REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

Le plan de financement pour les nuls

Qu'est-ce qu'un plan de financement ? Que retrouve-t-on comme éléments ? Est-il indispensable ? Il y a différents plans de financement selon si l'entreprise est sur le point de se lancer ou non. Alors comment le lire ? La construction de ces tableaux comptables constitue la base financière de l'entreprise qui conduira au développement de votre activité. Voici en quelques mots le principe du plan de financement.

 

Le plan de financement rend fou

 

Le plan de financement pour une création

Plus communément appelé plan de financement initial, celui-ci va mettre en évidence les achats de l'entreprise pour pouvoir lancer son activité, et l'origine des ressources qui permettent ces achats. Le total des ressources doit logiquement couvrir les achats et besoins de l'entreprise.

La présentation de ce plan de financement est simple: tableau de deux colonnes avec d'un côté les investissements de l'entreprise, et de l'autre l'origine des ressources qui permettent de financer ces investissements. Attention, il arrive que l'on présente le plan de financement avec les ressources en haut du tableau et les besoins en bas (ou inversement).

Les besoins

D'une entreprise à une autre, les investissements de démarrage varient. Ce sera des immeubles pour une agence immobilière, des machines pour un fabricant de chaussures ou encore un site web pour un e-commerçant. Ces gros investissements, de plusieurs milliers d'euros, sont classés parmi les immobilisations de l'entreprise. Il en existe plusieurs types:

- Immobilisations incorporelles pour des frais d’établissement (honoraires liés à la création, frais de publicité), des frais de recherche et développement, des concessions, des marques, des brevets, du fonds de commerce, du droit au bail, la création d'un site web, etc.

- Immobilisations corporelles pour tous les biens comme des machines, bureaux, matériel informatique, immeubles, etc.

- Immmobilisations financières pour les dépôts de garantie et les cautions (versés dans le cadre d’un bail commercial par exemple).

Dans le plan de financement, on fait figurer les acquisitions des immobilisations au prix HT (sauf si la société ne récupère pas la TVA comme l'acquisition de véhicule de tourisme par exemple).

De plus, l'activité, au lancement, provoquera probablement un décalage dans la trésorerie du fait de devoir payer les fournisseurs avant l'encaissement des ventes, comme par exemple :

  • Les frais liés à la création de l’entreprise,
  • L’achat du stock de départ,
  • Les petits achats de matériel et de fourniture.

Ces dépenses se traduiront par le Besoin en Fonds de Roulement (BFR). Pour combler ce décalage et éviter une faillite trop rapide, vous devez financer ce BFR. Pour plus de détails, vous pouvez lire notre fiche pratique sur le BFR.

 

Exemple:

L'entreprise achète des fournitures de bureau pour 600 euros TTC. Son besoin en fonds de roulement est de 600 €.

Enfin, l'excédent des ressources apportées par les fondateurs, les emprunts ou autres ressources formeront la trésorerie de départ qui permettra notamment de faire face aux premiers décaissements qui ne seront pas comblés par l'encaissement des revenus.

Les ressources

L'origine des sommes investies peut provenir de différents acteurs:

  • Les capitaux apportés par le(s) fondateur(s): Ces sommes sont bloquées sur les comptes de la société et ne sont pas récupérables par les associés, sauf en cas de liquidation ou de réduction de capital social.
  • Les emprunts, de banques par exemple
  • Les comptes courants des associés: Ce sont des comptes ouverts au nom des associés dans la comptabilité et sur lesquels les associés déposent temporairement des sommes afin d’améliorer la trésorerie de l’entreprise. Ce compte est remboursable à tout moment, sauf lorsque la banque exige un blocage des sommes y figurant.
  • Les subventions
  • Les capitaux d'investisseurs externes
  • Les prêts d'honneurs
     

Exemple:

Vous êtes une agence immobilière. Pour lancer votre activité, vous investissez pour:

1 000 000 € d'achat d'immeubles

Vous avez 20 000 € de frais de notaires, qui seront donc le BFR.

Pour financer ces besoins, les ressources proviennent de:

900 000 € d'apport en capital des actionnaires

120 000 € de comptes courants des associés

100 000 € d'emprunt auprès de la banque

Ainsi, le total des ressources est de 1 120 000 € et les besoins de 1 020 000 €. On aura donc une trésorerie de départ de 100 000 €.

Ci-dessous, un plan de financement simplifié avec des immobilisations corporelles correspondant aux achats des immeubles de l'exemple ci-dessus:

 

plan de financement simplifié

 

 

Le plan de financement sur plusieurs années

Le plan de financement sur plusieurs années est la suite logique du plan de financement initial. Il est présenté de la même façon avec les besoins d'un côté et les ressources en face. Plusieurs éléments peuvent y être ajoutés ou varier dans chacune des catégories:

Pour les besoins:

  • Des investissements futurs prévus
  • Les variations de BFR
  • Distributions de dividendes

Pour les ressources:

  • Des nouveaux emprunts et/ou leurs remboursements qui feront baisser les ressources et qui se transformeront donc en besoins.
  • Nouveaux apports en capital ou en compte courant
  • La capacité d'auto-financement dûe aux résultats des exercices

Ce plan de financement peut s'étaler de 3 à 5 années. Pour le BFR, c'est sa variation qui doit être prise en compte chaque année. Si elle est négative, cela devient une ressource pour l'entreprise. Pour plus de détails quant à son calcul, veuillez lire notre autre fiche pratique. Même chose pour la trésorerie où on calcule sa variation sur l'année. Ce plan de financement à moyen terme peut être présenté avec le plan de finacement inital sur le même tableau. Voici un exemple de la suite du plan de financement inital précédent:

 

Plan de financement et comptabilité

 

Ici, les remboursements d'emprunts deviennent des besoins car c'est des ressources en moins. Il faut les financer.

La capacité d'auto-financement est le résultat de l'exercice après impôt auquel on ajoute la dotation aux amortissements de l'année. En effet, les dotations sont calculées en tant que charges dans le compte de résultat pour prendre en compte la perte de valeur des immobilisations corporelles au fil des années. Mais dans la réalité, ces dotations sont fictives et ne génèrent pas de ressources en moins. C'est pourquoi elles sont ré-ajoutées au résultat pour calculer la réelle capacité d'auto-financement.

 

L'objectif du plan de financement

Il s'adresse directement aux financeurs. Ils vérifient:

  •     Si un projet est correctement financé et de manière équilibrée
  •     La prise de risque du porteur de projet
  •     L'ampleur global du financement

Plus les ressources permanentes, c'est-à-dire les ressources à long terme et qui ne varient pas régulièrement, sont majoritairement apportées par les fondateurs, plus le projet est considéré comme sérieux par les autres financeurs comme la banque.

Les banques ne vous prêteront pas plus que ce que vous investissez personnellement dans votre création (sauf co-investissement éventuel). En général, l'endettement ne doit pas dépasser 3 années de CAF (enfocntion du projet et des secteur entre 3 et 5 année).

Le plan de financement permet de répondre à des questions très pratiques:

Faut-il ou non lancer le projet ?

Si votre plan de financement indique un financement trop déséquilibré, cela peut amener la société vers la faillite. S'il est bien équilibré, c'est un bon point, mais il ne garantit pas entièrement le succès futur de votre entreprise.

Faut-il changer de business model, être moins ambitieux ?

Si le financement semble trop déséquilibré ou risqué, alors peut-être vaut-il mieux réduire les dépenses pour avoir moins de besoins de financement, à condition que cela ne diminue pas votre chiffre d'affaires dans de trop grandes proportions. C'est une variable à analyser dans de telles situations.

Quelques conseils

Attention à ne pas sous estimer les besoins de financement. Il sera toujours plus difficile de demander des ressources une seconde fois si celle-ci n'était pas prévue.

Pensez à ne pas mettre toutes vos finances dans votre création dès le début: Il vous faut pouvoir également tenir du côté personnel ou remettre du capital si besoin.

N'indiquez que ce qui est certain: par exemple si vous comptez sur une subvention mais n'avez aucune certitude, ne l'indiquez pas ou alors minimisez son montant pour prendre en compte le caractère aléatoire.
 

PARTAGER CETTE FICHE PRATIQUE

Ajouter un commentaire