5 Choses à ne pas oublier sur le Business Plan

Publie le 20 Juillet 2016 14:24

Il y a 5 choses que My Business Plan aimerait rappeler à l’ensemble de ses lecteurs sur le Business Plan. 5 choses à ne surtout pas oublier quand on rédige son Business Plan. Sans quoi votre Business Plan ne paraîtrait pas crédible. Quitte à ne pas suivre ces conseils, vous feriez mieux de ne pas rédiger de Business Plan. Nous allons lister ces choses dans un ordre décroissant d’importance. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Surtout…. votre Business Plan ne doit pas contenir d’annexes !

Pourquoi ? Parce que sinon, vous allez rédiger votre Business Plan en mettant tout ce qui vous paraît de moindre importance dans la partie « Annexes ». Dès que vous ne saurez pas où ranger un graphique, un tableau, un exemple, vous le placerez dans cette partie. Alors, cette partie deviendra gigantesque : plus d’une vingtaine de pages peu classées et relativement inutiles. Le problème, c’est que les investisseurs ne liront pas cette partie. Par conséquent, vous aurez perdu du temps et rendu votre Business Plan moins agréable à lire. De plus, en rajoutant ces données inutiles et désordonnées, vous montrez que vous ne savez pas sélectionner les informations importantes de votre entreprise. Dans le Business Plan, tout doit être utile à la justification ! Et même si vous rajoutez des choses que vous savez que vous allez aborder avec les investisseurs telles que la valorisation. Sachez que ces choses-là seront pour la plupart renégociées sur la table avec vous. Un investissement ne se fait pas uniquement sur le Business Plan mais aussi sur une négociation !


Votre Business Plan doit contenir entre 20 et 30 pages !

En effet, plus un Business Plan est long moins il est lu. Pour intéresser les investisseurs, il faut éviter d’avoir un document trop long ! Déjà, 20 pages, c’est long. Ils ne liront donc d’abord que l’Executive Summary. Néanmoins, pour avoir un document complet et justifié, nous recommandons entre 20 et 30 pages maximum ! Faites des phrases courtes, percutantes, sans informations superflues.


Votre Business Plan doit être sans faute.

Il peut arriver qu’une coquille se trouve dans un Business Plan. Néanmoins, un Business Plan sans faute est bien mieux vu. Faire des fautes d’orthographe ou de syntaxe prouve que vous n’avez pas donné d’importance à la rédaction de ce document. Les investisseurs seront d’abord agacés par les fautes. Ensuite, ils comprendront que vous ne les prenez pas au sérieux. Votre projet ne leur paraîtra pas mature. Un entrepreneur qui juge sa levée de fonds de si peu d’importance qu’il ne relit pas son Business Plan n’a surement pas besoin de lever des sous.


Vous avez rassemblé la meilleure équipe pour le projet !

Une équipe, c’est le moteur d’un projet entrepreneurial. En fait, lors d’une levée de fonds, c’est le critère principal de sélection, surtout pour les Business Angels. Une équipe motivée et impliquée avec les compétences nécessaires à la réussite du projet est ce que recherchent les investisseurs. Par conséquent, montrez que c’est le cas de votre équipe dans votre Business Plan !


Par exemple, vous lancez une application. Vous avez besoin de développeurs front et back office ! Alors montrez que ceux que vous avez sont expérimentés dans leur domaine d’action. Vous avez peut être également besoin d’un commercial ! Il doit être connecté expérimenté. Bref, chaque associé doit posséder un rôle particulier qui fait de lui l’associé idéal pour votre projet !


Votre Business Plan doit être ambitieux et réaliste.

C’est une projection ! Alors, si vous souhaitez lever des fonds, montrez que vous avez de l’ambition pour votre entreprise : qu’elle devienne leader sur son secteur, qu’elle fasse 10 % de résultat net, … Vous devez lui donner des objectifs chiffrés précis et ambitieux. Les investisseurs doivent croire en votre projet. Pour cela, montrez leur que vous y croyez à fond ! Vendez votre projet. Néanmoins, il faut que vous restiez capable de justifier vos propos. Pour cela, il faut que vous gardiez un peu de réalisme.
C’est-à-dire, quand vous dites : « En année 3, je ferai 3 millions de chiffre d’affaires. », combien avez-vous de clients pour quel panier moyen à quel cout d’acquisition ? Ou alors, « dès le début, je vais faire le Buzz sur les réseaux sociaux parce que je suis très doué pour ça et que mon projet va plaire. ». D’accord, mais quel est votre investissement financier et personnel dans la publicité sur les réseaux sociaux ? Quelles sont les preuves que ce sera le cas ? Et puis, quel est le ROI (Return On Investment) ? Une estimation doit s’accompagner de justifications précises, pertinentes et réalistes.


Par exemple, vous lancez une application. Vous dites : « En année 3, je ferai 3 millions de chiffre d’affaires. ». Vous justifiez cela ainsi : « mon application coûte 3 €. J’acquière 1 million d’utilisateurs en 3 ans en payant 2.5 millions € parce que mon Cout d’Acquisition Client est de 2.5 €. Je le sais parce que j’ai lancé une version bêta à 3€ qui fonctionne ainsi et a déjà 10 000 utilisateurs. » Ainsi, votre projet paraît relativement plausible.


PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire