Le business plan pousse à l'action

Publie le 15 Février 2013 15:40

Gassem A rim Niels entrepreneur du concours les entrepreneurialesGassen A Rim Niels participe actuellement au concours « Les entrepreneuriales » sur un projet de robotique/domotique. Il nous explique ici pourquoi ce concours pour entrepreneur lui est utile dans la structuration de son projet mais aussi en quoi la rédaction du business plan, contrairement aux idées reçues, pousse à l'action. 

 

 

Un entrepreneur au parcours atypique

Mon parcours est relativement atypique. Après mes deux ans de classes préparatoires et un concours j’ai intégré le cursus mécatronique de l’ENSIAME à Valenciennes où dès ma première année je devins président de la Junior Entreprise de l’école et je commençai la conception d’OZZY, mon premier robot. Puis en deuxième année vint mon stage de 6 mois en tant qu’adjoint au Chef de projet chez Faurecia qui m’intima l’idée que je devais m’éloigner un tant soi peu de la technique. Ainsi, pour ma troisième année, je décide de profiter d’une opportunité de cursus à l’ENSMM en Ingénierie de l’Innovation, durant lequel j’ai découvert les différentes techniques de marketing et de management de l’innovation, et surtout le concours "les entrepreneuriales".

Comme vous l’avez sans doute constaté, l’idée de créer une entreprise était présente dès le début, avant même mon entrée en école d’ingénieur. Mais j’ai eu besoin d’une longue phase de maturation concernant mon projet, chaque élément de mon parcours y a contribué. Les entrepreneuriales sont la suite logique de tout cela car elles me permettent de me mettre à l’épreuve et de tester mon projet en le soumettant au marché et à des professionnels.


 
 

Un concours qui décortique les différentes étapes du business plan

Les entrepreneuriales sont un concours national pour la création d’entreprise réservé aux étudiants. Ce concours à pour objectif la formation de futurs entrepreneurs en leurs faisant réaliser toutes les étapes en amont d’une création d’entreprise comme l’étude de marché ou le prévisionnel de vente par exemple.

Pour participer au concours, il est obligatoire de former des équipes de 2 à 4 étudiants de formations différentes de préférence. Dans mon cas, nous sommes deux, une élève d’école de commerce : Anaïs Camand de l’ESC Dijon. Et un élève d’école d’ingénieur c'est-à-dire moi. Ces équipes doivent durant 5 mois travailler sur un projet de création d’entreprise. Elles sont alors suivies et coachées par un chef d’entreprise volontaire et un coach volontaire lui aussi, de plus chaque semaine les équipes disposent d’heure de formation à la création d’entreprise. (pour en savoir plus sur les concours, lisez notre dossier sur les concours pour entrepreneurs)

L’aboutissement du concours est la réalisation d’un business plan documenté à rendre au jury qui par la suite nommera les équipes gagnantes. Je ne connais pas exactement les prix qui sont remis aux gagnants, ni les critères de sélections des gagnants, je crois que c’est de l’ordre de 700 euros par équipe et qu’il y a 10 nominations en tout. Mais je crois que pour la plupart des participants, gagner est presque « accessoire ».
 

 

Un concours pour entrepreneurs qui structure le projet

A) DU COACHING POUR STRUCTURER LE BUSINESS PLAN

Pour ma part,  je dirais que c’est l’aspect formel du concours qui m’aide à structurer mon projet. Pour faire un business plan, il faut un produit et un marché, moi j’avais plutôt une technologie que je voulais appliquer dans tous les secteurs. De ce fait, nous avons petit à petit établi une structure à notre projet pour répondre aux besoins du concours.
De plus, les coachs sont d’une grande aide car ayant une attitude neutre, un regard extérieur, ils sont capables de cibler les failles de nos projets et de trouver de nouveaux champs d’explorations. Sans pour autant nous brider et grâce aux conseils qu’ils donnent, ils nous guident dans la bonne direction.

B) QU'AI-JE APPRIS VIA CE CONCOURS ?

De prime abord, je vous répondrai rien parce que mon parcours et mes activités extra scolaires m’ont appris tout ce que j’avais besoin de savoir sur les processus de création d’entreprise. MAIS, en y réfléchissant je nuancerai ma réponse en disant que je n’ai rien appris sur la forme mais beaucoup sur le fond. Il y a une différence entre connaître un processus et le réaliser. Mon équipe et moi, nous avons commis des erreurs, nous avons appris d’elles, nous nous sommes souvent découragés, nous nous sommes toujours remis au travail. Ce n’est peut être qu’un concours étudiants mais lorsqu’on s’y implique « à fond », il nous procure une expérience de la création d’entreprise non négligeable.

C) DES CHANGEMENTS ET PIVOTS NECESSAIRES POUR NOTRE PROJET

Nous avons fait plusieurs changements grâce à ce concours, la technologie restait la même, mais nous agissions comme des girouettes en fonction de nos ébauches d’études de marchés. Et la première fois que nous nous sommes fixés et que nous avons pu réaliser une étude de marché complète, nous nous sommes rendu compte que le produit ne répondait pas aux marchés visés. Nous avons donc du redéfinir encore une fois notre projet qui par la suite n’a plus évolué et je pense n’évoluera que très peu car sa configuration actuelle nous rend très optimiste pour l’avenir.


 

La rigueur et la cohérence sont clés dans un business plan

Si je ne devais citer qu’une seule erreur, et je pense que ma coéquipière sera d’accord avec moi, c’est de ne pas avoir été rigoureux dès le départ. Non seulement cela engendre une perte de temps énorme, dans le cas d’une perte d’information par exemple, mais nous sommes obligés de refaire les recherches pour les dites informations. Et pire encore quand il s’agit d’une bonne idée, le temps qu’elles nous reviennent, de l’eau aura coulé sous les ponts… Mais aussi cela peut engendrer des incohérences dans notre discours, au départ nous avions du mal à être clairs concernant l’état d’avancement de notre projet ou le projet en lui-même parce que nous ne l’avions jamais formalisé.
 
 

Le business plan, c'est aussi apprendre par l'action

Le concours des entrepreneuriales prônent le « learning by doing », mais le « learning by doing » d’un business plan. Le business plan est bien plus qu’un simple document qui nous rassure sur le bien fondé de notre projet, il est aussi au départ votre « plaquette publicitaire » pour les investisseurs potentiels, les futurs associés, votre famille dont vous devez obtenir le soutien pour vous lancer. Je ne pense pas que le business plan soit amené à disparaître un jour, plus tard on l’appellera peut être autrement ou il prendra d’autre forme mais sa finalité restera inchangée.

Je conseillerais vivement à tout apprenti entrepreneur de participer à un tel concours, parce que c’est formateur, parce que l’on peut se faire ses premiers contacts professionnels et cela ajoute du cachet à votre projet d’entreprise par la suite pour la créer vraiment.


 
Vous avez aimé cette interview ? Partagez-la sur les réseaux sociaux !
Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire