REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

La SAS: quels sont ses avantages ?

 

Vous créez votre entreprise mais ne savez pas encore quel statut choisir ? La SAS (Société par Action Simplifiée) pourrait être un bon choix pour vous. Entretien avec Maître Nicolas Weisz, avocat associé chez Earvin & Lew, qui va nous détailler les avantages de la SAS à pondérer avec ses inconvénients.

 

  • Quels sont les 3 principaux avantages d’une SAS ?

  La SAS est surtout plébiscitée pour la grande flexibilité qu’elle offre dans sa gestion. Ses principaux atouts sont la liberté dans son mode de fonctionnement (la rédaction des statuts est relativement libre), la possibilité pour le dirigeant de bénéficier du régime général de la sécurité sociale, ou encore l’absence de capital minimum et la responsabilité limitée des actionnaires.

  • Quels sont les 3 principaux inconvénients d’une SAS ?

  La liberté que la SAS offre aux associés emporte également des inconvénients. La grande liberté dans la rédaction des statuts peut s’avérer difficile et complexe de sorte que le recours à un professionnel est bien souvent nécessaire. De plus, le taux de charges sociales sur la rémunération du dirigeant est particulièrement élevé et peut s’avérer dissuasif. Enfin, la SAS ne peut pas être cotée en bourse, ce qui peut être une limite dans sa croissance future

  • Pour quel type d’entrepreneur conseilleriez-vous la SAS ?

  La SAS est très appréciée des TPE/PME et notamment des startups. Sa souplesse et sa liberté sont autant d’arguments qui séduisent ces entrepreneurs dynamiques et ambitieux.

  • Pour quel type d’entrepreneur ne conseilleriez-vous pas la SAS ?

  L’une des limites de la SAS est de ne pas pouvoir être cotée en bourse. Ainsi un chef d’entreprise qui envisage à terme de faire appel public à l’épargne ou tout simplement attirer des actionnaires personnes morales de grande envergure verrait ses opportunités limitées.

  • Quelles questions doit se poser un entrepreneur avant de choisir le statut juridique de la SAS ?

  Les questions que soulève la création d’une entreprise sont nombreuses et elles nécessitent souvent d’être bien accompagné. Outre l’élaboration d’un business plan, la rédaction des statuts et l’accomplissement des démarches administratives, avant d’opter pour la SAS il faut s’interroger sur les points suivants : combien d’associés vont m’accompagner dans mon projet ? quel capital de départ suis-je prêt à investir ? Pour quel statut social vais-je opter ? Vais-je me verser une rémunération ? Quelles sont mes perspectives de croissance sur le court terme ?

  • Quels sont les coûts à prévoir lors de la création d’une SAS ?

  De notre avis, il est indispensable d’être accompagné lors de la rédaction des statuts et cet accompagnement aura un coût. Les statuts types souvent gratuits que l’on peut trouver sur internet perdent tout leur intérêt lorsqu’on opte pour la SAS en raison de la grande liberté dans la rédaction qui, comme rappelé plus haut, peut s’avérer être un inconvénient. La SAS est une société sur mesure. Outre ces frais de conseil, qui diffèrent selon chaque professionnel, le capital minimum d’une SAS étant de « un euro », il convient de s’acquitter des frais d’annonce légale et d’immatriculation qui s’élèvent à guère plus de quelques centaines d’euros.

  • Quels sont les avantages et les inconvénients concernant la rémunération du dirigeant d’une SAS ?

  Le président de SAS est affilié au régime général de la Sécurité Sociale, ce qui lui donne droit à une protection complète, notamment en matière sociale, comparable à celle dont un salarié bénéficie. La contrepartie est le paiement de charges sociales conséquentes. A cet inconvénient d’ajoute celui de l’impossibilité de bénéficier de l’assurance chômage, le dirigeant n’étant pas salarié. C’est pourquoi bien souvent il est recommandé de souscrire une assurance privée pour se prémunir d’un éventuel départ de la société, contraint ou non.

  • Enfin, pourriez-vous nous décrire votre parcours d'avocat en trois lignes ?

  Avocat depuis plus de 7 ans, je suis titulaire d’un Master 2 en droit des affaires internationales et d’un diplôme de juriste conseil d'entreprise (DJCE). Après plusieurs stages en France et aux Etats-Unis, j’ai travaillé à Paris au sein des cabinets d’affaires internationaux TaylorWessing et Eversheds. Après avoir créé mon cabinet en 2015, j’ai rejoint en 2018 comme associé le cabinet d’affaires « full service » Earvin & Lew.
 

PARTAGER CETTE FICHE PRATIQUE

Ajouter un commentaire