6 raisons de ne pas faire une levée de fonds

 

La levée de fonds apparaît aujourd'hui comme le saint-Graal aux yeux des entrepreneurs qui souhaitent lancer leur projet. Voici pourtant 6 raisons de ne pas le faire.

Levée de fonds

1. Parce que vous n’en avez pas besoin

La première question à vous poser avant de solliciter des fonds auprès d’investisseurs extérieurs, c’est de savoir si vous en avez vraiment besoin. Les raisons principales qui poussent à lever des fonds sont en général des dépenses de R&D importantes, des investissements coûteux ou une étape à franchir pour donner une nouvelle impulsion au projet . Lever des fonds sans remplir ces conditions, ou pour remplir à des objectifs mal définis, expose aux inconvénients que la dilution de capital induit sans en tirer les avantages.

logo take eat easyC’est l’une des raisons qui explique la faillite de Take Eat Easy, victime du mythe du Winner Takes All dans le secteur de la livraison de plats : les entreprises y lèvent des sommes de plus en plus grandes en s’appuyant sur la croyance qu’il ne pourra en rester qu’un sur le marché et qu’il faut éliminer la concurrence avec une stratégie commerciale agressive. Le vrai besoin de Take Eat Easy était de fidéliser un public plutôt volatile, plus que solliciter des levées de fond successives.

 

2. Parce que le contexte n’est pas favorable

La réussite d’une levée de fonds dépend en partie de son timing. L’un des facteurs à prendre en compte est le contexte macroéconomique, et la plus ou moins grande frivolité des fonds d’investissements qui en découle. Assurez-vous que la fenêtre soit « ouverte » avant de consacrer du temps à la préparation d’une levée de fonds, car en l’absence d’un contexte favorable, vous pourriez échouer, mal valoriser votre entreprise ou faire une levée décevante au regard de votre projet.

A l’inverse, méfiez-vous des effets de mimétisme comme en a fait les frais boo.com, première victime de la bulle internet des années 2000 : le site de vente en ligne de vêtements sportswear acceptait les retours sans frais supplémentaires, ce qui leur a coûté bien plus que l'optimisme des 135 millions de dollars levés. Les effectifs ont été multipliés par quatre sans que le chiffre d'affaire ne tienne la cadence.

 

3. Parce que vous n’êtes pas prêts

Un executive summary bancal, un business plan pas terminé… La levée de fonds est un processus long et fastidieux qui demande de la patience, sans laquelle il s’avère contre-productif. D’une part, vous pourriez en revenir bredouille parce que vous n’aurez pas su convaincre vos investisseurs. D’autre part, votre entreprise pourrait ne pas être valorisée à sa juste valeur du fait de vos approximations. Enfin, la levée de fonds permet d’engager un processus de croissance qui, s’il intervient trop fort, trop tôt, pourrait poser des problèmes de trésorerie et devenir incontrôlable


logo take awayC’est le cas de Take Away, start-up spécialisée dans l’emballage de produits à emporter dans le secteur de l’alimentation, qui est aujourd’hui en redressement judiciaire, un an seulement après avoir levé 500 00 euros. La raison à cela ? Une croissance trop rapide dans un environnement industriel hostile, d’où un décalage entre créances clients et dettes fournisseurs faute de trésorerie. 

 

4. Parce que vous n’avez pas le bon statut

Le statut de votre entreprise joue un rôle décisif dans votre capacité à attirer des investisseurs avec votre projet. A cet égard, le statut de SAS présente certains avantages du fait de la flexibilité de sa rédaction, et donc sa gestion simplifiée qui permet de céder des droits sociaux facilement. Au contraire, cette cession ne peut se faire se fait que sous certaines conditions pour une SARL, ce qui rend plus difficile la levée de fonds avec un tel statut. C’est donc une question à prendre en compte avant de se lancer tête baissée l’opération.

 

 

5. Parce que vous perdrez du pouvoir

Qui dit levée de fonds, dit dilution du capital, et donc exposition à plusieurs inconvénients. Le premier est de voir votre vision et celles de vos investisseurs diverger, ce qui peut geler la prise de décision et paralyser l’activité de l’entreprise. En effet, en levant des fonds, vous perdez une partie de votre pouvoir de décision et vous vous engagez à rendre des comptes aux investisseurs – vous n’êtes donc plus seul à bord, à décider de la direction à donner à l’entreprise.
Ce fut le cas de L’usine à Design, start-up spécialisée dans la décoration d’intérieur, dont les 5,5 millions levés étaient disproportionnés par rapport au projet, et ont ainsi mené à sa faillite : « Très vite, on a été pris dans l’engrenage de la croissance, de la structuration, et on ne prenait plus le temps nécessaire pour s’interroger, tester, se remettre en question, car il fallait toujours faire les objectifs pour le reporting mensuel », raconte Emilie Gobin, fondatrice, au JDN en 2013.

Il faut aussi avoir conscience qu’en diluant le capital de votre entreprise, les bénéfices sont redistribués, et vos investisseurs pourraient chercher à les augmenter plutôt que de favoriser l’investissement par exemple – c’est le second inconvénient. Avant même d’ouvrir le capital de votre entreprise, assurez-vous donc que vous partagez une même idée de sa finalité, quitte à prendre votre temps, à être « difficile » en négociation, ou à ne pas effectuer la levée de fonds.

 

6. Parce que cela prend du temps

Si vous n’êtes pas certains d’en avoir besoin ou que vous n’êtes pas prêts, ne vous lancez pas dans une levée de fonds qui sera chronophage et qui se fera donc au détriment de l’activité de votre entreprise. Sinon, prévoyez une trésorerie suffisante pour pallier cela, et faites-vous accompagner si vous ne voulez pas que le temps consacré à la levée fasse couler votre projet. Parmi les start-ups citées plus haut, aussi bien Take Eat Easy que Take Away ont consacré beaucoup de temps à une voire plusieurs levées de fond qui ont nui à leur activité et ne sont pas arrivées à temps, la conjonction de ces deux facteurs les menant à la faillite.

PARTAGER CETTE FICHE PRATIQUE

Ajouter un commentaire