REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

Le business plan de votre centre equestre

BUSINESS PLAN DU CENTRE EQUESTRE : 5 POINTS CLES

Quelle structure juridique à choisir pour votre centre équestre ? Comment effectuer une étude de marché exhaustive ? Comment rédiger un business plan en bonne et due forme ? Comment réaliser un prévisionnel financier pertinent ? Comment convaincre les apporteurs de fonds ?

plan d'affaire et centre equestre

 

 

Pourquoi lancer son centre equestre

Etes-vous passionnés par l’équitation ? Disposez-vous de l’expérience et des compétences pédagogiques nécessaires pour transmettre vos enseignements aux apprenants, aussi bien à des amateurs qu’à des professionnels ? Etes-vous capable de faire submerger les non-initiés de la cavalerie dans le monde équestre ? Voulez-vous faire de l’amateurisme d’équitation votre profession ? Si vous répondez par oui, c’est que vous avez la vocation d’être un bon moniteur d’équitation. C’est le temps donc de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale en procédant à l’ouverture d’un centre équestre. Après avoir validé l’idée du centre équestre, vous devez choisir l’étendue de vos interventions auprès des clients potentiels, à savoir si vous allez opter pour l’entrainement des chevaux en compétition, si vous allez les prendre en pension ou demi-pension ou encore si vous allez assurer des balades en califourchon pour les amateurs. Vous pouvez opter pour l’une de ces options ou pour leur combinaison, et ce, en fonction de vos moyens, de la surface du centre équestre mais également de vos ambitions.

Dès que vous rassembler ces informations préliminaires nécessaires au passage à l’action, vous vous trouvez dans l’étape suivante, celle du trot au galop. Ainsi, à l’instar de toute création de projet, vous devez remplir certaines formalités d’ordre financières, juridiques et commerciales avant de démarrer votre activité. C’est ainsi que le business plan intervient pour structurer ces formalités et mettre dans le mille vos objectifs opérationnels et stratégiques, sans pour autant s’égarer dans le labyrinthe des informations males ordonnées et confuses. Si bien rédigé et chiffré, celui-ci vous sert de base pour lever les fonds nécessaires au démarrage, au lancement, à la croissance et à la maturité de votre centre équestre. Ainsi, pour parvenir à cette finalité, nous vous suggérons 5 points clés essentiels pour élaborer votre business plan avec la forme et le fond dus.


1- CHOISIR LA STRUCTURE JURIDIQUE DU CENTRE EQUESTRE

Vous devez commencer par choisir la structure juridique de votre centre équestre. Cette étape vous permet de cerner votre entreprise légalement et administrativement. Chaque statut dispose de ses propres critères en termes du capital minimum à déposer, le nombre d’associés permis et les prérequis de création de l’entreprise (dossier administratif et juridique). Ainsi, choisir le bon statut juridique revient à adapter vos ambitions financière (capital, répartition des bénéfices …), sociales (ex. régime de sécurité social) et juridiques (ex. régime fiscal) avec les lois en vigueur.
Dans ce sens, vous pouvez optez pour le statut de :

A. L'ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE (EURL) :

En choisissant ce statut, l’entrepreneur peut rapidement déployer son activité en attendant pour que de nouveaux associés soient accueillis. Celui-ci ne supporte les dettes qu’à concurrence de ses apports en capital. Par ailleurs, il peut facilement recourir au crédit car les apporteurs de fonds ont plus de confiance à l’entrepreneur qui opte pour une forme de société ;


B. SOCIETE CIVILE D’EXPLOITATION AGRICOLE (SCEA) :

Ce statut peut être créé à l’initiative de deux personne au minimum (personne physique ou personne morale, exploitant ou non-exploitant). Toutefois, les associés devront décider de la répartition du capital ultérieurement. Ceux-ci ne sont responsables des dettes qu’à hauteur de leur apport en capital.


C. Groupement agricole d’exploitation en commun (GAEC) :

Ce statut permet d’obtenir des prêts à moyen terme spécifiques (jusqu’à 110 000 euros étalés sur 3 ans). Il est également créé à l’initiative de deux associés, qui sont assimilés à des exploitants agricoles familiaux. Ces derniers ne supportent les dettes qu’à hauteur de leur participation au capital ;

D.Exploitant Agricole à Responsabilité Limitée (EARL) :

Ce statut facilite la transmission des exploitations agricoles entre héritiers. Celui-ci permet également de profiter du régime spécial lors des prêts accordés aux jeunes exploitants. La responsabilité des associés est également limitée à la hauteur des apports en capital.

2- EFFECTUER UNE ETUDE DE MARCHE EXHAUSTIVE

A. Un marché attractif

Selon une étude réalisée en 2018 par l’Observatoire économique et social du cheval, l’équitation constitue le quatrième sport pratiqué en France (derrière le football, le tennis et le basketball). Les activités cavalières se pratiquent dans plus de 9 000 centres équestres avec plus que 17 000 personnes employées. Ces chiffres nous montrent l’engouement des français envers l’équitation, ce qui laisse dire que marché cavalier dispose d’une clientèle assez large et d’une concurrence acharnée.

Ainsi, pour aborder le marché équestre, l’entrepreneur est tenu de s’inspirer de ces nombreux concurrents et de se faire une place parmi eux. Pour y parvenir, il doit effectuer une étude de marché approfondie. Il s’agit d’une étape cruciale de tout entrepreneur désirant booster son projet, attirer une clientèle et se distinguer par rapport aux concurrents.

B. Comment faire son étude de marché

L’étude de marché repose sur une analyse du marché en procédant au rassemblement des informations en provenance des foires et salons professionnels du cheval organisés régulièrement. A ceux-ci s’ajoutent la chasse d’informations relatives aux tendances du marché actuel, la conjoncture sectorielle de l’activité équestre et les différentes parties prenantes de ladite activité (associations équestres, partenaires officielles…). Ensuite, l’entrepreneur doit procéder à recueillir des informations sur ses clients potentiels, tels que :

  • Les caractéristiques démographiques (sexe, âge, région de provenance…) ;
  • Les caractéristiques socioéconomiques (situation financière, niveau d’éducation) ;
  • Et les caractéristiques culturelles (car on sait que plus que les individus sont attachés à leurs traditions et à leurs origines, plus qu’ils ont tendances à fréquenter les centres équestres).

Ces informations rassemblées vous permettent de :

  • Mieux cibler vos clients, en optant pour une politique de prix et de communication adéquate ;
  • Mieux contextualiser votre emplacement, en adaptant votre politique d’offre en fonction du territoire où vous êtes localisés ;
  • Mieux connaitre vos avantages compétitifs par rapport à vos concurrents, tout en s’efforçant de pérenniser cet avantage pour conférer à votre centre équestre une position dominante ;
  • Et enfin mieux déterminer votre politique produit (endroit d’accueil des cavaliers, locaux de logement des équidés, manège, carrière, piste de galop, parcours de cross …)

3- UNE REDACTION DU BUSINESS PLAN EN BONNE ET DUE FORME

La partie rédactionnelle du business plan doit être organisée et ciblée.
A travers le business, l’entrepreneur doit procéder à la présentation du projet, de ses activités et de ses objectifs opérationnels et stratégiques.

  • L’exécutive summary est le premier texte à apparaitre dans le business plan. Il doit être appâtant pour les lecteurs, de la façon à ce que vous évoquez votre passion pour le sport équestre, quelques chiffres qui soutiennent votre position ainsi que vos réalisations actuelles et vos besoins de financement ultérieurs ;
  • Une présentation détaillé du projet (s’agit-il de centre d’entrainement de chevaux et/ou de préparation aux compétitions, avec chevaux en pension ou demi-pension…), du climat concurrentiel (les différents centres équestres de la région, les prix qu’ils facturent, la qualité de leur prestation…) et de la conjoncture économique liés au secteur et ses perspectives d’évolution ;
  • Une étude de marché telle qu’on a expliqué ci-dessus ;
  • Une description des porteurs de projet (leurs qualifications et compétences) qui devront faire preuve d’aptitude à gérer le centre équestre et générer de la valeur ;
  • La structure juridique (telle qu’évoquée ci-dessus) et financière du projet équestre (capital social, emprunts à long et moyen terme, investissements, stock, créance et dette à court terme)
  • Et enfin, l’état d’avancement du projet (les différentes réalisations jusqu’à lors) et le calendrier de planification des tâche (jalons des différentes dates de réalisation à prévoir).

4- UN PREVISIONNEL FINANCIER QUI REFLETE LA REALITE ECONOMIQUE FUTURE DU CENTRE EQUESTRE

Votre projection dans l’avenir du centre équestre doit être aussi fiable et pertinente que possible. Cela passe par un prévisionnel financier réaliste qui prend en considération les différents cycles financiers prévisionnels :

  • Le cycle d’investissement : Terrain ; bâtiments ; Matériel ; Equins ; Cheptel …
  • Le cycle de financement : Apport personnel ; Emprunt à long et moyen terme …
  • Le cycle d’exploitation : clients et fournisseurs potentiels ; stock ; charges et produits ; disponibilités …

Ces données prévisionnelles concourent à l’élaboration des différents états de synthèses prévisionnelles (généralement étalés sur 3 ans). Sur cette base, l’on peut calculer les différents indicateurs de performance financiers à même de juger de la santé financière future du centre équestre (seuil de rentabilité, capacité d’autofinancement, besoin en fonds de roulement …).

5- FAIRE PREUVE DE RENTABILITE POUR APPATER LES APPORTEURS DE FONDS

Un business plan percutant est celui qui lève des fonds. La partie rédactionnelle et la partie chiffrée devront être homogènes et convaincantes. Vos objectifs à moyen et long terme devront paraitre atteignables à travers des prévisions qui sont vérifiables dans la réalité. Les informations y déployées devront aboutir à des investisseurs, banquiers et autres organismes financiers qui seront prêts à vous accompagner durant toute votre aventure entrepreneuriale, en vous apportant le soutien financier et l’accompagnement nécessaires à la propulsion de votre centre équestre.

En définitive, le centre équestre a pu maintenir une clientèle fidèle en France de par son aspect sportif, fun et culturel. Se lancer dans de telle aventure implique une connaissance approfondie de ce domaine qui n’a cessé de prouver son succès tout au long de l’histoire. Pour y parvenir vous aussi, un business plan bien rédigé et structuré va servir de base pour cerner l’activité de votre projet équestre mais également pour lever des fonds plus facilement
  

Ajouter un commentaire