Calculer la marge nette : comment et pourquoi?

Si vous voulez contrôler la santé de votre entreprise, vous étudierez ce ratio. Qu'est-ce que le taux de marge nette ? Que révèle t-il ? 

 

calcul de la marge nette

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Définitions

  • Une marge en général constitue la différence entre des coûts (ou charges), et des ventes (ou produits). Elle sera positive si le total des produits est supérieur au total des charges.

On peut calculer la marge sur un produit ou un service (on parle alors de marge commerciale), mais également de façon globale pour évaluer la performance de l’entreprise (Il s'agit soit de la marge brute, soit de la marge nette). Dans le cas d’un produit, on soustrait le coût d’achat (dans le cas d’une entreprise commerciale) ou le coût de production (dans le cas d’une entreprise industrielle) au prix de vente hors taxes.


Exemple :

L’entreprise KDO vend aux entreprises des objets destinés à être offerts à leurs clients (stylos, carnets, porte-clés…). Elle achète les objets à un fournisseur. Le coût d’achat d’un stylo est de 3 euros. L’entreprise KDO les revend ensuite à 5 euros hors taxes. Sa marge commerciale sur un stylo est donc de 2 euros.
On peut également calculer le taux de marge d’un produit en divisant la marge commerciale par le prix de vente. Dans l’exemple précédent, ce taux de marge est de 40% (marge/prix de vente x100).

 

  • Le taux de marge brute et le taux de marge nette sont des ratios que l’on calcule à partir des données du compte de résultat. Ce sont des indicateurs de performance de l’entreprise, qui l’envisagent dans sa globalité et non produit par produit ou service par service. Dans cette fiche, nous nous concentrerons sur le taux de marge nette.

 

La marge nette


A) Calcul de la marge nette

En ce qui concerne le taux de marge nette, vous pourrez souvent le trouver sous le nom plus simple de marge nette. Il s’agit toujours d’un quotient, il ne faut donc pas le confondre avec le calcul de la marge commerciale. Ce raccourci est possible car ce qui constitue véritablement la « marge nette », c’est-à-dire la différence entre les produits et les charges, s’appelle le résultat net. Pas de confusion possible donc si quelqu’un parle de marge nette : il s’agit bien du taux de marge nette, sinon cette personne parlerait directement du résultat net.

Ce résultat net est le dénominateur qui, divisé par le chiffre d’affaires, donnera le taux de marge nette. Mais comment trouver la valeur du résultat net ?
Vous pouvez lire la valeur du résultat net dans votre compte de résultat. Si vous ne disposez pas de ce document, notamment lorsque vous vous attelez aux prévisions financières de votre business plan, il vous faudra la calculer.

Le compte de résultat se divise en trois grandes parties : le résultat d’exploitation, le résultat financier et le résultat exceptionnel. Ce sont les soldes intermédiaires de gestion. Pour calculer votre résultat d’exploitation, il vous faudra retrancher les charges d’exploitation des produits d’exploitation. Il en est de même pour le résultat financier et exceptionnel.

Ainsi, le calcul du résultat net est le suivant :


Résultat net = Résultat d’exploitation + Résultat financier + Résultat exceptionnel – Participation des salariés – Impôts sur les bénéfices


Ensuite, il vous suffit de diviser le résultat net par le chiffre d’affaires.

 

B) Différence marge brute et marge nette

La marge brute est également appelée marge commerciale. C’est l’équivalent de la marge brute vue précédemment pour calculer la marge d’un produit, mais étendue à tous les produits et services de l’entreprise. Elle se calcule de la façon suivante :

Marge brute = chiffre d’affaires – coût d’achat/de production des marchandises vendues

Ce n’est pas l’équivalent du résultat net, car elle ne comprend que certaines charges d’exploitation. Dans le cas d’une entreprise commerciale, il s’agit du coût d’achat des marchandises. Dans le cas d’une entreprise industrielle, il s’agit du coût de production des marchandises.

A partir de la marge brute, il est possible de calculer le taux de marge brute avec le calcul suivante :

Taux de marge brute = Marge brute / Chiffre d’affaires

Le taux de marge brute (= taux de marque) est également un indicateur de performance d’exploitation : on s’en sert notamment pour savoir si les prix et/ou les quantités vendues sont satisfaisantes, et si les coûts de production sont maîtrisés. Si une entreprise a un taux de marge brute supérieur à ceux de ses concurrents, elle peut choisir de diminuer le prix de ses produits dans le but d’obtenir plus de parts de marché.

Le taux de marge nette est un indicateur des performances globales de l’entreprise. Elle prend en compte le résultat d’exploitation, ainsi que le résultat financier et le résultat exceptionnel.

 

Un indicateur des performances de l’entreprise

Le taux de marge nette peut être traduit de la façon suivante : pour chaque euro de chiffre d’affaires, quelle somme se transforme en résultat net ? Si le taux est de 30%, cela signifie que chaque euro de chiffre d’affaires entraîne 30 centimes de résultat net.
Il n’existe pas un taux de marge nette à atteindre coûte que coûte : le taux moyen dépend de votre secteur d’activité. Certains secteurs supportent beaucoup de coûts, d’autres très peu. Le taux de marge nette n’est donc pas un indicateur dans l’absolu. Il n’a de sens que si vous le comparez, soit avec vos concurrents, soit avec vos propres performances antérieures.

L’idéal est que ce taux augmente. Mais cela est surtout vrai pour les start-ups qui viennent de se lancer et connaissent une forte augmentation de leur chiffre d’affaires. A terme, l’objectif est de réussir sa stratégie marketing ainsi que de gérer les coûts pour que ce résultat ne baisse pas. Dans les secteurs ou la concurrence par les coûts est rude, cela est d’autant plus difficile car la marge brute en pâti nécessairement, ce qui peut avoir un effet négatif sur la marge nette également. De façon générale, une marge nette importante indique d’une entreprise contrôle mieux ses dépenses que ses concurrents : elle est donc plus rentable.

Pour autant, ce n’est pas le seul ratio utilisé par les investisseurs et analystes financiers. En effet, ce ratio peut facilement être mal interprété, et il ne se suffit de toute façon pas à lui-même.

 

Attention aux interprétations hâtives

Que vous soyez en train de calculer votre marge nette dans le cadre des prévisions financières de votre business plan, vous serez confrontés à certains problèmes ci-dessous :


A) Lecture du résultat net

En premier lieu, la marge nette est un indicateur très (trop) large, parce que le résultat net, qui participe à son calcul, peut lui-même avoir de nombreuses interprétations. Revenons-en aux trois étapes du calcul du résultat net.


Exemple : 

L’entreprise WINDO, qui fabrique et pose des fenêtres, a réalisé en mars 2017 un chiffre d’affaires de 200 000 euros et un résultat net de 80 000 euros. En avril, elle réalise un chiffre d’affaires de 210 000 euros. Ses charges d’exploitation s’élèvent à 125 000 euros. Elle n’a pas d’emprunt et n’a pas réalisé de bénéfice financier (résultat financier = 0). En revanche, elle a été condamnée à verser des dommages et intérêts d’un montant de 30 000 euros car une fenêtre mal installée a sérieusement blessé un client. Il s’agit d’une charge exceptionnelle : le résultat exceptionnel est donc de -30 000 euros. Le résultat net est donc de 55 000 euros (210 000 – 125 000 – 30 000). Le taux de marge nette est de 26%, contre 40% le mois précédent. Si l’on ne regarde que ce ratio, on peut être tenté de dire que l’entreprise est en train de chuter et va fermer si la tendance se confirme. Or, il s’agit d’un résultat exceptionnel, qui ne se produira donc qu’une fois : l’entreprise n’aura pas cette somme à payer le mois prochain. Si l’on ne tient pas compte de ce résultat exceptionnel, le résultat net est de 85 000 euros. Il est donc en réalité meilleur que le mois précédent, car l’entreprise a réussi à augmenter son chiffre d’affaires. La seule conséquence à craindre concerne donc la réputation de l’entreprise !

Dans cet exemple , c’est le résultat exceptionnel qui a une grande influence sur le résultat net. Mais il peut aussi s’agir du résultat financier :


Exemple :

L’entreprise BOOTS fabrique des chaussures. Elle a réalisé en juin 2017 un chiffre d’affaires de 400 000 euros. Ses charges d’exploitation sont de 380 000 euros. Elle a également obtenu un résultat financier de 150 000 euros grâce à des titres de participations dans une autre société qui lui ont rapporté des revenus. Son résultat net est donc de 170 000 euros, et le taux de marge nette de 43% (170 000/400 000 x 100). Mais les titres de participation représentent 88% de ce résultat ! Il s’avère que l’activité de BOOTS n’est pas rentable malgré un résultat net élevé. En l’occurrence, ses charges d’exploitation semblent trop importantes. Dans cette situation, malgré un bon résultat net, l’activité d’exploitation de l’entreprise est très peu rentable !


B) Lecture du chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaires peut également être sujet à des variations qu’il convient d’analyser plus en profondeur. Si le chiffre d’affaires augmente et que les charges d’exploitation augmentent moins vite, le résultat net sera a priori meilleur. Mais est-ce parce que la production a augmenté mais que les coûts ont été maîtrisé ? Est-ce parce que l’entreprise a augmenté les prix ? Stratégiquement, ces deux situations ne signifient pas la même chose. Pourtant, dans les deux cas, le résultat net a augmenté.

 

Les limites de la marge nette

A) Un bon résultat ne protège pas de la faillite !

La marge nette ne peut en aucun cas être le seul indicateur étudié ou présenté lors d’un rendez-vous avec des investisseurs. En effet, c’est un ratio insuffisant : une entreprise peut très bien avoir un résultat positif et faire faillite. Comment est-ce possible ? Si une entreprise a un chiffre d’affaires élevé couplé à un bon résultat, on pourrait croire qu’elle est en bonne santé. Or, cela n’est pas contradictoire avec une trésorerie inquiétante.

Le tableau des flux de trésorerie représente 3 types de flux : le financement, l’exploitation et l’investissement. Si la somme du flux d’exploitation et d’investissement est négative, on peut mettre en place un plan de financement extérieur (banque, investisseurs). Dans tous les cas, le solde des flux de trésorerie doit être positif. Dans le cas contraire, la société peut se retrouver en difficulté au moment de payer ses fournisseurs, voire faire faillite si la situation persiste.
Mais comment une entreprise peut-elle avoir un résultat très positif et une trésorerie inquiétante ? Les flux de trésorerie représentent les entrées et sorties d’argent effectives. Or, le résultat de l’entreprise est calculé à partir d’écritures comptables, dont le principe est que l’enregistrement ne coïncide pas nécessairement avec le paiement.


Exemple :

Un client achète un de vos produits. Vous avez une politique de paiement à 90 jours. Votre résultat augmente à partir du moment où vous dressez la facture. Pour autant, votre trésorerie n’augmentera que dans 90 jours ! Et en attendant, vous pouvez être amenés à régler des fournisseurs. Enregistrer un produit ou une charge dans le compte de résultat ne signifie pas encaisser ou décaisser des liquidités !

B) Un taux de marge nette trompeur

Comme vu précédemment, le taux de marge nette prend en compte la totalité des performances des entreprises. Or, certaines données peuvent être extrêmement variables : 

  • Selon leur situation géographique, les entreprises ne paieront pas le même montant d'impôts. Or, l'impôt est comptabilisé dans le calcul de la marge nette, ce qui peut fausser la comparaison de deux entreprises. 
  • La marge nette prend également en compte les investissements via les amortissements. Cela peut aussi influencer le calcul et rendre la comparaison peu efficace. 

CONCLUSION 

La marge nette ne peut donc pas faire office d’indicateur à elle seule. Il faut considérer ce ratio comme une étape dans l’analyse, qui indique où chercher la suite. Dans le cadre d’une création d’entreprise et de la rédaction d’un business plan, c’est un ratio qui intéressera fortement les investisseurs. Le résultat net peut en effet être affecté au report à nouveau ou à la distribution de dividendes. A partir de votre calcul, ils pourront donc avoir une idée de leur retour sur investissement.

 

 

 

 

 

 

PARTAGER CETTE FICHE PRATIQUE

Ajouter un commentaire