REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitter flux rss sur le business planLinkedin my business plan

Interview : Réussir sa levée de fonds post-covid

En quoi la crise sanitaire a impacté les levées de fonds ?

Edouard Seguin a d’abord été directeur financier dans des entreprises diverses (Groupe Afone, Groupe Muller, Modus Media). Il a pu pratiquer des opérations d’introduction en Bourse ou encore de fusion acquisition. Il a ensuite créé Piment and Co en 2011 pour participer à l’aventure entrepreneuriale de ses clients en leur apportant son expérience et mon expertise. Aujourd’hui il nous explique comment réussir sa levée de fonds post-covid.

levée de fonds en période post covid

La crise a eu un impact ambivalent sur les levées de fonds tant positif que négatif.

  • La crise a eu un impact négatif dans le sens où les entreprises un peu faibles sur leur marché ou leurs fondamentaux financiers ont été fragilisées. Leurs ambitions de levée de fonds n’ont pas pu se concrétiser car elles se sont plutôt consacrées à leur survie (négociation du PGE, mise en place de l’activité partielle).
  • La crise a eu un impact positif de montrer que l’endettement est nécessaire mais n’est pas un puits sans fonds pour financer son activité. La vraie clé du financement de l’activité économique est la croissance des fonds propres. Les entreprises qui avaient un projet et des fonds propres solides ont pu concrétiser leur projet de levée de fonds pendant cette période.

Les levées de fonds sont la solution pour relancer l’économie car financièrement ce sont les niveaux de fonds propres qui permettent de lever des dettes.

Ce sont ces dettes qui serviront à investir dans son outil de production, dans du personnel compétent, dans un nouveau projet commercial.
L’économie française est énormément financée par la dette et beaucoup moins par les fonds propres. Or dans la sphère privée comme dans la sphère publique, le poids de la dette devient rapidement un problème quand la croissance n’est plus au rendez vous. Grâce à une levée de fonds, on renforce le niveau de fonds propres, on diminue son ratio d’endettement et on peut à nouveau retrouver un souffle en matière de trésorerie pour créer de nouveaux projets.

Notre façon de travailler a surtout changé avec le développement de la visio conférence et le travail à distance. 

Avant, nous passions beaucoup de temps chez nos clients avec des transports conséquents. Aujourd’hui, ces réunions sont devenues plus rares et réservées aux temps forts de la levée de fonds. Les points d’étape rapides sont aujourd’hui réalisés en visio. On gagne en temps, en efficacité et en coût.
Nous sommes également plus sélectifs sur les projets que nous accompagnons et prenons un peu de temps pour bien les qualifier.

Les investisseurs sont surtout sensibles au chiffre d’affaires et au carnet de commandes

Plus que jamais les investisseurs sont sensibles au carnet de commandes clients et au niveau actuel d’endettement ainsi qu’à la capacité future de remboursement.
Le chiffre d’affaires et la capacité à générer un carnet de commandes solide sont des points majeurs pour les investisseurs.
L’endettement passé est un sujet important également car les investisseurs prennent en compte les PGE contractés non remboursés et les reports de charge qui ont pu être réalisés dans leur analyse.

Les business plans ont subi des changements notamment liés à des décalages temporels dans les prévisions

Les vraies modifications sont en effet liées à des décalages temporels dans les prévisions au niveau du chiffre d’affaires (un peu plus de prudence dans les prévisions de croissance) et donc un ajustement dans les prévisions de charges en conséquence.
Au niveau bilantiel, la prise en compte d’un remboursement des PGE et des décalages de charges sociales doit impérativement être faite au risque de se retrouver avec une erreur majeure dans les prévisions de trésorerie et besoins de financement

Les start-ups françaises ont levé pour 5,4Ma d’€ en 2020, ce qui est encourageant pour la suite

De mon point de vue, passé le moment de sidération du confinement de printemps, les deals déjà mis en place se sont poursuivis pourvu que les fondamentaux n’aient pas évolué drastiquement. Du côté de chez Piment and Co, deux deals ont été conclu au printemps avant le confinement et de nouveaux dossiers ont continué à arriver. Donc 2020 a été une année normale sauf pour les méthodes de travail qui ont changé.

83% des start-ups ont souscrit à un PGE, un dispositif avant tout de prudence

Il était important de profiter de ce dispositif par mesure de prudence quitte à ne pas dépenser cet emprunt « de précaution » et à le rembourser à horizon 1 an. C’est ce que nous avions conseillé à nos clients. Certains ont remboursé l’intégralité de leur PGE récemment, d’autres ont préféré profiter du délai d’un an supplémentaire à titre de précaution là aussi.
Les investisseurs sont très attentifs à cette capacité de remboursement surtout si le PGE souscrit en 2020 a été intégralement consommé au printemps 2021. S’il est toujours majoritairement « stocké » sur un compte bancaire à part, la question est assez différente. Pour en savoir plus sur la capacité de remboursement, lisez cette fiche pratique sur la CAF.

Le carnet de commandes client et la capacité à recruter sont essentiels en ce moment aux yeux des investisseurs

La période est en effet incertaine. Il faut absolument se garantir une visibilité longue dans son activité et la capacité à « produire » avec des collaborateurs de qualité qui vont accompagner l’entreprise pendant plusieurs années.Ce sont les critères que regardent les investisseurs sur l’ensemble des dossiers que nous leur proposons.

Une stratégie insuffisamment étayée couplée avec une prévision financière un peu trop optimiste sont clairement des « facteurs clés d’échec » dans une levée de fonds.

Il est impératif pour le dirigeant d’entreprise qui souhaite ouvrir son capital de passer le temps nécessaire à perfectionner sa stratégie et la décliner en matière de prévision financière en y intégrant quelques sécurités car rien ne se passe dans la vraie vie comme dans la prévision Excel !

Un petit mot pour la fin, avez-vous une anecdote à nous raconter ?

Le lundi 9 mars 2020, nous avons bouclé une opération de renforcement des fonds propres adossée à une renégociation de crédit syndiqué pour la Minoterie Planchot en Vendée. Le vendredi 13 mars 2020, c’était le confinement de printemps.
En rediscutant avec les banquiers, investisseurs et dirigeants, nous avons tous convenu que le timing de cette opération débutée en juillet 2019 avait été parfait !
  

Ajouter un commentaire