Levée de fonds: les 3 points clés à connaître

Un projet de création d’entreprise ? Un nouvel investissement pour répondre à la croissance de votre activité ? L’envie est là mais problème, vos finances sont insuffisantes. Heureusement, des acteurs du monde économique sont présents pour aider dans la levée de fonds et participer de façon plus ou moins proche à votre projet. Pour bénéficier d'une levée de fonds, il y a 3 points à retenir :

Rencontre avec l'investisseur

 

1. S’adresser aux bonnes personnes

Votre idée est excellente, et vous ne voulez pas la partager. Mais il faut maintenant convaincre des financeurs d’apporter des fonds dans votre société. Il existe plusieurs modes de financement. Chacun apportant son lot d’avantages et d’inconvénients. C’est pourquoi il est important de bien identifier sa société et ses besoins pour s’adresser aux bons leveurs de fonds. Si par exemple votre type d’entreprise répond aux critères d’un gouvernement ou un organisme spécialisé distribuant des subventions, il faut foncer. Dans le cas contraire, ça sera probablement du temps de gaspillé.

Les capital-risqueurs et les business angels sont potentiellement les personnes pouvant le plus vous apporter. Mais c’est aussi face à eux qu’il faudra être le plus armé pour répondre à leurs exigences. Si vous avez besoin de tester votre société sur son business model, les concours d’entrepreneuriat et le crowdfunding (financement participatif sur internet) peuvent vous permettre cela. Enfin, les love money (emprunt auprès de proches) et les prêts d’honneur ont l’avantage d’obtenir des prêts à taux zéro.

Bref, connaître ses besoins, bien être lucide sur l’avancée de votre projet et bien calculer vos besoins financiers vous permettra de vous adresser aux bonnes personnes. En effet, si vous n’avez besoin que d’une petite somme, ce n’est pas auprès des business angels qu’il faut faire appel.

 

2. Un business plan de qualité

Le business plan est un document qui vous est utile aussi bien en interne qu’en externe. En effet, il retrace en 20-30 pages votre projet. Il vous sert de ligne directrice en interne mais il vous sera précieux ensuite pour convaincre des investisseurs. Là aussi le business plan devra être adapté à chaque interlocuteur. Il n’est pas construit de la même manière. Face aux banquiers, l’aspect financier relève d’une très grande importance car la banque calcule des ratios et les compare au secteur. Un investisseur, selon son approche entrepreneuriale, pourra s’attacher davantage au projet, à l’équipe, au business model ou tout autre critère.

Business plan présenté aux investisseursMalgré tout, on retrouve sensiblement les mêmes parties dans chaque business plan. C’est-à-dire une étude du marché, l’analyse des concurrents, le business model, les plans d’actions pour atteindre les objectifs, les réalisations à date et enfin les prévisions financières. C’est un document standard qui doit attirer le financeur. Il est composé d’arguments pour convaincre. On doit facilement comprendre le cheminement de votre projet, à quels besoins vous répondez, et comment vous comptez vous y prendre. Le processus de rédaction doit être logique et clair.

N’oubliez pas aussi l’importance de l’executive summary. C’est la synthèse en deux pages de votre business plan qui apparait au début du document. Ces deux pages peuvent être éliminatoires si elles ne sont pas assez attractives. Elles doivent donner envie au lecteur d’en apprendre davantage sur le projet et ce dont vous avez besoin.

3. Un pitch travaillé

Après vous être adressé aux bonnes personnes et avoir rédigé un business plan, il est temps de présenter votre projet oralement. Un business plan ne sera pas forcément lu en entier, surtout par les investisseurs. Le pitch en devient ainsi bien plus important. Il n’est pas à prendre à la légère et il y a besoin de travailler dessus.


Le pitch présente et récapitule votre projet et votre besoin en financement en seulement quelques minutes voire quelques secondes selon l’environnement. Il faut ainsi aller à l’essentiel et bien structurer le temps de parole. De façon générale, on retrouve dans le pitch :

  • une première partie sur les besoins du marché que vous visez et la solution que vous apportez en décrivant la situation du marché et des concurrents et la façon dont vous vous adaptez,
  • une seconde partie sur vos plans d’actions animés par une équipe compétente,
  • une troisième sur l’aspect financier avec le besoin en financement dont vous avez besoin pour répondre à vos projets.

Pitch levée de fonds

Un pitch ne se veut pas exhaustif. Il doit aller droit au but en n’oubliant pas de demander ce pour quoi vous vous adressez à vos interlocuteurs. Ne rentrez surtout pas dans les détails financiers ou ne soyez pas trop technique car vous pouvez perdre toute la plus-value de votre concept.

Enfin, et surtout, la forme compte autant que le fond. Votre attitude, votre voix et votre débit influencent, parfois inconsciemment, les personnes qui vous écoutent. Travaillez votre gestuelle.

Avec de bonnes transitions entre chaque partie, une adaptation selon votre activité et une attitude bien préparée, vous êtes maintenant prêts à lever des fonds !

PARTAGER CETTE FICHE PRATIQUE

Ajouter un commentaire