REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

La France est un excellent pays pour lever des fonds !

Publie le 10 Juin 2015 12:14

Comment réussir votre levée de fonds? Quelles sont les questions à vous poser avant de prendre la décision de vous lancer? Quand est ce que faire une levée de fonds devient indispensable? Comment rester serein après la réussite de votre levée de fonds? Charles BARON, COO de Stootie, a répondu à nos questions.

Interview de Charles BARON sur My Business Plan

Passion pour l'entrepreneuriat

Stootie, une place de marché de l'économie collaborative, a récemment levé 1.2M d'euros auprès d'un fonds de capital risque. Charles Baron est COO de Stootie et l'un des 2 Business Partners, au côté de Jean-Jacques Arnal, le fondateur de Stootie, Charles BARON a eu une formation de financier à l'université de Dauphine et une expérience de 8 ans de banquier à Londres, il est aujourd'hui dans sa deuxième expérience entrepreunariale. 

 

 

Les questions à se poser avant de prendre la décision de lever des fonds 

Une entreprise ne doit pas toujours faire une levée de fonds. Cela dépend de nombreux facteurs tels que les objectifs de l'entreprise, le marché, le business modèle choisi ou encore le portefeuille des fondateurs ! Certaines entreprises (souvent dans des secteurs traditionionnels) vivent très bien en se construisant petit à petit, sans passer par la case dilution/levée de fonds.

Mais il est clair qu'aujourd'hui réussir dans le digital (ambitionner d'être le nouveau Criteo ou Blablacar) passe très certainement par non pas une mais de nombreuses levées de fonds. La raison est simple : il y a à la fois beaucoup d'acteurs ambitieux/talentueux et la possibilité de trouver beaucoup d'argent...donc il faut aller vite et taper fort dès que possible…d'où l'importance de lever assez rapidemment des fonds.  Pour moi, la question est : suis-je dans une entreprise fortement innovante qui demande donc de l'investissement et des moyens. Si la réponse est oui, cela devient une simple question de timing. Combien de temps ai-je devant moi pour attirer les investisseurs à une valorisation qui me convient ?

Avantages et inconvénients lever immédiatement des fonds 

Nous avons un modèle de marketplace avec, pour l'instant, un seul et unique focus: la croissance de la base utilisateurs et de son activité. Nous n'avons pas de revenu donc il faut financer les développements (nous avons déjà une équipe de 14 personnes). En outre, nous avons de fortes ambitions, notamment à l'international, donc encore une fois, il faut pouvoir avancer vite et fort. Il s'agit peut-être d'une bulle, mais nous voyons des comparables aux Etats-Unis qui n'ont pas encore monétisé et qui sont déjà valorisés à plus d'1 Milliard de $ !

L'important c'est la croissance et le caractère disruptif d'un projet comme le notre. L'avantage de lever dès la première année?

  • Pouvoir rapidement travailler dans des conditions de travail de qulalité.
  • Avant tout associer à son projet les bons profils, difficiles à attirer

Le désavantage, c'est que lever des fonds trop tôt signifie souvent une mauvaise valorisation. Mais la première année, il est probablement plus logique et habituel de lever de la Love money tout en profitant des offres de la BPI et potentiellement en intégrant un incubateur.

La levée de fonds est une étape nécessaire mais non suffisante

Comment rester serein pour gérer tous les changements ?  Le principal changement dans le cas d'une levée de fonds institutionnelle, c'est que le fonds est désormais un associé à part entière. Cet associé a l'avantage non négligeable d'avoir une surface financière conséquente, des réseaux, une légitmité etc...donc cela permet de moins s'inquiéter de la trésorerie et de se focaliser à 100% sur le business.

Dans le cas des business angels, c'est un peu différent car c'est souvent une étape qui ne règle pas totalement le problème de trésorerie. Néanmoins, ils sont précieux pour vous conseiller ou vous soutenir dans les étapes difficiles ou cruciales, grâce à leur expérience. (les notres ont été très présents quand il le fallait, avant que nous séduisions définitivement un fonds d'investissement). Après la levée, nous ne ressentions pas d'euphorie particulière car c'est un long process que vous digérez en fait progressivement. Cela se passe très rarement du jour au lendemain ou par magie...et au final tout le monde a bien conscience qu'il ne s'agit que d'une étape, probablement nécessaire, certainement non-suffisante pour vraiement réussir.

Le rôle du business plan auprès des investisseurs 

Pour les Business Angels, une présentation rapide (mais bien articulée !) suffit car ils investissent essentiellement  sur vous (et votre équipe) puis sur ce qu'ils peuvent déjà voir ou comprendre de votre produit.

Pour un fonds, les codes ont plus d'importance, il faut remplir un maximum de cases (Associés, équipe, marché, produit, business modèle etc...) donc le business plan doit commencer à être beaucoup plus détaillé et carré. (D'ailleurs n'hésitez pas à vous faire accompagner d'un bon leveur de fonds à ce stade.)

 

Les points forts et les points faibles de notre business plan  

Points forts :

  • L'équipe
  • La croissance de la base et de l'activité (plus de 150 000 membres à ce stade).
  •  

Points faibles :

  • Pas de chiffre d'affaires
  • De plus en plus de concurrence sur ce secteur en ébullition de l'économie collaborative.

L’important est de bien définir ce qu’attendent les fonds dans votre secteur (dans notre cas certains KPIs précis de croissance et d’usage), puis vous articulez vos efforts produits ou commerciaux pour améliorer ces quelques KPIs majeures et finalement arriver avec des graphes qui font envie ! L’aspect marketing est important car si vous pitcher bien votre projet, l’investisseur ce dit que vous vendrez bien votre produit… (donc remettez en cause régulièrement votre présentation)

La priorité des priorités afin de rassurer les investisseurs 

Etre (ou  à défaut paraître !) hyper franc et lucide sur les forces et faiblesses de son projet. La diffculté est de séduire (de créer l'excitation liée à ce type d'investissement risqué) tout en rassurant. En terme business, le priorité est de réussir à focaliser sur son produit (et les usages qui se créent) malgré le besoin de toujours garder un oeil sur la trésorerie...il faut donc une certaine agilité.

Un conseil d'entrepreneur: ANTICIPEZ ! 

Si je devais donner 3 conseils je dirai : 

  1. Rencontrez un maximum de personnes du milieu (entrepreneurs, investisseurs, fonds, leveurs de fonds, incubateurs etc...) afin de prendre plus que 3 conseils !
  2. Le produit est la clé de tout (qu'il s'agisse de vêtements ou d'appli mobiles !) donc internaliser un maximum vos développements.
  3. Anticipez que cela prend toujours du temps. (6 mois minimum)

Le mot de la fin 

Contrairement à certaines idées recues, la France est un bon pays pour créer sa start-up. On regorge de Business Angels qui souhaitent investir dans les pépites de demain. La BPI offre de précieuses aides pour amorcer vos sociétés. Le marché du capital risque francais est également en plein renouveau. (même certains fonds US nous regardent aujourd'hui). Donc, plus d'excuse : à vous de lever !

Catégorie: 

Ajouter un commentaire