Pourquoi se financer par crowdfunding ? Gout'Chou répond !

Publie le 08 Avril 2014 15:33

Pourquoi passer par le crowdfunding pour financer la création de sa société ? C'est ce que nous avons demandé à Amandine Prat. Amandine Prat a co fondé Goût’Chou. C'est un concept de boutique traiteur pour enfants et plus particulièrement pour bébés, qui propose des plats à base de produits frais, cuisinés sur place avec des produits frais, locaux et issus de l’agriculture biologique ou raisonnée. Goût'Chou réalise actuellement une levée de fonds en crowdfunding. Amandine Nous explique ici comment cette levée de fonds se réalise, quelles erreurs ou astuces il faut connaître pour maximiser ses chances d'atteinte des objectifs. 

Goutchou, start up traiteur pour enfant

 

 

 

 

 

De coach d'entrepreneurs à entrepreneur

Après ma licence en administration des entreprises et des sociétés, j’ai choisi d’intégrer l’Institut Paul Bocuse afin de préparer un Master en Management de l’Hôtellerie et de la Restauration. Passionnée par la création d’entreprise dans ce secteur, j’ai d’abord suivi des entrepreneurs avant de me lancer moi-même dans la création d’entreprise.

L'étude de marché a montré l'existence du besoin d'un traiteur pour bébés

la co fondatrice de goutchou, amadine prat

Nous sommes deux fondatrices de Goût’Chou.  A l’origine, l’idée vient de Claire Chabot une amie à moi. Elle a eu un bébé et étant femme active, il n’était pas toujours évident pour elle de cuisiner pour son bébé. Elle avait alors recours aux petits pots industriels mais ceux-ci ne l’a satisfaisait pas complétement. En effet, les petits pots industriels ont l’avantage d’être pratique mais ne proposent pas de produits frais, de saison et les recettes sont assez limitées.

Elle a alors cherché « un traiteur pour bébés » qui proposerait des petits pots fabriqué de façon artisanale sur Lyon. Elle n’en a pas trouvé et s’est rendu compte que le concept de boutique traiteur pour enfants n’existait pas. Nous avons donc décidé de faire une étude de marché pour connaître la viabilité du projet. Notre objectif aujourd’hui est d’offrir une alternative aux petits pots industriels pour les parents qui n’ont pas toujours le temps de cuisiner pour leurs enfants et proposer pour la première fois un espace dédié à l’alimentation infantile.

 

Atteindre des résultats tangibles avant de lever des fonds

Avant de déterminer le montant à lever, nous souhaitions avant tout que nos contributeurs donnent pour des « choses palpables ». En effet, nous ne souhaitons pas lever des fonds pour, par exemple, couvrir nos frais de communication ou la création du site internet. Nous souhaitions vraiment que lorsqu’ils viendraient en boutique, ils puissent voir à quoi ont servi leurs dons. Nous avons donc décidé de lever des fonds pour du matériel de cuisine et pour la décoration. La somme de 5 000 euros nous permettra donc de nous acheter un four électrique ainsi qu’une vitrine réfrigérée.

 

Le crowdfunding est particulièrement adapté pour notre levée

Nous avons décidé de lever des fonds par le biais de financement participatif pour deux raisons :

  • Augmenter notre capital
  • Faire connaître notre projet au plus grand nombre

A savoir que nous passons également par une banque afin de réaliser un prêt bancaire.
Passer par une plateforme de crowdfunding permet

  • De se faire connaître,
  • Que des particuliers parlent de nous
  • Mais également de se faire connaître des médias.

C’est une bonne façon de se faire connaître même si cela ne signifie pas forcément que l’on parviendra à lever la somme demandée.

 

Les erreurs à éviter quand on lève par du crowdfunding

A) DEUX RISQUES A ANTICIPER

Les premiers retours sont positifs tout d’abord parce que de plus en plus de personnes nous suivent, nous connaissent et nous encouragent !!! En termes de retour financier, nous sommes pour le moment satisfaites bien que nous n’en sommes qu’à 23% de l’objectif.
Jusqu’à présent, nous avons déterminé deux risques :

  • Le premier est que la première semaine la collecte démarre en flèche et par la suite s’essouffle au bout de la 2ème semaine. C’est ce que nous vivions actuellement. Nous relançons donc nos contacts et nous essayons d’augmenter notre visibilité notamment grâce à des différents médias (réseaux sociaux, presse locale…)
  • Le deuxième risque est que la collecte n’intéresse que notre cercle proche (nos parents, notre famille, nos amis…). Il est difficile d’intéresser des « inconnus » à un projet, de là à ce qu’ils donnent c’est encore plus compliqué. Surtout que pour le moment il s’agit « d’un projet ». Pour cela, nous allons faire du marketing direct c’est-à-dire que nous allons nous présenter, présenter notre projet dans des marchés locaux. Cela prend du temps et de l’énergie mais pour nous cela paraît nécessaire. Il est plus facile de donner et de contribuer à la réussite d’un projet lorsqu’il nous a été présenté de vive voix.

B) ANTICIPER VOTRE COMMUNICATION

L’erreur que nous pensons avoir commis est de ne pas avoir anticipé toutes les actions de communication. Et en même temps, il est difficile d’anticiper comment la collecte va se dérouler. Aujourd’hui, notre problématique principale est que la collecte a très très bien démarré et s’essouffle. Nous cherchons donc tous les moyens afin de la faire repartir en élargissant le public visé.

 

Une astuce : Anticiper un maximum

La seule astuce que je pourrais donner afin de vivre une collecte de façon sereine se résume en un mot : ANTICIPATION.

Et en particulier, anticiper les actions de communication. En parlant de communication, ne pas avoir peur de pousser les portes. Afin de faire parler de notre projet, j’ai tout simplement envoyé des mails à des journaux locaux. Et cela a fonctionné ! On s’imagine parfois qu’il faut beaucoup de moyens pour mettre en place des actions de communication. Mais certaines ne demandent qu’un peu d’audace !

 

Des objectifs à court terme bien définis

Nous souhaitons ouvrir notre boutique au mois de Septembre. Aujourd’hui notre principal objectif est de sécuriser notre projet à savoir trouver dès maintenant des contrats pour couvrir nos charges fixes. Nous démarchons donc des distributeurs(biensûr nous ne nous adressons pas à des grandes surfaces mais plutôt à des épiceries…), des crèches privées qui pourraient être intéressées par notre projet et surtout par nos produits.

 

Des objectifs à moyen terme concrets

Quant à nos objectifs à 1 et 2 ans, ils sont simples :

  • Stabiliser notre projet avec de nouveaux contrats de crèches ou de distributeurs
  • Nous développer et ouvrir une deuxième boutique sur Lyon !

Enfin, en guide de conclusion, rappelez-vous que rien n’est jamais perdu, rien n’est définitif, remettez-vous en question afin d’avancer et surtout OSEZ !!!

Pour voir la campagne de Gout'Chou et soutenir le projet, c'est ici. bonne chance à Gout'Chou ! Un projet innovant dans le secteur de la restauration pour enfant !

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire