REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

Evoluer, acquérir de l’assurance et enfin prendre son envol

Publie le 04 Mai 2015 17:43

Composé d'une équipe de professionnels, l'incubateur SKEMA accompagne les étudiants de la construction au développement de leurs projets. A la tête de cette équipe, Franck Arnold nous explique les raisons de l'augmentation du nombre d'étudiants envisageant l'entrepreneuriat comme insertion professionnelle. Il nous explique ce qu'il faut pour entreprendre avec succès et nous détaille les étapes de la période d'incubation et de son importance. 

Interview de Franck Arnold

 

 

 

Franck Arnold est Directeur de l’incubateur Tonic-incubation et référent entrepreneuriat au sein du campus lillois de SKEMA Business School

 

 

Passer par une école de commerce pour entreprendre

Il n’est pas indispensable de passer par une école de commerce pour entreprendre. Cependant, la pédagogie qui y est déployée, les matières enseignées ainsi que les boites à outils mises à disposition des étudiants sont de nature à favoriser d’une part les vocations à la création d’entreprise mais aussi les probabilités de réussite de la démarche de création.

Entrepreneuriat comme une voie d’insertion professionnelle 

Il n’y a pas de constante dans ce domaine, cependant cette proportion ne cesse d’augmenter pour plusieurs raisons :

  • La génération dite « Y » semble plus encline à l’autonomie et l’épanouissement au travers d’un projet plus personnel.
  • Les thématiques telles que l’économie sociale et solidaire, l’environnement durable, les nouvelles technologies et modes de consommation collaborative sont porteuses de sens auprès de cette génération.
  • Le développement de la thématique entrepreneuriale au sein des établissements d’enseignement est une priorité nationale.

Une connaissance à la fois théorique et pratique de l’entreprise

Une connaissance à la fois théorique et pratique de l'entreprise est primordiale pour tout futur entrepreneur. Cela pour deux raisons:

  • La connaissance théorique pour identifier en amont les enjeux incontournables (marché, financement, juridique…).
  • La mise en situation même fictive pour bien appréhender la structure générale de construction du projet en allant de l’idée aux problématiques de déploiement opérationnel et de recherche de financement, entre autres

Les autres compétences qu’il faut pour entreprendre avec assurance

Le processus de création nécessite une ouverture sur le monde économique et la capacité à appréhender toutes les dimensions de la vie d’une entreprise. Il faut également être en capacité d’assembler et s’approprier les différentes composantes du management au sens large et savoir s’entourer des compétences non personnellement maitrisées.

Entrepreneur grande école de commerce VS entrepreneuriat autodidacte

Un entrepreneur passé par un cursus de formation en lien avec la thématique entrepreneuriale bénéficiera de plusieurs atouts :

  • Une forme de « désacralisation » du processus de création,
  • Une structuration de la démarche,
  • D’éventuelles boites à outils, (Pour cela utilisez notre outil excel de business plan)
  • Des exemples et des mises en pratique
  • Réseau des professionnels en lien avec l’établissement (diplômés, club entrepreneur… par exemple).

Phases d’accompagnement d’un incubateur

Au sein de notre incubateur, TONIC Incubation, les phases d’accompagnement comportent :

  • Premier contact/accueil.
  • Echanges autour de l’idée.
  • Maturation du projet.
  • Incubation proprement dite (hébergement, suivi, soutien…)
  • Sortie au moment de la création de la structure juridique de l’entreprise (12 à 24 mois)

Les pouvoirs de l'incubateur 

Le « pouvoir » d’un incubateur dépend de plusieurs critères différents selon les structures d’incubation : moyens financiers et humains, capacité d’hébergement, étendue du réseau, intégration dans un environnement économique plus ou moins large… Un incubateur ne doit pas faire à la place de… En particulier à la place du porteur.  L’équipe fait office de miroir avec un retour sur l’ensemble des dimensions du projet mais, en tout état de cause, le pilote du projet et futur fondateur de l’entreprise en gestation demeure le porteur d’origine.

Les étudiants avant et après la période de l’incubation

Au fil du temps, nous voyons les jeunes et enthousiastes étudiants porteurs de projet grandir, mûrir, apprendre, évoluer, acquérir de l’assurance et de l’expérience, et enfin prendre leur envol. Tout comme leurs projets ! Et nous les accompagnons durant cette « mutation ». 

Après la phase d’incubation, porteurs et projets volent de leurs propres ailes. Et les liens tissés durant cette période si particulière perdurent.

3 conseils à des jeunes qui ont un projet d’entrepreneuriat

  • Osez
  • Sachez-vous entourer
  • Soyez réalistes

Mot de la fin 

La vie d’un projet n’est pas un long fleuve tranquille…
N’hésitez pas à vous former à l’entrepreneuriat pour acquérir les compétences nécessaires et faire grandir le projet. Et quand vient le moment de se lancer, n’hésitez pas à solliciter les structures d’accueil et d’accompagnement à la création d’entreprises. Leurs expériences, leurs savoirs faires, leurs hébergements, leurs réseaux, leurs équipes… constituent une aide et un soutien qui est très souvent déterminant.

Catégorie: 

Ajouter un commentaire