REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

business plan : Un ex banquier vous donne les clés

Publie le 21 Octobre 2016 13:40

Le business plan pour une banque : les ficelles par un ancien banquier 

emmanuelle duvette ancien banquierComment rédiger son business plan pour une banque ? Après 15 ans au sein de différentes banques, au service des particuliers, des entreprises et enfin comme directeur d’une agence « développement », Emmanuel Duvette a voulu mettre à profit son expérience et sa veille sur les pratiques et les technologies émergentes et novatrices en entreprise au projet d’une plateforme de travail collaboratif : CoworkingLille, qu'il a cofondé en Décembre 2010. Son parcours peut paraître atypique aux yeux de beaucoup. Au sein de CoworkingLille, Il expérimenté « in vivo » de nouveaux business models permettant de développer des entreprises dans les domaines de l’économie collaborative.  Grâce à cette expérience, il a travaillé avec la communauté CoworkingLille à créer une entreprise organique et collaborative, MaintenantAuTravail,  qui accompagne des projets  en s’appuyant sur les compétences de la communauté de CoworkingLille et en utilisant des méthodes de travail innovantes. Il nous donne ici ses conseils pour convaincre un banquier avec son business plan.
 

Le business plan : convaincre les parties prenantes

Un business plan permet de manière synthétique de présenter un projet d’entreprise. Il est très utile pour expliquer et « vendre » son idée à toutes les parties prenantes du projet (Financeurs, capitaux-risqueurs, associés, partenaires, collectivités locales,…). Cela permet de répondre à toutes les questions importantes de la construction d’un projet d’entreprise. Plus qu’un document de synthèse, c’est aussi une bonne méthodologie permettant de  se poser rapidement toutes les questions liées au projet.

Il faut commencer dès le début du projet à rédiger le business plan et continuer au fil de l’eau pendant le développement du projet. C’est beaucoup moins fastidieux de le faire à chaque étape de l’avancée du projet, plutôt que de s’y mettre à la fin.

Rédiger un business plan peu paraître au premier abord très lourd et fastidieux. Pour cela, il faut avoir une trame précise et se poser les bonnes questions et y apporter les réponses. Les points les plus compliqués à aborder sont souvent les enjeux financiers, qui sont les plus abstraits pour beaucoup d’entrepreneurs.

 

Le business plan : Indispensable pour une banque

Dans une banque, souvent, le processus de décision d’un financement fait intervenir plusieurs personnes : le chargé d’affaires, le directeur de l’agence, l’analyste crédit et parfois le comité d’engagement. Le business plan est donc primordial et est le document de référence qui permet d’aider à bien appréhender le projet avec le plus de précisions possibles pour ces différents interlocuteurs qui n’ont pas toujours les mêmes attentes ou qui n’ont pas toujours la possibilité de rencontrer directement les porteurs de projet.  C’est donc un des outils d’aide à la décision pour le banquier.
 

Le business plan : conseils pour convaincre son banquier

Gardez toujours à l’esprit quand vous rédigez votre business plan, que vous n’aurez pas toujours la possibilité  de le commenter à votre interlocuteur. Votre tâche principale est de rester le plus simple possible dans vos explications. Il ne faut pas essayer d’ « enfumer » votre interlocuteur par des approximations, ou des aberrations.
Mais aussi, essayez d’être le plus précis possible dans la description de votre concept surtout s’il est innovant ou qu’il y a peu de références sur le marché.
Sur la partie financière, surtout si vous allez chercher des financements bancaires, passez du temps à vous poser la question de la rentabilité, et de la cohérence de votre demande de financement avec votre projet. Vérifiez que vos chiffres sont cohérents et réalisables. Par exemple, ramenez votre chiffre d’affaires à la journée et vérifiez que ce chiffre est réalisable.

Il faut se mettre dans l’idée que le banquier doit être rassuré sur les moyens mis en œuvre pour rembourser les financements que vous sollicitez. Pour cela, il y a différents moyens de le rassurer. C’est tout d’abord, sur vous, vos compétences, votre expérience, votre capacité à gérer, votre capacité à vous entourer des bonnes personnes, bref votre esprit d’entrepreneur !
Ensuite, il faut qu’il comprenne ce que vous voulez faire et comment vous voulez le faire. Enfin, la partie financière du business plan doit être cohérente et crédible. Et surtout permettre de rembourser les engagements. Dites-vous que dans le doute, et c’est dommage, le banquier dira souvent non.

 

Business plan pour une banque : Les erreurs à éviter 

Souvent, quand j’analysais des demandes de financements, les prévisionnels du business plan ne laissaient souvent pas suffisamment d’excédent pour rembourser la banque et souvent encore moins pour que l’entrepreneur puisse se payer ! Donc, sauf à dire que votre objectif soit de faire du bénévolat dans votre prochaine entreprise, vérifiez bien que vous pouvez vivre de cette nouvelle activité !

Dans un business plan tout est important ! Parce qu’un business plan est un tout, il faut lui apporter le plus grand soin. Bien sûr, le banquier ira rapidement après avoir vu  les différents points du business plan à la partie financière afin d’analyser en détail la rentabilité du projet.

Soyez le plus sincère possible, et n’essayez pas de tordre les chiffres pour leur faire dire ce que veux entendre le banquier, s’il n’est pas trop mauvais, il devrait s’en rendre compte, et si ce n’est pas lui, ce sera l’analyste crédit. Et, là vous serez grillé !

Un dernier conseil  : Ne restez pas seul pour rédiger votre Business Plan, faites-vous aider par un coach ou un expert comptable, mais pas uniquement dans le but qu’il aligne dans les tableaux des chiffres utopiques mais plutôt qu’il confronte votre projet avec vous. Ce sera d’autant plus utile que ça vous permettra d’éprouver votre projet et de pouvoir le défendre auprès d’un banquier mais aussi d’un autre financeur.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Catégorie: 

Ajouter un commentaire