Le freelancing est-il une aubaine pour les startups ?

Publie le 25 Février 2016 10:28

Quelle est la situation du freelancing aujourd'hui ? Les start-ups ont-elles intérêt à recourir à des freelancers ? L'avenir du travail se trouve t-il dans le freelancing ?

Vous trouverez toutes les réponses à ces questions et même plus encore dans cette interview de Fred Nassar, le fondateur de 404works !

404works est une plateforme de mise en relation entre clients et freelancers. Avant de monter cette startup, Fred Nassar a été directeur de la communication à l’Hadopi et responsable Internet au Centre Pompidou.

Le freelancing par 404works

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La naissance de 404works

L’idée d’une plateforme pour faciliter les mises en relations entre clients et freelances m’est venue assez tôt, en 2009. Elle partait d’un constat très simple : quand vous montez des projets numériques, les besoins sont souvent ponctuels et demandent des compétences spécifiques. En d’autres termes, c’est l’exact opposé d’un recrutement classique, pour lequel vous cherchez souvent le « mouton à cinq pates » sur un besoin pérenne. Par exemple, un profil communication, qui est aussi codeur ET développeur…

A l’époque, je me suis trouvé dans cette situation pour un projet de site Web et je ne trouvais pas de plateforme freelance satisfaisante. La plupart mettaient l’accent sur des prix bas, avec des prestataires « off-shores », sans se soucier de la qualité.

De ce constat est née 404Works. Mon ambition: réunir les meilleurs professionnels du Web en France : développeurs, graphistes, rédacteurs, community managers, spécialistes du webmarketing, etc.

Pour cela, nous vérifions systématiquement les profils des prestataires selon plusieurs critères : e-réputation, références, formation, etc.  Avec cette sélection à l’entrée, nous proposons une valeur ajoutée réelle pour le client en l’accompagnant dans sa recherche.

 

Une commission sur les transactions comme business model

A ses débuts, le site était entièrement gratuit, son seul objectif était de rendre possible les rencontres entre les membres de notre communauté. C’est plus tard, en partant de cette base non-commerciale, que le modèle économique a été trouvé. Il repose en grande partie sur la gratuité initiale : 404Works se rémunère avec une commission sur les transactions lorsque le client et le prestataire trouvent un terrain d’entente, tout le reste est gratuit.
Ainsi, nous libérons le prestataire des contraintes liées à la facturation et nous permettons au client de payer directement les missions en ligne. Le montant de la mission est alors bloqué par 404Works jusqu’à la fin de la prestation.

 

35% des freelancers sont des développeurs web... et il en manque !

Avec plus de 10 000 freelances inscrits sur 404Works et une croissance de 150% par an du nombre de nos membres, nous avons des chiffres assez fiables sur l’offre et la demande.

Concernant l’offre,

  • Les développeurs représentent la part la plus importante des freelances inscrits sur 404Works, environ 35%.
  • Ils sont suivis de près par les créatifs (designers, illustrateurs, photographes, etc.) qui représentent eux environ 30% des inscrits.
  • Viennent ensuite les rédacteurs, community managers et les spécialistes du SEO.

Quand on s’intéresse à la demande des clients, on constate un déséquilibre important concernant les profils de développeurs, la demande est bien supérieure à l’offre. Les développeurs sont devenus une ressource rare, ils ont donc la possibilité de choisir leurs missions. Un constat qui ne concerne pas les autres métiers pour lesquels l’offre et la demande s’équilibrent.

 

Les startups : principales intéressées par le freelancing

Les startups sont nos premiers clients sur 404Works. Ces jeunes structures n’ont pas forcément les moyens de se payer les services d’un cabinet de recrutement, et encore moins d’embaucher, surtout si elles n’ont pas encore réalisé de levée de fonds.

De fait, le freelancing devient pour ces startups la seule option leur permettant de se développer, au delà des compétences des fondateurs.

Au delà de la simple relation client / prestataire, les startups qui utilisent 404Works souhaitent rencontrer des personnes qui « matchent » avec leur projet, leur vision et qui partagent des valeurs communes. Nous misons à la fois sur la qualité des prestations proposées et sur les rencontres de proximité : des relations de confiance pour aboutir à des prestations qualitatives.

 

Premier attrait du freelancing pour les startups : la flexibilité

Les intérêts pour une start-up d’avoir recours à des prestataires freelances sont nombreux. Le plus évident est bien sûr la flexibilité !

Avec des freelances, vous avez la possibilité de construire une équipe sur-mesure, selon les compétences requises par votre projet. Le freelancing peut couvrir un besoin ponctuel comme le développement d’un prototype de site Web ou la création de votre identité visuelle ; mais on constate que de plus en plus de startups ont recours à des freelances pour des missions récurrentes comme l’animation de réseaux sociaux ou la rédaction régulière de supports de communication.

Le prix des missions freelances est aussi déterminant. Ce qui ressort le plus souvent pour les startups, c’est qu’il est plus intéressant de faire appel à des travailleurs indépendants qu’à des agences de communication ou des SSII.

Mais la tendance de fond se situe plutôt du côté de la tarification. Jusqu’à présent, la majorité des missions freelances étaient calibrées selon un TJM (taux journalier moyen) qui représente le coût d’une journée de travail pour un freelance. On observe un glissement du TJM vers la facturation au forfait, autrement dit à la tâche ou à l’objet réalisé.

C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de lancer une « market-place » sur 404Works, c’est à dire un espace d’achat / vente de prestations vendues au forfait. L’idée est de permettre aux freelances de construire une offre sous formes de packages clés en main, que les clients peuvent commander sans passer par l’étape fastidieuse du cahier des charges et de la négociation. C’est le prestataire qui fixe les contours de la mission et qui propose un prix transparent.

 

Le freelancing est l'avenir du travail ?

Les chiffres sont assez édifiants pour marquer l’évolution du freelancing : environ 700 000 freelances, 85% de croissance en 10 ans. Des emplois qui concernent tous les secteurs et tous les postes, attirant même les jeunes diplômés. Certains prédisent même qu’en 2020, la moitié des salariés seront freelances.

On perçoit une tendance de fond qui bouleverse les codes du marché du travail et de notre rapport à l’emploi tels qu’on les conçoit traditionnellement. D’une part parce que de moins en moins de personnes sont prêtes à sacrifier leur équilibre personnel à cause leur carrière. C’est en cela que chacun souhaite plus de flexibilité. D’autre part en raison des modes de fonctionnement du travail : les modes de recrutement changent, le travail se fractionne, les projets en co-working se développent, …

Dans ce contexte, il semble évident que le freelancing soit l’avenir du travail, tout simplement.

 

Le mot de la fin

La célèbre leçon de recrutement de Steve Jobs :

« Cela ne fait aucun sens d’embaucher des gens intelligents puis de leur dire ce qu’ils doivent faire. Nous enrôlons des gens intelligents afin qu’ils nous disent ce que nous devons faire ».
 

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire