Un canadien vous dit tout sur le business plan pour un restaurant

Publie le 06 Février 2013 22:53

Formation au business plan pour restaurateur

Rédiger un business plan avant même d'avoir lancé un projet peut parfois être une perte de temps. Dans le cas de l'ouverture d'un restaurant, les investissements et montants en jeu sont tels qu'il est indispensable de préparer un dossier solide, de travailler son étude de marché et de rédiger un business plan professionnel. Philippe Bertrand a créé le Centre de Développement et d'Entrepreneuriat en Restauration de Montréal pour aider et former les porteurs de projet dans le secteur de la restauration. Il nous explique ici les étapes importantes à respecter pour rédiger un business plan avant d'ouvrir un restaurant. 

Rédiger le business plan pour un restaurant : un gain de temps pour l'ouverture 

Le business plan  est un des deux éléments essentiels à la réussite de notre futur entrepreneur-restaurateur, surtout dans ce domaine d’activité si spécifique. Il est un outil et document professionnel qui lui permettra de définir avec précision son projet. Il demande à la personne de transcrire et de poser une réflexion sur sa future entreprise. Il lui demande de penser chaque détail de celle-ci pour en assurer la pérennité. De la mission, à l’étude de marché, en passant par la phase marketing, la gestion des ressources humaines, le parcours client… pour terminer par le financement de son projet et la phase d’ouverture de son entreprise en restauration.

Par exemple, il amène la personne à effectuer des recherches, créer des documents professionnels essentiels à une saine gestion de son entreprise, connaître ses futurs partenaires (fournisseurs de services et alimentaires). Cela l'oblige à créer le parcours expérientiel de son client, à penser à quelles compétences il devra faire appel pour compléter éventuellement les siennes et être en mesure d’offrir le service qu’il souhaite à ses clients.

Effectuer son plan d’affaires, c’est un gain de temps considérable lors de l’ouverture de votre entreprise, car vous aurez eu l’occasion de penser, de réfléchir aux détails qui feront la différence entre vous et vos concurrents. Il y a toute la réflexion de la gestion des matières premières. Une des causes d’échecs résulte d’une mauvaise gestion des denrées et du calcul des food-cost et prix de vente. Tous ces points doivent être abordés dans le plan d’affaires ainsi que les règles d’hygiènes et salubrités en la présence d’un plan de maîtrise sanitaire…

La personne souhaitant faire la différence au sein de sa communauté aura posé des gestes à restauration durable que ses clients sauront apprécier, avec pour impact un bouche à oreille positif. Bien sûr, ce ne sont que quelques exemples que nous pouvons trouver à l’intérieur d’un plan d'un business plan destiné à une entreprise en restauration. Notre programme en comporte de très nombreux.


 

Les parties importantes d'un business plan pour un restaurant 

Toutes les parties d’un business plan spécifique à une entreprise en restauration sont importantes, car comme nous le démontrons à travers notre programme, toutes les parties sont interreliées entre elles.
Par exemple la mission de l’entreprise restauratrice est extrêmement importante, pourtant elle est souvent négligée. L’impact sur la clientèle peut-être désastreuse, car celle-ci ne se reconnaît pas à travers elle. La mission est également importante pour donner une ligne directrice de la philosophie et des valeurs que notre entrepreneur-restaurateur souhaite donner à son entreprise, en plus d’attirer les personnes (employés) désireuses de mettre leurs compétences au sein de celle-ci.

On ne peut pas négliger une partie au profit d’une autre. L’analyse des risques et dangers par exemple peut paraître futile et non agréable à faire, mais elle est une des parties essentielles, si je devais m’exprimer ainsi, à la conception du plan d’affaires et du projet. Il est primordial de réfléchir à cette éventualité. La négliger ou la mettre de côté, viendrait à prouver que notre futur entrepreneur n’a peut-être pas toute la maturité nécessaire à l’avancement du projet.
L’analyse des risques et dangers terminée, aura un impact très positif sur l'entrepreneur, puisqu’une fois effectuée, elle permettra à notre entrepreneur-restaurateur de le sécuriser mentalement et lui permettra de se concentrer pleinement sur son projet. Car savoir qu’il existe des solutions de sorties « positives » permettant de limiter les dégâts, dégage la personne de pensées négatives et lui permet d’avoir une attitude positive et proactive face à la réalisation de son projet.

Par ailleurs, le marketing expérientiel est important dans notre métier. Il est important de sortir et de dépasser les fameux 4P si l’on veut vraiment que nos clients soient aujourd’hui satisfaits.
 

3 choses à ne pas faire dans le business plan d'un restaurant

Je dirais que la principale erreur réside dans la précipitation. Il est important de prendre le temps de penser son projet. Je dirais également qu’il serait important de revenir sur deux valeurs fondamentales de notre métier, qui sont :
  • le service envers notre client
  • et la formation de notre personnel.
Je vois de nombreux concepts où l’on mise énormément sur le décorum au détriment du service et de la formation des employés. Par ce fait même, les créateurs s’étouffent avec des investissements importants et ne forment pas leurs employés à suggérer les services/produits de l’entreprise à leurs clients. Croyez-moi, il en résulte une grande perte d’argent pour l’entreprise.
Une autre erreur que je constate : Les entrepreneurs restaurateurs n'adaptent pas leur business plan au secteur de la restauration ! Trop souvent les plans d'affaires sont d'ordre général. Or il est important que votre business plan soit adpaté à la restauration. Par exemple : retrouve-t-on les bons ratios d'exploitation à ce type de commerce, le marketing est-il adapté à ce type d'entreprise.
 

La concurrence d'un restaurant est un stimulant

Dans notre programme, nous démontrons que la concurrence est un stimulant pour l’entreprise. Elle oblige notre futur entrepreneur et l’entreprise récemment créée à se dépasser, à se remettre en question, à poser des actions qui lui permettront de se démarquer nettement de son concurrent.

L’évaluation de la concurrence se doit d’être positive. Je constate trop souvent l’erreur de nombreux entrepreneurs de poser des critiques envers leurs concurrents, au lieu de faire une analyse constructive et juste de leurs services/produits, forces/faiblesses… Le temps dans notre domaine d’activité est très précieux, alors critiquer son concurrent est une perte de temps significative et un signe de faiblesse indiquant que l’on n'a aucune solution à lui opposer.

La meilleure façon pour obtenir des information sur ses concurrents pour son business plan est d’aller directement sur place. Quel type de menu offre-t-il? Quelle est sa politique de prix ? Est-ce qu’il offre des promotions ? Quel est le niveau de prestation de service ? Comment est conçu le support de vente du menu ? Quel type de clientèle rejoint-il ? Quels sont les services et produits annexes que celui-ci propose ? Depuis combien de temps existe-t-il ?
On peut analyser énormément de points, il est important d’être le plus précis possible et de penser en fonction de son projet. Il est également important de ne pas négliger les « produits de substitution » dans le choix des clients, qui sont plus nombreux que par le passé.
Les sources d’informations sont nombreuses. Il faut beaucoup lire les revues d’affaires, se tenir au courant des tendances, ne pas hésiter à se déplacer et payer de sa personne.


 

L'emplacement d'un restaurant : La clé de la réussite

L’emplacement requiert une analyse spécifique. Celle-ci doit se faire en relation avec votre concept. Les points importants à étudier sont la superficie, le coût du loyer en fonction de votre chiffre d’affaires, le bail, les possibilités de développement dans le futur, la possibilité d’avoir une terrasse, la facilité de stationner pour vos clients, les transports en commun les plus proches, l'étude des commerces avoisinants (qui peuvent devenir vos prescripteurs et partenaires) …


Mais il est bon de pousser un peu plus loin l’analyse de votre emplacement en étant proactif. Il est bon de prendre rendez-vous avec différentes associations, la Mairie du quartier et autre organisme, pour entrevoir les possibilités de projets de développement économique du même quartier. Ces développements pourraient devenir un facteur positif et de réussite de votre projet ou dans le cas contraire nuisible et catastrophique à moyen terme.

N’oubliez pas que lorsque vous allez signer votre bail, vous vous engagez pour plusieurs années, alors essayez de faire en sorte que ce soit pour le mieux.

Comme vous pouvez le constater, choisir l’emplacement de sa future entreprise demande une attention toute particulière et une étude approfondie de cette partie du plan d’affaires. Mon conseil est de faire attention au côté émotionnel. Celui-ci ne doit pas prendre le dessus et je vous recommande de visiter plusieurs locaux, afin que vous puissiez prendre de l’expérience et faire votre choix en toute connaissance de cause.

 

Conclusion : un business plan pour une restaurant ne se réalise pas en 2 mois

On me demande régulièrement de réaliser un plan d’affaires en deux mois. Je réponds que non, c’est impossible. Réaliser un plan d’affaires dans ce secteur d’activité demande du travail et ce n’est certainement pas dans un laps de temps aussi court que l’on met toutes les chances de réussite de son côté.

En ce début d’année 2013, je conduis une vingtaine de projets, aussi bien en face à face que par Skype pour les entrepreneurs ayant besoin de coaching en business plan en dehors de Montréal. Ils sont tous aussi stimulants les uns que les autres. Je voudrais mentionner que nous œuvrons au sein d’un des plus formidables métiers qui existent. Celui-ci nous permet de mettre à profit notre sens de la communication avec nos clients. De pouvoir mettre en exergue notre côté créatif à travers le service, la cuisine, le marketing expérientiel de l’établissement et autre activité… De mettre à profit nos sens dont la nature nous a dotées, de nous réaliser en tant qu’entrepreneur, bref mon conseil se résume en trois lettres, soyez un « P.R.O » du service.
 
  • P : proactif, n’attendez personne et allez au-devant de vos clients. Épatez-les en les stimulants sur tous les aspects de votre entreprise
  • R : réactivité, ne baissez jamais les bras et entrevoyez toujours les solutions possibles faces aux défis qui vous seront présentés
  • O : observer, l’observation est une des clés de succès de notre métier. Observez vos clients et c’est eux qui vous apporteront les solutions à leur offrir un meilleur service

*Ce ne sont pas les mots qui définissent nos actions, mais bien nos actions qui définiront le sens réel des mots.

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux !
Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire