REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

Six erreurs à éviter lors de la valorisations de votre entreprises

Publie le 04 Juillet 2017 14:14

Votre projet entrepreneurial arrive à un stade où vous avez besoin de donner une valeur à votre entreprise ? Les méthodes de valorisations sont complexes et leur résultat décisif en particulier dans le cas d’une levée de fonds ou d’une cession. Résumons les 6 erreurs courantes et qu’il faut éviter pour valoriser le plus justement votre entreprise.

 

Plusieurs types de valorisations existent, choisissez le bon

Valoriser son entreprise est une décision qui sert des objectifs multiples et qui peut intervenir à différents stades de la vie de votre projet. Le premier écueil à éviter est donc celui de ne pas définir avec précision l’objectif d’une valorisation. Quelle utilisation souhaitez-vous faire de la valeur de votre entreprise ? Est-ce une valorisation en vue de connaître la valeur de votre patrimoine ? Est-ce une valorisation en vue d’un rachat de votre entreprise par un tiers ? Ou encore, est-ce une valorisation en vue d’une levée de fonds ? Autant de question auxquelles il faudra répondre précisément pour ne pas donner une valorisation erronée de votre entreprise.

Ne valorisez jamais dans la précipitation

Chronologiquement, le premier risque d’erreur lors d’une valorisation se situe au moment de la préparation de celle-ci. Il n’y pas de valorisation juste qui ne soit une valorisation préparée et anticipée. Prenons l’exemple d’une petite PME ou start-up dont la valeur réside principalement dans son dirigeant ou les salariés. Pour valoriser correctement son entreprise, il faut tenir compte des départs en retraite (donc des remplacements éventuels). Gardons donc en tête que la valeur d’une entreprise peut être liée à des éléments mobiles de l’entreprise (dans l’exemple les salariés), qu’il convient de protéger ou de maintenir en place pour ne pas perdre de valeur.

Une entreprise n'est pas indivisible, valorisez la en conséquence

Au moment de la décision de valorisation d’une entreprise, celle-ci est composée, par son histoire, peut être composée de plusieurs activités ou plus simplement avoir une structure complexe. L’erreur à ne pas commettre est de vouloir simplifier son entreprise en la réduisant à une seule activité par exemple, il ne faut pas hésiter à estimer séparément les différentes parties qui la composent. Plaçons-nous dans le cas d’une entreprise industrielle détenant des brevets. Il est souvent plus intéressant pour celle-ci de faire estimer son patrimoine « intellectuel » à part du reste de ses activités que de tout estimé d’un bloc.

Trouver une méthode de valorisation dans une jungle d'acronymes

En accord avec l’objectif de la valorisation, dont les grands types sont les valorisations patrimoniale, en vue d’une cession et en vue d’une levée de fonds il vous faut arbitrer la méthode par laquelle vous allez donner une valeur à votre entreprise. Ce choix technique se fait parmi un grand nombre d’options dont les principales sont l’estimation de la capacité à générer de la trésorerie disponible ou «free cash-flow », par la capacité à générer des dividendes par le passé et une estimation de cette capacité future, par la comparaison avec d’autres sociétés comparables, ou encore par la capacité à générer des bénéfices. La multiplicité des méthodes rappelle qu’il n’y a pas une valorisation unique de votre entreprise, il faut plutôt s’attendre à une fourchette de prix.

Penser valorisation ce n'est pas que penser argent

Puisque la valeur de votre entreprise n’est pas un chiffre uniquement, rappelons qu’un cinquième écueil consisterait à ne considérer la valorisation de son entreprise uniquement comme une valeur financière. Or trop se focaliser sur une valeur qui se compterait seulement en euro ou dollar c’est réduire la valeur de votre entreprise. Comme on l’a rappelé plus haut, votre entreprise peut parfois être surtout composée de ses employés qui induisent de la valeur à l’entreprise tant que ceux-ci sont présents. Cet exemple illustre que, s’il faut bien avoir en tête que la valeur de votre entreprise est incluse dans une fourchette, il faut aussi garder à l’esprit que la valeur de votre entreprise est plus globale qu’une somme d’argent. Plus largement, il faut opérer une distinction entre les éléments tangibles et intangibles qui valorisent votre entreprise.

Attention à la fiscalité à la suite de votre valorisation

Le sixième écueil peut être fiscal, cela vient très souvent d’une mauvaise préparation en amont de la valorisation de l’entreprise. Il faut donc prendre le plus grand soin lors de la rédaction de statuts de celle-ci et être capable d’anticiper le moment de la valorisation car négliger un aspect comme l’aspect fiscal peut être source d’une baisse de valeur de votre entreprise ou source d’un redressement fiscal par l’administration. Un exemple: la fiscalité sur les plus values en cas de revente d'une entreprise varie selon le statut de celle-ci, il y a une fiscalité propre aux entreprises soumises à l'IS, une autre pour les entreprises dont le capital est familial...

Les grandes erreurs commises par les entrepreneurs au moment d'estimer la valeur de leur entreprise sont donc en grande partie liée à la complexité et la variété de la signification du mot "valorisation". En effet, les méthodes et les objectifs se multipliant, il est difficile d'arbitrer sur la méthode à choisir. 

Catégorie: 

Ajouter un commentaire