La méthode SynOpp : le concurrent du business plan

Publie le 22 Août 2016 20:38

Réussir sa création d'entreprise sans business plan

la méthode synopp

Et si le business plan ne servait à rien ? Une étude de la Babson School montre que les entreprises ayant réalisé un business plan échouent autant que celles n'ayant pas rédigé de business plan ! Alors pourquoi perdre son temps ? C'est tout l'objet du livre de Claude Ananou,  "Réussir sa création d'entreprise. Sans business plan. En construisant son opportunité. En travaillant son intuition. Avec les approches IDéO et SynOpp. "  Claude Ananou enseigne et coordonne les cours d'entrepreneuriat à HEC Montréal. Il a créé plus d'une dizaine d'entreprises. Fort de son expérience, il a mis au point une nouvelle méthode qui remet en cause le business plan : la méthode SynOpp. Découvrons cette méthode SynOpp dans cet article. 

 

Le business plan : une création des financiers

Le business plan n'est pas né de la volonté des entrepreneurs mais des universitaires et des financiers. Si l'on fait une analyse sémiologique, le mot business plan serait apparu dans les années 70. D'après Claude Ananou, l'arrivée de l'informatique et la complexification croissante des projets ont fait que, les banquiers ont commencé à demander aux entrepreneurs de mettre par écrit l'explication leur projet afin de mieux comprendre ces projets. En effet, le business plan existait déjà dans les grandes entreprises. Il a alors été demandé aux entrepreneurs de faire de même.
 

Claude Ananou fait remarquer de manière fort intéressante que ces grandes entreprises ont en fait copié les plans quinquennaux de... l'Union Soviétique ! Ainsi, les business plans seraient un héritage de l'URSS !
 

Premier grief contre le business plan: de la certitude dans un monde d'incertitude

Claude Ananou reproche au business plan de vouloir mettre de la certitude là où il n'y en a pas. L'entrepreneur vit dans un monde d'incertitude. Son business plan reflète le passé, cherche à déterminer le futur mais oublie le présent. C'est une perte de temps que de vouloir mettre de la certitude. C'est encore plus une perte de temps dans la mesure où en rédigeant son business plan, on est assuré de se tromper !

Claude Ananou propose alors de ne pas chercher des certitudes mais un confort dans ces incertitudes. L'entrepreneur devrait analyser sa sensibilité à la perte. Un projet n'est pas plus ou moins risqué. Un entrepreneur est prêt à prendre plus ou moins de risque. La nuance est importante. L'entrepreneur devrait avancer par tâtonnement, en essayant sur le terrain plutôt que de conjecturer des résultats hypothétiques dans un business plan. 

 

La méthode Synopp plutôt que le business plan

La méthode Synopp propose plusieurs changements par rapport au business plan. Tout d'abord, elle incite à ne pas partir de l'idée mais du besoin. En effet, l'idée c'est souvent ce que l'entrepreneur souhaite faire. Il a une idée précise du produit, du prix et des clients. Or ce qui compte, c'est le besoin du client et non ce que vous souhaitez faire. Il faut partir du problème du client et y apporter une solution. La nuance semble subtile mais est importante.

Ainsi, dans la méthode Synopp tout part du client. La première étape consiste à chercher les "accros", ces clients dont l'entrepreneur pense qu'il sera facile de leur vendre le produit. Plutôt qu'une étude de marché, vous devez aller les rencontrer. Si vous ne parvenez pas à les convaincre soit vous devez changer le produit, soit arrêter, soit ce n'étaient pas les bons clients . Mais au moins vous pouvez avancer votre réflexion sur quelque chose de tangible. 

La méthode Synopp est ainsi constituée de 7 étapes. On ne passe pas à l'étape suivante si l'on n'a pas réussi à réussir l'étape précédente. Chaque étape est décomposée en trois sous segments  RDA: réflexion ,décision, action. Ainsi pour chaque étape, on est obligé d'avancer en faisant des allers retours entre la théorie et le terrain. L'objectif est de mettre le porteur de projet sur le terrain dès le début. Comme le souligne assez justement Claude Ananou, "écrire une recette de cuisine ne signifie pas que vous saurez cuisiner quelque chose de bon."
 

Une méthode plus motivante ? 

Il faut le reconnaître, rédiger un business plan, n'est pas toujours motivant. Avec la méthode Synopp, on alterne les phases de réflexion et d'action. La méthode traditionnelle de rédaction du business plan oblige à réfléchir puis à passer à l'action. La méthode Synopp permet de voir au fur et à mesure si l'on est la bonne personne, si le projet et le bon, quitte à arrêter en cours de route.  
 
De plus, grâce à la méthode RDA et au 7 étapes, lorsque l'on va voir la banque, on n'a certes pas un business plan mais on a des clients à montrer. Du coup, lorsque l'on va rencontrer son banquier, la banque nous veut car on a déjà des chèques à déposer !
 

Critique de la méthode Synopp

J'étais ravi de découvrir cette méthode. Enfin un livre qui remet en cause le business plan. Peu attaqué, consommateur en temps, je suis d'accord pour dire que le business plan n'est pas toujours un outil adapté et que l'on a tendance à trop l'utiliser avant même d'avoir eu des actions concrètes. De nombreux entrepreneurs restent derrière leur ordinateur au lieu d'aller sur le terrain valider leurs hypothèses. 
 
Cependant, enterrer le business plan me parait prématuré. En effet, 
  • Pour convaincre une banque, vous aurez toujours besoin du business plan
  • Pour convaincre un financeur vous aurez toujours besoin d'un business plan
  • Qui a dit qu'il fallait d'abord rédiger un business plan avant d'aller sur le terrain ? Personne et encore moins nous ! Dans notre modèle de business plan, la première chose que nous disons c'est... de ne pas rédiger de business plan mais de lancer rapidement un prototype et partir à la rencontre des clients; Ce n'est qu'après cette phase que la rédaction du business plan vaut le coût. 
  • Les entrepreneurs et académiciens ont peut être une mauvaise vision du business plan. Le business plan n'est pas un document figé que l'on fait à un moment donné et qu'on laisse au placard. Non c'est un processus itératif. En début de projet, il est même inutile de rédiger un business plan de plus de 4 pages. Allez sur le terrain récolter des informations. Puis quand le projet prend forme, commencez à rédiger votre business plan pour structurer votre démarches sur du concret et pour lever des fonds. 
 

Conclusions

La méthode SynOpp me paraît parfaitement adaptée à des entrepreneurs qui en sont au stade de l'intuition. Je la recommande même vivement. Mais la mettre en opposition du business plan me paraît être une erreur. Le business plan est complémentaire de cette méthode. Il vient après avoir réalisé ces différentes étapes, au moment de structurer le projet et de lever des fonds importants. En tout cas, cette méthode, venue du Canada et recommandée par l'APCE a le mérite de faire bouger les choses et de rappeler que le plus important chez un entrepreneur ce n'est pas la réflexion mais l'action. 


 

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire