> Nos fiches techniques > comptabilite > La valeur ajoutée d’une entreprise: définition et calcul

La valeur ajoutée d’une entreprise: définition et calcul

La valeur ajoutée est égale à la solde du compte de protection, c’est-à-dire qu’elle est égale à la valeur de la production diminuée de la consommation intermédiaire. Si vous aussi vous ne comprenez pas bien le sens derrière cette phrase, alors cet article est fait pour vous !

Selon l’INSSEE, la valeur ajoutée est égale à la solde du compte de protection, c’est-à-dire qu’elle est égale à la valeur de la production diminuée de la consommation intermédiaire. Si vous aussi vous ne comprenez pas bien le sens derrière cette phrase, alors cet article est fait pour vous !

 

Le principe derrière la valeur ajoutée

La valeur ajoutée, comme son nom l’indique, doit permettre, le plus souvent pour les entreprises, de calculer la valeur additionnelle qui a été créée par ces dites entreprises. C’est-à-dire la valeur en plus qui n’aurait pas eu lieu sans l’existence de l’entreprise. Nous allons commencer par un exemple basique pour tout de suite éclairer ce que cela signifie :

Une entreprise A, achète un outil pour 50 euros, elle le revend à une entreprise B pour 80 euros. L’entreprise A, n’a rien fait d’autre qu’acheter cet outil, elle ne l’a pas transformé. La valeur ajoutée est donc de 80-50= 30 euros. Si l’entreprise B revend cet outil, à une entreprise C pour 100 euros, alors la valeur ajoutée créée grâce à l’entreprise B est de 100-80=20 euros.

La valeur ajoutée est ici simplement équivalente à la marge commerciale, et quand bien même ces différentes entreprises n’ont rien fait d’autre qu’acheter et vendre cet outil, il y a eu création de valeur dans la mesure où si quelqu’un qui achète un service pour un prix donné, c’est qu’il évalue son utilité à une valeur au moins équivalente à son prix.

Dans l’exemple ci-dessus, le total de la valeur ajoutée ainsi créée est donc de 100-50=50 euros. Il est légitime de se demander en quoi faire la somme des valeurs ajoutées apporte quelque chose de plus, voici donc un indice : PIB. Le produit intérieur brut, dont vous entendez certainement souvent parler est la somme des valeurs ajoutées créées dans un pays. La somme de toutes les valeurs ajoutées dans une économie forme donc le PIB, c’est pourquoi il est nécessaire de bien comprendre cet indicateur.

Les entreprises ne font cependant pas que d’acheter des biens pour simplement les revendre, il y a la plupart du temps une transformation de ces biens qui est créatrice de valeur. Reprenons un exemple :

L’entreprise A produit des T-shirts, pour la production de ces T-shirts, elle a besoin d’acheter du textile, le coût du textile est de 100 euros pour la production de ces t-shirts cependant, elle fait aussi face à d’autres « consommations intermédiaires », que ce soit le petit outillage, les équipements des salariés, les prestations d’autres entreprises, ou même les frais d’électricité. La somme de ces consommations intermédiaires est de 80 euros. Le coût total de production est donc de 180 euros. Si l’entreprise A, vend ces T-shirts pour 250 euros, la valeur ajoutée est de 250-100-80=70 euros.

Normalement vous avez maintenant compris ce que l’INSEE veut dire par « la valeur de la production diminuée de la consommation intermédiaire ». La valeur de la production est donnée par le prix de vente, et les consommations intermédiaires par les différents coûts nécessaires pour produire le bien ou service. Les consommations intermédiaires ne prennent cependant pas compte des investissements à long terme, elles comprennent l’ensemble des biens ou services, souvent achetés à d’autres entreprises, qui sont transformés, ou détruits lors du processus de production. Par exemple lorsque nous parlions de nos T-shirts, l’électricité utilisée a été « détruite » pour les produire, elle est donc à soustraire de la valeur ajoutée, de même pour toutes les autres prestations ou biens inclus dans la production de ces t-shirts, par exemple un service comptable sera lui aussi déduit de cette valeur ajoutée.

Comment calculer la valeur ajoutée

Maintenant que vous avez compris le principe derrière la valeur ajoutée, il reste à comprendre comment celle-ci est calculée à partir des éléments comptables d’une entreprise. Il faut savoir qu’il existe quelque chose qui est appelé le « tableau des soldes intermédiaires de gestion » qui reprend tous ces différents indicateurs de gestion utilisés pour analyser les différentes entreprises. Il y en a 8 et la valeur ajoutée est le troisième indicateur.

La valeur ajoutée se calcule donc en plusieurs étapes, nous avons tout d’abord besoin de la marge commerciale ainsi que de la production de l’exercice. Commençons par la marge commerciale.

La marge commerciale est calculée grâce à la formule suivante : Marge commerciale = Ventes de marchandises et de services – Coût d’achat des marchandises vendues. La formule est explicite et ne nécessite pas d’explications supplémentaires.

S’ensuit la production de l’exercice qui est calculée grâce à cette formule : Production de l’exercice = Production vendue + Production immobilisée + ou – Production stockée.

  • La production vendue concerne les biens mais aussi les services produits pendant un exercice donné par l’entreprise. Le montant est calculé hors taxe et au prix de vente de ces dits biens et services.
  • La production immobilisée est la somme des travaux effectués par une entreprise pour son propre compte, elle est calculée à son prix de revient et est enregistré dans le bilan de l’entreprise parmi les immobilisations.
  • La production stockée peut être positive ou négative puisqu’elle consiste en la différence des stocks entre le début d’un exercice et sa fin (stock final – stock de départ). La production stockée est également évaluée grâce à son coût de production.

La production de l’exercice consiste donc à la totalité des biens ou services produits au cours de d’un exercice.

Un dernier élément reste nécessaire pour calculer la valeur ajoutée, c’est la consommation de l’exercice en provenance des tiers.
Ces consommations en provenance de tiers, sont plus ou moins similaire au principe des consommations intermédiaires, c’est-à-dire qu’elles regroupent tous les biens ainsi que les services fournis par des tiers à l’entreprise pendant un exercice donné. Il faut cependant faire attention à ne pas inclure les marchandises qui sont déjà comptabilisées dans le calcul de la marge commerciale.

Tout ceci nous donne la formule suivante :

Valeur ajoutée = Production de l’exercice + Marge commerciale – consommation de l’exercice en provenance des tiers.

Les différents problèmes de la valeur ajoutée

Vous devez maintenant être un expert de la valeur ajoutée, mais son calcul n’est pas toujours sans difficulté. En effet nous avons vu que la valeur ajoutée intervient dans le calcul du PIB, c’est la somme de la valeur ajoutée de tous les biens et services produits dans une économie. Cependant ces biens et services incluent aussi des services et biens non marchands comme pour les administrations publiques. Sachant que pour les administrations publiques il n’y a pas de vente à proprement parler, comment donc calculer leur valeur ajoutée ? Cette question soulève un problème qui a été longuement discuter par les différentes administrations. En l’état actuel des choses, la valeur ajoutée pour l’administration publique est calculée sous le principe de valeur-travail, c’est-à-dire qu’elle est tout simplement équivalente au coût de revient des administrations. Elle omet donc toutes formes de marge ainsi que la valeur de la productivité du travail. Ce problème dans le calcul de la valeur ajoutée explique en parti pourquoi lorsqu’une entreprise publique est vendue à des tiers privés, la valeur produite pour le PIB du pays augmente. Même si cette augmentation du PIB suite à la vente d’entreprises publiques à des entreprises privées est, probablement en grande partie, dû à l’optimisation des ressources de ces entreprises, il y a cependant une part non négligeable, purement comptable qui augmente ce PIB. Cette partie purement comptable peut donc parfois être la source de biais sur la vente de biens publiques à des tiers privés qui n’auraient autrement pas eu lieu.

Conclusion

Pour conclure, notons encore une fois la définition de l’INSEE : « la valeur ajoutée est égale à la valeur de la production diminuée de la consommation intermédiaire » que vous devez maintenant parfaitement comprendre ainsi que son calcul comptable : Valeur ajoutée = Production de l’exercice + Marge commerciale – consommation de l’exercice en provenance des tiers. La valeur ajoutée est un solde intermédiaire de gestion qui a plus d’implications qu’il n’en paraît et son calcul est nécessaire pour toutes les entreprises. Cette valeur ajoutée n’est cependant pas sans défaut et comme nous l’avons vu plus haut, il arrive que son calcul ne soit pas possible pour certain type de services ou de biens à valeur non marchandes comme pour l’administration publique, pour quelques types d’associations ou même pour des entreprises purement digitales. Dans certain cas le chiffre d’affaires est simplement utilisé en substitut, d’en d’autre le principe de valeur-travail est utilisé. Il est cependant primordial de bien comprendre les différents principes derrière la valeur ajoutée puisque cette dernière intervient dans le calcul de la TVA, qui signifie taxe sur la valeur ajoutée ainsi que, pour les entreprises, dans la CVAE, ou Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises. La valeur ajoutée, même si elle fait partie des soldes intermédiaires de gestion a donc une importance toute particulière.

Cette fiche vous a plu ?

 

Partagez-la !

 

REJOIGNEZ LES 20 000 MEMBRES DU CLUB MY BUSINESS PLAN

Vous voulez en savoir plus ?

De nombreux avantages pour les entrepreneurs et chefs d’entreprise

Télécharger des modèles gratuits

Obtenir des réductions pour entrepreneurs

Bénéficier de formations et de contenus gratuits

Nos fiches pratiques qui pourraient vous servir

Levée de fonds
Le tableau de bord de vos prévisions financières

Lors de la rédaction de votre business plan, la construction de vos prévisions financières est un des passages obligés pour répondre aux attentes des financeurs. Ces prévisions sont essentielles quant au montant de levée de fonds ou d'un prêt. Dans vos prévisions, certains éléments doivent être mis en valeur, et cela à travers un tableau de bord. Que doit-il contenir ? Combien d'éléments faut-il y inclure ? Comment le construire ? Toutes les réponses vous sont données dans cette fiche pratique

Découvrir
comptable
Zoom sur les Soldes Intermédiaires de Gestion

Quels sont les différents soldes intermédiaires de gestion ? A quoi servent-ils? Comment les investisseurs les analysent-ils ? Pour tout comprendre sur les SIG (soldes intermédiaires de gestion), lisez cette fiche pratique !

Découvrir
comptabilite
Comment calculer sa marge commerciale ?

Qu’est-ce que la marge commerciale ? Quelle est la différence entre la marge commerciale et la marge brute, le taux de marge commerciale et le taux de marge brute ? Comment calculer la marge commerciale ? Quels sont les indicateurs de performances financières issues de la marge commerciale ? Quel intérêt présente la marge commerciale pour l’entreprise ? Quelles sont les réflexions à faire suite à une marge commerciale insuffisante ? 

Découvrir
comptabilite
La production immobilisée : définition, calcul et enregistrement

La production immobilisée cause de nombreux soucis aux entrepreneurs notamment au moment de son enregistrement comptable. L'industrie audiovisuelle ainsi que les entreprises à forte R&D passent de nombreux enregistrements en production immobilisée si bien que sa maîtrise est indispensable. Mais, de quoi s’agit-il réellement ? Dans cet article nous vous donnons les clés de compréhension de la production immobilisée ainsi que son calcul. Nous vous expliquons également en détail comment l’enregistrer. 

Découvrir

Le cabinet My Business Plan a accompagné plus de 1000 entrepreneurs.

 

Pourquoi pas vous ?

  • MICHAEL BITTON

    Fondateur d’Adsrank

    Merci à Gaëtan pour son savoir-faire et professionnalisme. Il a immédiatement compris notre besoin et a réalisé rapidement un travail de haute qualité. Merci

  • LAURENCE LASCARY

    Fondatrice de DACP, production de films

    Gaëtan m’a aidé à passer d’une vision à des documents de projections compréhensible par mes interlocuteurs financiers. Pas toujours simple de modéliser une activité de production audiovisuelle et cinématographique mais il a su faire preuve d’agilité. Ainsi Gaëtan a été à mes côtés pour présenter et valoriser mon projet de développement à des partenaires potentiels.

     

  • FLORENT GARCIMORE

    Président de la Pianolab

     

    “Je recommande fortement les services d’accompagnement de Gaëtan Baudry et son équipe, à qui j’ai eu le plaisir de confier une mission d’élaboration d’un business plan pour ma société PIANO LAB

    Leur disponibilité, professionnalisme et méticulosité, avec un sens de l’écoute, ont en effet permis de produire un business plan solide et dont la rigueur a été appréciée par nos interlocuteurs financiers.”

     

  • LINDA LABIDI

    Fondatrice de Cooniz

    Le service proposé nous a aidé à structurer nos idées et les présenter de manières ludiques et accessibles. Ses différentes expériences nous ont aidé à optimiser notre approche et maximiser nos chances de succès. Professionnalisme, écoute et réactivité ont été le ciment de notre fructueuse collaboration

     

     

  • FLAVIEN POBELLE

    Fondateur du studio Pobelle Photographe

    L’agence My Business Plan, après plusieurs échanges (pertinents), a su comprendre mon projet et les différents enjeux pour aller au-delà même de ma demande initiale.
    Véritablement proactifs, Gaëtan et son équipe ont croisé mes données avec des statistiques nationales pour confirmer la faisabilité du projet et mettre l’accent sur les axes d’amélioration nécessaires.
    A la livraison de mon prévisionnel, la lecture était simple, cohérente et pertinente que j’ai pu présenter à ma banque.
    Ayant eu un sentiment d’écoute bien supérieur à la relation que j’ai pu avoir avec mon comptable, je recommande vivement l’agence My Business Plan qui savent véritablement être à l’écoute des entrepreneurs.

     

  • LAMINE KONE

    Fondateur de Poro institute

     

    J’ai fait appel à deux reprises au cabinet My Business Plan et les missions ont été réalisées avec beaucoup de professionnalisme, à ma grande satisfaction.
    Monsieur Baudry et son équipe font montre d’une grande écoute et une analyse fine des caractéristiques  des projets qui leur sont soumis.
    J’ai recommandé le cabinet à un ami entrepreneur d’un projet d’envergure et ce dernier m’a aussi fait part de sa satisfaction. 
    Je recommande fortement le cabinet My Business Plan à tous les entrepreneurs avec la garantie d’un travail rigoureux à même d’ “accrocher” pour  les investisseurs.

     

  • DAVID KADOUCH

    Fondateur de Dalux Real Europe

    Travaillant sur mon projet novateur dans le secteur de l’immobilier de luxe, depuis plus de 2 ans, je n’avais jamais élaboré de business plan digne de ce nom pour convaincre les investisseurs institutionnels de me suivre sur ce projet. Afin de clôturer ma levée de fonds, il me manquait un business plan simple, percutant, convaincant et en anglais s’il vous plaît. Je suis tombé par hasard sur le net sur le cabinet My Business Plan et je ne le regrette pas ! Il m’a tout refait en 4 jours chrono pour un livrable hyper professionnel et top ! Je referais appel au cabinet si besoin.

o

Vous avez une question,
un besoin ?

Que ce soit pour votre banque ou pour lever des fonds, notre expert vous aidera à vous poser les bonnes questions, à choisir les bonnes options stratégiques, trouver un business model pertinent et rédigera un business plan convaincant aux yeux des financeurs.

Consultant business plan

Gaëtan Baudry

N’hésitez pas à le contacter pour tous vos besoins

06.09.17.41.06

restez informés sur nos dernières sorties

Inscrivez vous à notre newsletter !

Newsletter

 

 

Se faire conseiller gratuitement par un comptable