> Nos fiches techniques > comptabilite > La production immobilisée : définition, calcul et enregistrement

La production immobilisée : définition, calcul et enregistrement

La production immobilisée cause de nombreux soucis aux entrepreneurs notamment au moment de son enregistrement comptable. L’industrie audiovisuelle ainsi que les entreprises à forte R&D passent de nombreux enregistrements en production immobilisée si bien que sa maîtrise est indispensable. Mais, de quoi s’agit-il réellement ? Dans cet article nous vous donnons les clés de compréhension de la production immobilisée ainsi que son calcul. Nous vous expliquons également en détail comment l’enregistrer.

Qu’est-ce que la production immobilisée ?

La production immobilisée est un type particulier d’immobilisations. En effet, elle regroupe les immobilisations créées par une entreprise pour son propre fonctionnement. Mais qu’est-ce que cela signifie ? Il s’agit en fait d’un travail effectué par l’entreprise et destiné à son propre usage.
Prenons un exemple : Si vous êtes à la tête d’une menuiserie et que vous souhaitez changer les portes de votre atelier, vous comptabiliserez les dépenses en production immobilisée, s’il s’agit de votre travail ou de celui de vos salariés.
Ainsi, si la notion de production immobilisée n’existait pas, vous ne pourriez pas valoriser le travail réalisé pour fabriquer les portes puisque in fine vous n’avez rien produit qui ne sera vendu. Mais nul ne peut nier que vous avez tout de même crée de la richesse en fabriquant ces portes, d’où la nécessité de la production immobilisée.

 

Comment dès lors calculer la production immobilisée ?

Il faut comptabiliser le coût des travaux engendrés. Ainsi, vous n’oublierez pas d’imputer les charges nécessaires à ces travaux tels que les salaires ou encore le coût d’achats des matières premières.
Dans notre exemple, il faudra calculer le temps passé par chaque menuiser à la confection des portes et donc leur salaire, le coup du bois, des poignées de porte etc etc
Nous vous avons dressé une liste ci-dessous de tous les coûts qu’il faut prendre en compte dans le calcul de la production immobilisée :

  • Les charges directes de production
    • Le coût d’achat des matières consommées
    • Les coûts de main d’œuvre directe
  • Les charges indirectes
    • Les charges administratives
    • Les frais de développement
    • La consommation d’énergie (fioul, gaz, électricité, eau…)
    • Les amortissements des machines et des outils (seulement ceux qui jouent dans la production de l’immobilisation)
  • Les frais financiers

Reprenons notre exemple :
La Menuiserie M souhaite refaire les portes de son atelier et de son magasin. Cette menuiserie choisit évidemment de faire les portes au sein de son atelier. Le coût des matières premières est estimé à 1000€ et comprend le bois, le vernis, les poignées de porte ainsi que tout le mécanisme de serrure. On estime le coût de l’employé ayant fabriqué les portes à 800€ HT, la réalisation n’ayant duré qu’une semaine. Le coût d’usure des matériaux ayant servi est estimé à 50€.
Ainsi, nous pouvons calculer notre production immobilisée. Il va falloir additionner ces dépenses et débiter le compte de résultat de 1850€. Lorsque vous enregistrez la production immobilisée de 10 000€, vous allez également créditer le compte de résultat de 10 000€.
Il va falloir ensuite amortir les portes sur plusieurs années.

 

Comment comptabiliser la production immobilisée ?

Où figure la production immobilisée ?

La production immobilisée figure à l’actif du bilan comptable. Pour contrebalancer cet actif, vous devez également enregistrer un produit d’exploitation. Ainsi, l’actif du bilan va être augmenté du montant de la production immobilisée passée.
Notons que si vous aviez acheté les portes ailleurs, ces dépenses auraient été comptabilisée comme investissements.

Cas 1 : Si la production immobilisée est terminée à la clôture de l’exercice comptable

L’enregistrement de la production immobilisée est assez simple. Il s’agit de

  • débiter le compte de classe 2 nommé « immobilisation »
  • créditer le compte 72 nommé « production immobilisée »

Cas 2 : Si la production immobilisée est en cours au moment de la clôture de l’exercice comptable

Dans notre exemple, si vous clôturez votre exercice fin décembre et que vos portes ne sont pas achevées début janvier, il va falloir tout de même enregistrer une partie de la production immobilisée. Vous opérerez comme suit :

  • Vous débiterez du montant des dépenses faites au compte 23 « immobilisation en cours »
  • Vous créditerez le compte 72 « production immobilisée » du montant des dépenses faites.

Une fois votre production achevée :

  • Vous débiterez le compte d’immobilisation de classe 2 de l’ensemble des dépenses
  • Vous créditerez le compte 23 « immobilisation en cours » du montant des dépenses faites fin décembre
  • Vous créditerez le compte 72 « production immobilisée » du montant des dépenses faites pour cette production immobilisée depuis l’ouverture du nouvel exercice comptable.

Notons que le compte d’immobilisation de classe 2 du plan comptable regroupe :

  • Les immobilisations corporelles
  • Les immobilisations incorporelles
  • Les immobilisations en cours
  • Les participations et créances rattachées à des participations
  • Les amortissements des immobilisations

 

La production immobilisée : le cas de l’industrie audiovisuelle

Lorsque vous produisez du contenu audiovisuel, il est toujours difficile de correctement comptabiliser les coûts engagés. Tout au long de la réalisation de l’œuvre, les dépenses faites seront comptabilisées comme charge dans votre compte de résultat. En fin d’année, si votre œuvre n’est pas terminée, ces dépenses devront être retraitées. Les charges vont être transférée en ” immobilisation en cours”en fin d’année. Il faut bien entendu veiller à remonter les charges nettes des potentielles subventions.

Votre contenu passera définitivement comme “immobilisation incorporelle” lorsqu’il rapportera de l’argent et/ou que sa valeur se dépréciera. Vous pourrez dès lors l’amortir.

 

La production immobilisée : le cas de la R&D

Il est très important de distinguer la recherche du développement. Nous parlons en effet de frais de recherche et de coûts de développement.

Les frais de recherche

Les frais de recherche sont obligatoirement comptabilisés en charges. Comme vous ne savez pas si vos recherches vont aboutir et si oui ou non vous serez en mesure de faire du profit grâce à ces recherches, vous ne pouvez pas les comptabiliser comme immobilisation.

Les coûts de développement

Les coûts de développement quant à eux peuvent soit être comptabilisé en charges, soit en immobilisation si le projet respecte les conditions suivantes :

  • Il se rapporte à un ou plusieurs projets individualisés.
  • Il a de grandes chances de réussite technique et donc de rentabilité commerciale.
  • Vous pouvez prouver la faisabilité technique du projet nécessaire à son achèvement en vue de sa mise en service ou de sa vente.
  • Vous avez l’intention d’achever le projet et de l’utiliser ou de le vendre.
  • Vous avez la capacité d’utiliser ou de vendre l’immobilisation incorporelle.
  • Vous devez prouver la manière dont son projet génèrera des avantages économiques futurs.
  • Vous devez prouver que vous possèdez les ressources nécessaires pour achever le développement de votre projet.
  • Vous pouvez évaluer de façon fiable les dépenses de développement.

Si le stade de votre projet vous permet de répondre par la positive à toutes ces conditions, c’est que vous pouvez désormais classer vos dépenses en production immobilisée et non en charges. Le maintien en charges reste cependant possible.

Désormais vous savez tout sur la production immobilisée. N’oubliez pas de comptabiliser toutes les charges de sorte à enregistrer le montant exact dans votre production immobilisée et votre compte de résultat. Si vous montez une entreprise dans le secteur de l’audiovisuel ou à forte R&D, n’oubliez pas de bien vous renseigner sur la production immobilisée. Maîtriser cette notion dès le début vous fera gagner beaucoup de temps.

Cette fiche vous a plu ?

 

Partagez-la !

 

REJOIGNEZ LES 20 000 MEMBRES DU CLUB MY BUSINESS PLAN

Vous voulez en savoir plus ?

De nombreux avantages pour les entrepreneurs et chefs d’entreprise

Télécharger des modèles gratuits

Obtenir des réductions pour entrepreneurs

Bénéficier de formations et de contenus gratuits

Nos fiches pratiques qui pourraient vous servir

Levée de fonds
16 ratios financiers suivis par les investisseurs

Lors d'une levée de fonds, les investisseurs scrutent certains ratios financiers et nous allons vous présenter les principaux.

Découvrir
comptable
Amortissement comptable: définition, calcul et durée

Qu’est-ce que l’amortissement ? Quelles sont les immobilisations amortissables ? Quelle différence entre la durée d’utilisation réelle et la durée d’usage fiscale ? Quels sont les principales méthodes de calcul de l’amortissement ? 

Découvrir
comptable
Amortissement linéaire ou amortissement dégressif : que choisir ?

Qu’est-ce que l’amortissement comptable ? Quelles différences entre la méthode d’amortissement dégressif et la méthode d’amortissement linéaire ? Comment calculer l’amortissement dégressif et l’amortissement comptable ? 

Découvrir
Banque
Ce qu’une banque analyse dans votre Business Plan

Avant de réaliser son business plan, il est important de savoir quel type de financement vous voulez avoir. En effet, une banque ne regardera pas votre business plan de la même manière qu’un fonds d’investissement. Il est donc nécessaire d’adapter votre business plan et de mettre en évidence certains points pour remplir les attentes des banques si vous souhaitez obtenir un prêt. Il est alors important de savoir ce qu’une banque analyse en priorité dans votre business plan pour maximiser ses chances de réussite. 

Découvrir

Le cabinet My Business Plan a accompagné plus de 1000 entrepreneurs.

 

Pourquoi pas vous ?

  • MICHAEL BITTON

    Fondateur d’Adsrank

    Merci à Gaëtan pour son savoir-faire et professionnalisme. Il a immédiatement compris notre besoin et a réalisé rapidement un travail de haute qualité. Merci

  • LAURENCE LASCARY

    Fondatrice de DACP, production de films

    Gaëtan m’a aidé à passer d’une vision à des documents de projections compréhensible par mes interlocuteurs financiers. Pas toujours simple de modéliser une activité de production audiovisuelle et cinématographique mais il a su faire preuve d’agilité. Ainsi Gaëtan a été à mes côtés pour présenter et valoriser mon projet de développement à des partenaires potentiels.

     

  • FLORENT GARCIMORE

    Président de la Pianolab

     

    “Je recommande fortement les services d’accompagnement de Gaëtan Baudry et son équipe, à qui j’ai eu le plaisir de confier une mission d’élaboration d’un business plan pour ma société PIANO LAB

    Leur disponibilité, professionnalisme et méticulosité, avec un sens de l’écoute, ont en effet permis de produire un business plan solide et dont la rigueur a été appréciée par nos interlocuteurs financiers.”

     

  • LINDA LABIDI

    Fondatrice de Cooniz

    Le service proposé nous a aidé à structurer nos idées et les présenter de manières ludiques et accessibles. Ses différentes expériences nous ont aidé à optimiser notre approche et maximiser nos chances de succès. Professionnalisme, écoute et réactivité ont été le ciment de notre fructueuse collaboration

     

     

  • FLAVIEN POBELLE

    Fondateur du studio Pobelle Photographe

    L’agence My Business Plan, après plusieurs échanges (pertinents), a su comprendre mon projet et les différents enjeux pour aller au-delà même de ma demande initiale.
    Véritablement proactifs, Gaëtan et son équipe ont croisé mes données avec des statistiques nationales pour confirmer la faisabilité du projet et mettre l’accent sur les axes d’amélioration nécessaires.
    A la livraison de mon prévisionnel, la lecture était simple, cohérente et pertinente que j’ai pu présenter à ma banque.
    Ayant eu un sentiment d’écoute bien supérieur à la relation que j’ai pu avoir avec mon comptable, je recommande vivement l’agence My Business Plan qui savent véritablement être à l’écoute des entrepreneurs.

     

  • LAMINE KONE

    Fondateur de Poro institute

     

    J’ai fait appel à deux reprises au cabinet My Business Plan et les missions ont été réalisées avec beaucoup de professionnalisme, à ma grande satisfaction.
    Monsieur Baudry et son équipe font montre d’une grande écoute et une analyse fine des caractéristiques  des projets qui leur sont soumis.
    J’ai recommandé le cabinet à un ami entrepreneur d’un projet d’envergure et ce dernier m’a aussi fait part de sa satisfaction. 
    Je recommande fortement le cabinet My Business Plan à tous les entrepreneurs avec la garantie d’un travail rigoureux à même d’ “accrocher” pour  les investisseurs.

     

  • DAVID KADOUCH

    Fondateur de Dalux Real Europe

    Travaillant sur mon projet novateur dans le secteur de l’immobilier de luxe, depuis plus de 2 ans, je n’avais jamais élaboré de business plan digne de ce nom pour convaincre les investisseurs institutionnels de me suivre sur ce projet. Afin de clôturer ma levée de fonds, il me manquait un business plan simple, percutant, convaincant et en anglais s’il vous plaît. Je suis tombé par hasard sur le net sur le cabinet My Business Plan et je ne le regrette pas ! Il m’a tout refait en 4 jours chrono pour un livrable hyper professionnel et top ! Je referais appel au cabinet si besoin.

o

Vous avez une question,
un besoin ?

Que ce soit pour votre banque ou pour lever des fonds, notre expert vous aidera à vous poser les bonnes questions, à choisir les bonnes options stratégiques, trouver un business model pertinent et rédigera un business plan convaincant aux yeux des financeurs.

Consultant business plan

Gaëtan Baudry

N’hésitez pas à le contacter pour tous vos besoins

06.09.17.41.06

restez informés sur nos dernières sorties

Inscrivez vous à notre newsletter !

Newsletter

 

 

Se faire conseiller gratuitement par un comptable