REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

Pourquoi faire un business plan pour VTC

Le business plan pour VTC : comment le rédiger 

Quelle utilité présente le business plan pour le VTC ? Quels sont les éléments préalables au business plan d’un projet VTC ? Comment faire un business plan VTC ?  

Le business plan pour VTC

 

UTILITE DU BUSINESS PLAN POUR UN PROJET VTC

Vous envisagez de devenir chauffeur VTC et de créer votre propre entreprise ? Vous êtes tenus tout d’abord de détailler votre projet de création d’entreprise VTC et de déployer des objectifs opérationnels et stratégiques. Ainsi, vous aurez besoin de rédiger un business plan pour aboutir à un projet VTC viable, rentable et cohérent mais également pour que vous puissiez concevoir une image claire sur celui-ci et d’en connaitre vos capacités ou besoins de financement. Sur cette base, vous, entant qu’entrepreneur VTC, serez en mesure de solliciter des investisseurs ou tout autre organisme financier à la levée des fonds en leur présentant un business plan convaincant.
Pour résumer, les actions principales d’un business plan de projet VTC consistent à :

  • Vérifier la viabilité (l’équilibre financier) et la rentabilité (capacité à dégager du bénéfice) du projet ;
  • Détailler le projet, ses activités, ses perspectives d’évolutions, son environnement concurrentiel et le contextualiser par rapport à son secteur d’activité ;
  • Fournir les données financières et commerciales actuelles et prévisionnelles ;
  • Déterminer des objectifs opérationnels et stratégiques et citer le plan d’actions à entreprendre pour les réaliser ;
  • Et enfin, servir de base pour convaincre les investisseurs et les organismes financiers (par ex. banque) à la levée des fonds nécessaires au démarrage, au lancement et à la croissance du projet VTC.

L’élaboration d’un business plan pertinent pour un projet VTC requiert des astuces spécifiques. Un bon business plan c’est celui qui lève des fonds, déploie des objectifs SMART (Spécifique s ; Mesurable ; Ambitieux ; Réaliste ; Délimité dans le temps) et décortique le projet pour que toutes les parties prenantes puissent trouver des réponses à leurs questions. Dans ce sens, le rédacteur du business plan est tenu de respecter des règles et principes de fonds et de forme pour un ensemble homogène.


QUELS SONT LES ELEMENTS PREALABLES AU BUSINESS PLAN D’UN PROJET VTC ?

Avant de procéder à l’élaboration du business plan, l’entrepreneur doit effectuer des démarches préliminaires telles que :


A. Le choix de la forme juridique du projet VTC

A priori, le futur chauffeur VTC devra choisir la bonne forme juridique pour sa future entreprise. Ainsi, l’entrepreneur peut choisir entre la création d’une société ou la création d’une auto-entreprise. S’il opte pour le premier choix, il a la possibilité d’envisager le statut de Société par Actions Simplifiées Unipersonnelle (SASU) ou de celui d’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL), tandis que s’il opte pour le deuxième choix, il envisage le statut d’auto-entrepreneur.
Toutefois, le statut SASU est le plus convoité par les chauffeurs VTC de par sa souplesse dans son fonctionnement et son avantage de couverture sociale du régime salarié.


B. Obtention de la carte professionnelle du chauffeur VTC

Le futur chauffeur VTC est censé avoir une expérience dans la conduite de véhicule avec permis B pour une période d’au moins 3 ans. Ensuite, il doit passer par un stage en prévention et secours civique et réussir un exam à la suite d’une formation en la matière. Toutefois, le chauffeur est dispensé de cette formation s’il a déjà accumulé une année d’expérience en tant que chauffeur professionnel.


C. Véhicules éligibles à la carte professionnelle VTC

Pour disposer de la carte VTC, l’entrepreneur doit avoir un véhicule qui respecte certaines conditions :

  • Puissance du moteur supérieure à 120 chevaux ;
  • Capacité allant de 4 à 9 places,
  • Siège du conducteur inclut ;
  • Eet ancienneté du véhicule ne dépasse pas 6 ans.

Le chauffeur VTC doit souscrire à une assurance responsabilité civile professionnelle pour se couvrir dans sa profession et garantir les dommages corporels et matériels qu’il peut causer à quelqu’un ou quelque chose durant l’exercice de son métier.

Après avoir accompli ces tâches préliminaires, le futur chauffeur VTC doit réaliser une étude de marché afin de pouvoir se situer par rapport à ses concurrents et contextualiser le métier dans le marché VTC. Faisant ainsi, il sera en mesure de cibler sa future clientèle, y sélectionner le véhicule approprié, définir sa zone d’intervention, et enfin obtenir les données nécessaires pour procéder à des estimations financières et commerciales prévisionnelles. C’est ainsi que la rédaction du business plan doit intervenir pour assurer cette étude de marché et établir les prévisions qui en découlent.


LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN D’UN PROJET VTC

Le business plan doit respecter sa forme conventionnelle. A commencer par la partie rédactionnelle et finir par le prévisionnel financer.


1. La partie rédactionnelle du VTC

a. Un résumé de votre projet VTC (exécutive summary) synthétisé qui permet de se faire une idée globale sur le projet, ses atouts, ses partenaires financiers ainsi que tout autre élément qui peut servir d’accroche pour le lecteur du business plan. Vous pouvez même inclure quelques chiffres pour soutenir vos propos ou encore citer vos besoins de financement le cas échéant ;
b. Une présentation de l’entreprise VTC, y compris le capital social, le statut juridique, le siège social ainsi que les porteurs de projets et les équipes concernées (ex. dirigent, actionnaires) ;
c. Une présentation des services offerts à la clientèle, y compris la zone d’intervention, les aménagements et commodités destinés au confort des clients ou encore les applications que vous allez adopter pour vous localiser et localiser vos client (ex. Uber) ;
d. Une élaboration d’une étude de marché qui consiste à évoquer la réglementation et dispositions fiscales applicables au métier, déterminer la gamme de la clientèle visée sans oublier d’identifier vos concurrents;
e. Une présentation de la stratégie adoptée par le projet VTC pour réaliser des gains. Cette stratégie se décline en un plan commercial que le chauffeur VTC compte poursuivre. A commencer par décrire la façon de localiser ses clients, citer les différentes plateformes pour promouvoir son activité (site web, facebook…) mais aussi évoquer les remèdes pour faire face aux risques liés à l’activité (accident de route, panne de voiture…).
f. Et enfin, une présentation des données financières actuelles, telles que les financements mobilisés, l’état d’avancement du projet et le calendrier en termes des investissements déjà réalisés (ex. acquisition du véhicule) et ceux en attentes de réalisation (ex. conception d’un site web VTC)
Cette partie rédactionnelle servira de fondements pour les données financières prévisionnelles qui s’ensuivront.

2. Les prévisions financières du VTC

Le prévisionnel financier, étalé généralement sur les trois années à venir, permet à l’entrepreneur d’établir des estimations en se basant sur l’étude de marché ou en analysant les informations en provenance de ses concurrents. L’objectif étant de mesurer la rentabilité prévisionnelle de son projet VTC sur une période future, prévoir le besoin de financement qui en résulte ainsi que d’évaluer la capacité du projet à honorer ses échéances. Ce dernier point est très important surtout lorsque vous voulez convaincre les investisseurs à la levée des fonds.
Ces prévisions financières comportent les états de synthèse prévisionnelle du projet VTC :
a. Le compte de résultat prévisionnel : ce document permet d’envisager les charges et produits prévisionnels. Il part du chiffre d’affaire (total des services payés par les clients) pour finir au résultat net (après déduction de toutes les charges afférentes à l’activité, telles que les amortissements du véhicule), en passant par la marge brute, l’excédent brut d’exploitation et le résultat d’exploitation. L’optique étant d’évaluer la croissance de ces indicateurs sur la période prévisionnelle
b. Le bilan prévisionnel : ce tableau permet de suivre la structure patrimoniale du projet VTC, y compris la liquidité disponible à l’instant T, tout au long de la période prévisionnelle. L’acquisition d’un véhicule VTC par exemple sera constatée dans l’actif du bilan (immobilisations corporelles), tandis que les prêts accordés par les investisseurs seront constatés dans le passif du bilan (dettes financières).
c. Le tableau des flux de trésorerie prévisionnel : ce tableau énumère l’ensemble des mouvements de trésorerie anticipés. Le but étant de déterminer la trésorerie générée ou consommée durant la période prévisionnelle. Il part de l’excédent brut d’exploitation et finit par le calcul du solde de trésorerie, en passant par le calcul du flux opérationnel net (variation des créances clients, des dettes fournisseurs…), le calcul du flux d’investissement (acquisition ou cession du véhicule…) et enfin le calcul du flux de financement (nouveaux emprunts, remboursement…).
d. Le plan de financement initial : ce document est établi uniquement lors de démarrage du projet. Il permet de vérifier que les ressources financières du projet (capital social, emprunts, subventions…) peuvent financées les besoins durables (acquisition du véhicule, frais de démarrage…) nécessaires durant la phase de lancement.

Ces données prévisionnelles doivent prendre en considération la saisonnalité de l’activité VTC, les temps de mort (maintenance du véhicule, congés…) mais également l’accroissement des frais généraux (coût du gasoil, souscription aux assurances…) pour plus de fiabilité et de pertinence.
Finalement, l’on constate que le business plan est d’une grande importance pour le projet VTC. Sa rédaction doit faire preuve d’une vigilance accrue pour affiner la position financière et commerciale du VTC. Sans oublier de le mettre constamment à jours afin de faire valoir les nouveaux acquis du projet et tenir à jours les parties prenantes.

 

 

 

 

 

  

Ajouter un commentaire