REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

Le prévisionnel financier d'un consultant

Lors de la création d’une entreprise par un consultant indépendant, il n’est pas commun de créer un business plan à destination de banques ou d’investisseurs puisque cette création ne requiert pas énormément de capitaux. Au contraire, il est plus courant de créer son business plan pour soi-même, afin de pouvoir « piloter » son entreprise, définir les caractéristiques et objectifs à atteindre… Il lui permettra notamment de prendre les bonnes décisions (statut juridique, régime fiscal…), sur la base des analyses faites dans la partie financière du business plan. Il y a différents critères sur lesquels doit se pencher un consultant pour réaliser la partie financière de son business plan : les prix, les taux/ horaires, les taux de fidélisation, l’imposition, la TVA, le chiffre d’affaires …

Tout ce qu’il faut prévoir dans le prévisionnel financier d’un consultant

Un consultant peut choisir d’être indépendant mais il peut aussi choisir de s’implanter dans le marché avec une franchise. C’est pourquoi le droit d’entrée doit être modélisé dans le prévisionnel. De plus, il doit préparer une forte stratégie de communication pour que son activité soit fructueuse. Il peut donc créer un site internet dont le budget doit être pensé à l’avance, des publicités ou la gestion de réseaux sociaux peuvent s’intégrer à la stratégie de communication. Ou alors il peut prévoir un véhicule de fonction (en achat, en location, en crédit-bail…) pour se déplacer chez ses clients afin d’exercer ses missions. Le consultant doit aussi calculer les loyers immobiliers d’un éventuel bureau. Il ne doit pas oublier les frais liés à son assurance professionnelle, les frais bancaires de son compte professionnel, ou encore ceux liés à son expert-comptable.

Pour réussir votre prévisionnel financier, voici 6 astuces que nous vous recommandons : https://www.my-business-plan.fr/previsionnel-financier-astuces1

Prévoir le chiffre d’affaires d’un consultant

L’un des critères les plus importants pour réaliser le prévisionnel financier pour un business plan est le chiffre d’affaires que va générer l’entreprise. Pour cela, le consultant doit s’attarder sur deux éléments majeurs : les revenus liés aux missions qu’il effectuera et les charges liées à ces rémunérations ainsi que l’imposition de ces bénéfices dont il devra s’acquitter.
Pour un consultant qui créer son entreprise, il n’est pas rare de connaitre à l’avance les missions qu’il devra réaliser au cours des prochains mois. La plupart du temps, il reçoit des propositions qu’il acceptera ou non. Ainsi il aura une idée claire de ses revenus potentiels. Pourtant, ces prédictions ne peuvent pas dépasser une certaine période, au-delà duquel il est très difficile de déterminer le chiffre d’affaires. Il est donc plus utile de prévoir le chiffre d’affaires d’un consultant sur les premiers mois suivant la création de son entreprise. 

Fixer le prix de ses prestations

Un autre grand défi pour le consultant est de définir le prix des missions qu’il effectuera. Ce prix doit représenter un juste milieu entre le fait d’être trop cher, (ce qui ne donnerait pas l’envie aux clients de venir vers vous) et le fait de ne pas être assez cher (ce qui nuirait à votre crédibilité). Une solution pourrait être de s’inspirer auprès des concurrents, pour avoir une estimation des prix utilisés dans votre marché. Il faut garder en tête que ces revenus doivent toujours être supérieurs à vos charges.

En ce qui concerne le prix de votre tarif horaire, il peut être différencié en fonction des différentes tâches que vous accomplissez et de la valeur ajoutée que vous produisez. Lorsque votre valeur ajoutée est grande, vous pouvez augmenter le prix de votre tarif horaire. Celui-ci peut également évoluer dans les années à venir, puisque vous aurez acquis de l’expérience et de nouvelles compétences grâce aux différentes missions que vous aurez accomplies chez vos nombreux clients. Vous pourrez ainsi élever votre tarif horaire, ce qui vous permettra de faire plus de marge. Le taux horaire déterminera votre positionnement et vous permettra de cibler une clientèle en particulier. 

Déterminer son taux d’imposition, de cotisations sociales et de TVA en fonction de son statut juridique

Le consultant indépendant doit également comparer les différents statuts juridiques pour définir celui qui lui permettra de faire le plus de sorties d’argent grâce à ses revenus. Cela influera évidemment sur le taux de ses cotisations sociales, ses impôts… Il peut soit être soumis à l’impôt sur le revenu, soit à l’impôt sur les sociétés (l’imposition sur les bénéfices) en fonction de son statut. Il devra ainsi choisir dans son prévisionnel financier la décision la plus avantageuse. 

D’autre part, le consultant peut aussi déterminer à l’avance le taux de TVA dont il devra s’acquitter. Il peut notamment choisir les modalités de versement de la TVA à l’Etat, c’est-à-dire mensuellement, trimestriellement ou encore annuellement. Dans le cas où les résultats annuels ne dépassent pas celui d’un régime micro, le consultant peut se tourner vers une franchise en base de TVA. Ce taux doit être indiqué dans le tableau de flux de trésorerie prévisionnel du business plan

Un consultant indépendant a le choix entre une mirco-entreprise, une entreprise individuelle (ou EIRL), ou encore une société unipersonnelle (EURL ou SASU). Une autre alternative serait le portage salarial qui lui permettrait d’être représenté par un régime général et de cotiser pour une assurance chômage. Il ne faut pas négliger le fait qu’une entreprise doit également des cotisations foncières à partir de la deuxième année comptable. 

Si vous souhaitez calculer votre taux de taxe, n’hésitez pas à consulter cette fiche pratique : https://www.my-business-plan.fr/tva-business-plan

Les frais liés au déplacement chez le client

Dans la plupart des cas, le consultant doit se déplacer chez ses clients pour accomplir ses missions (sinon il peut choisir de travailler à distance). S’il doit souvent se déplacer, il doit prendre en compte ce paramètre dans son prévisionnel. Ces frais de déplacement doivent être calculés en amont dans leur ensemble (transport, logement, alimentation...). Ces frais doivent être présentés dans le prévisionnel même si vous envisagez de vous faire rembourser par le client. 

Prévoir la marge brute de son entreprise

En tant que consultant, il est possible de déléguer ou d’externaliser certaines missions moins importantes. Si cela prend une part importante de votre activité, votre marge brute sera moins importante. Il est ainsi utile de prévoir dans votre prévisionnel financier les missions que vous externalisez et celles que vous accomplirez vous-même pour calculer la marge brute de votre entreprise. 

Prévoir son taux de conversion et de fidélisation client

Lors de la création d’une nouvelle entreprise, il est important de déterminer si l’offre proposée est adaptée à la demande du marché. Il faut alors déterminer votre taux de conversion client et voir si votre positionnement, vos prix et vos services sont adaptés. Si ce n’est pas le cas, vous pourrez alors vous remettre en question et modifier votre offre et votre activité. Lorsque vous indiquer ce taux dans votre prévisionnel financier, vous ne devez pas être trop optimiste (ni trop pessimiste) pour que le banquier auquel s’adresse votre business plan vous fasse confiance. Le taux de conversion client d’une entreprise augmente en général avec l’acquisition d’expérience.

Concernant le taux de fidélisation des clients, il s’agit des clients qui sont pour la plupart satisfaits de vos services et signent à nouveau des missions (sur un lapse de temps qui peut se traduire sur des années). Vous pouvez choisir de développer ce taux pour donner envie à vos clients de revenir vers vous et générer plus de revenus (ce qui peut potentiellement vous permettre de dépenser moins d’argent en stratégie marketing que d’acquérir sans cesse de nouveaux clients). Dans ce cas, vous pourriez nettement améliorer votre rentabilité, mais il est plus judicieux de comparer les différentes méthodes pour voir ce qui convient le mieux à votre activité.

Établir les tableaux prévisionnels les plus importants

Dans le prévisionnel financier du business plan d’un consultant, différents tableaux financiers doivent être préparés. Certains sont plus utiles que d’autres : notamment le compte de résultat prévisionnel et le tableau de flux prévisionnel. Le premier permettra au consultant de vérifier la rentabilité de son entreprise et d’évaluer ses rémunérations. Quant au deuxième, il pourra calculer le solde de trésorerie potentiel de l’entreprise pour chaque mois. C’est ce tableau qui vous aidera à évaluer le paiement des impôts/ taxes, des cotisations sociales, des rémunérations… En ce qui concerne le bilan prévisionnel d’une entreprise, il doit toujours être réalisé dans un business plan mais il n’est pas si utile pour une activité de consultant. 

Pour vous aider à réaliser votre compte de résultat prévisionnel, lisez cet article : https://www.my-business-plan.fr/compte-resultat

Conclusion

En conclusion, pour réaliser le prévisionnel financier d’un consultant, il faut se pencher sur différents aspects de son activité. Il y a des choix importants qui doivent être pris : le statut juridique, les stratégies marketing et communication, les prix des missions… Mais il faut aussi calculer en amont certains caractères importants d’une entreprise comme le chiffre d’affaires, les charges et frais à prévoir, la marge brute, les différents taux appliqués à son entreprise (TVA, cotisations sociales, impositions, de conversion client, de fidélisation…). Le prévisionnel financier s’effectue au moyen de différents tableaux prévisionnels qui peuvent aider à se projeter.
  

Ajouter un commentaire