REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

Une succession de levées de fonds

Publie le 17 Octobre 2019 17:52

Vous vous demandez comment gérer les différentes levées de fonds d’une entreprise ? Vous ne savez pas dans quel cas il faut y recourir et comment utiliser tous les fonds recueilli ? Vous vous demandez vers quelle structure vous diriger pour effectuer votre levée de fonds ? Mathieu Roubaud, CEO de La Belle Assiette nous a accordé une interview sur ce sujet ! 

Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre parcours en deux lignes ?

Bonjour, je suis Mathieu Roubaud, CEO de La Belle Assiette. J’ai rejoint la société peu après sa création. J’occupais à mes débuts une fonction de Business Developer. L’entreprise étant en pleine croissance, l’opportunité s’est présentée d’évoluer au sein de la structure, d’abord en tant que Country Manager puis dans mes fonctions actuelles de CEO.

Combien de levée de fonds avez-vous réalisé ? Quels étaient les objectifs de chacune d’elles ?

La Belle Assiette a réalisé 3 principales levées de fonds depuis sa création. Les objectifs de chacune d’entre elles étaient différents. La première consistait en un investissement d’amorçage. L’entreprise définit quelle est la somme d’argent qu’elle souhaite avoir à disposition pour lui permettre de prouver son modèle et cadrer le spectre de sa croissance future. 

La seconde levée de fonds a eu lieu lorsque ce défi était relevé. Le modèle faisait ses preuves et un investissement additionnel était requis pour permettre d’accélérer la croissance. L’investissement a été déployé en structuration des équipes, budget d’acquisition de clients, communication pour l’éducation du marché, etc.

Enfin, la troisième levée de fonds a eu lieu dans un contexte différent. L’objectif était d’apporter à la société les ressources nécessaires lui permettant d’entamer une diversification de ses activités. Notre activité de chef à domicile était déjà un succès, et nous souhaitions utiliser ces actifs afin de lancer des lignes de business supplémentaires.

Vous êtes-vous adressé à différents acteurs lors de vos levées de fonds (banque, investisseurs…) ? Comment les avez-vous choisis ?

La Belle Assiette s’est principalement adressée à des business angels, puis des family offices et enfin des fonds de Venture Capital. A chaque levée de fonds, nous avons aussi bénéficié d’accompagnement supplémentaire par la BPI, qui apporte de la dette à condition que l’entreprise lève des fonds via de l’equity. La sélection des investisseurs dépend des besoins du business, de sa structure et du montant d’investissement requis.

La sélection des actionnaires s’est toujours faite dans l’intérêt des objectifs de la société. Il était essentiel pour nous que les profils d’investisseurs sélectionnés aient un attrait particulier pour notre eco-système et notre mission. Trouver des partenaires qui peuvent nous apporter une expertise qui nous manque. 

Pour les trouver, nous nous sommes beaucoup appuyés sur le réseau. Chaque nouvel actionnaire nous présentait à ses contacts. Cela permet de tisser un lien de confiance fort à travers son actionnariat.

Pourquoi avez-vous eu besoin de lever des fonds ?

Pour accélérer. Avec le bon financement, on peut faire en 1 an ce qui prend normalement 5 ans. Les levées de fonds étaient des étapes nécessaires de structuration du modèle de La Belle Assiette, permettant de favoriser une croissance rapide sur un marché prometteur identifié.

Pour réaliser correctement une levée de fonds, voici 5 bonnes pratiques à adopter : https://www.my-business-plan.fr/pratiques-levees-de-fonds

Quelles ont été leurs conséquences sur la gestion de votre entreprise et les différentes actions que vous avez mises en place grâce à vos levées de fonds ?

Nous avons toujours souhaité garder la main sur la gouvernance de l’entreprise, tout en étant très transparent avec nos actionnaires sur la situation de la société. Ceci se décide lors de la signature du Pacte d’Actionnaires qui détermine les règles de gouvernance et d’information.

Les levées de fonds ont chacune un objectif spécifique et emportent donc une stratégie et des actions à mettre en œuvre. Ces objectifs permettent d’ailleurs de justifier l’investissement souhaité, nous y reviendrons en réponse à une question qui suit. Les investisseurs qui adhèrent au projet apportent des moyens financiers car ils font confiance à la direction que l’entreprise souhaite prendre. Bien évidemment, il est essentiel de leur proposer un reporting régulier et structuré pour témoigner de l’avancement. Cela permet aussi de solliciter leur aide lorsque nécessaire, si des problématiques sont rencontrées (ce qui arrive nécessairement, ne jamais s’en priver donc et surtout, en être conscient). 

Par ailleurs, la formation d’un comité stratégique (le fameux « board ») avec une représentation de l’ensemble des parties (fondateurs, dirigeants, actionnaires et tiers indépendants) est essentielle à la bonne gouvernance de l’entreprise. Il permet d’accompagner la société dans son évolution et dans ses prises de décision, tout en maintenant la confiance affichée au profit des principaux acteurs du business, les dirigeants.

Vous êtes-vous servi du même business plan pour vos différentes levées de fonds ? L’avez-vous simplement modifié ? Ou en avez-vous créé un nouveau ? Pouvez-vous nous expliquer votre choix ?

Les business plans utilisés pour les différentes phases de levées de fonds n’ont jamais été les mêmes. La réponse est logique et simple. Dès lors qu’une levée de fond emporte un objectif spécifique et nouveau pour le développement du business, c’est une nouvelle histoire que l’on raconte, ou du moins que l’on projette. Une partie du business plan peut donc rester inchangée, celle concernant la vision initiale ainsi que l’historique de création et de développement. Ensuite, en revanche, le business plan doit largement être teinté des enjeux actuels et de la stratégie souhaitée mise en œuvre grâce au financement recherché.

Comment les avez-vous adaptés à chaque levée de fonds ?

Chaque business plan est adapté en fonction de la situation actuelle dans laquelle la société se trouve et les enjeux qui se présentent pour son développement futur. C’est donc un choix des dirigeants, porté par la vision qu’ils ont pour l’avenir de leur structure.

Quels arguments avez-vous mis en avant pour l’obtention de vos levées de fonds ?

Tout d’abord, il est essentiel de se reposer sur l’existant. Qu’est-ce que la société a construit jusqu’à maintenant ? Quels sont ses principaux actifs ? Quelle est la structure humaine derrière ? Quels sont les profils qui accompagnent le développement de la société ? 

Ensuite, il faut être capable de projeter la stratégie future très ambitieuse, mais aussi atteignable. C’est un juste équilibre à trouver ! Cette stratégie doit être suffisamment précise et concrète pour permettre d’emporter l’adhésion. La vision est ainsi un élément clé, mais celle-ci doit être appuyée par des faits, un champ d’actions à entreprendre et une projection rigoureuse de l’évolution de l’activité grâce à la nouvelle stratégie mise en œuvre.

  

Catégorie: 

Ajouter un commentaire