REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

Construire votre tableau de flux de trésorerie, étape par étape

Construire son tableau de trésorerie dans le cadre du lancement de son entreprise ou d'un investissement relève d'un caractère complexe. Il faut en effet prendre en compte les factures mais aussi les délais de paiement et ne pas se retrouver à un quelconque moment trop dans le rouge. Alors que faut-il prendre en compte, mais aussi ne pas prendre en compte ? Quelle différence avec le compte de résultat ? Retrouvons ici les 3 différents flux de trésorerie qui vous permettront d'être au plus près de la réalité concernant vos cash flow.

trésorerie

 

Les flux de trésorerie opérationnels

Vous allez construire dans cette catégorie tous les flux qui relèvent des opérations de votre activité. C'est-à-dire toutes les ventes de vos produits ou services et les dépenses d'exploitation telles que les coûts auprès des fournisseurs (achats de produits, électricité, loyer,...), la variation de stock, les salaires (ainsi que les charges salariales) mais aussi les décomptes de la TVA à verser à l'Etat ainsi que les impôts et taxes.

Ainsi, pour les flux de trésorerie, on ne prend en compte que ce qui rentre et sort du compte en banque. Même si une facture est émise, c'est que lorsque votre compte en banque sera débité ou crédité que les flux de votre tableau varient.

Exemple:

Les charges sociales et patronales sont généralement payées à M+1. Ainsi, dans le compte de résultat, elles seront comptabilisées dans le mois correspondant au salaire versé, soit au mois M. En revanche, pour les flux de trésorerie, ce sera pris en compte en M+1 et rien ne sera comptabilisé pour le mois M car n'est décaissé au mois M.

Dans les flux de trésorerie opérationnel, on retrouve toutes les opérations  d'un résultat d'exploitation d'un compte de résultat, où sont ajoutés les flux liés à la TVA qui ne sont pas pris en compte dans un compte de résultat.

Exemple de tableau de flux de trésorerie:

Ici, les charges sociales et patronales ont un décalage par rapport au salaire net car ce dernier est payé à la fin du mois A1M1, tandis que les charges sociales et patronales lui correspondant sont décaissées le mois suivant en A1M2.

Pour la TVA, nous avons ici mis en valeur la TVA à payer et à recevoir correspondant aux mois où elles sont comptabilisées. Mais pour les flux de trésorerie, il faut prendre en compte la ligne "remboursement/décaissement de la TVA" qui est la différence entre la TVA à payer et la TVA à recevoir et qui est décaissée (ou remboursée) le mois suivant. Par exemple, en A1M2, le décaissement de 1 000 euros est dû à la différence de 2 000 € de TVA à payer et de 1 000 € de TVA à recevoir le mois précédent en A1M1.

C'est aussi dans les flux de trésorerie opérationnel que les délais de paiement relèvent d'une grande importance. Il faut savoir trouver le juste milieu entre les délais de paiement que vous accordez à vos clients et ceux dont vous bénéficiez pour payer vos fournisseurs.

Avec des délais de paiement de plusieurs mois données à vos clients car vous souhaitez ne pas les perdre ou apporter une différence face à vos concurrents, et des délais non négociables avec vos fournisseurs qui s'avèrent être comptants, vous risquez d'être en difficulté financière et constamment dans le besoin de trésorerie. Le BFR est toujours positif dans ces cas là, vous pouvez alors être en difficulté financière (mais pas forcément non plus) et avoir une valorisation médiocre par rapport au potentiel de votre société.

Les flux de trésorerie d'investissement

Dans cette catégorie, on retrouve tous les flux liés aux investissements sur le long terme comme des achats de machines, un achat de local, des logiciels informatiques, etc. Ces éléments là sont distingués dans les actifs immobilisés du bilan. Ce ne sont pas les investissements de personnes physiques qui apportent de l'argent mais bel et bien des investissements dans des actifs qui permettent de faire marcher l'activité. Attention à bien penser à la TVA déductible, qui vient réduire la TVA à payer à l'Etat.

Exemple:

Vous souhaitez ouvrir un nouveau point de vente de votre chaine de restaurant. Tous les coûts liés permettant cette nouvelle ouverture, tels que le fonds commercial, le mobilier, ou encore les travaux, seront considérés comme des investissements et apparaitront dans les flux de trésorerie d'investissement aux différents mois d'encaissement.

Les flux de trésorerie de financement

Enfin, nous aurons tous les flux liés au financement de l'entreprise. On y retrouve tous les investissements apportés par les fondateurs, ceux venant de l'extérieur, les prêts des banques, etc. Tout ce qui permet à l'entreprise de financer son activité. On y ajoutera tous les décaissements liés aux remboursements des prêts. Même chose, ils apparaissent dans le tableau seulement où les sommes d'argents sont encaissées ou décaissées.

Pour tous ces financements, la TVA n'existe pas.

Pour cette catégorie de flux, ce sont généralement des rentrées d'argents, exceptés pour les remboursements.

Conclusion

Ainsi, avec la somme de ces trois catégories de flux, vous obtenez votre montant disponible en trésorerie. Attention à bien préciser si c'est une trésorerie en début ou fin de mois si vous construisez un tableau mois par mois.

La construction de ce tableau vous permet de calculer votre besoin de financement qui constitue une base pour votre levée de fonds auprès d'investisseurs.

PARTAGER CETTE FICHE PRATIQUE

Ajouter un commentaire