> Nos fiches techniques > comptable > Capacité d’autofinancement (CAF): définition, calcul et analyse

Capacité d’autofinancement (CAF): définition, calcul et analyse

La Capacité d’Autofinancement ou CAF est la somme entre le résultat net et les amortissements. Comment la calculer ? A quoi sert-elle ? Comment l’analyser.

La caf ou capacité d'autofinancement

SOMMAIRE :

I. LA CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT : DEFINITION

  1. Explication de la CAF
  2. Différences CAF et Cash Flow 
  3. Intérêt de la CAF

II. Calcul de la Capacité d’Autofinancement :

  1. A partir de l’EBE
  2. A partir du Résultat Net

III. La fonction de la Capacité d’Autofinancement:

  1. Financer de nouveaux investissements et augmenter le Fonds de Roulement. 
  2. Payer les dividendes aux actionnaires. 

IV. Les ratios en relation avec la CAF

  1. Dettes financières / CAF
  2. CAF / Chiffre d’Affaires

V. Pourquoi améliorer sa CAF ?

VI. Les particularités des activités saisonnières 

VII. Comment améliorer sa CAF ? 

  1. Augmenter les produits encaissables
  2. Diminuer les charges décaissables 

I. LA CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT : DEFINITION

1. Explication de la CAF

La Capacité d’Autofinancement est un indicateur clef pour tout entrepreneur, investisseur ou financeur : il se calcule à partir du compte de résultat passé ou prévisionnel en fonction de vos objectifs. Elle représente les ressources que l’entreprise génère uniquement par son activité.

Elle représente l’argent généré par l’activité que l’on peut ensuite utiliser pour :

  • Investir dans le développement
  • Utiliser pour rembourser un prêt
  • utiliser pour verser des dividendes aux actionnaires sans ponctionner les résultats passés

Comptablement, il s’agit de la somme des bénéfices nets comptables avec les charges non décaissées. Mais on peut simplement la penser avec cette formule:

Capacité d’autofinancement = produits encaissables – charges décaissables.

2. Différences entre Capactié d’autofinancement et Cash Flow

Attention, il ne faut surtout pas confondre la Capacité d’Autofinancement avec le « Cash Flow ». En effet, le « Cash Flow » est l’ensemble des flux de trésorerie entrants ou sortants de votre compte bancaire. La Capacité d’Autofinancement ne prend pas en compte les encaissements ou décaissements de la période et ne s’intéresse qu’à l’activité de la période.


 

George a monté une entreprise de bonbons au détail. Son chiffre d’affaires mensuel s’élève à 100 dont 50 de créances clients. Il dépense 55 tous les mois comme charges pour ce chiffre d’affaires. Il contracte également 10 de dettes fournisseurs. Ainsi, son Cash flow immédiat à data T s’élève à -5 (100-50-55) mais sa CAF à 35 (100-55-10). La différence peut être très importante.

Ainsi, pour obtenir les flux de trésorerie issus de l’exploitation, on peut retrancher de la Capacité d’Autofinancement la variation du Besoin en Fonds de Roulement de la période (BFR).


3. Intérêt de la CAF

La capacité d’autofinancement est un ratio qui apparaît totalement comptable. Néanmoins, il a été créé pour des raisons très pratiques. En effet, quand le banquier cherche à évaluer votre capacité de remboursement d’un emprunt, utiliser la CAF est une méthode plus précise et souvent pertinente. Elle permet également de voir si vous pourrez payer vos impôts.

Utiliser son résultat net ou bénéfice pour voir si l’on peut rembourser un emprunt est par exemple erronné. Observez l’exemple de George.


 

George amortit tous les ans 100 son système informatique. Il possède un résultat net actuel de 10. On va donc considérer ici que sa CAF s’élève à 110 : en effet, les dotations aux amortissements ne sont pas de l’argent sorti de l’entreprise, il est mis de côté. Si Georoge souhaite obtenir un prêt de 50, alors mettre en avant le résultat net le l’aidera pas car George ne peut rembourser que 10 par an avec cette méthode. Si le banquier regarde la CAF, alors George pourra démontrer qu’il peut rapidement rembouser l’emprunt (capacité de rembousement de 110).


II. LE CALCUL DE LA CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT

Il y a deux méthodes de calcul : l’une passe par l’Excedent Brut d’Exploitation (EBE) et l’autre par le Résultat Net Comptable. Le calcul de la Capacité d’Autofinancement vous permet de manière générale d’évaluer le montant de la trésorerie potentielle dégagée par l’activité de l’entreprise.

1. Si l’on utilise l’EBE :

Capacité d’autofinancement = Excédent brut d’exploitation + Créances clients – Dettes fournisseurs – Dettes à court terme…

(Cela concerne en fait toutes les charges et tous les produits hors EBE qui concernent l’exploitation toutefois et qui seront encaissées à terme : excluez donc les charges et produits financiers par exemple.)

2. Si l’on utilise le Résultat Net Comptable :

Capacité d’autofinancement = Résultat de l’exercice + dotation aux amortissements et provisions – reprise sur provision

III. LA FONCTION DE LA CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT

1. Financer de nouveaux investissements et augmenter le Fonds de Roulement.

Avec la Capacité d’Autofinancement, vous pouvez rembourser vos emprunts (il vous faut alors calculer la caf minimale à dégager) et investir. Ce ratio est d’ailleurs utilisé par les banquiers et autres financeurs pour évaluer votre capacité à rembourser vos dettes et votre endettement maximum. Il faut donc vous assurer à chaque dette que vous contractez que votre Capacité d’Autofinancement sera capable de la couvrir.

Néanmoins, ce n’est pas sa seule utilité. Donc n’occupez pas toute votre Capacité d’Autofinancement pour un financement alors que vous en utilisez une partie pour un autre emploi.


 

George avait vu qu’il avait une Capacité d’Autofinancement de 100 tous les ans et qu’il pouvait donc financer un emprunt qui lui coutait en moyenne 75 tous les ans pendant 3 ans. Néanmoins, il avait oublié qu’il avait prévu un investissement pour 50 pendant 3 ans. Jean ne pouvait donc pas rembourser cet emprunt sur ces termes.


2. Payer les dividendes aux actionnaires

En relation avec la Capacité d’Autofinancement, on parle souvent de l’Autofinancement (AF). C’est tout simplement la Capacité d’Autofinancement sans les dividendes distribués. AF = CAF – Dividendes dotés. Par conséquent, une partie de la Capacité d’Autofinancement peut être destinée aux dividendes pour les actionnaires. Il ne faut pas négliger cette partie : en effet, lorsque vous accueillez des investisseurs, ceux ci peuvent avoir un poids dans la décision concernant les dividendes distribués tous les ans, réduisant d’autant votre Autofinancement réel.


 

L’entreprise de George va être rachetée entièrement par une holding financière. Cette holding a contracté un emprunt de 15 par an pour investir dans le rachat des actions, donc l’entreprise de George devra dégager au minimum 15 par an en dividendes pour que la holding survive. L’entreprise peut donc être fragilisée par ce rachat si la CAF est inférieur à 15 par an.


IV. LES RATIOS EN RELATION AVEC LA CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT

1. Dettes financières / Capacité d’autofinancement :

L’intérêt de la Capacité d’Autofinancement pour les banques est qu’elle leur permet de calculer un ratio de remboursement d’une dette : dettes financières / CAF.


 

Supposons que George, s’est endetté à hauteur de 100. Il possède une CAF de 20. Sa capacité de remboursement s’élève donc à à 5  (ie 100/20), alors cela signifie qu’il mettra théoriquement 5 ans à rembourser les dettes qui pèsent sur ses épaules avec la Capacité d’Autofinanement qu’il a actuellement. Ainsi, George n’est pas dans une situation idéale, il est recommandé en général d’obtenir un ratio de remboursement autour de 2-3 dans son secteur. Il va falloir que George soit plus convaincant sur le reste de son dossier ou il devra démontrer que sa CAF est ameneé à augmenter sur les prochaines année.


Néanmoins, les banquiers oublient parfois de penser que votre Capacité d’Autofinancement contient aussi les revenus que vous pourrez vous distribuer via les dividendes. Ils préfèrent construire des emprunts plus courts plutôt que de les allonger pour vous permettre un revenu. Vous devez donc y faire attention.

2. Capacité d’autofinancement / Chiffre d’affaires :

Ce ratio permet de comprendre la part de ressources internes que l’entreprise crée pour assurer son financement. C’est-à-dire que quand George calcule ce ratio et qu’il obtient 20%, cela signifie que quand il produit 100 € de chiffre d’affaires, 20 € de ressources internes peuvent financer les investissements de l’entreprise. Ainsi, à terme, quand George aura remboursé tous ses emprunts, fini ses investissements et qu’il ne fera plus qu’exploiter, George aura une capacité à investir dans son développement qui s’élèvera à 20% de son Chiffre d’Affaires.

V. POURQUOI AMELIORER SA CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT ?

Toute entreprise a intérêt à avoir une bonne Capacité d’Autofinancement. Cela présente de nombreux avantages. En améliorant sa Capacité d’Autofinancement, alors l’entreprise aura un meilleur pouvoir de négociation. En effet, plus la CAF est importante moins le banquier voit de risques. Mieux vaut avoir un profil moins risqué (avec une CAF élevée) qu’un profil avec une faible CAF. Par conséquent, les conditions d’un emprunt ou d’un investissement peuvent varier en fonction du niveau de la Capacité d’Autofinancement. Avec une liberté ainsi accrue, l’entreprise est plus sereine et saura plus facilement faire face à des moments de crise.

De plus, il ne faut pas oublier que chaque financement a un coût. Ainsi, tant que George aura une Capacité d’Autofinancement faible par rapport aux montants de ses dettes, il devra faire face à des charges financières importantes et l’ensemble des coûts de financements externes sera une montagne à ses yeux.


 

En effet, qu’est ce que vous préfèreriez : prêter 200€ à un ami qui a tendance à oublier ses dettes ou à une connaissance qui a pour réputation de rembourser chaque dette qu’il contracte ? La situation la moins risquée est avantageuse finalement. Le banquier raisonne de la même manière en évaluant votre risque en fonction de votre CAF.


VI. LA PARTICULARITE DES ACTIVITES SAISONNIERES

Dans ce cas, la Capacité d’Autofinancement varie énormément tous les mois en fonction de votre activité. C’est pourquoi les activités saisonnières éprouvent souvent des difficultés de financement. En effet, une activité saisonnière aura une Capacité d’Autofinancement faible certains mois et très élevée d’autres mois. Il se trouve que c’est plus difficile à évaluer pour les investisseurs et les financeurs. Néanmoins, dans ce genre de cas, il est plus intéressant de raisonner sur plusieurs périodes d’activité pour avoir un résultat global à peu près réaliste.


 

Par exemple, Yann possède une conserverie de haricots. Les haricots arrivent en été et les conserves se font à cette période. Néanmoins, les ventes de conserves sont nulles à cette époque ce qui rend la Capacité d’Autofinancement très basse. Au cours de l’année, quand la saison des haricots est terminée, l’entreprise ne met plus en conserve et ne fait que de la vente : la Capacité d’Autofinancement est donc très élevée.


VII. COMMENT AMELIORER SA CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT ?

L’idée est de s’adapter à la formule que nous avons inscrite plus haut : il faut réduire les charges décaissables et augmenter les produits encaissables. Vous avez donc plusieurs possibilités !

1. Augmenter les produits encaissables :

Vous pouvez augmenter votre Chiffre d’Affaires en augmentant le prix de vente si cela n’impacte pas trop le nombre de clients et le panier moyen. Il est possible aussi d’augmenter le panier moyen du client, fidéliser le client ou proposer un nouveau produit avec une rentabilité meilleure. Cette dernière option est en général plus difficile à mettre en place rapidement, cela demande une réflexion préalable importante.

2. Diminuer les charges décaissables :

Vous pouvez aussi réduire vos charges. En diminuant vos charges fixes, vous améliorerez sensiblement la marge brute de votre entreprise : c’est très intéressant ! Concernant les autres charges, si vous le pouvez, commencez d’abord par réduire vos charges financières, cela évite de réduire les charges d’exploitation, ce qui pourrait avoir des conséquences néfastes sur la qualité de vos produits.


 

En effet, quand on parle de réduire les coûts, on entend généralement parler de licenciement. C’est la méthode la plus simple et efficace de réduire les coûts fixes en fait. D’autant plus qu’il arrive parfois que l’on y perde pas tant de qualité ou de production que cela au détriment du temps de travail.


Vous l’autre compris, la caf ou capacité d’autofinancement permet de déterminer votre pouvoir d’indépendance. Une caf négative démontre votre incapacité à dégager par votre activité de la trésorerie et peut vous mener à la faillite. Au contraire, une caf nette très positive vous permet de financer votre développement et d’emprunter sans mettre en risque votre entreprise. C’est donc un indicateur clé à surveiller scrupuleusement car elle vous indique la ressource que vous dégagez via votre activité, ressource que vous retrouverez dans votre plan de financement.

Cette fiche vous a plu ?

 

Partagez-la !

 

REJOIGNEZ LES 20 000 MEMBRES DU CLUB MY BUSINESS PLAN

Vous voulez en savoir plus ?

De nombreux avantages pour les entrepreneurs et chefs d’entreprise

Télécharger des modèles gratuits

Obtenir des réductions pour entrepreneurs

Bénéficier de formations et de contenus gratuits

Nos fiches pratiques qui pourraient vous servir

Levée de fonds
Financer son entreprise : 7 techniques

Vous avez envie de créer votre entreprise mais vous n'avez pas l'investissement nécessaire? Nous vous proposons 7 méthodes pour obtenir les fonds qui vous permettront de financer votre projet.

Découvrir
comptable
Le plan de financement pour les nuls enfin décrypté

Qu'est-ce qu'un plan de financement ? Que retrouve-t-on comme éléments ? Est-il indispensable ? Si vous ne comprenez rien au plan de financement, cette fiche pratique est pour vous !

Découvrir
comptable
Réussir son plan de financement prévisionnel

En quoi consiste un plan de financement ? Qu'attend-on comme agrégats dedans ? A quoi sert le plan de financement ?

Découvrir
Levée de fonds
BSA AIR : une solution rapide et efficace pour financer ma start-up ?

Dans cette fiche pratique nous allons expliquer ce qu’est un Bond de Souscription Autonome Accord d’Investissement Rapide (BSA AIR), puis nous allons analyser les points forts et les points faibles de ce type de financement. Une chose est sure, ce mode de levée de fonds se démarque par sa simplicité et sa rapidité ! 

Découvrir

Le cabinet My Business Plan a accompagné plus de 1000 entrepreneurs.

 

Pourquoi pas vous ?

  • MICHAEL BITTON

    Fondateur d’Adsrank

    Merci à Gaëtan pour son savoir-faire et professionnalisme. Il a immédiatement compris notre besoin et a réalisé rapidement un travail de haute qualité. Merci

  • LAURENCE LASCARY

    Fondatrice de DACP, production de films

    Gaëtan m’a aidé à passer d’une vision à des documents de projections compréhensible par mes interlocuteurs financiers. Pas toujours simple de modéliser une activité de production audiovisuelle et cinématographique mais il a su faire preuve d’agilité. Ainsi Gaëtan a été à mes côtés pour présenter et valoriser mon projet de développement à des partenaires potentiels.

     

  • FLORENT GARCIMORE

    Président de la Pianolab

     

    “Je recommande fortement les services d’accompagnement de Gaëtan Baudry et son équipe, à qui j’ai eu le plaisir de confier une mission d’élaboration d’un business plan pour ma société PIANO LAB

    Leur disponibilité, professionnalisme et méticulosité, avec un sens de l’écoute, ont en effet permis de produire un business plan solide et dont la rigueur a été appréciée par nos interlocuteurs financiers.”

     

  • LINDA LABIDI

    Fondatrice de Cooniz

    Le service proposé nous a aidé à structurer nos idées et les présenter de manières ludiques et accessibles. Ses différentes expériences nous ont aidé à optimiser notre approche et maximiser nos chances de succès. Professionnalisme, écoute et réactivité ont été le ciment de notre fructueuse collaboration

     

     

  • FLAVIEN POBELLE

    Fondateur du studio Pobelle Photographe

    L’agence My Business Plan, après plusieurs échanges (pertinents), a su comprendre mon projet et les différents enjeux pour aller au-delà même de ma demande initiale.
    Véritablement proactifs, Gaëtan et son équipe ont croisé mes données avec des statistiques nationales pour confirmer la faisabilité du projet et mettre l’accent sur les axes d’amélioration nécessaires.
    A la livraison de mon prévisionnel, la lecture était simple, cohérente et pertinente que j’ai pu présenter à ma banque.
    Ayant eu un sentiment d’écoute bien supérieur à la relation que j’ai pu avoir avec mon comptable, je recommande vivement l’agence My Business Plan qui savent véritablement être à l’écoute des entrepreneurs.

     

  • LAMINE KONE

    Fondateur de Poro institute

     

    J’ai fait appel à deux reprises au cabinet My Business Plan et les missions ont été réalisées avec beaucoup de professionnalisme, à ma grande satisfaction.
    Monsieur Baudry et son équipe font montre d’une grande écoute et une analyse fine des caractéristiques  des projets qui leur sont soumis.
    J’ai recommandé le cabinet à un ami entrepreneur d’un projet d’envergure et ce dernier m’a aussi fait part de sa satisfaction. 
    Je recommande fortement le cabinet My Business Plan à tous les entrepreneurs avec la garantie d’un travail rigoureux à même d’ “accrocher” pour  les investisseurs.

     

  • DAVID KADOUCH

    Fondateur de Dalux Real Europe

    Travaillant sur mon projet novateur dans le secteur de l’immobilier de luxe, depuis plus de 2 ans, je n’avais jamais élaboré de business plan digne de ce nom pour convaincre les investisseurs institutionnels de me suivre sur ce projet. Afin de clôturer ma levée de fonds, il me manquait un business plan simple, percutant, convaincant et en anglais s’il vous plaît. Je suis tombé par hasard sur le net sur le cabinet My Business Plan et je ne le regrette pas ! Il m’a tout refait en 4 jours chrono pour un livrable hyper professionnel et top ! Je referais appel au cabinet si besoin.

o

Vous avez une question,
un besoin ?

Que ce soit pour votre banque ou pour lever des fonds, notre expert vous aidera à vous poser les bonnes questions, à choisir les bonnes options stratégiques, trouver un business model pertinent et rédigera un business plan convaincant aux yeux des financeurs.

Consultant business plan

Gaëtan Baudry

N’hésitez pas à le contacter pour tous vos besoins

06.09.17.41.06

restez informés sur nos dernières sorties

Inscrivez vous à notre newsletter !

Newsletter

 

 

Se faire conseiller gratuitement par un comptable