REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitter flux rss sur le business planLinkedin my business plan

Peut-on actuellement lever des fonds ?

Le contexte actuel est-il si néfaste pour les levées de fonds ?

Un conseiller en levée de fonds vous donne tous ses conseils pour réussir votre levée de fonds en 2021. Benjamin Griffoul est diplômé de Paris Dauphine. Il a travaillé au sein d’un media en ligne puis d’une société de gestion. Il a très souvent accompagné des entrepreneurs dans leur projet, c’est pourquoi il a créé en 2015 avec Cécile Valembois, MA LEVÉE DE FONDS, qui accompagne et conseille les entreprises dans leurs levées de fonds.

lever des fonds en période de covid

Les investisseurs ont fait preuve de clairvoyance et ont misé sur des secteurs qui ne seraient pas remis en question une fois la crise passée

Tout d’abord, le timing des annonces des levées de fonds est toujours en décalage avec le closing, ce qui donne parfois une image déformée de la réalité du moment. C’est pourquoi, en 2020 en pleine crise, des startups ont annoncés des levées de fonds.
Bien évidemment cette crise a stoppé certaines levées de fonds, et, ce, d’une manière assez brusque. Les investisseurs, bien conscients de l’effondrement de certains secteurs, se sont retirés car les prévisionnels achetés ne pouvaient plus être en accord avec les mois à venir.
Cependant, nous avons observé que certains investisseurs, ont quand même continué à investir dans des entreprises, dont ils savaient que le business model ne serait pas remis en question une fois la crise passée. À noter que les investisseurs à la mi-2020 ne voulaient plus payer les valorisations jugées excessives, et, pourtant très vite, quelques mois après, les valorisations grimpaient de nouveau…

Pour en savoir plus sur les méthodes de valorisation, c'est par ici  !

Investir dans des sociétés, qui pensent le futur et résolvent des problèmes, ne peut être qu’un élément favorable à la relance de l’économie.

Le gouvernement a en effet reconduit, après accord de Bruxelles, le taux de réduction de 25% pour les investissements dans les PME. C’est un bon pas, mais pousser les Français à investir dans des startups juste par une carotte fiscale est limitatif selon nous.
Investir dans des startups, c’est investir dans l’avenir, c’est parier sur une équipe qui va changer notre quotidien à tous, répondre à des marchés qui ont besoin de solutions.
Cependant, les startups ne constituent pas toutes les entreprises en France, et une entreprise peut avoir besoin de réaliser une levée de fonds pour se développer ou racheter son concurrent, son fournisseur..., s’internationaliser, etc.
Ainsi, nous souhaiterions que le débat présidentiel de 2022 inclus ses sujets d’investissements dans nos entreprises tout en ayant une approche pédagogique de l’entreprise et non caricaturale.

Les investisseurs sont plus que jamais sensibles au cash-burn

Il est important de bien calibrer ses besoins en trésorerie, on le répète souvent, le nerf de la guerre c’est le cash, mais quand on le vit, on le comprend vraiment.
Les investisseurs regardent à 12-18 mois la trésorerie annoncée et la dégrade en anticipant que les décaissements seront plus importants et les encaissements plus lents.

Les business plans révèlent le besoin des entreprises d’aller de plus en plus vite

Beaucoup de business plans ne comportent plus de ligne pour les bureaux !
Plus sérieusement, il y a une compréhension de plus en plus forte du besoin d’aller vite. Et, cela se ressent dans les business plans. Conquérir un marché le plus rapidement possible est une nécessité tant les concurrents peuvent se lancer rapidement, et disposer souvent beaucoup plus de fonds que vous.

Les start-ups françaises ont levé pour 5,4Ma d’€ en 2020, 2021 devrait être encore meilleure

Il est un peu tôt à mi- année pour se risquer à un pronostic mais l’augmentation en valeur des deals fait que mécaniquement, nous devrions battre la performance de 2020.

83% des start-ups ont souscrit à un PGE, mais les risques d’un tel emprunt sont bien réels

Lorsque qu’une entreprise a besoin de cash, ce qui est le cas pour quasiment toutes les startups, et que l’État vous propose un mécanisme non dilutif pour satisfaire ce besoin, il semble difficile de ne pas y céder. Néanmoins, ce qui me gêne, en tant que financier, c’est le fait d’emprunter de l’argent sans en connaître les détails, dont un le taux d’intérêt. Je pense que le sujet du remboursement des PGE sera plutôt un sujet pour les entreprises établies à faible marge. Il ne semble pas possible de rembourser en quelques années 25% de son chiffre d’affaires annuel, à moins d’être dans une activité à forte marge.
Les investisseurs sont attentifs à ces éléments mais il faut relativiser l’impact au regard des montants de PGE pour les startups, qui sont censées fortement croître dans les mois à venir.
Un conseil global néanmoins lorsque vous dirigez une startup, il faut être vigilant sur les charges fixes, et les charges financières en font partie. Si un évènement - exogène ou pas - fait chuter votre chiffre d’affaires, vos charges fixes sont par définition « fixes » et peuvent vous mettre en danger.

Pour réussir une levée de fonds, vous devez avoir une équipe solide qui répond à un besoin dans un marché profond

Avoir une solide équipe, c’est plus vrai que jamais. Dans une tempête, je préfère avoir un équipage exceptionnel qu’un bateau exceptionnel. Les investisseurs investissent avant tout sur des personnes, car ils savent que gérer une entreprise n’est pas linéaire et que le business plan annoncé est rarement celui qui est réalisé.
Ensuite, la réponse à un vrai besoin est indispensable, tout en ayant une équipe solide. Beaucoup de personnes veulent répondre au même besoin que vous au même moment, mais ce qui fera la différence c’est l’exécution, donc les femmes et les hommes qui répondront au besoin.
Enfin, la profondeur de votre marché, les investisseurs comme les fonds d’investissement doivent générer des rendements élevés étant donné le nombre d’échecs. Ainsi, ils investissent sur des sociétés qui sont capables de grandir vite sur des marchés à fort potentiel.

L’échec d’une levée de fonds peut-être lié à différents facteurs tels qu’une équipe instable ou encore un besoin en cash mal anticipé

Comme vu précédemment, ne pas avoir une équipe solide et complète est un facteur d’échec. Si la société développe une application et que vous n’avez pas en interne un CTO (associé), vous aurez du mal à convaincre.
Il est important d’anticiper le besoin en cash. Si vous commencez à lever de l’argent alors qu’il ne vous reste plus que 2 mois de trésorerie, soit vous n’y arrivez pas soit le rapport de force sera très déséquilibré lors de la phase de négociation. Commencez votre levée bien en amont, et prévoyez 6 à 9 mois avant d’obtenir les fonds sur votre compte.
Enfin, mettez toutes les chances de votre côté, demandez l’avis à des professionnels dans chaque domaine comme pour http://my-business-plan.fr. Ceux qui font tout de leur côté se privent de l’expérience de conseillers et réduisent leur chance de lever des fonds.

Un petit conseil pour nos lecteurs ?

Lorsque vous cherchez à lever des fonds, mettez-vous à la place de l’investisseur. Il dit quasiment non tout le temps, donc prenez note de ses remarques et croyez en vous, les investisseurs se trompent parfois !
  

Ajouter un commentaire