4 conseils du Réseau Entreprendre sur le business plan

le business plan selon le réseau entreprendre

Pour postuler au Réseau entreprendre il vous faudra déposer un business plan. Cyrille Saint Olive est double diplômé de l'Edhec (2008) et de Sciences po Lille (2006). Il a travaillé un an au côté d'un entrepreneur dans le photovoltaïque avant de devenir chargé de projet au Réseau Entreprendre Paris. Le Réseau Entreprendre Paris est membre de la fédération du Réseau Entreprendre, créé il y a 30 ans par la famille Mulliez. Il s'agit d'un réseau privé de chefs d'’entreprise qui a pour objectif l'accompagnement dans la création et la reprise d’entreprise. Ce réseau apporte 2 choses :
           - Un soutien financier (15K€ à  75K€) ainsi qu'un effet de levier auprès des banques,
           - Un accompagnement humain pendant 3 ans bénévolement avec un parrain. Cet accompagnement permet au porteur de projet de se poser les bonnes questions. 

 

Le business plan permet de juger la cohérence du projet

Pour postuler, on demande aux entrepreneurs d’envoyer un business plan. Le business plan est la base essentielle pour analyser les projets, car c’est la première vision et la première synthèse écrite du projet. Il donne une photographie de la vision, des besoins financiers et de la cohérence globale du projet. 

En général, les entrepreneurs ont des difficultés à identifier leur métier. Il leur est aussi difficile d'être synthétique ce qui est pourtant essentiel. En effet, il y a peu de structures qui sont prêtes à lire des business plan de plus de 20-30 pages. Le besoin de synthèse est donc important. Enfin, dans les business plan que nous recevons, l'entrepreneur a souvent du mal à identifier un besoin clair de financement. Or, il est nécessaire d'avoir une vision suffisamment long terme de son financement pour ne pas avoir à faire plusieurs levées de fonds après la première (avec un fort risque de dilution maximum).

Le business plan : Les immanquables 

Il y a 3 points à ne pas oublier dans son business plan. Pourtant, cela manque souvent dans les business plan que nous recevons :

  • N'oubliez pas de mettre une en-tête avec un contact et de quoi vous recontacter par email et par téléphone.
  • La synthèse : Un entrepreneur met toute son âme dans son projet. Il lui est souvent difficile de synthétiser car il veut tout dire. N'oubliez pas qu'en face les financeurs sont des gens qui  lisent beaucoup de business plan et n’ont donc pas une seconde à eux. Faites court !
  • Il faut que votre vision soit très claire. Notamment celle de vos éléments financiers. N'essayez pas de complexifier. Au contraire, simplifier au maximum cette partie.
Forme simplicité synthèse voilà les trois points clés à retenir sur le business plan.
 

Le business plan : un prétexte pour une seconde rencontre

Même si les business plan prennent du temps à analyser nous les lisons vraiment en entier. Mais on évitera de lire un business plan où il n’y a ni la forme ni la synthèse. L'entrepreneur doit nous faciliter la tâche. On a besoin d’avoir en face de nous des éléments lisibles facilement.

 

Le business plan n’est qu’une première étape. C'est la première dimension de la rencontre. Un mauvais business plan n’ira pas plus loin ; En revanche, nous donnerons la possibilité d'une seconde rencontre, pour approfondir, à un très bon business plan. Ne loupez pas cette opportunité.

Le business plan : Les indicateurs changent en fonction de l'interlocuteur

Je considère qu'un business plan n’est pas forcément faux. C’est une photographie du projet à un instant t. Mais il ne faut pas s’en attacher et savoir s’en détacher. Il faut partir d’une base à minima et poser par écrit le projet. Cela reste un outil important au démarrage du projet. Le plan d'affaires est nécessaire pour communiquer avec des personnes externes.

 

C'est pourquoi, quelque soit l’interlocuteur visé, il faut se mettre à son niveau. La raison d’être d’un banquier est différente de celle d'un investisseur. Par exemple, le Business Angel cherche une sortie et une valorisation là où le banquier veut récupérer sa mise. Dans les deux cas il y a une logique de cash flow. C'est pourquoi au Réseau Entreprendre, nous regardons la capacité à générer du cash flow et comment l'entrepreneur anticipe les années à venir en terme de trésorerie.

Un banquier va regarder si les capacités à rembourser les emprunts sont démontrées et justifiées là où un investisseur regardera si une valorisation du capital est possible.

En conclusion, le business plan reste le même quelque soit l'interlocuteur mais les indicateurs mis en avant seront différents. 

PARTAGER CETTE FICHE PRATIQUE

Ajouter un commentaire