Le crowdfunding : "un process long et fastidieux"

Publie le 30 Mars 2016 12:34

Thomas Jacquesson est le co-fondateur et Directeur Marketing d’AppiNest, la société qui a créé Pistache. Ils ont levé un peu plus de 20 000€ en crowdfunding l'été dernier pour accélérer leur développement.

Il revient sur leur choix du crowdfunding, ses avantages et ses contraintes : plus qu'un simple apport financier, une campagne de crowdfunding peut fédérer une véritable communauté autour de son projet !

Pistache est une application ludo-éducative qui motive les enfants dans leurs tâches du quotidien, comme ranger leur chambre, faire leurs devoirs, ou même se brosser les dents. Elle est gratuite et disponible sur iOS et Android.

 

Pistache et le crowdfunding

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un objectif pas seulement financier

Évidemment il y avait un objectif financier à notre campagne de crowdfunding, afin que l’on puisse recruter une équipe et développer rapidement une première version de Pistache.

Mais d’autres objectifs était inhérents à cette campagne, notamment la constitution d’une communauté autour de notre produit, et de générer des retombées dans la presse généraliste et spécialisée.

Tous ces objectifs ont été atteints lors de notre campagne, même si nous aurions souhaité atteindre le double ou le triple de notre objectif financier. Nous avons réussi à faire parler de nous, à fédérer une communauté, ce qui a eu un impact important lors du lancement.

 

Une campagne se prépare des mois à l'avance

Le crowdfunding permet d’abord d’engager une communauté, de générer des pré-commandes et un buzz autour de son produit. Évidemment, il y a aussi un aspect purement financier : on n’offre pas de parts de la société en échange des dons (dans notre cas tout du moins).
En revanche, il y a beaucoup de travail avant, pendant et après la campagne. Il faut créer du contenu, animer la communauté, organiser des événements, créer des contre-parties et les gérer. C’est un process long et fastidieux, qui a nécessité plusieurs mois de préparation pour nos équipes.

 

3 étapes pour sa campagne

  1. D’abord, déterminer la plateforme sur laquelle nous allions faire notre campagne, définir les contre-parties, les éléments de communication autour de la campagne. C’est une étape de préparation cruciale au succès de la campagne.
  2. Pendant la campagne, il a fallu diffuser nos éléments de communication, remercier les contributeurs, et aller les chercher à l’aide de campagnes d’emailing, de sollicitations de journalistes, etc.
  3. Enfin, après la campagne, il a fallu préparer les contre-parties, les expédier, et, une nouvelle fois, remercier tous nos contributeurs pour leur générosité.

 

Un business plan pour une campagne crowdfunding ?

Nous n’avons pas rédigé de Business Plan pour cette campagne. Il s’agissait d’une campagne de don, et les parties prenantes avaient davantage besoin de voir des vidéos ou des images engageantes que des tableaux Excel. Dans une campagne de crowdfunding où les contributeurs prennent des parts dans la société, il est en revanche indispensable d’avoir un business plan solide.

 

Une communication forte sur de nombreux supports

Nous avons créé des templates de mails, des vidéos, des photos, et même animé une soirée entière lors du lancement de la campagne lors de laquelle nous avons convié tous nos proches.
Nous avons aussi utilisé Twitter et nos contacts dans la presse pour générer un petit buzz autour de la campagne, ce qui nous a permis d’avoir quelques articles dans des médias reconnus.

 

3 conseils pour ceux qui se lancent dans le crowdfunding

  1. Préparez-vous longtemps à l’avance, et ayez tous vos supports de communication prêts AVANT la campagne. Cela demande beaucoup de temps, et vous risquez de ne pas en avoir pendant que la campagne se déroule.
  2. Planifiez un lancement fort. Les campagnes qui réussissent obtiennent généralement 1/3 de leur objectif lors des 48 premières heures suivant le début de la campagne. Nous avions demandé à nos proches de faire des promesses de dons avant même le début de la campagne.
  3. Choisissez le bon objectif. J’ai rédigé un article à ce sujet, en expliquant pourquoi nous avions à la fois réussi et raté notre campagne. Une bonne partie de l’article est consacré au choix de l’objectif financier de la campagne. Une chose à retenir : choisissez un objectif en dessous de vos besoins pour un produit hardware. Et choisissez un objectif qui correspond à vos besoins dans le cas d’un produit immatériel.

 

Le mot de la fin

“La chance ne sourit qu’aux esprits bien preparés”

-  Louis Pasteur
 

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire