"Il est préférable de ne pas faire de levée de fonds"

Publie le 15 Juin 2015 12:43

Leader mondial de l’échange de maisons et d’appartements avec plus de 130 000 maisons dans 187 pays, Guest To Guest a réussi plusieurs levées de fonds . Quel est son secret? Qu'est ce qui change après deux levées de fonds? Comment gérer la cohabitation des différents investisseurs? Charles-Edouard, Général Manager à Guest To Guest nous explique tout.

guest to guest et ses levées de fonds

 

Le secret pour réussir à lever autant de fonds plusieurs fois

Chaque levée de fonds a été différente. Avant celle de 1 million, nous avions levé 250 000 auprès de Business Angel. Sur chacune des levées de fonds, nos investisseurs ont été intéressés principalement par notre forte croissance et notre modèle mondial : nous faisons aussi bien des échanges en France, qu’aux Etats-Unis, au Brésil ou en Australie.

Ce qui change après deux levées de fonds 

Entre les deux levées de fond, nous étions devenu Leader mondial en tenant nos promesses en terme de croissance. Le discours que nous tenions depuis le début sur notre capacité à dépasser les autres sites existants est devenu réalité. Nos trois innovations  - les GuestPoints permettant les échanges non réciproques, le modèle économique de gratuité avec des services optionnels payants ainsi que notre organisation en réseau social – nous ont permis d’étendre le marché et donc de le démocratiser.

Avantages et les inconvénients pour l’entreprise qui fait une levée de fonds

Dans un système comme le notre, il y a toujours trois étapes :

  1. Créer une base de données suffisante (pour avoir suffisamment de logements),
  2. Créer l’usage (pour avoir suffisamment d’échanges)
  3. Monétiser (pour pouvoir rembourser les investissements)

Ainsi, nous savions dès le départ qu’il nous faudrait investir et donc que les levées seraient obligatoires.
Dans l’absolu, il est toujours préférable de ne pas faire de levée … si on peut se développer sans.

Dans le cas contraire, il est important de bien choisir son partenaire investisseur.
Avec la MAIF, nous avons mis en place un partenariat basé sur des valeurs communes : la confiance et le long terme. Jusqu’à aujourd’hui, nous n’avons vu aucun inconvénient à ces levées.

Gérer la cohabitation de différents investisseurs de sa boîte 

En fait, depuis le début, nous expliquons à nos actionnaires que nous aurons besoin de plusieurs levées pour devenir le leader de l’échange de maisons. Ainsi, ils sont préparés à cette éventualité. Nous avons, dès la première levée, créé un board dont les membres étaient des actionnaires de référence pour nous accompagner. Il est très important pour nous d’avoir l’accord unanime de ce board avant l’arrivée d’un nouvel actionnaire.
Aussi, nous sommes très attentifs à la liquidité des parts et dans la mesure du possible nous l’organisons.

La levée de fonds est une occasion de revoir le business plan. 

Avec les levées de fonds, nous n’avons jamais remis en cause le point d’arrivée : plusieurs millions de membres dans 5 ans. Nous avons juste modifié la répartition entre les différents services que nous proposons. Par exemple, nous avons beaucoup plus de demande d’assurance que nous l’avions prévu.

La valorisation d'une société, quelle technique ?

La valorisation d’une start-up est toujours complexe. Pour nous, cela a été un savant calcul entre le besoin de financement, les chiffres à 3 ans, le potentiel de l’entreprise, le besoin  de rester des entrepreneurs, et le financement des concurrents.
A la fin, il s’agit toujours d’une discussion pour que tout le monde s’y retrouve.

Les 3 conseils aux entrepreneurs qui se préparent à lever des fonds 

  1. Donner du timing à votre levée quitte à perdre certains investisseurs.
  2. Ne pas changer votre vision pour faire plaisir aux investisseurs.
  3. Marketer votre équipe dirigeante.

Le mot de la fin ?

Inscrivez vous sur guesttoguest.com pour vous loger gratuitement pour vos prochaines vacances. 

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire