REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

Zoom sur les Soldes Intermédiaires de Gestion

Quels sont les différents soldes intermédiaires de gestion ? A quoi servent-ils? Comment les investisseurs les analysent-ils ? Pour tout comprendre sur les SIG (soldes intermédiaires de gestion), lisez cette fiche pratique !

 

Définition

Les soldes intermédiaires de gestion sont des indicateurs de la rentabilité de l’entreprise.Tout d’abord, il est nécessaire de regrouper ensemble les charges et les produits d’une même nature. Puis on calcule les soldes intermédiaires de gestion en chaîne, les uns après les autres, pour obtenir le résultat de l’exercice.

 

On compte 8 soldes intermédiaires de gestion :

  • La Marge commerciale
  • La Production de l’exercice
  • La Valeur ajoutée
  • L’Excédent Brut d’Exploitation
  • Le Résultat d’exploitation
  • Le Résultat courant avant impôt
  • Le Résultat exceptionnel
  • Le Résultat de l’exercice

Ils sont soit exprimés en valeur absolue soit en pourcentage du chiffre d’affaires. L’avantage de l’expression en fonction du chiffre d’affaires est de pouvoir établir des comparaisons avec d’autres entreprises.

A quoi servent-ils ?

De manière générale, les soldes intermédiaires de gestion permettent de réaliser une étude analytique de la situation financière d’une société. Plus précisément, ils permettent de décomposer le résultat en plusieurs indicateurs et de comprendre ainsi la provenance de la perte ou du bénéfice. A chaque calcul de solde intermédiaire de gestion des charges sont retranchées et des produits ajoutés au solde intermédiaire précédent. Cela permet donc d’identifier les postes les plus coûteux. Nous allons à présent étudier en détails comment calculer ces indicateurs et leur utilité.

Les 8 soldes intermédiaires de gestion

a) La marge commerciale

C’est la différence entre le prix de ventes des biens ou services et leurs coûts d’achat. 


Marge commerciale = Prix de vente des marchandises – coût d’achat des marchandises vendues (achat des marchandises + variation de stocks de marchandises)


Tous ces prix sont en hors taxe. En divisant la marge commerciale sur le prix de ventes des marchandises, j’obtiens le taux de marge commerciale. Ce taux est regardé par les investisseurs car il donne une information essentielle : la contribution de la marge commerciale dans le chiffre d'affaire.


Par exemple si j’achète 10 téléphones à 100 € et que j’en revends 9 à 200€, ma marge commerciale sera de 1800 – 1000 +100= 900€. Et mon taux de marge sera de 900/2000 = 0.45 ma marge commerciale représente 45% de mon chiffre d’affaire.

Le taux de marge commerciale peut aussi être calculé par produit, cela me permet de déterminer la contribution de chaque produit à mon chiffre d’affaires.
De plus, le taux de marge commerciale, comparé aux taux des concurrents est souvent utilisé pour fixer le prix d’un produit.
La marge commerciale est très proche de la marge brute dont la formule est : prix de vente HT – coût de revient HT. Le coût de revient est le coût d’achat plus les frais d’acquisition et de mise en service.

b) La production de l’exercice

C’est la différence entre la production vendue et la production stockée.


Production de l’exercice = Production vendue + Production immobilisée – Production stockée


J’ajoute à mon exemple précédent une nouvelle activité. Je ne fais pas uniquement de la revente de téléphones mais j’en fabrique en interne avec des composants que j’achète à un fournisseur.
Je fabrique 10 téléphones, j’en revends 8 à 100 €. Pour chaque téléphone créé j’ai acheté un composant A pour 10€ et un composant B pour 20€. Ma production stockée est valorisée au coût de production, cela fait donc (20+10)*2=60€.
Pour fabriquer ces téléphones, j’ai utilisé une machine dont le coût de revient est de 100€.
La production de l’exercice sera de 800+100-60=840€


c) La valeur ajoutée

La valeur ajoutée c’est la richesse créée par les activités d’une entreprise.


Valeur ajoutée = marge commerciale + production de l’exercice – Consommation de l’exercice en provenance de tiers


La Consommation de l’exercice en provenance de tiers comprend tous les achats de biens et de services fournis par les tiers à l’entreprise. On ne prend pas en compte bien évidemment les marchandises car elles ont déjà été comptabilisées dans la marge commerciale.
Tout comme la marge commerciale, la valeur ajoutée est souvent calculée par produit ou par branche d’activité afin de pouvoir ventiler la création de richesse de l’entreprise par activité.

La valeur ajoutée dans notre exemple sera donc de 840 + 900 = 1 740 €

d) L’Excédent Brut d’Exploitation

C’est le flux de trésorerie lié à l’exploitation de l’entreprise.


EBE excédent brut d’exploitation = valeur ajoutée de l’entreprise + subvention d’exploitation – Impôts, taxes et versements assimilés – charges de personnel


L’intérêt du calcul de l’EBE est qu’il prend en compte uniquement les activités opérationnelles de l’entreprise. La politique d’investissement et de financement de l’entreprise n’influe pas sur cette grandeur. C'est grandeur est particulièrement appréciée des investisseurs car l'EBE ne reprend en compte que les activités de base de l'entreprise. Il ne dépend pas des choix fiscaux, du rythme d'amortissement, des charges exceptionnelles et de la manière dont l'entreprise est financée. 

Pour m’aider à faire face à mes charges, j’ai reçu une subvention de 100€. Le total de mes taxes s’élève à 100€ et mes charges de personnel de 10€.
L’EBE est égal à 1 740 + 100 -100 -10 = 1 640 €

e) Le résultat d’exploitation

C’est la différence entre les produits et les charges d’exploitation.


Résultat d’exploitation = EBE + reprise sur charges et transfert de charges – dotations aux amortissement et provisions – autres charges d’exploitation


Le résultat d’exploitation prend en compte les dotations aux amortissements et provisions, c’est-à-dire la prise en compte de la perte de la valeur d’une immobilisation compte tenu du temps et des évolutions technologiques (dotations aux amortissement) et les charges inscrites à l’exercice mais dont le montant n’est pas encore connu (provision). Le transfert de charge est le fait de « modifier l'allocation des certaines charges d'un exercice qui ne correspondent pas forcement aux coûts des ventes de cet exercice. » (Vernimen.net)

Chaque année, j’amortis ma machine de 10€. Mon résultat d’exploitation sera de 1 640 – 10 = 1 540€

f) Le résultat courant avant impôt

C’est la somme de deux résultats : le résultat d’exploitation et le résultat financier


Résultat courant avant impôt = résultat d’exploitation + résultat financier (produits financiers – charges financières)


A la différence du résultat d’exploitation qui reflétait uniquement les activités opérationnelles de l’entreprise, le résultat courant avant impôt inclut sa politique financière (les charges et produits issus de ses placements et de son endettement) et nous indique son impact sur le résultat d’exploitation.

Mon résultat financier est de -140€. Mon résultat courant avant impôt sera de 1 540 -140 = 1 300€.

g) Le résultat exceptionnel

C’est le résultat qui ne provient pas des activités courantes de l’entreprise. C’est la différence entre les produits exceptionnels (des pénalités clients perçues, dégrèvement d’impôt ou décharge d’impôt) et les charges exceptionnelles (coûts liés à des licenciements, une amende fiscale….).


Résultat exceptionnel = produits exceptionnels - charges exceptionnelles


C’est important d’isoler le résultat exceptionnel car il concerne les opérations non courantes et peut dans certains cas détériorer considérablement le résultat de l’exercice. L'investisseur sera attentif au résultat exceptionnel, à son évolution dans le temps et à son influence dans le résultat net. Il regarde avec attention la nature de charges et des produits exceptionnels ainsi que leur fréquence, par exemple la récurrence des amendes.

Cette année pour défaut de paiement de mes impôts j’ai reçu une amende fiscale de 100€. Mon résultat exceptionnel est de -100€.

h) Le résultat de l’exercice

Le résultat de l’entreprise est le résultat qui comptabilise l’ensemble des charges et des produits. Il traduit l’enrichissement, s’il est positif ou la perte dans le cas échéant.


Résultat de l'exercice = résultat courant avant impôt + résultat exceptionnel – impôts – participation des salariés


La participation des salariés est la partie du résultat qui revient aux salariés. Cette participation est obligatoire dans certains cas ; notamment pour les entreprises de plus de 50 salariés qui ont réalisé un bénéfice au cours de l’année précédente.

Finalement, l'investisseur regarde le résultat net avec beaucoup de recul, surtout pour de jeunes entreprises mais apporte une attention toute particulière à son évolution dans le temps, tant au niveau du passé que des prévisions. 

Mes impôts s’élèvent à 400 €. Le résultat de l’exercice sera de 1 300 – 100 – 400 = 800€.

Un tableau pour conclure

Tous ces indicateurs de Soldes Intermédiaires de Gestion peuvent être répertoriés dans un tableau pour obtenir une vision synthétique. Ce tableau, en reprenant les chiffres des années antérieures permet d’identifier les postes qui sont les plus coûteux et de suivre leur évolution au fil des années. Enfin il permet d’identifier la provenance du résultat de l’entreprise (des activités courantes, exceptionnelles …).  

Récapitulatif SIG

Ajouter un commentaire