> Nos fiches techniques > Business Plan > business plan social : 5 erreurs classiques

Business plan social : 5 erreurs classiques

Il y a des erreurs récurrentes au business plan social. Petite revue de 5 erreurs à éviter dans votre “BPS” pour parvenir à convaincre des financeurs et notamment des venture philanthropes.

Tout comme dans un business plan, on retrouve souvent les mêmes erreurs dans un business plan social. Néanmoins, il y a tout de même des erreurs très spécifiques au business plan social. Petite revue de 5 erreurs à éviter dans votre “BPS” pour parvenir à convaincre des financeurs et notamment des venture philanthropes.

 

Erreur numéro 1 du business plan social : Ne pas en rédiger !

Le business plan, c’est uniquement pour les start up qui veulent lever des fonds ou des entreprises classiques souhaitant financer leur croissance. Pour lever des fonds dans le secteur social, il faut des relations, un projet à fort impact et une bonne équipe.” Certes, de prime abord, on pourrait se demander à quoi sert le business plan social. Pourtant, c’est un outil de plus en plus exigé dans le secteur.

L’arrivée de venture philanthropes (philanthropes issus du monde de la finance ou ex entrepreneurs classiques comme Maurice Tchenio, Bill Gates ou Pierre Omidiyar) pousse le secteur social dans cette direction. Pour obtenir des fonds, les ONG et entreprises sociales devront de plus en plus être capables de démontrer la cohérence de leur projet, la viabilité financière et mesurer leur impact. Le business plan social est l’outil pour convaincre les nouveaux financeurs du secteur. Ne pas être capable d’en rédiger un, c’est se mettre en porte-à-faux avec l’évolution du secteur. Les compétitions de business plan sociaux comme la GSVC montrent l’importance grandissante de ce document et surtout du processus de rédaction du business plan social. 

 

Erreur numéro 2 du business plan social : Survendre l’impact

Une erreur classique, que l’on retrouve dans les business plan sociaux, consiste à vouloir maximiser son impact sur toute la chaîne et dans tous les secteurs ! Par exemple, de nombreux projets souhaitant être respecteux de l’environnement et avoir une politique de prix éthique ajoutent une composante de réinsertion sociale à leur projet. En soit, c’est louable. MAIS il faut garder à l’esprit qu’il est compliqué de survivre pour une entreprise. C’est encore plus vrai pour une entreprise sociale. Vouloir maximiser l’impact sur toute la chaîne de valeur, dès le début, est très risqué. 

Dès lors, il faut se poser la question: quel impact est-ce que je vise en premier ? Vous devez rester cohérent. Si votre objectif c’est l’impact environnemental alors cherchez à maximiser cet impact dans un premier temps et à assurez votre pérennité. Quand votre entreprise sera stable, alors il sera temps d’y ajouter d’autres briques comme la réinsertion, le sourcing et la tarification éthique etc. Ne cherchez pas à courir plusieurs lièvres à la fois. C’est le meilleur moyen d’échouer. 

 

Erreur numéro 3 du business plan social: Penser que l’impact suffit à justifier un marché

Les ONG cherchent à lever des fonds. Avec la baisse des subventions gouvernementales, ils leur manquent environ 300 millions d’euros cette année. 87% de la population aimerait faire un don cette année. 95% de la population utilise internet. Dès lors, notre plateforme de crowdfunding se situe sur un marché porteur“. Ce raisonnement est faux par nature. Un marché, c’est l’ensemble des clients prêts à payer pour une solution qui résoud un problème l’embêtant fortement. Ce n’est pas parce que vous apportez une solution avec un impact que le client sera prêt à payer pour cela, même si la solution lui permet de vivre mieux, plus longtemps et en meilleur santé. Il existe beaucoup d’exemples de technologies améliorant la vie de tous les jours mais n’ayant jamais percé (même offert gratuitement) ou ayant du mal à décoller. On pourra citer les foyers améliorés (“petits fourneaux dans les maisons”) dont le bilan est un semi échec malgré toutes les promesses et les nombreux programmes existants.

 

Erreur numéro 4 du business plan social : confondre bénéficiaire et client

Nous notons souvent cette erreur lorsque nous analysons un business plan social : Il ne faut pas confondre bénéficiaire (celui qui va bénéficier de l’impact social) et client. Le client est celui qui paie pour la solution. Parfois, le client est le bénéficiaire. Par exemple, dans le cadre de la vente de foyers améliorés, la famille achetant le foyer bénéficie immédiatement de l’impact. Mais parfois le bénéficiaire est différent de l’acheteur. Si les foyers améliorés sont subventionnés, le client est alors l’organisme subventionnant les foyers alors que les bénéficiaires restent ceux recevant les foyers améliorés.

D’ailleurs, la question peut se poser pour une fondation subventionnant un programme. Vous devrez les convaincre et ils deviennent en quelque sorte votre client. Vous devrez les pitcher, proposer un prix attractif (procurant un retour sur investissement social ou sur image qui leur convienne) et démontrer que votre solution est la meilleure. Bref, demandez-vous toujours QUI PAIE et démontrez dans votre business plan social que les clients identifiés sont prêts à payer pour votre solution car elle procure un retour sur investissement substantiel.

 

Erreur numéro 5 du business plan social: Ne pas avoir de concurrent

Sur 100 business plan sociaux analysés, on remarque qu’environ 70% d’entre eux affirment ne pas avoir de concurrents ! “Je suis dans le secteur social, je n’ai que des partenaires car nous cherchons tous à défendre une cause. je n’ai donc pas de concurrent“. On lit souvent ces propos dans l’executive summary du business plan social. Quelle erreur ! Même dans le secteur social, et peut être même encore plus dans le secteur social, la concurrence existe, est rude et ne fera pas de cadeau. Il est donc de votre devoir de l’analyser.

Deux projets, oeuvrant pour le même objectif (réduction de l’illettrisme par exemple) sont en concurrence par le simple fait que les fonds alloués à cette cause ne sont pas infinis et qu’ils devront donc démontrer leur pertinence, leur impact mais surtout que leur solution est meilleure que celle du concurrent. Il est absurde de financer deux projets ayant le même objectif si l’un d’entre eux à plus d’impact et est plus efficace que l’autre. Dans ce cas, il vaut mieux allouer l’ensemble des fonds au meilleur projet pour maximiser encore plus l’impact. Tous les projets sont donc de facto en concurrence.

Deux projets cherchant à vendre une solution de purification de l’eau sont en concurrence car ils proposent le même produit. Ils sont même en concurrence avec ce que l’on appelle l’INERTIE à savoir l’inaptitude d’une population donnée à changer d’habitude de consommation.  Il leur faudra combattre l’inertie qui est un concurrent redoutable. Pour cela ils devront démontrer que la gêne et l’inconfort engendrés par un changement sont largement compensés par les bénéfices du produit.  


Conclusion
En évitant ces erreurs classiques du business plan social, vous aurez un avantage certain sur d’autres projet dans votre levée de fonds. Éviter ces erreurs ne suffit pas à convaincre un financeur mais vous permettra de ne pas être éliminé. Et vous, avez vous identifié d’autres erreurs classiques ?


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

 

Afin de compléter cette fiche, nous vous redirigeons vers cet article qui vous liste les conseils de Marine Quenin sur le business plan social.

Cette fiche vous a plu ?

 

Partagez-la !

 

REJOIGNEZ LES 20 000 MEMBRES DU CLUB MY BUSINESS PLAN

Vous voulez en savoir plus ?

De nombreux avantages pour les entrepreneurs et chefs d’entreprise

Télécharger des modèles gratuits

Obtenir des réductions pour entrepreneurs

Bénéficier de formations et de contenus gratuits

Nos fiches pratiques qui pourraient vous servir

Business Plan
Rédiger un business plan social

Qu'est-ce qu'un business plan social ? Quelle est la différence entre un business plan classique et un business plan social ? A qui est destiné un business plan social ? Qui utilise le business plan social ?

Découvrir
Valorisation
Impact du business plan dans la valorisation de votre société

Quelles sont les méthodes de valorisation d’une entreprise ? Quel est le rôle du business plan dans la valorisation d’une entreprise ? Comment le besoin de financement est-il formulé dans le business plan ? 

Découvrir
Etude de marché
7 points à savoir sur l’enquête terrain de son étude de marché

Bien faire son enquête sur le terrain est un des premiers points pour réussir son étude de marché. Voici quelques astuces pour bien démarrer !

Découvrir
Levée de fonds
Levée de fonds: les 3 points clés à connaître

Un projet de création d’entreprise ? Un nouvel investissement pour répondre à la croissance de votre activité ? L’envie est là mais problème, vos finances sont insuffisantes. Heureusement, des acteurs du monde économique sont présents pour aider dans la levée des fonds et participer de façon plus ou moins proche à votre projet.

Découvrir

Le cabinet My Business Plan a accompagné plus de 1000 entrepreneurs.

 

Pourquoi pas vous ?

  • MICHAEL BITTON

    Fondateur d’Adsrank

    Merci à Gaëtan pour son savoir-faire et professionnalisme. Il a immédiatement compris notre besoin et a réalisé rapidement un travail de haute qualité. Merci

  • LAURENCE LASCARY

    Fondatrice de DACP, production de films

    Gaëtan m’a aidé à passer d’une vision à des documents de projections compréhensible par mes interlocuteurs financiers. Pas toujours simple de modéliser une activité de production audiovisuelle et cinématographique mais il a su faire preuve d’agilité. Ainsi Gaëtan a été à mes côtés pour présenter et valoriser mon projet de développement à des partenaires potentiels.

     

  • FLORENT GARCIMORE

    Président de la Pianolab

     

    “Je recommande fortement les services d’accompagnement de Gaëtan Baudry et son équipe, à qui j’ai eu le plaisir de confier une mission d’élaboration d’un business plan pour ma société PIANO LAB

    Leur disponibilité, professionnalisme et méticulosité, avec un sens de l’écoute, ont en effet permis de produire un business plan solide et dont la rigueur a été appréciée par nos interlocuteurs financiers.”

     

  • LINDA LABIDI

    Fondatrice de Cooniz

    Le service proposé nous a aidé à structurer nos idées et les présenter de manières ludiques et accessibles. Ses différentes expériences nous ont aidé à optimiser notre approche et maximiser nos chances de succès. Professionnalisme, écoute et réactivité ont été le ciment de notre fructueuse collaboration

     

     

  • FLAVIEN POBELLE

    Fondateur du studio Pobelle Photographe

    L’agence My Business Plan, après plusieurs échanges (pertinents), a su comprendre mon projet et les différents enjeux pour aller au-delà même de ma demande initiale.
    Véritablement proactifs, Gaëtan et son équipe ont croisé mes données avec des statistiques nationales pour confirmer la faisabilité du projet et mettre l’accent sur les axes d’amélioration nécessaires.
    A la livraison de mon prévisionnel, la lecture était simple, cohérente et pertinente que j’ai pu présenter à ma banque.
    Ayant eu un sentiment d’écoute bien supérieur à la relation que j’ai pu avoir avec mon comptable, je recommande vivement l’agence My Business Plan qui savent véritablement être à l’écoute des entrepreneurs.

     

  • LAMINE KONE

    Fondateur de Poro institute

     

    J’ai fait appel à deux reprises au cabinet My Business Plan et les missions ont été réalisées avec beaucoup de professionnalisme, à ma grande satisfaction.
    Monsieur Baudry et son équipe font montre d’une grande écoute et une analyse fine des caractéristiques  des projets qui leur sont soumis.
    J’ai recommandé le cabinet à un ami entrepreneur d’un projet d’envergure et ce dernier m’a aussi fait part de sa satisfaction. 
    Je recommande fortement le cabinet My Business Plan à tous les entrepreneurs avec la garantie d’un travail rigoureux à même d’ “accrocher” pour  les investisseurs.

     

  • DAVID KADOUCH

    Fondateur de Dalux Real Europe

    Travaillant sur mon projet novateur dans le secteur de l’immobilier de luxe, depuis plus de 2 ans, je n’avais jamais élaboré de business plan digne de ce nom pour convaincre les investisseurs institutionnels de me suivre sur ce projet. Afin de clôturer ma levée de fonds, il me manquait un business plan simple, percutant, convaincant et en anglais s’il vous plaît. Je suis tombé par hasard sur le net sur le cabinet My Business Plan et je ne le regrette pas ! Il m’a tout refait en 4 jours chrono pour un livrable hyper professionnel et top ! Je referais appel au cabinet si besoin.

o

Vous avez une question,
un besoin ?

Que ce soit pour votre banque ou pour lever des fonds, notre expert vous aidera à vous poser les bonnes questions, à choisir les bonnes options stratégiques, trouver un business model pertinent et rédigera un business plan convaincant aux yeux des financeurs.

Consultant business plan

Gaëtan Baudry

N’hésitez pas à le contacter pour tous vos besoins

06.09.17.41.06

restez informés sur nos dernières sorties

Inscrivez vous à notre newsletter !

Newsletter

 

 

Contactez un expert en business plan et levée de fonds