REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitter flux rss sur le business planLinkedin my business plan

BFR négatif : avantages et implications

Qu'est-ce qu'un BFR négatif et comment cela favorise-t-il une entreprise ? 

Le BFR ou besoin en fonds de roulement, aussi appelé WCR ou « working capital requirement » en anglais, est une notion essentielle à maîtriser pour toutes sociétés. Elle permet d’appréhender le décalage des flux de trésorerie, c’est-à-dire le décalage entre les créances clients et les dettes fournisseurs.   

Image BFR négatif

Qu’est-ce que le BFR et pourquoi est-ce important ? 

Il est communément admis que le BFR est une notion plutôt difficile à comprendre, elle reste cependant essentielle, notamment lors de la construction d’un business plan. Le BFR doit être pris en compte dans le plan de financement de votre activité, et selon son estimation  des besoins plus ou moins importants auprès des investisseurs sont établis.  

Le besoin en fonds de roulement, comme son nom l’indique, correspond aux besoins qu’une entreprise a, en actifs liquides pour financer ses opérations pendant un exercice donné. En effet, pour supporter son activité, une entreprise doit constituer des stocks, qu’elle paie auprès de fournisseurs avant même de commencer à les vendre. Les clients ne sont pas non plus toujours assidus dans leurs paiements et il peut aussi exister une différence entre une vente effectuée et le paiement des dits clients. Ces différences entre les créances clients, le stock constitué, et les dettes fournisseurs établissent un besoin pour l’entreprise en liquidité pour pouvoir fonctionner. C’est ce qu’on appelle le BFR.   (pour en savoir plus sur le BFR, lisez cette fiche pratique)

Le BFR est ainsi donné par la formule suivante :

BFR = stocks + créances - dettes non-financières

Comme vous pouvez le voir, si vous avez plus de stocks et de créances clients que de dettes alors le BFR est positif, c’est pourquoi dans le nom du BFR il y a le terme besoin. Un BFR positif signifie que vous avez besoin de fonds pour fonctionner. Voici un exemple chiffré pour vous aider à comprendre : 

Une entreprise présente les chiffres suivants :

  • Chiffre d’affaires : 675 000€
  • Chiffre d’affaires TTC (20% TVA) : 810 000€
  • Coûts des matières premières : 30% du CA soit 202 500€ (243 000€ TTC)
  • 50% des clients règlent sous 30 jours, 50% sous 60 jours
  • 40% des fournisseurs sont payés sous 30 jours, 60% sous 60 jours
  • Un stock de matières premières de 2 mois est nécessaire, HT
  • Le stock de produits finis est de 14 jours, HT

Le calcul du BFR est le suivant : 

  1. Stock de matières premières : 202 500 / 12 * 2 = 33 750€ 
  2. Stock des produits finis : 675 000 / 365 * 14 = 25 890€ 
  3. Créances clients : 50% * 30 jours = 15 jours et 50% * 60 jours = 30 jours. Un total de 45 jours de CA TTC. Soit 810 000 / 365 * 45 = 99 863€
  4. Dettes fournisseurs : 40% * 30 jours = 12 jours et 60% * 60 jours = 36 jours. Un total de 48 jours, les achats sont TTC : 243 000 / 365 * 48 = 31 956€ 

BFR = stocks + créances - dettes non-financières 

Stocks = 33 750 + 25 890 = 59 640€
Créances = 99 863€
Dettes = 31 956€

BFR= 59 640 + 99 863 – 31 956 = 127 547€ 

Le BFR de cette entreprise est donc positif et équivalent à 127 547€, c’est un fonds de roulement qu’elle devra avoir à disposition afin de pouvoir fonctionner normalement et continuer ses activités. Il est tout à fait possible qu’une entreprise génératrice de valeur avec un business plan totalement viable manque de liquidités à court terme suite à un mauvais prévisionnel du BFR. Comme il est d’usage de le dire « Cash is king » et ces entreprises peuvent tout à faire être mise sous liquidation judiciaire à cause de cette mauvaise gestion. Même si une entreprise fait du business à long terme, il lui faut donc quand même prévoir suffisamment de liquidités pour pouvoir répondre à ses différentes obligations à court terme. C’est dans ces conditions que le BFR prend toute son importance.  

Quelle est la différence entre le BFR et le FR ? 

Il arrive que le besoin en fonds de roulement et que le fonds de roulement soient confondus. Même si les deux termes sont liés, il existe cependant des différences que nous allons voir.  

Le fonds de roulement est en effet expliqué grâce à la formule suivante :
Fonds de roulement = BFR + Trésorerie.

La question est donc de savoir en quoi consiste la trésorerie. Cette dernière regroupe l’ensemble des sommes disponibles dans une société. Ainsi, on parle de besoin en fonds de roulement lorsque les actifs sont à court terme, ou circulants et on parle de fonds de roulement lorsqu’il est question des ressources et des emplois stables, c’est-à-dire à long terme.   

Si le besoin en fonds de roulement inférieur au montant de la trésorerie, celui-ci sera financé grâce à la trésorerie et l’entreprise ne sera pas en péril. Au contraire, si la trésorerie n’est plus suffisante pour financer le besoin en fonds de roulement alors il sera nécessaire pour l’entreprise de trouver une méthode de financement, que ce soit par une augmentation du capital ou des empruntsPour en savoir plus sur la différence entre BFR et fonds de roulement, c'est par ici.

Quel est le sens derrière un BFR négatif ? 

La plupart du temps, les entreprises ont un BFR positif, c’est un dire qu’elles ont un réel besoin en fonds de roulement. Il arrive cependant que quelque unes d’entre elles aient un BFR négatif. Cela signifie donc, non pas qu’elles ont un besoin mais une ressource. Le BFR négatif est d’ailleurs aussi appelé « ressource en fonds de roulement ». Pour ces entreprises le BFR n’est pas un problème récurrent puisqu’elles n’ont pas à se soucier du financement des créances clients et de leurs stocks. Ces ressources en fonds de roulement interviennent suite au décalage entre la réception du paiement des clients et les paiements aux fournisseurs. Un secteur connu pour avoir constamment un BFR négatif est celui de la grande distribution, où les clients, c’est-à-dire les consommateurs, paient leurs produits immédiatement en sortie des caisses tandis que les différentes enseignes paient communément les fournisseurs 60 jours plus tard.  

Voici un exemple pour la grande distribution : 

  • Chiffre d’affaires : 10 000 000€
  • Chiffre d’affaires TTC (20% TVA, dans les faits ce taux est légèrement différent dû au secteur un peu particulier) : 12 000 000
  • Coûts des produits : 80% du CA soit 8 000 000€ (9 600 000€ TTC)
  • 100% des clients règlent immédiatement
  • 100% des fournisseurs sont payés sous 60 jours
  • Le stock de produits est de 14 jours, HT

Le calcul du BFR est le suivant :

  1. Stock des produits : 10 000 000 / 365 * 14 = 383 561€
  2. Créances clients : 0€
  3. Dettes fournisseurs : 60 jours soit TTC : 9 600 000 / 365 * 60 = 1 578 082€

BFR = stocks + créances - dettes non-financières

Stocks = 383 561€
Créances = 0
Dettes = 1 578 082€

BFR= 383 561+ 0 – 1 578 082= - 1 194 521€

Dans cet exemple, le BFR est donc négatif de 1 194 521€. Dans les faits c’est comme si les fournisseurs prêtaient ce montant aux distributeurs à 0%. Le secteur de la grande distribution n’a donc pas de soucis à se faire au niveau du BFR, ils n’ont non pas des besoins mais des ressources.  

Conclusion 

Peu importe l’entreprise, réduire son besoin en fonds de roulement doit être un axe stratégique majeur. L’objectif idéal étant d’atteindre un BFR négatif ou des ressources en fonds de roulement. Un BFR négatif permet de financer l’activité de son entreprise grâce à de l’argent emprunté gratuitement aux différents fournisseurs. Très souvent, le BFR est représentatif du rapport de force entre les fournisseurs et les clients. Si les clients ne peuvent faire autrement que vous régler immédiatement mais que vous pouvez vous permettre de payer vos dettes en retard, alors c’est que très certainement vous êtes très bien positionné sur le marché. Ce n’est par exemple par une surprise de voir que le secteur de la grande distribution peut se permettre d’avoir un BFR négatif, le rapport de force étant largement favorable envers les distributeurs. Cela s’explique notamment par la fragmentation des fournisseurs et leur grand nombre tandis que les distributeurs se comptent sur les doigts d’une main. Il arrive de nos jours que des personnes se posent la question d’un problème éthique derrière le BFR, c’est là que vous comprenez tout le sens derrière cette mesure comptable. Si avoir un BFR positif c’est être trop favorable envers les clients et négatif c’est être trop stricte envers vos fournisseurs, un juste milieu existe cependant, le BFR nul. Le besoin est alors simplement de 0€, vos dettes annulent parfaitement vos stocks ainsi que vos créances. Ainsi non seulement la pérennité de l’entreprise n’est pas compromise mais contribuez à améliorer, à votre niveau, l’éthique de votre secteur. Avoir une vision à long terme de son entreprise passe aussi par-là, si personne ne parlait des problèmes des petits producteurs avec la grande distribution il y a 20 ans, cela fait maintenant quelques années que ces derniers sont mis en avant. Un acte éthique, en dehors d’augmenter les prix passe donc aussi par une diminution de la négativité du BFR. Cela étant dit, problèmes d’éthiques mis de côté, si vous pouvez vous le permettre, plus votre BFR est négatif, plus votre entreprise est financièrement pérenne.  

Ajouter un commentaire