entreprise soit rentable aux alentours de la troisième année.

 

Pour aider votre financeur à comprendre les dépenses et recettes entreprises, il est nécessaire de mettre en avant le chiffre d’affaires, la marge brute, le REX (Résultat d’Exploitation), le résultat net, l’EBIT et l’EBITDA au sein de votre compte de résultat. Attention à ne pas confondre le mot « EBIDTA » avec celui d’« EBIT » ; l’EBITDA étant le résultat opérationnel avant provisions et amortissements alors que l’EBIT prend en compte les provisions et amortissements.

 

C. …mais qui ne se substituent pas au bilan prévisionnel.

Le bilan est un état relativement normalisé, présentant la situation patrimoniale (actifs et passifs) de l’entreprise à un moment donné. C’un inventaire plutôt statique. Ce document comptable comporte deux parties : l’actif (les emplois de l’entreprise) et le passif (les ressources de l’entreprise). Mais quelle est l’utilité d’un bilan prévisionnel ?

Ce document vous permet globalement de vérifier si la situation financière de l’entreprise est saine, notamment grâce à l’analyse de différents ratios concernés par le haut du bilan.

Ces ratios peuvent être des ratios de structure, des ratios de rentabilité ou des ratios de solvabilité et d’endettement :

 

RATIOS DE STRUCTURE :

  • État de l’outil industriel = Immobilisations corporelles nettes (amortissement déduit) / Immobilisations brutes
  • Fonds de roulement = capitaux propres/ immobilisations
  • Financement des immobilisations = Capitaux stables/ Immobilisations nettes Importance des investissements = Immobilisations / Actifs total

 

RATIOS DE RENTABILITÉ :

  • Rendements des capitaux propres (Return on Equity) = Résultat net/ Capitaux propres

 

RATIO DE SOLVABILITÉ ET D’ENDETTEMENT :

  • Autonomie financière = Capitaux propres/ Total du bilan
  • Gearing ou Endettement net = Dette nette/ Capitaux propres
  • Indépendance financière long-terme = Capitaux propres/ Capitaux stables
  • Indépendance financière = Capitaux propres/ Endettement financier et bancaire

 

Les capitaux propres (aussi appelés « fonds propres ») sont souvent au cœur des ratios présentés précédemment, c’est pourquoi vous devez comprendre de quoi il s’agit.

Les fonds propres sont des ressources inscrites au passif du bilan apportées par le ou les fondateurs au moment de la création de la société ainsi qu’aux capitaux, générés au cours du temps par l’activité ou par des levées de fonds et laissés à disposition pour financer l’activité. Les capitaux propres doivent être au moins égaux à la moitié du capital social. À défaut, c’est-à-dire lorsque les fonds propres deviennent inférieurs à 50 % du capital apporté par les associés, on parle des capitaux propres négatifs.

Savoir analyser la trésorerie de votre entreprise

A. Le tableau de flux de trésorerie

 

L’analyse des flux de trésorerie est complémentaire de celle du bilan et au compte de résultat. Pour rappel, le compte de résultat met en évidence la performance de l’entreprise et le bilan montre un équilibre financier. Le tableau de flux, quant à lui, permet de raisonner en mode « croissance » et «financement de la croissance» de façon beaucoup plus dynamique qu’aucun autre. Le tableau de flux plait beaucoup aux chefs d’entreprise / entrepreneurs car sa lecture est 100% cash (à contrario du Bilan et P&L).

 

Le tableau de flux de trésorerie est composé de trois types de flux :

  • Les flux de trésorerie d’exploitation : Il s’agit du résultat monétaire issu du compte de résultat soit ce qui a été effectivement encaissé – ce qui a été effectivement payé.
  • Les flux de trésorerie d’investissement: C’est la consommation d’argent pour les investissements corporels, incorporels et financiers.
  • Les flux de trésorerie de financement: Ils concernent l’évolution des financements apportés par les partenaires.

 

Le tableau de flux de trésorerie peut être réalisé de manière directe ou indirecte.

La méthode directe consiste à comptabiliser ce qui rentre et ce qui sort (cash in/cash out) à partir du relevé bancaire. C’est une méthode simpliste bien trop compliquée à utiliser pour les grosses sociétés. La méthode indirecte, quant à elle, reconstitue les flux à partir du compte de résultat. Cette méthode est très souvent utilisée par les grandes sociétés.

 

B. Le free cash-flow (FCF): un indicateur indispensable

Les FCF, Free Cash-Flow, correspondent à des flux de trésorerie disponible afin de connaître le niveau de capacité de l’entreprise à investir ou à payer des dividendes. L’étude du free cash-flow concerne le flux d’exploitation et l’investissement, car il s’agit de l’argent généré par l’entreprise une fois qu’elle a payé l’ensemble des investissements nécessaires à son activité. Pour faire simple, le FCF se calcule de la manière suivante : FCF = Flux d’exploitation – Flux d’investissement

 

Si votre FCF est négatif, cela signifie que votre entreprise a consommé plus d’argent qu’elle en a produit. Il est donc préférable d’avoir un FCF positif même s’il peut arriver d’un free cash-flow négatif ne soit pas forcément une mauvaise nouvelle. En effet, un FCF négatif peut traduire un investissement important, consommateur de trésorerie à l’instant t, mais qui en dégagera en grande quantité à l’avenir.

 

C. Tout comprendre sur le BFR

 

Le BFR, Besoin en Fonds de Roulement, est un indicateur financier très utile pour connaître le besoin de trésorerie nécessaire à l’activité de votre entreprise. Il se calcule très simplement de la manière suivante :

BFR = Créances clients + Stocks – Dettes fournisseurs/ fiscales/ sociales

 

 S’il est négatif, c’est une bonne nouvelle car cela signifie que votre entreprise n’a pas besoin de trésorerie supplémentaire. A contrario, si le BFR est positif cela signifie que votre entreprise a besoin de trésorerie pour financer le décalage entre les décaissements et les encaissements.

 

Pour optimiser votre BFR, vous devez améliorer:

  • le poste créances clients: Plus vous parvenez à réduire les délais de paiement, plus votre BFR sera faible.
  • la gestion des stocks: Une gestion de vos stocks défaillantes peut vous couter.. très cher. Il convient donc de bien planifier et anticiper l’évolution de votre activité à travers le temps.
  • le poste fournisseur: Si vos clients paient à deux mois mais que vous payez vos fournisseurs immédiatement, alors vous comprenez aisément que vous perdez 2 mois de trésorerie. L’idéal est de payer ses fournisseurs au moment où vos propres clients vous paient pour éviter d’avoir  à avancer l’argent.

 

D. Quelques astuces pour améliorer votre trésorerie

 

Pour améliorer votre niveau de trésorerie, voici quelques conseils pour votre gestion financière :

  • Tout d’abord, vous devez impérativement chercher à améliorer votre BFR comme expliqué précédemment.
  • Faites de l’escompte! Cela vous permet de combler un besoin temporaire de trésorerie en transférant ses créances à sa banque. Cette méthode reste bien évidemment beaucoup moins coûteuse que l’emprunt bancaire ou le découvert bancaire.
  • Essayez de diminuer vos coûts et/ ou augmenter les prix de vos produits/services… pour améliorer votre marge commerciale.
  • Enfin, repoussez les investissements qui ne sont pas nécessaires à l’instant t pour votre entreprise.

 

E. Que faire de son excédent de trésorerie?

 

Avoir une trésorerie positive est bien évidemment un signe de bonne santé financière. En effet, il est satisfaisant d’avoir un peu de trésorerie excédentaire afin de subvenir à de potentiels besoins futurs imprévisibles et soudains.

Pourtant, une trésorerie trop excédentaire sur plusieurs périodes peut témoigner d’une mauvaise gestion financière de votre entreprise, car il s’agit de l’argent qui « dort ». Avoir trop de trésorerie ne traduit donc pas une gestion financière optimale car il s’agit de l’argent que vous pouvez utiliser pour tenter de fructifier cette somme monétaire.

 

Pour cela, plusieurs options s’offrent à vous :

  • Faire des placements financiers
  • Faire de l’escompte et le remboursement anticipé des dettes
  • Faire des avances en compte courant
  • Faire de nouveaux investissements.

Quelques indicateurs financiers à connaître…

A. La marge brute, la marge nette et la marge commerciale

1. Qu’est ce que la marge brute?

La marge brute correspond à la différence entre le prix de vente HT et le coût d’achat/ de production HT. Attention, la marge brute n’est pas l’équivalent du résultat net, car elle ne comprend que certaines charges d’exploitation.

À partir de la marge brute, il vous est totalement possible de calculer le taux de marge brute en divisant le montant de la marge brute obtenue par le chiffre d’affaires réalisé sur la période. La confusion est souvent faite entre le taux de marge et le taux de marque ; pourtant, il s’agit de deux indicateurs différents. À la différence du taux de marge, le calcul du taux de marque s’effectue de la façon suivante : marge commerciale / prix de vente HT * 100

2. Qu’est ce que la marge nette?

Pour calculer la marge nette, on part généralement de la marge brute à laquelle on soustrait les dépenses administratives et les charges fixes de l’entreprise. Ces dépenses ne sont pas incluses dans le calcul de la marge brute, car elles ne découlent pas directement de l’achat de marchandises ou de la production de produits destinés à la vente.

 

3. Qu’est ce que la marge commerciale?

Le calcul de la marge commerciale s’effectue en mode hors taxe. Il s’apparente au calcul de la marge brute, sauf que la marge brute peut aussi désigner la marge sur coût de production (des entreprises de production) ou encore marge de prestation de services (des entreprises de service).

Pour calculer la marge commerciale, vous devez donc simplement soustraire le coût d’achat des marchandises vendues au chiffre d’affaires HT.

 

B. Le point mort

1. Qu’est ce que le point mort?

Le point mort (qui est proche en définition du seul de rentabilité) désigne le moment à partir duquel vos dépenses sont couvertes par votre chiffre d’affaires. Il s’agit donc du moment à partir duquel vous devenez neutre, c’est-à-dire le moment où vous réalisez ni gains ni pertes. En d’autres termes, le point mort met donc en évidence le seuil d’activité minimum que doit atteindre l’entreprise pour commencer à être rentable.

 

2. Pourquoi faut-il impérativement calculer le point mort des on entreprise?

 

La première fois où vous devez calculer le point mort est en général lors de la rédaction de votre business plan. C’est un indicateur qui va être regardé de près par les investisseurs. Puis le calcul doit être renouvelé tous les ans ce qui permet de savoir où en est l’entrepreneur dans ses objectifs et de pouvoir les modifier en fonction des résultats annuels.

Le point mort est un indicateur essentiel à calculer, car il permet d’anticiper le lancement d’un nouveau projet. Il va permettre au créateur d’entreprise de connaître les objectifs de vente afin de pouvoir générer des bénéfices d’exploitation. En connaissant le moment (approximatif) à partir duquel vous pourrez devenir rentable, il sera ainsi plus évident de piloter la gestion de l’entreprise et de prévoir les périodes au cours desquelles vous aurez un excédent (ou un déficit) de trésorerie.

Du point de vue des financeurs, la connaissance du point mort permet d’avoir une estimation de la faisabilité du projet.

 

3. Quelles sont les limites du point mort?

 

Même s’il s’agit d’un indicateur très pertinent, le point mort présente quelques limites :

  • Tout d’abord, il faut garder en tête qu’il ne s’agit que d’une estimation et qu’il est possible qu’il ne soit pas le reflet de la réalité.
  • Aussi, le calcul du point mort peut être faussé par une mauvaise distinction des charges fixes et variables, car il n’est pas toujours évident de distinguer ces deux types de charges.

 

C. La VAN

1. Qu’est ce que la VAN?

La VAN, Valeur Actuelle Nette, est la somme des cash-flow actualisés. Elle désigne une mesure de la rentabilité d’un investissement. Cet indicateur a donc pour objectif de déterminer si une entreprise sera rentable ou non sur une période donnée.

2. Comment calculer la VAN?

Pour calculer la VAN, vous avez besoin de:

  • Déterminer un horizon de temps pour votre entreprise (t)
  • Calculer les flux de trésorerie nets qui seront générés par votre entreprise (CF)
  • Choisir le montant du capital investi en début de période (I)
  • Connaître le taux d’actualisation du projet (k)

 

À partir de ces éléments, vous pouvez donc effectuer le calcul suivant:

capture decran 2022 02 02 a 17 04 11

3. Comment interpréter la VAN?

Plus la VAN est élevée, plus le projet est rentable. Il s’agit donc d’un bon outil, très utilisé par les financeurs, pour comparer plusieurs projets et voir lequel sera le plus rentable (à savoir celui qui a la VAN la plus élevée). Une VAN négative indiquera au contraire que le projet n’est pas rentable.

 

D. La CAF

1. Quelle est l’utilité de la CAF?

La CAF, Capacité d’Autofinancement, est un ratio financier qui mesure la capacité de votre entreprise à autofinancer son cycle d’exploitation et à dégager de la richesse. Généralement, une capacité d’autofinancement correcte doit être égale à au moins 1/3 du total des dettes financières de l’entreprise.

La CAF est un indicateur très regardé par les banquiers car il permet de déterminer le niveau de remboursement que vous pouvez payer.

 

2. Comment interpréter cet indicateur?

Votre CAF peut être positive ou négative.

Lorsque la CAF est positive, cela signifie que vous réalisez des bénéfices d’exploitation.

Si votre CAF est négative, cela signifie que votre bénéfice d’exploitation potentiel est négatif. Dans ce cas-là, vous aurez du mal à trouver des solutions d’investissement (le recours à l’emprunt bancaire notamment sera difficile d’accès) c’est pourquoi vous devrez essayer de rendre votre

 

3. Comment améliorer sa capacité d’autofinancment?

Pour améliorer sa capacité d’autofinancement, plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Augmenter la life time value d’un client
  • Augmenter la marge brute en diminuant les charges
  • Réduire les charges financières
  • Augmenter les prix de vente

 

D. La valorisation d’entreprise

1. Pourquoi faire une valorisation?

Valoriser une entreprise permet de connaître sa valeur de marché ou patrimoniale et de répondre ainsi à la question : « Combien vaut mon entreprise ? ». Si les données historiques sont utiles pour estimer la valeur d’une entreprise, il faut garder en tête que ce sont surtout les perspectives financières qui permettent d’estimer sa valeur. Mais à quoi ça sert de connaitre la valeur de son entreprise ?

Si vous avez actuellement un besoin de financement et que vous souhaitez passer par la case levée de fonds, la valorisation est alors indispensable. En effet, elle apporte une vision éclairée aux financeurs de la valeur actuelle de votre société et savoir ainsi s’il est intéressant pour lui d’investir ou non.

Dans le cadre d’une cession ou d’une fusion de la société, la valorisation est tout aussi indispensable, car elle permettra de servir de base à la négociation entre les deux parties.

 

2. Quelle méthode de calcul choisir pour valoriser mon entreprise?

Pour valoriser votre entreprise, deux options s’offrent à vous : la méthode des DCF et l’approche analogique (appelée aussi les multiples).

La méthode des DCF (Disconted Cash Flows) repose sur le fait que la valeur de l’entreprise. L’approche par les multiples, quant à elle, part du principe que la valeur de votre entreprise est basée sur la comparaison faite avec d’autres entreprises du même secteur que la vôtre.

Cette méthode est plus simple que celle des DCF car il suffit seulement de constituer un panel de sociétés comparables (en fonction du secteur d’activité, de la taille, de la maturité, du positionnement géographique ou encore de la rentabilité dégagée.

 

3. Est-il possible de valoriser une entreprise déficitaire ?

Valoriser une entreprise déficitaire est tout à fait possible. Mais comment faut-il fait ? Quelle méthode faut-il utiliser ?

La méthode des comparables est une approche tout à fait acceptable pour valoriser une entreprise déficitaire si vous vous basez sur l’indicateur du CA.

L’analyse par les transactions passées est une méthode directement liée au marché qui peut également être utilisée pour valoriser une entreprise déficitaire. Là encore, nous vous conseillons d’utiliser votre chiffre d’affaires pour cette technique de valorisation.

Il existe une dernière méthode qui est selon nous, l’une des meilleures solutions pour valoriser une entreprise en difficulté ; il s’agit de la méthode de l’analyse par liquidation. La première étape de cette méthode consiste à évaluer les actifs de la société que vous souhaitez acheter à leur prix de vente. Vous allez ensuite soustraire de la valeur trouvée le coût des dettes de l’entreprise. Vous allez ensuite supposer que le résultat trouvé représente l’argent qui ira directement aux investisseurs et qui donc constitue la valeur des capitaux propres de l’entreprise.

=> Pour avoir une valorisation la plus juste possible, nous vous conseillons d’utiliser ces trois méthodes et de comparer les résultats trouvés.

Des outils pour réaliser votre prévisionnel financier

 

A. Le logiciel business plan Excel

Vous cherchez un moyen simple, rapide et efficace pour réaliser votre business plan ?

Découvrez notre logiciel business plan Excel aux calculs 100% automatisés. Cet outil vous permet de réaliser la partie qualitative et quantitative (prévisions financières) de votre business plan en modélisant les hypothèses clé de votre projet. Ce fichier Excel fonctionne comme un logiciel et met en œuvre plus de 600 données facilement paramétrables ainsi que des ratios essentiels à présenter à des investisseurs ou à votre banquier.

 

B. Un modèle de rédaction de business plan et prévisionnel financier

La modélisation des hypothèses financières est sans doute l’une des étapes clé du développement de votre projet. Que ce soit pour lever des fonds, obtenir un emprunt ou simplement piloter au mieux votre entreprise selon vos prévisions, vous ne devez pas négliger la rédaction de votre business plan et encore moins la partie prévisionnelle financière. C’est pour cela que nous avons développé, spécialement pour vous, un business plan comprenant un prévisionnel financier présentable à la banque ou à des investisseurs. En acquérant cet outil de gestion, vous bénéficierez également d’un accompagnement personnalisé avec notre expert en business plan.

 

C. Une grille d’analyse de business plan

Comment savoir si son business plan est bon ? Quels sont les critères d’analyse d’un bon business plan ? Est-il possible de mettre une note à mon business plan ?

Vous trouverez dans ce fichier Excel un modèle d’analyse de business plan. Divisé en 8 catégories, vous obtiendrez une note sur 400 permettant de voir les progrès qu’il vous reste à faire. Vous pouvez vous auto noter et ainsi vous situez par rapport au critères minimum attendu dans un business plan. Un excellent outil Excel pour business plan pour analyser votre plan d’affaire.

 

D. Une analyse critique de votre business plan et un accompagnement personnalisé

Vous venez de réaliser votre business plan ? Félicitations car il s’agit d’un travail de longue haleine et qui n’est pas toujours évident…

Mais comment savoir si votre business plan est conforme aux attentes des investisseurs ?

Notre expert en business plan vous propose une analyse critique de votre business plan en 48h seulement ! Des recommandations pragmatiques, des conseils pédagogiques et un rendez-vous d’une 1h pour répondre à toutes vos questions vous seront proposés. Alors, qu’attendez-vous pour nous contacter ?

Nos conseils d’experts

A.   Google peut vous aider dans votre prévisionnel financier

Pour éviter de faire des estimations trop hasardeuses, Google sera votre meilleur allié lors de la modélisation de vos hypothèses financières.

 

Lorsque vous effectuez un prévisionnel financier, la majorité de vos résultats vont découler des hypothèses de vente que vous aurez déterminé, c’est pourquoi ces dernières doivent être au plus proches de la réalité. Mais comment faire ?

Utilisez Google adwords, la régie publicitaire de Google !

 

C’est un outil qui affiche des annonces ou bannières publicitaires ciblées en fonction des mots-clés que tape l’internaute ou en fonction de son comportement de navigation.

Google adwords vous indiquera par exemple le trafic auquel vous pouvez vous attendre sur votre site en fonction de votre secteur d’activité. Par exemple, si vous souhaitez vendre des vêtements et accessoires pour la course à pieds, Google adwords va vous permettre d’analyser le nombre de visiteurs online qui pourraient être intéressés par ce type de produit. Pour cela, vous pourrez taper dans la barre de recherche des mots-clés relatifs à votre société (ici « course à pieds » ou encore « sport ») et voir combien de personnes sont intéressées par ces thématiques. Pour estimer le montant des ventes, Google adwords va tout particulièrement s’intéresser au taux de conversion qui est une information capitale.

 

B.  Utilisez la méthode microéconomique pour réaliser vos prévisions financières

Des hypothèses financières qui seraient trop embellies pourraient conduire votre start-up vers la faillite au vu d’une mauvaise anticipation des flux générés par votre business. Alors soyez honnête et présentez des chiffres financiers cohérents.

 

Pour obtenir des chiffres les plus justes possibles, vous pouvez utiliser deux méthodes de calcul : la méthode macroéconomique ou la méthode microéconomique. La méthode microéconomique prend en compte les actions mises en place pour calculer les différents chiffres du prévisionnel alors que la méthode macroéconomique ne prend en compte aucun critère venant de l’entreprise elle-même, mais simplement des chiffres du secteur. Ce serait donc une grande erreur d’utiliser la méthode macroéconomique pour réaliser son business plan, et surtout si vous souhaitez lever des fonds.

 

 

C. Les 6 astuces pour réussir votre prévisionnel financier

Avant de vous lancer dans votre prévisionnel financier, vous devez vous assurer que les autres parties du business plan sont complètes et sans erreurs. Pour cela, voici quelques conseils pour réaliser des hypothèses financières les plus justes possibles :

 

  • Étudiez la concurrence pour obtenir des chiffres réalistes et justifiables : Vous pouvez utiliser des comparables qui existent déjà ou vous lancer dans une étude de marché qui peut répondre mieux à vos besoins d’information.

 

  • Ne faites pas des modifications dans le but d’améliorer les résultats financiers de votre projet : Le but d’un prévisionnel financier est effectivement de démontrer que l’entreprise est rentable. Mais si ce n’est pas le cas, alors c’est que votre stratégie n’est pas la bonne.

 

  • Utilisez des visuels: Gardez en tête que la manière dont un entrepreneur présente cette partie peut avoir un aussi grand impact que le contenu livré.

 

  • Restez relativement concis : Un surplus d’informations financières pourrait désorienter votre audience.

 

  • Adaptez le contenu en fonction de l’audience : En fonction de qui est votre audience et quel est le type de financement que vous cherchez, un prévisionnel financier peut prendre différentes formes.

 

  • Soignez le support de votre présentation: Même une analyse financière qui adresse tous les points de cet article peut paraître incomplète si elle n’est pas soignée et présentée d’une manière qui est agréable à lire.

 

D. Les principales erreurs à éviter lors de l’estimation de votre chiffre d’affaires…

 

Le prévisionnel financier peut sembler simple à réaliser. Pourtant, les investisseurs et coachs retrouvent souvent les mêmes types d’erreurs .

 

ERREUR 1- L’utilisation de la méthode des parts de marché

 

ERREUR 2- Calculer son chiffre d’affaires TTC

 

ERREUR 3- Ajouter une marge prédéfinie aux coûts de production

 

ERREUR 4- Se limiter à une seule méthode de calcul

 

ERREUR 5- Ne pas tenir compte de la saisonnalité de l’entreprise

 

ERREUR 6- Surestimer le taux d’adoption du bien ou du service vendu


ERREUR 7-
Surestimer votre taux de conversion

 

ERREUR 8- Ne pas se faire accompagner dans son business plan. Contactez nous !

 

Cette fiche vous a plu ?

 

Partagez-la !

 

Nos outils et modèles en lien
avec cette fiche

Nos fiches pratiques qui pourraient vous servir

Prévisionnel financier
Bilan prévisionnel: comment le construire facilement?

Le bilan prévisionnel est une composante de la partie financière du business plan et de votre prévisionnel financier. Comment le modéliser ?

Découvrir
comptable
Compte de résultat prévisionnel: définition et construction

Compte de résultat prévisionnel est la pierre angulaire du business plan. Que devez-vous y mettre ? Pourquoi ? Comment l'interpréter ?

Découvrir
Prévisionnel financier
La bonne méthode pour réaliser son prévisionnel financier

Des entrepreneurs et des experts vous livrent leurs astuces et partagent leur expérience en terme de rédaction d'un prévisionnel financier.

Découvrir
comptable
Réussir son plan de financement prévisionnel

En quoi consiste un plan de financement ? Qu'attend-on comme agrégats dedans ? A quoi sert le plan de financement ?

Découvrir

Vous avez une question,
un besoin ?

Que ce soit pour votre banque ou pour lever des fonds, notre expert vous aidera à vous poser les bonnes questions, à choisir les bonnes options stratégiques, trouver un business model pertinent et rédigera un business plan convaincant aux yeux des financeurs.

Consultant business plan

Gaëtan Baudry

N’hésitez pas à le contacter pour tous vos besoins

06.09.17.41.06

restez informés sur nos dernières sorties

Inscrivez vous à notre newsletter !

Newsletter

Se faire conseiller gratuitement par un comptable