Un exemple de business model collaboratif

Publie le 17 Août 2016 11:20

Nouvelle interview dans notre dossier sur les business models. Wilfrid de Conti est le fondateur de Besight, une société qui propose des articles de mode crées sur un model collaboratif. Ingénieur issu de l'INSA Lyon, il est également diplômé en entrepreneuriat et formé au webmarketing. Il commence à développer Besight en 2014. Il nous explique aujourd'hui, les clés d'un business model collaboratif réussi.

 

« Consommer moins, mais consommer mieux », telle pourrait être la devise de Besight, une start up qui souhaite faire bouger le monde de la mode en mettant en avant la slow fashion. L’idée est de concevoir des produits de qualité, respectueux de l’environnement en proposant à de jeunes artistes de participer au design des produits. Pour briser les conventions, Besight compte sur la créativité des nouveaux designers, insufflant une dimension collaborative au business model.

Besight, un pionnier de la slow fashion

A. À LA BASE, UN SIMPLE CONSTAT

Besight est une plateforme collaborative d’accessoires de mode, qui édite des créations originales proposées par des jeunes créatifs, et choisies par la communauté d’internautes.

C’est lors d’un voyage en Italie, mon pays d’origine, que je me suis questionné sur l’évolution de l’industrie de la mode. A Milan comme à Paris, on consomme à une vitesse incroyable… J’ai rencontré par la suite un designer expérimenté avec qui nous avons beaucoup discuté de ce problème. L’idée était de revenir aux méthodes plus traditionnelles, tout en apportant une forte valeur à l’objet pour motiver les consommateurs à changer.

C’est après plusieurs mois de travail, l’arrivée dans le pré incubateur de l’INSA Lyon (FEE Lyon tech), et la formation de notre équipe (Arlen, Robin et moi) que nous avons trouvé le concept idéal : Il y a beaucoup de jeunes talents avec de nombreuses idées innovantes qui restent bien souvent dans l’ombre. Une idée est donc venue : leur donner la possibilité de créer ces modèles innovants en les fabriquant en France, en série limitée, dans un esprit de consommation durable et responsable.
Le concept de plateforme collaborative était né.

B. PUIS UNE PROPOSITION DE SOLUTION

Notre business model est de vendre les accessoires sous la marque Besight, tout en rétribuant les designers qui ont proposés les modèles sous forme de royalties.
Au début de Besight, de nombreuses questions restaient sans réponses. Comment faire pour gérer le design de nos accessoires, pour qu’ils restent dans le courant sur lequel nous nous positionnons. Notre business model a bien évolué depuis le lancement du projet. L’aspect collaboratif est intervenu assez tard, mais nous a semblé comme une évidence.

Les jeunes créatifs ne sont pas encore entrés dans les grands modes de distribution et de production et les grands courants du design. Ils sont donc les plus à mêmes d'imaginer des accessoires différents et écoresponsables. Le concept de plateforme collaborative fonde donc réellement les valeurs, l’originalité et l’innovation de Besight.

 

Quid du business model collaboratif ?

A. UN BUSINESS MODEL EFFICACE, MAIS DIFFICILE À METTRE EN PLACE

Les avantages :

  • Nous mettons en avant des jeunes talents qui participent au concours au travers d’un réseau social. Besight leur permet de bénéficier de visibilité en début de carrière au travers d’une réalisation concrète.
  • Nos accessoires bénéficient d’un design réellement différent et reflètent la demande des consommateurs.
  • Nous faisons intervenir des acteurs de l’écosystème local (Français) en tant que parties prenantes du projet, afin que notre réussite soit partagée.

L'inconvénient :

Notre modèle fait intervenir beaucoup d’acteurs, ce qui demande naturellement plus d’organisation et de travail.

B. D'OÙ L'IMPORTANCE DE LA STRATÉGIE DE RECRUTEMENT CLIENT 

Notre plateforme intègre un module e-commerce, nous permettant de vendre directement nos accessoires. Pour atteindre les clients, nous basons notre stratégie sur des fondamentaux du marketing digital (Inbound marketing + ads). Nous sommes d’ailleurs en cours de recrutement d’une personne spécialisée dans ce domaine.
Nous avons fait évoluer notre stratégie par itérations suite aux retours terrain.

Améliorer les ventes, une histoire de taux de conversion

A. UN TAUX DE CONVERSION MAITRISÉ

Nos taux de conversions dépendent des canaux utilisés, et des cibles visées. Pour atteindre les designers, nous n’avons pas la même stratégie que pour nos clients. Puisque notre clientèle est très ciblée, nous avons des taux de conversions au-dessus de la moyenne (Par exemple, Relevance Score Ads : 9/10)

Nous avons toujours gardé à l’esprit l’un des concepts du growth hacking, la mesure. Il est important de constamment mesurer les résultats d’une opération afin de savoir ce qui n’a pas fonctionné pour faire évoluer positivement les futures opérations. Le reporting est d’une importance capitale. Mais attention, il faut garder à l’esprit que l’on mesure quelque chose dans l’esprit d’utiliser cette donnée.

B. ET DES OBJECTIFS CLAIRS

Nous devons accentuer les efforts sur les aspects marketing. La production de contenu et sa promotion, le référencement naturel de ce contenu, et la fidélisation de nos utilisateurs seront des enjeux importants. Nous sommes une jeune startup qui a encore du chemin avant de faire partie des grands.

Dans 5 ans, Besight se sera étendue au marché international. Dans un premier temps, nous nous implanterons sur le marché Anglais et Italien. Ces pays représentent des références dans le domaine de la mode et du design. Puis nous irons progressivement vers une globalisation de la plateforme.

Pour conserver nos valeurs et l’essence de notre modèle collaboratif, notre stratégie est de privilégier la diversité des produits, tout en respectant le caractère limité des séries. Ainsi, l’objectif pour Besight est d’avoir un shop avec 10-15 accessoires différents, disponibles à la commande pour une durée limitée. Un nouveau design reprendra ensuite le flambeau.

Les mots de la fin

A. LES 3 CONSEILS DE WILFRID DE CONTI

  • Soyez passionnés. La passion fera de vous quelqu’un de curieux et de crédible lorsque vous présenterez vos projets, et vous fera passer plus facilement les moments difficiles
  • Ne vous précipitez pas. Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. N’oubliez pas que ce qui compte dans la création d’entreprise, c’est la qualité d’exécution.
  • N’écoutez pas trop les conseils ! En effet, dans la création d’entreprise, beaucoup de personnes vous donneront des conseils qui dépendent de leur propre expérience, leur personnalité et leur contexte. Richard Branson y fait d’ailleurs souvent référence dans son livre « Réussir… et Après ! ».

B. ET ENFIN, SA PETITE CITATION POUR VOUS

« Rien ne sert de courir, il faut partir à point »

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire