Cinq conseils pour réussir sur le marché des food-trucks

Publie le 25 Mars 2015 15:05

Vous rêvez d’ouvrir un food-truck ou vous en avez un et vous avez du mal à le faire bien tourner? Vous vous demandez comment font les autres pour réussir dans ce secteur? Nous vous donnons 5 astuces à mettre en pratique pour réussir dans le business du foodtruck.

Cinq conseils pour réussir sur le marché des food-trucks

I. S'assurer un bon emplacement

Le principal défi qui attend chaque foodtrucker est certainement celui de trouver l’emplacement idéal pour son commerce. C’est ce que nous dit Will, un jeune entrepreneur foodtrucker.  Il pensait que trouver un bon emplacement allait être un jeu d’enfant.
Will : «  Je me disais qu’étant donné que le foodtruck ressemble à un restaurant nomade, il allait m’être facile de trouver un bon emplacement. Hélas, j’ai appris que je n’avais pas le droit de poser mon foodtruck là où je voulais sans autorisation ».
L’emplacement est le nerf de la guerre. C'est pourquoi il faut accorder une priorité à la recherche des autorisations.

Il faut commencer d’abord par identifier les endroits où il y a le plus de passages. Une fois que cette opération de repérage est finie, vous pourrez aller chercher les autorisations auprès des personnes propriétaires de ces endroits.
Il ne faut pas hésiter à aller négocier avec les entreprises. Will a pu négocier avec une grande entreprise pour pouvoir mettre un de ses foodtrucks sur le parking de celle-ci. "Comme l’entreprise n’avait pas de restaurant internet, elle a pu proposer à son personnel un restaurant qui est près de leur lieu de travail"

II. Proposer une offre inédite

Le foodtrucker n’est pas qu’un simple restaurateur qui propose de la nourriture à ses clients. Son offre doit être inédite et être l’ambassadrice de sa marque. 
Will : «  Vous avez par exemple des origines mexicaines, faites un food-truck mexicain et proposez des spécialités mexicaines ».
Le foodtrucker doit faire voyager sa clientèle le temps d’un repas. Il doit chercher à faire découvrir à sa clientèle des expériences inédites.

III. Bien communiquer

La communication est déterminante pour réussir dans le food-truck. Elle fait connaitre un foodtruck et lui permet de gagner une nouvelle clientèle.
Beaucoup de foodtruckers se limitent à créer une page Facebook, à ajouter une photo du menu et les adresses de leurs emplacements hebdomadaires.

Pour Will, une communication plus poussée est ce qu’il faut pour réussir dans le foodtruck.
Will : « Étant passionné par la photographie, je joins l’utile à l’agréable en prenant des photos de chacun de nos déplacements, des photos de nos plats, des photos de nos équipes et dje les mets sur nos réseaux sociaux ». Avec des photos, il est facile d'animer des réseaux sociaux et le blog d'un site. Mais ces photos doivent être explicites et véhiculer une information et une émotion.

IV. Vous soucier du retour de votre clientèle sur votre menu

Beaucoup de restaurateurs ont peur des avis de leurs clients. Ceci est une grande erreur. Il est important de demander à vos clients des retours sur vos produits. Même un retour négatif est bénéfique pour vous parce que celui-ci vous permettra d’améliorer votre offre.
Lorsqu’un client vous donne un avis négatif, il ne faudra pas mal le prendre. Au contraire, faites lui comprendre que vous le remerciez et promettez-lui que vous allez trouver très rapidement une solution à ce problème.
Si vous avez un site web, il est préférable d’inviter vos clients à vous laisser des commentaires sur la qualité du service, sur les produits, etc. Et de votre côté, il faudra être très réactif dans les réponses. Les clients seront plus spontanés à vous faire parvenir leurs avis d’autant plus qu’ils sauront que cela pourra changer quelque chose.   

V. Vous assurer du respect de la réglementation sur les food-truck

À côté des autorisations d’emplacement dont chaque foodtrucker doit se munir, il existe des obligations réglementaires à respecter. C’est par exemple les normes sanitaires et de sécurité qu’il faut respecter. Le foodtruck est soumis aux mêmes règles sanitaires qu'un restaurant traditionnel. Il faut aussi faire un bon choix d'un statut juridique

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire