REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

La SAS : quels sont ses atouts ?

Publie le 17 Mai 2019 12:17

   Vous créez votre entreprise mais ne savez pas encore quel statut choisir ? La SAS (Société par Action Simplifiée) pourrait être un bon choix pour vous. Entretien avec Maître Héloïse de Castelnau, avocat chez DC Avocats, qui va nous détailler les avantages de la SAS à pondérer avec ses inconvénients.

SAS fonctionnement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. Quels sont les 3 principaux avantages d’une SAS ?

  • C’est une société de capitaux : cela signifie que la responsabilité de l’actionnaire est limitée aux apports. Par exemple, si les actionnaires mettent 1 000 euros au capital de la société, les créanciers ne pourront jamais leur prendre plus de 1 000 euros en cas de dettes de la société (sauf dans l’hypothèse d’une garantie personnelle).
  • Les statuts de la SAS peuvent être rédigés très librement. Les statuts d’une société organisent le fonctionnement de celle-ci : prise de décision, fréquence des réunions d’actionnaires etc. Au contraire d’autre sociétés de capitaux (la SARL par exemple), le législateur laisse beaucoup de liberté dans le cadre de la SAS si bien que les actionnaires peuvent rédiger des statuts « sur mesure » par rapport à leur besoin
  • Aucun capital minimal n’est exigé pour constituer une SAS. Cependant, il est conseillé d’apporter un peu de capital lors de la création pour améliorer la crédibilité de la société et augmenter ses capacités de financement. Dans ce cas, avec une SAS, on peut ne « libérer » que la moitié du capital de la société, c’est-à-dire verser sur le compte bancaire de la société seulement la moitié du capital annoncé. 

2. Quels sont les 3 principaux inconvénients d’une SAS ?

  • Comme toute société, elle a un fonctionnement administratif lourd qui nécessite tout d’abord d’avoir recours à un expert-comptable et également de répondre à un certain nombre d’obligations administratives.
  • La liberté dans la rédaction des statuts évoquée précédemment peut aussi être un piège pour certains entrepreneurs. Par exemple, le fonctionnement plus rigoureux de la SARL peut mieux convenir à un entrepreneur novice.
  •  Les statuts doivent impérativement être rédigés par un professionnel (au contraire d’autres types de sociétés où il existe des statuts-types), ce qui alourdit le prix des démarches au moment de la création de la société.

3. Pour quel type d’entrepreneur conseilleriez-vous la SAS ?

Je conseillerais la SAS à un entrepreneur avisé qui sait auprès de qui demander conseil pour les questions juridiques et comptables.

4. Pour quel type d’entrepreneur ne conseilleriez-vous pas la SAS ?

Je ne conseillerais pas la SAS à un entrepreneur un peu brouillon et désorganisé. Ce dernier aurait sans doute besoin d’évoluer dans une structure au fonctionnement plus strict afin que sa société ne parte pas à la dérive.

5. Quelles questions doit se poser un entrepreneur avant de choisir le statut juridique de la SAS ?

L’entrepreneur doit se demander avant tout s’il a besoin de créer une société commerciale. Les seuils de chiffre d’affaire applicables au statut de micro-entrepreneur ont été doublés. Ainsi, il peut être intéressant de démarrer son projet d’entreprenariat avec un statut de micro-entrepreneur, moins lourd d’un point de vue administratif.

Si on doit créer une société (plusieurs associés, limitation de la responsabilité etc.), alors il faut se demander si les caractéristiques de la SAS : sa liberté de fonctionnement et les règles de statut du dirigeant conviennent.

6. Quels sont les coûts à prévoir lors de la création d’une SAS ?

Selon moi, il faut prévoir entre 1 000 et 1 500 euros pour les frais de création (rédaction des statuts, actes et démarches administratives) et ensuite environ 3 000 euros par an de frais de comptabilité.

7. Quels sont les avantages et les inconvénients concernant la rémunération du dirigeant d’une SAS ?

Le SAS prévoit que son dirigeant est « assimilé salarié », ce qui lui permet de s’affilier au régime de la sécurité sociale et d’avoir ainsi les mêmes droits sociaux que les salariés (à l’exception de l’assurance-chômage). C’est un avantage par rapport à d’autres statuts de dirigeants (par exemple TNS).
La contrepartie est que le taux de cotisations sera plus élevé. La rémunération du dirigeant de SAS sera donc plus basse que pour certaines autres sociétés mais il sera mieux protégé d’un point de vue social.
Cela peut être intéressant pour quelqu’un qui arrive du salariat et est habitué à des prestations sociales élevées.

8. Enfin, pourriez-vous nous décrire votre parcours en trois lignes ?

Avocate depuis plus de 10 ans, j'accompagne principalement les PME tant en conseil qu'en contentieux. Mon activité est dédiée aux créateurs d'entreprises confrontés aux dures réalités de la vie des affaires, des réglementations et de l'administration.
 

Ajouter un commentaire