> Le blog des entrepreneurs > « Un business plan doit pouvoir être lu et compris par n’importe qui »

« Un business plan doit pouvoir être lu et compris par n’importe qui »

Pourquoi rédiger un business plan ? Quel est sa véritable utilité ? Faut-il modifier régulièrement son business plan ? Quelles sont les erreurs à éviter ? Le fondateur associé de la start-up Finoptim, Baptiste Ploquin, a répondu à nos questions.

Pourquoi rédiger un business plan ? Quel est sa véritable utilité ? Faut-il modifier régulièrement son business plan ? Quelles sont les erreurs à éviter ? Le fondateur associé de la start-up Finoptim, Baptiste Ploquin, a répondu à nos questions.

Finoptim, la cheminée ouverte

Finoptim invente en 2013 l’insert-ouvert qui permet d’optimiser les cheminées ouvertes pour se conformer aux normes environnementales : 80% de pollution en moins et 4 fois plus de chaleur. En 2016, Finoptim lance la première cheminée ouverte avec les mêmes performances qu’un appareil fermé.

Le business plan est un pilier de l’entreprise

Un business plan est un outil qui permet de mettre ses idées en place dans le temps et dans l’espace. Il est à mon avis absolument indispensable car il est un pilier de l’entreprise. Il permet de coucher sur le papier une vision à un moment donné. Il s’ajustera dans le temps. C’est la bible de votre entreprise, le rouvrir tous les 6 mois pour voir où nos idées en sont.
Lors de sa rédaction, les outils tels que PESTEL ou SWOT (très académiques il est vrai) permettent de se poser des questions auxquelles nous n’aurions pas pensé. On identifie ici des menaces et les forces de son entreprise.
Enfin, c’est la base d’une communication auprès de tiers. Il permettra certes de peut-être lever des fonds si besoin mais également de rencontrer des banquiers, des personnes pour vous accompagner (Réseau Entreprendre, Incubateurs…). Ils feront des remarques et vous améliorerez votre vision. Il faut être ouvert et à l’écoute.

Le premier Business plan, 2 ans avant la création de Finoptim

Nous avons réfléchi à l’idée de Finoptim pendant la fin de nos études – septembre 2011, soit 2 ans avant la création de Finoptim. Un des exercices pour valider notre stage de fin d’études était de rendre un Business Plan. Au-delà de l’exercice de style imposé, j’ai pu, à partir d’une idée voir si notre solution était viable économiquement, sur le papier en tout cas.
Ensuite, nous avons pu, avec cet outil, intégrer un incubateur technologique. La lecture de ce document leur a permis d’appréhender la base de notre projet et le travail déjà accompli.

“Depuis, je pense que j’ai rédigé 15 business Plans “

Dès que j’ai une idée, on en rédige un succinct (20 pages max) pour laisser une trace. Il y a les prototypes techniques mais chaque idée lorsqu’elle commence à bien prendre forme mérite une petite étude pour voir si on doit pousser les développements.
Nous avons réalisé la levée de fonds 5 ans après le premier business plan. Après relecture de ce premier business plan, celui qui nous a permis de réaliser la levée de fonds n’est pas complétement éloigné. Le business model est sensiblement le même. Nous avons pris un peu de retard à l’allumage mais assez vite compensé.

Ne pas négliger la concurrence, la présentation et la rigueur

  • Faire l’exercice sérieusement et ne négliger aucune partie. Le travail peut sembler rébarbatif et très scolaire mais il est indispensable. Vous aurez toujours un coup d’avance et un plan B si le plan A ne se déroule pas comme prévu.
  • Faire plusieurs versions adaptées à votre lectorat. C’est comme un CV, il doit être personnalisé et sans faute d’orthographe.
  • Etudier la concurrence même très éloignée pour ne pas être pris en défaut par quelqu’un  qui connaîtrait mieux le marché que vous, Vous devez être le spécialiste.

Les trois erreurs à éviter : le vocabulaire, la contradiction et le relecture

  • Ne pas vulgariser : Lorsqu’on est le nez dans le guidon et qu’on ne parle qu’avec des spécialistes, on pense que tout le monde comprend ce que l’on fait. Alors qu’en réalité si vous n’êtes pas précis et clair, cela devient un vrai casse-tête et une raison d’abandonner la lecture. Vous pouvez travailler sur le sujet le plus complexe qui soit, le lecteur doit comprendre quelle solution et quel bénéfice vous apporterez au client. Il doit aussi comprendre ce que vous souhaitez faire avec votre business qui deviendra un peu du sien s’il investit dans votre entreprise.
  • Se contredire : Dans un long document, il faut réussir à être cohérent tout du long. Que ce soit dans la stratégie envisagée et dans les chiffres. Cela est donc très lié à la troisième erreur évoquée ensuite.
  • Ne pas faire relire ni se relire. On peut ne pas être bon en grammaire ni en orthographe mais on ne peut pas se passer de relecture approfondie. Un business plan doit pouvoir être lu et compris par n’importe qui. Le lecteur d’un business plan va recevoir et lire des dizaines de business plan, il faut donc qu’il se concentre sur le fond et qu’il ne s’arrête pas aux erreurs.

Peut-on convaincre un investisseur sans business plan ?

On doit pouvoir convaincre sans le Business plan mais il sera de toute façon une trame pour suivre votre business. Je pense qu’avant d’envoyer un business plan, il faut discuter avec les personnes à qui vous allez envoyer votre document. Il y a donc des prérequis à avoir : Un pitch et un executive summary au minimum. Si à partir de là ils sont convaincus, ils demanderont le Business Plan.

Les 3 conseils de Finoptim pour rédiger votre business plan

  • Rédiger le business plan est d’abord utile pour vous, il vous aide à mettre en place vos idées, il vous oblige à étudier votre marché.
  • Ne pas oublier l’équipe, c’est la pierre angulaire de votre projet.
  • Prendre son temps pour enquêter, rédiger, relire, faire relire son business plan. Vous allez beaucoup apprendre sur votre projet, vous allez l’améliorer. A condition d’être à l’écoute de vos interlocuteurs et de vos envies.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter nos fiches pratiques sur le business plan et l’executive summary.

Cette fiche vous a plu ?

 

Partagez-la !

 

Nos fiches pratiques qui pourraient vous servir

Etude de marché
Business plan : 6 questions à se poser pour définir sa cible

En 6 points, nous passons en revue les principaux enjeux de l'analyse de la demande. Il existe quelques grandes questions à se poser

Découvrir
Business Plan Etude de marché
Business plan : Réussir son étude de marché

Comment réaliser une bonne étude de marché pour son business plan ? Faut-il utiliser la méthode qualitative ou quantitative ? Les réponses par junior ESSEC Conseil, spécialiste des études de marché pour entrepreneurs. 

Découvrir
Business Plan
Business plan: Ne faites pas ça !

Les investisseurs et coachs en entrepreneuriat retrouvent souvent les mêmes types d’erreurs dans les business plan. Effectuons une revue de ces erreurs et lorsque vous rédigerez votre business plan, vous penserez à cette checklist !

Découvrir
Business Plan comptable
20 ratios financiers à connaitre pour son business plan

En plus d'être des outils de pilotage efficaces, les ratios financiers sont également des moyens de communication avec votre investisseur. En présentant les bons ratios, vous pouvez rassurer et convaincre le lecteur de l'intérêt de votre projet.

Découvrir

Vous avez une question,
un besoin ?

Que ce soit pour votre banque ou pour lever des fonds, notre expert vous aidera à vous poser les bonnes questions, à choisir les bonnes options stratégiques, trouver un business model pertinent et rédigera un business plan convaincant aux yeux des financeurs.

Consultant business plan

Gaëtan Baudry

N’hésitez pas à le contacter pour tous vos besoins

06.09.17.41.06

restez informés sur nos dernières sorties

Inscrivez vous à notre newsletter !

Newsletter

 

 

Contactez un expert en business plan et levée de fonds