> Dossiers > Comment faire ou rédiger un top business plan en 2022?

Faire un business plan qui lève des fonds.

Rédiger un Business Plan est primordial si vous souhaitez convaincre des investisseurs ou des banques d’investir sur votre projet. Mais quels sont les fondamentaux quant à la rédaction d’un business plan ? Que faut-il faire et ne pas faire ? Quelle taille doit faire mon business plan ? Que dois-je mettre à l’intérieur ? C’est ce que nous allons voir au cours de ce guide complet du business plan que tout entrepreneur devrait lire.

reussir a faire son business plan

comment faire son business plan

Qu’est-ce qu’un business plan ?

 

Quelle est la définition de business plan?

La définition de business plan est : un document écrit qui raconte l’histoire de votre projet et démontre sa création de valeur et sa faisabilité. C’est en quelque sorte une feuille de route qui découle du business model de l’entreprise et permet de faire une évaluation de projet. Le business plan formalise par écrit les projections futures d’évolution de l’entreprise grâce à des analyses stratégiques (analyse de la concurrence, étude de marché, analyse du produit,…) et des prévisionnels financiers (Compte de résultats, Bilan, Tableaux de flux de trésorerie,…). Il démontre la création de valeur de votre projet et sa pérennité.

 

Pour qui écrire un business plan ?

Le business plan s’adresse à trois types d’interlocuteur :

  • Principalement aux financeurs du projet à savoir les banques, les financeurs publics (les communes, l’État et les partenaires nationaux, subvention…) et aux investisseurs en capital.
  • Également aux différents partenaires de l’entreprise tels que les fournisseurs, la banque (compte bancaire).
  • Pour vous et en interne : un business plan peut être réalisé en interne pour le compte propre des ou du porteur(s) de projet afin de prendre des décisions et savoir où le projet va.

 

Un conseil pour votre rédaction : Toujours adapter son business plan et le message de son business plan à son interlocuteur !

Si les chiffres et le prévisionnel financier ne changent pas, en revanche, les messages clés et les ratios à présenter seront différents si c’est un business plan pour une banque ou pour un investisseur privé. La banque va vérifier si le business plan permet de rembourser un emprunt et comporte des risques. L’investisseur privé vérifiera lui la rentabilité du projet à moyen terme et sa capacité à croître rapidement.

Si nous prenons le cas de l’entreprise ABCA qui souhaite obtenir un financement par la banque, nous lui conseillerons vivement de souligner le taux d’endettement qui est un ratio incontournable à son business plan ainsi que le taux d’effort du remboursement d’emprunt (CAF/Annuité de remboursement).

 

Pourquoi faire un business plan ?

Le business plan est un document qui peut paraitre long à réaliser et fastidieux ; mais quelle en est sa principale utilité ?  Un business plan est avant tout un outil de communication qui met en avant une double utilité : externe (pour les financeurs et partenaires) mais aussi interne (pour les porteurs de projet). L’utilité du business plan diffère donc légèrement en fonction du destinataire.

  • Si le business plan s’adresse aux financeurs, l’objectif principal sera de démontrer la rentabilité potentielle future du projet.
    • Si c’ est une banque: le business plan permettra de rassurer avant tout quant aux paiements des intérêts et à la capacité de rembourser le prêt.
    • Si c’est un investisseur en capital: l’objectif du business plan est de faire rêver son destinataire tout en restant réaliste car son but est de réaliser une forte plus-value. Par exemple, les Venture Capital exigent parfois une valeur x100 de leur capital investi c’est pourquoi il est recommandé d’être ambitieux sans pour autant être irréaliste.
    • Si c’est un financeur public: l’objectif du business plan sera de prouver que le projet permettra de contribuer au développement de l’économie, de l’écologie ou autre (via la création d’emplois, la réduction de la pollution,…).
  • Si le business plan s’adresse aux partenaires de l’entreprise, l’objectif du business plan sera donc de prouver que le projet est viable dans le but de négocier le délai de paiement fournisseur par exemple.
  • Si le business plan s’adresse aux porteurs de projet, le business plan sera donc un outil de pilotage de l’activité de l’entreprise. Il permet également de prendre des décisions et de voir s’il faudra ou non lever des fonds, si les porteurs de projets pourront se rémunérer et si oui à partir de quel moment.

Si nous devions donc résumer l’utilité du business plan en quelques mots, nous dirions : démontrer la création de valeur de votre entreprise et de votre projet !

 

Quand réaliser un business plan ?

Le business plan est établi à trois occasions :

  • Lors de la création d’une entreprise,
  • Lors du développement ou de la modification de l’activité de l’entreprise,
  • Ou encore en cas de reprise d’une entreprise.

On dit que le business plan est l’aboutissement du projet c’est pourquoi il ne doit pas être réalisé trop tôt. Il pourra être effectué seulement après avoir opéré une étude de marché, une analyse du produit ou du service que vous souhaitez commercialiser et lorsque l’ensemble des modalités juridiques et administratives de l’entreprise auront été fixé.

Pour vous permettre de réaliser le business plan le plus juste possible, nous vous conseillons de passer par ces 5 étapes avant de vous lancer dans la rédaction de celui-ci.

La rédaction du business plan

À quelles questions doit répondre un bon business plan ?

Le business plan est effectivement le fruit d’une longue réflexion qui répond à de nombreuses questions notamment :

  • Comment est né le projet ?
  • Qui sont les membres impliqués dans ce projet ?
  • Quel produit/ service va être commercialisé ?
  • Pour quels clients ?
  • Comment ? Où ? Quand ?
  • Quel est le marché et quels sont les risques ?
  • Quels sont les atouts ?
  • Quels sont les objectifs ?
  • Quels sont les besoins ?
  • Quelle sera la rentabilité ?

Répondre à l’ensemble de ces questions au sein du business plan a pour objectif de valider les ambitions réalistes du porteur de projet et d’estimer les ressources nécessaires pour la concrétisation du projet.

 

Comment trouver les bonnes hypothèses de son business plan

Le business plan doit être rédigé à l’aide d’informations soutenues par des faits c’est pourquoi il est fortement recommandé (si ce n’est obligatoire) d’effectuer une analyse du marché et de la concurrence pour mettre en évidence la pertinence de votre projet. Nous vous conseillons également d’effectuer un test concret grâce au lancement d’un MVP.

1. Analyse du marché et de la concurrence

Différentes sources d’informations sont à votre disposition pour établir une parfaite analyse de projet.

  • Premièrement, nous vous recommandons d’en discuter avec vos contacts personnels et professionnels tels que vos amis, votre famille, votre comptable, votre avocat ou encore vos fournisseurs afin d’obtenir un avis extérieur à l’entreprise.
  • Par ailleurs, plusieurs sources gratuites via Internet vous sont accessibles telles que les comptes publiés, les médias ou encore les publications et études gratuites.
  • D’autres études, payantes, sont également disponibles sur Internet afin d’enrichir votre analyse. Nous vous conseillons notamment Xerfi, qui est un institut d’études privé assez pertinent. Il est spécialisé dans l’analyse économique sectorielle et concurrentielle en France ainsi qu’à l’international.
  • Enfin, il est souvent recommandé d’avoir recours à un consultant afin d’obtenir une analyse spécifique.

Les sociétés dont l’activité est caractérisée par un secteur de niche font souvent appel à un consultant pour une analyse précise. Ce fut notamment le cas de la société Yuka lors de son développement.

 

2. Lancement d’un MVP

Pour savoir si votre produit/ service a du potentiel, rien de mieux que de faire un test de votre service ou de lancer un prototype de votre produit sur le marché (MVP signifie Minimum Viable Product ). Vous pourrez donc observer si la clientèle ciblée que vous avez déterminé au préalable s’y intéresse afin de confirmer, ou non, vos hypothèses.

Si vous souhaitez par exemple créer un site en ligne de prêt à porter, vous pourriez lancer une « one page » en guise de test et d’observer l’intérêt porté à votre site grâce à différents indicateurs tels que le taux de clic ou encore le taux de conversion.

Comment mettre en avant la valeur ajoutée de votre produit/ service ?

Pour que votre business plan soit pertinent, il convient de démontrer la valeur ajoutée du produit au service que vous souhaitez commercialiser. En d’autres termes, vous devez expliquer en quoi votre projet se démarque de la concurrence et être convaincant quant au fait que votre produit/ service sera meilleur que celui de vos concurrents.

Mais comment trouver une idée de startup ? Quelle sera la valeur ajoutée de votre produit/ service pour le client? Votre valeur ajoutée peut être l’innovation technique, l’innovation d’usage, le prix, l’accès plus facile/rapide, …

Par exemple, la compagnie aérienne française Hop ! a réussi à se démarquer de ses concurrentes nationales en proposant des tarifs bien plus bas.

Attention, toutefois à ne pas vous aventurer dans un marché où il n’y a pas de concurrence, car pas de concurrents = pas de marché à exploiter. Vous aurez donc sûrement du mal à convaincre vos financeurs, surtout s’il s’agit d’une banque.

 

Quelle est la taille optimale pour un business plan ?

Comme expliqué précédemment, le business plan est une synthèse de votre feuille de route riche en informations c’est pourquoi la question de la taille du document est parfois mal perçue. En effet, il faut garder à l’esprit qu’un business plan est un document clair et synthétique. Alors demandez-vous “comment expliquer de façon simple mon projet, pour qu’il puisse être compris par un inconnu ?”

Gardez en tête que les personnes qui liront votre business plan n’ont généralement pas le temps d’y passer la journée alors allez à l’essentiel. Tout détailler est inutile !

Par exemple, une entreprise telle que Sunbren (spécialisée dans l’intelligence informatique) ne va pas expliquer les détails de la technologie utilisée, surtout si elle est novatrice et qu’aucun brevet n’a été déposé, car cela serait trop complexe et fastidieux.

En bref, nous vous conseillons de vous focaliser plutôt sur le contenu que sur le nombre de pages à rédiger. Pour vous donner toutefois un ordre d’idée de la longueur « classique » d’un business plan, considérez qu’un business plan est efficace s’il n’excède pas les 20 à 30 pages Powerpoint.

 

Quelles sont les différentes parties d’un business plan ?

Pour que votre business plan soit réussi, il faut qu’il soit structuré et organisé. Mais quelles sont les différentes parties d’un business plan ? Quel est son sommaire ?

 

1. Les éléments essentiels d’un business plan

Sachez tout d’abord que le business plan doit impérativement comporter des données quantitatives et qualitatives relatives au projet. Les données quantitatives sont l’ensemble des hypothèses clé offrant une perspective sur la santé financière future de votre entreprise. Les données qualitatives, quant à elles, sont des données factuelles qui permettent une analyse stratégique de votre projet.

Parmi les éléments incontournables à la partie qualitative, on y retrouve notamment la présentation de l’entreprise, du produit/ service et du marché. Il convient également de présenter les clients et ses concurrents avant d’exposer la stratégie que vous souhaitez mettre en place. La présentation des étapes du projet est une partie essentielle du business plan puisqu’elle permet de situer votre lecteur dans le temps et d’apporter une dimension réelle à votre projet. Enfin, il est possible d’effectuer une analyse SWOT mais celle-ci est facultative.

Quant aux données quantitatives, il est conseillé de présenter le compte de résultat prévisionnel (EBITDA) avec le détail du chiffre d’affaires prévisionnel, les coûts fixes et variables ainsi que les charges de personnel. Il est également important de calculer la CAF (Capacité d’Autofinancement) et le BFR (Besoin en Fonds de Roulement) via un tableau de flux de trésorerie puis d’effectuer une analyse de la rentabilité et de la viabilité du projet. Ces éléments financiers sont tous très utiles et parfois même complémentaires. Il est toutefois possible d’ajouter d’autres éléments tels que le Bilan prévisionnel, le coût d’acquisition client ou encore la valorisation de l’entreprise.

N’oubliez pas de soigner votre page de garde qui comporte généralement votre logo et une phrase indicative quant à l’objectif de ce business plan. Ajoutez une ou deux pages maximum ci-après qui constitueront votre Executive Summary. Un Executive Summary est en quelque sorte un résumé attractif de votre projet et c’est à ce moment-là que vous devez attirer l’attention de votre lecteur. Soyez malin, mettez donc en évidence les chiffres clés et quelques informations textuelles qui sauront mettre l’eau à la bouche de vos investisseurs. Téléchargez gratuitement un exemple d’Executive Summary.

 

 

 

 

2. Le plan d’un business plan

Découvrez ci-après un exemple de plan de business plan à suivre pour la structure de votre business plan. Il s’agit d’un sommaire classique à suivre ou modifier légèrement.

 

  • Page de garde : Nom de votre entreprise, Titre, logo (et une image – facultatif)
  • Executive Summary (2 pages maximum): C’est le premier chapitre. Récapitulatif des données clés du business plan. Il est conseillé d’effectuer la rédaction de l’Executive Summary une fois le business plan entièrement rédigé.
  • Partir d’un constat général à propos d’un besoin, une nécessité qu’il y a sur le marché pour entreprendre la présentation de votre entreprise et l’équipe
  • Présentation de votre produit/ service
  • Présentation de vos futurs clients et de leur positionnement (et des avis clients si il y en a)
  • Analyse du marché et des concurrents
  • Déterminez la stratégie générale, la stratégie commerciale et le coût d’acquisition client. Votre stratégie de distribution.
  • Analyse SWOT (facultative)
  • Présentation des étapes du projet
  • Prévisionnel financier : chiffre d’affaires, charges fixes et variables ainsi que les charges de personnel, compte de résultats, bilan, CAF, BFR, analyse de la rentabilité
  • Les annexes éventuelles.

Les parties essentielles d’un business plan relatives au projet

 

A.   La présentation de l’entreprise et du produit/ service

 

1. Présentez votre entreprise et votre équipe

Cette première étape consiste à raconter l’histoire de votre entreprise depuis le début, c’est-à-dire expliquer quand et comment est née votre projet afin de plonger votre lecteur dans une véritable Story Telling.

Veuillez également présenter l’équipe à savoir l’expérience de chacun, leur rôle au sein du projet et comment est-ce que l’équipe s’est formée et sa motivation. Cela permet d’apporter une dimension humaine à votre projet et de sensibiliser votre lecteur quant à la cohésion de votre équipe. Vous pouvez lire notre fiche pratique sur comment présenter l’équipe dans un business plan ici. En général, on présentera les associés et l’équipe de management.

 

2. Présentez votre produit/service

La présentation de votre produit/ service est bien évidemment inévitable et doit répondre à un certain nombre de questions telles que :

  • En quoi votre produit/service répond-il à une problématique ou à un besoin? Et quelle est la solution que vous proposez ?

Il peut être intéressant de partir d’un constat pour répondre à cette question.

Par exemple, si vous souhaitez développer une entreprise d’alarmes connectées, telle que Homiris, cherchez le nombre de cambriolages qu’il y a chaque jour en France et mettez en lumière ce chiffre clé pour justifier le besoin de mettre en place votre projet.

  • Quels sont ses enjeux fondamentaux de votre produit/service ?
  • Quelle sera la principale fonctionnalité de votre produit/ service ? Et les fonctionnalités secondaires ?
  • Quelle sera la valeur ajoutée de votre produit/service ? (le prix, la technologie,…)
  • Comment comptez-vous le fabriquer ?
  • Avez-vous déjà réalisé un prototype ? Si oui présentez le dans votre business plan.
  • Quelles sont les perspectives d’évolution de ce produit/ service ?

Au vu de ces questions, il est fortement conseillé d’expliciter la cohérence entre votre produit/ service et le marché sur lequel vous souhaitez le commercialiser. Il ne faut donc pas se contenter de faire une description de votre solution mais argumenter sur la valeur ajoutée de celle-ci sur le marché.

Cela vous induit donc à faire une étude de marché grâce à différentes sources qui peuvent être des enquêtes, des rapports économiques, des sondages, … Pour réussir votre étude de marché, lisez notre dossier dédié à cette problématique.

Après avoir déterminé le marché général (ex : le e-commerce), le marché spécifique à votre produit/service (ex : la chaussure) puis le positionnement de votre produit/service sur le marché, il est intéressant de déterminer la stratégie générale. En l’occurrence, cela peut être une stratégie de niche ou une stratégie de marché global. Votre stratégie marketing et commerciale doit être cohérente.

Enfin, si l’entreprise a déjà commercialisé son produit/ service, il peut être pertinent de présenter les avis clients (s’ils sont positifs évidemment). Cela permettra de rassurer vos investisseurs quant à la fiabilité de votre projet.

 

B.   Présentation des clients et de la concurrence

Après avoir présenté l’entreprise et le produit/service, il est important d’identifier la typologie des clients que vous ciblez. Vous devez donc vous demander si :

  • Vos clients seront des individus (BtoC) ou des organisation (BtoB)
  • Vous souhaitez cibler des clients en masse ou plutôt en niche
  • Vos clients seront des clients directs (vente de produit/service sans passer par un intermédiaire) ou indirects (les clients de vos clients)

Pour compléter cette analyse, l’étude de la concurrence est essentielle. Pour cela, il est important de dissocier la concurrence directe, c’est-à-dire les entreprises qui commercialisent le même produit/service que vous, de la concurrence indirecte, soit les entreprises qui commercialement un produit/service similaire au vôtre mais répondant à un besoin différent. Pour analyser la concurrence le plus justement possible, il ne faut pas oublier de prendre en compte les produits/services de substitution au vôtre et la possible menace des nouveaux acteurs entrant sur le marché.

Pour cette partie, il est possible d’effectuer l’analyse de vos concurrents grâce à une cartographie mettant en œuvre une ligne d’abscisse et une ligne d’ordonnée auxquelles vous y ajoutez deux caractéristiques importantes de votre produit/service (une à l’horizontale et une à la verticale). Souvent, on utilise le facteur prix et le facteur qualité pour se comparer à la concurrence mais c’est à vous que revient le choix de ces indicateurs. Optez donc pour des indicateurs qui mettent en avant des avantages que vous avez par rapport à vos concurrents. Une fois le schéma tracé, il convient alors de positionner vos concurrents sur votre axe en fonction de son prix et de sa qualité (par exemple) par rapport aux autres entreprises du même secteur. Vous ferez ensuite de même en plaçant votre entreprise sur cet axe. Cela permet ainsi de traduire en image la stratégie commerciale pour laquelle vous avez opté.

Pour conclure cette partie sur l’analyse de la concurrence, il est important de justifier vos choix quant au prix ou à la qualité que vous avez choisie pour votre produit/service en expliquant en quoi vous vous démarquez de la concurrence.

 

C.   Présentation des étapes du projet

Où en êtes-vous dans votre projet? À quelle étape êtes-vous (idée, lancement, développement) ? Qu’avez-vous déjà réalisé ? Qu’avez-vous mis en place pour y arriver ? Quelles sont les prochaines étapes ?

Toutes ces questions sont susceptibles de vous être posées par votre banquier, un investisseur en capital ou même par l’un de vos partenaires alors il faut s’y préparer.

Pour cela, rien de plus simple ! Il suffit de se replonger au moment où vous avez entamé les premières recherches pour ce projet et de noter les étapes clé qui vous ont permis d’en arriver là où vous êtes aujourd’hui. Réfléchissez ensuite aux prochaines étapes qui vous attendent pour finaliser votre projet.

Conseil pour la mise en forme : Vous pouvez par exemple représenter les étapes successives de votre projet grâce à une flèche horizontale sur laquelle il vous incombe de placer les différentes missions faites ou à faire au cours des prochaines semaines.

Effectuer un visuel pour traduire les étapes de votre projet est une excellente idée car cela apporte une vision simple et rapide à votre lecteur de votre avancée. D’ailleurs, nous vous conseillons de favoriser les images, graphiques et tableaux au texte quand cela est possible car cela apporte une dynamique à votre business plan.

 

D.  SWOT

L’analyse SWOT permet de mettre en évidence les points forts et points faibles de votre projet. Elle n’est pas toujours obligatoire car seules la banque et la BPI s’y intéressent. Il est donc inutile de l’ajouter à votre business plan si vous souhaitez effectuer une levée de fonds en capital.

 

La traduction littérale du mot « SWOT » signifie :

  • S : Strengths (en anglais) = Forces
  • W : Weaknesses (en anglais) = Faiblesses
  • O : Opportunities (en anglais) = Opportunités
  • T : Threats (en anglais) = Menaces

Cette matrice va donc vous permettre de réaliser un diagnostic avant de lancer votre projet actuel et d’évaluer sa pertinence.

Conseil pour la mise en forme : Effectuez un tableau pour rendre votre étude plus attractive.

Comment faire son prévisionnel financier ?

Avant toute chose, nous vous recommandons de lire notre dossier sur le prévisionnel financier ici.

A.   Présentation du chiffre d’affaires prévisionnel

Le chiffre d’affaires est une hypothèse clé du business plan qui peut se calculer de deux façons. Mais attention à ne pas commettre certaines erreurs qui pourraient fausser votre estimation. Vous devez ancrer vos hypothèses au maximum dans la réalité.

 

La première méthode consiste à partir des données du marché potentiel que vous avez estimé pour en dégager un nombre d’unités que vous pourriez vendre. Pour cela, vous devez donc vous baser sur des clients potentiels. Afin de déterminer le plus justement possible la demande potentielle pour le produit/service que vous souhaitez commercialiser :

  • Partez de la population totale et déterminez un pourcentage de cette population qui semble représenter la cible que vous visez. Cela vous permet ainsi de calculer ce que l’on appelle le marché total.
  • À partir de ce marché total, déterminez à nouveau un pourcentage de personnes susceptibles d’avoir accès à votre offre. Cela vous permet ainsi de trouver le nombre d’usagers potentiels.
  • Grâce à une enquête, il vous sera possible d’affiner ce chiffre et d’obtenir un chiffre d’affaires le plus juste possible.

Si je prends l’exemple d’un service de co-voiturage pour les seniors mon chiffre d’affaires estimé sera le suivant :

  • Population française = 67 millions

Personnes > 65 ans = 17,1%

Marché total = 11,5 millions

  • Les personnes susceptibles d’avoir accès à cette offre = les personnes de + de 65 ans utilisant Internet = 19%
  • Ce qui me donne le nombre d’utilisateurs potentiels
  • Enfin, si je prends en compte l’intérêt des clients potentiels (grâce à des sondages/ enquête) pour affiner mon chiffre j’obtiendrais le nombre d’utilisateurs envisagés pour déterminer le chiffre d’affaires.

 

La seconde méthode consiste à se baser sur un marché que vous avez déjà identifié de par la signature de contrat ou des négociations très avancées avec des clients. Dans ce cas-là, l’estimation du chiffre d’affaires est donc bien plus simple et sera plus juste.

 

B.   Analyse des charges fixes et variables

Les charges fixes, aussi appelées « charges de structure » ainsi que les charges variables ou « charges opérationnelles » sont des éléments essentiels à prendre en compte et qui vous aiderons pour établir votre Compte de résultats.

Parmi les charges fixes les plus courantes on retrouve généralement :

  • Les loyers
  • L’assurance
  • Certains honoraires d’experts, …

Quant aux charges variables, on évoque très souvent :

  • Les matières premières
  • L’électricité
  • Les frais d’emballage,…

Vous l’aurez compris, les charges fixes sont des dépenses qui ne varient pas en fonction de votre activité alors que les charges variables, elles, augmentent lorsque votre volume de production augmente.

Le fait de prendre en compte vos charges fixes et variables vous permettra de calculer votre point mort ou seuil de rentabilité.

 

C.   Présentation du Compte de Résultats

L’analyse du chiffre d’affaires prévisionnel ainsi que des charges fixes et variables va pouvoir vous aider dans la conception de votre compte de résultats prévisionnel (et le calcul de votre EBITDA).

Ce document comptable a pour objectif de mettre en évidence le potentiel bénéfice (ou  perte) afin de prouver (ou non) la rentabilité de l’entreprise aux financeurs potentiels. Généralement, ce n’est pas grave si votre business est en perte les premières années car il est certain qu’il faut entreprendre d’importants investissement au début. Toutefois, il faut essayer de faire en sorte que votre entreprise soit rentable aux alentours de la 3ème année.

Pour aider votre financeur à comprendre les dépenses et recettes entreprises, il est nécessaire de faire apparaître notamment le chiffre d’affaires, la marge brute, l’EBE (Excédent Brut d’Exploitation), le REX (Résultat d’Exploitation) ainsi que le résultat net au sein de votre compte de résultats.

 

D.  Présentation de la CAF et du BFR

Pour vos financeurs, il est très important de connaître la CAF, Capacité d’Autofinancement, de votre entreprise. La CAF est un ratio financier qui mesure la capacité de votre entreprise à autofinancer son cycle d’exploitation et à dégager de la richesse. Généralement, une capacité d’autofinancement correcte doit être égale à au moins 1/3 du total des dettes financières de l’entreprise.

Le BFR, Besoin en Fonds de Roulement, est un autre indicateur financier très utile pour connaître le besoin de trésorerie nécessaire du fait de l’activité de votre entreprise.

S’il est négatif, c’est une bonne nouvelle car cela signifie que votre entreprise n’a pas besoin de trésorerie supplémentaire. A contrario, si le BFR est positif cela signifie que votre entreprise a besoin de trésorerie pour financer le décalage entre les décaissements et les encaissements.

 

E.   Analyse de la rentabilité

Pour analyser la rentabilité de votre entreprise, trois méthodes de calcul s’offrent à vous :

  • Premièrement, vous pouvez calculer le ratio nommé ROA (Rentabilité des actifs) en divisant le résultat d’exploitation par la moyenne des capitaux investis et en multipliant le tout par 100. Vous aurez ces informations dans le bilan prévisionnel.
  • Vous pouvez également calculer le RCP (Rentabilité des capitaux propres) en divisant le bénéfice après déduction des intérêts et des impôts par la moyenne des capitaux investis et en multipliant le tout par 100.
  • Ou encore le RCE (Rentabilité des capitaux extérieurs) en divisant les intérêts payés par la moyenne des capitaux extérieurs investis et en multipliant le tout par 100.

Ces indicateurs de rentabilité sont très importants pour les banques et investisseurs car ils permettent de savoir si votre projet est viable.

Comment interpréter le ROA, le RCP et le RCE ? Ces indicateurs doivent être les plus grands possible car plus votre rentabilité sera élevée, plus leur investissement sera rentable

Que faire avant d’écrire son business plan

A.   Les principales erreurs à éviter

Le business plan est un document qui peut sembler simple à réaliser. Pourtant, les investisseurs et coachs en entrepreneuriat retrouvent souvent les mêmes types d’erreurs.

Tout d’abord, il est important de garder à l’esprit que la forme d’un business plan compte tout autant que le fond. Nous avons donc passé en revue 25 erreurs de forme à éviter dans un business plan.

Concernant le fond du business plan, nous vous conseillons de prêter particulièrement attention à la liste des erreurs récurrentes que nous avons constaté relatives :

  • A l’étude de marché
  • Au business model
  • Aux hypothèses financières
  • A l’approche top down
  • A l’équipe
  • A « l’impersonnalisation »
  • Et enfin à la rédaction du business plan

 

B.   Soyez ambitieux mais réaliste

Le business plan doit impérativement traduire une image fidèle de la situation c’est-à-dire ni pessimiste ni trop optimiste. Toutefois, pour réussir n’ayez pas peur d’être ambitieux, cela rassurera vos investisseurs. Attention, ambitieux ne veut pas dire pour autant « embellir les hypothèses ».  L’une des principales erreurs classiques d’un business plan est de surestimer ses profits et de sous-évaluer ses charges.

Vous devez donc bien évidemment mettre en lumière les points forts de votre business, mais d’évoquer aussi les problématiques à résoudre et les moyens à mettre en œuvre pour y arriver plutôt que d’embellir vos chiffres.

 

C.   Adaptez votre business plan en fonction de votre interlocuteur

Le business plan est un document qui peut être rédigé à plusieurs moments et de façon différente selon le destinataire. Il est donc fréquent d’adapter le business plan en fonction de son interlocuteur. Cela étant, nous vous conseillons de prévoir plusieurs versions de business plan à savoir une plutôt pessimiste, une réaliste et une plutôt optimiste afin d’envisager plusieurs hypothèses.

Pour ce qui est du contenu, plusieurs règles sont à connaître notamment le fait d’effectuer une matrice SWOT seulement si votre business plan s’adresse à une banque ou à BPI France.

En ce qui concerne le format du business plan, celui-ci pourrait aussi différer en fonction du timing imposé par son interlocuteur par exemple.

 

D.  Ne négligez pas la présentation de votre business plan

Comme pour Miss France, la forme compte autant que le fond pour un business plan c’est pourquoi vous ne devez surtout pas négliger la présentation. Gardez en tête que votre business plan doit refléter votre projet, à ce titre il doit être clair, lisible et  ordonné.

Nous vous conseillons de favoriser les schémas, graphiques et tableaux aux textes lorsque cela est possible car cela rend votre business plan plus dynamique et la lecture plus agréable.

Quels outils utiliser pour une présentation claire et soignée ?

 

A.   Favorisez PowerPoint à Word

Il y a quelques années, la plupart des business plan étaient réalisé à partir du logiciel Word. Alors pourquoi passer à Powerpoint ? Au vu des progrès informatiques et de la nouvelle ère digitale qui se sont mis en place au cours de ces dernières années, PowerPoint est un logiciel qui coïncide bien mieux avec les attentes des investisseurs d’aujourd’hui. Mais pourquoi ? Tout simplement parce que de nouveaux outils ont été ajouté à PowerPoint pour vous permettre d’être toujours plus créatif.

Grâce à PowerPoint, votre business plan sera une présentation claire et dynamique, soit parfaite pour convaincre votre interlocuteur.

 

B.   Découvrez un modèle de business Plan

Pour l’élaboration d’un business plan réussi nous avons réalisé un modèle complet qui s’appuie sur plusieurs années d’accompagnement d’entrepreneurs et d’une expérience en fonds d’investissement.

 

C.   Téléchargez gratuitement un exemple de business plan personnalisable

Vous souhaitez créer un business plan qui vous ressemble et qui a du sens pour votre projet ? N’attendez plus et découvrez gratuitement un exemple de business plan personnalisable.

 

D.  Utilisez le logiciel business plan Excel

Besoin de réaliser un business plan et un modèle financier sous Excel ? Rien de plus simple ! Avec notre logiciel, les calculs sont automatisés, les ratios clés sont visibles en un coup d’œil et plus de 600 données sont facilement paramétrables.

Vous l’aurez compris, avec cet outil, votre modèle financier sera une réussite !

 

E.   Utilisez une grille d’analyse pour améliorer votre business plan

Comment juger si votre business plan est bon ? Avec cette grille d’analyse, vous obtiendrez une note selon différents critères et vous pourrez ainsi corriger vos erreurs. Cette grille d’utilisation est automatisée sur Excel et facile d’utilisation ; vous n’aurez donc pas de mal à vous mettre dans la peau d’un véritable jury. Quoi de mieux pour améliorer votre business plan ?

 

F. Passer par un expert en business plan

 

Pourquoi ne pas passer par un cabinet 100% dédié au business plan et à la levée de fonds comme My Business plan, fondé par un entrepreneur. N’hésitez pas à nous contacter au 0609174106. Nous serons ravis de vous aider.

Cette fiche vous a plu ?

 

Partagez-la !

 

Nos outils et modèles en lien
avec cette fiche

Nos fiches pratiques qui pourraient vous servir

Etude de marché
Business plan : 6 questions à se poser pour définir sa cible

En 6 points, nous passons en revue les principaux enjeux de l'analyse de la demande. Il existe quelques grandes questions à se poser

Découvrir
Business Plan Etude de marché
Business plan : Réussir son étude de marché

Comment réaliser une bonne étude de marché pour son business plan ? Faut-il utiliser la méthode qualitative ou quantitative ? Les réponses par junior ESSEC Conseil, spécialiste des études de marché pour entrepreneurs. 

Découvrir
Business Plan
Business plan: Ne faites pas ça !

Les investisseurs et coachs en entrepreneuriat retrouvent souvent les mêmes types d’erreurs dans les business plan. Effectuons une revue de ces erreurs et lorsque vous rédigerez votre business plan, vous penserez à cette checklist !

Découvrir
Business Plan
25 erreurs de forme à éviter dans un business plan

Pourquoi éviter les erreurs de forme dans le business plan ? Quels sont ces erreurs ? Quels impacts auront sur votre interlocuteur ? Comment les investisseurs considèrent-ils un document contenant ces erreurs ? 

Découvrir

Vous avez une question,
un besoin ?

Que ce soit pour votre banque ou pour lever des fonds, notre expert vous aidera à vous poser les bonnes questions, à choisir les bonnes options stratégiques, trouver un business model pertinent et rédigera un business plan convaincant aux yeux des financeurs.

Consultant business plan

Gaëtan Baudry

N’hésitez pas à le contacter pour tous vos besoins

06.09.17.41.06

restez informés sur nos dernières sorties

Inscrivez vous à notre newsletter !

Newsletter

Contactez un expert en business plan et levée de fonds