REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

Un grand entrepreneur n’est pas forcément celui qui devient riche

Publie le 12 Mai 2015 12:13

Un projet monté par des personnes aux profils divers peut s'avérer être un grand atout pour l'équipe. Tel est le service que propose ESDES à ses étudiants. Quelle différence entre un entrepreneur formé et un autodidacte? Quel est le constat des professeurs qui encadrent et accompagnent ces futurs créateurs d'entreprises à l'ESDES? Quels sont les avantages et les inconvénients d'une formation en école de commerce. Aurélien EMINET, Professeur à l'ESDES a accepté de répondre à nos questions.

Interview d'EMINET Aurelien

 

Aurélien EMINET, professeur d’entrepreneuriat et accompagnateur de créateurs. Également enseignant-chercheur à l’ESDES.

Tout grand entrepreneur vient forcément d’une école de commerce? 

Absolument pas et tant mieux.
L’entrepreneuriat est aussi une affaire de diversité, de parcours « en marge », parallèle.
C’est aussi une affaire de savoir saisir sa chance quelle que soit la situation de départ. Un grand entrepreneur n’est pas forcément celui qui devient riche ou celui qui est le plus médiatisé.

Un autre élément important : les projets montés avec des personnes ayant des profils divers sont un défi mais aussi souvent un atout important pour l’équipe et les projets. Permettre aux créateurs de rencontrer des profils variés (universitaires, écoles d’ingénieur et de management, mais aussi autodidactes) est justement un service que nous essayons de proposer aux étudiants de l’ESDES.

Avantages et freins à faire une école de Commerce pour un entrepreneur.

Avantages

Les programmes proposés aux étudiants dans les écoles de commerce et de management peuvent être des révélateurs. Certains étudiants réalisent par la qualité de leur travail et le plaisir qu’ils ont pris à faire leur projet qu’entreprendre est possible pour eux et peut leur apporter énormément de satisfaction personnelle malgré les difficultés. Les écoles de commerce permettent surtout de développer des savoirs être, certes toujours perfectibles,  mais qui permettent aux étudiants de développer une agilité, une autonomie et une assurance pour conduire leurs projets.

Freins

Les freins sont surtout dus aux nombreuses autres opportunités de carrière que propose une école et liés à un rapport au risque. Les étudiants ayant accès aux écoles de commerce sont parfois dans des logiques de recherche de sécurité de l’emploi et de prestige. Ces attentes restent encore associées aux grands groupes même si cela évolue. En revanche, il arrive de plus en plus fréquemment que les étudiants ayant commencé à « goûter à la vie » dans des grands groupes prestigieux choisissent d’en sortir car le style de vie professionnel ne correspond pas à leurs attentes. Y compris parfois en renonçant à des positions et à un confort matériel pourtant attrayants.

L’entrepreneuriat comme voie d’insertion professionnelle

Beaucoup l’envisagent, moins de personnes passent à l’action et c’est bien normal. Entreprendre n’est pas seulement une voie d’insertion professionnelle, c’est une envie qui apparait de plus en plus dès le début des études. Notre rôle consiste à accompagner, aider ceux qui veulent passer à l’action en créant des conditions qui leurs seront favorables et en leur permettant de mesurer les risques encourus. La décision de créer doit être éclairée mais c’est au final à l’étudiant de s’engager dans un projet qui est aussi un projet de vie et pas uniquement un projet scolaire.

Passer du statut d’étudiant à celui d’entrepreneur

Passer du statut d’étudiant à celui d’entrepreneur et chef d’entreprise est une véritable expérience de vie, un défi. Cette envie peut évoluer avec le temps.
D’autres ont des personnalités d’entrepreneurs qui s’affirment assez tôt. Laura Perard qui a créé le Journal du Luxe (JOURNALDULUXE.FR) et organise aujourd’hui le salon du luxe à Paris ou bien encore Louis Bonduelle qui développe My French Lifeguard (MYFRENCHLIFEGUARD.COM) ont su très vite développer leurs compétences entrepreneuriales et ont manifesté très tôt leur envie d’entreprendre. Hubert Dubois Athenor, le deuxième associé, moteur indispensable avec Louis dans l’aventure My French Lifeguard a choisi d’intégrer un prestigieux cabinet d’audit à la sortie de ses études avant de réaliser que son accomplissement personnel passait par l’aventure entrepreneuriale.

Les étudiants avant et après la période d’incubation

Les relations avec les Alumni et en particulier les entrepreneurs sont indispensables pour constituer une communauté sur laquelle peuvent s’appuyer les jeunes en création d’entreprise. Les anciens sont mis à contribution dans la pédagogie, à travers des témoignages et des retours d’expériences. D’autre part, pour détecter les anciens qui créent des entreprises, les aider et maintenir le contact, un concours (e-challenge) est organisé chaque année par CAPESDES, l’association des parents de l’ESDES. Il permet aux anciens de venir présenter leur projet, d’obtenir de un appui technique et juridique et un micro financement.

Une connaissance à la fois théorique et pratique de l’entreprise 

Le projet d’école ESDES vise à renforcer la dimension entrepreneuriale de l’apprentissage. Cela repose sur un double constat. Les étudiants expriment de plus en plus la volonté de créer des entreprises. L’autre constat est que les grandes entreprises ont besoin de cadres qui développent une vision transversale de leur mission et une capacité entrepreneuriale au sein des grandes organisations.

Le nouveau programme vise à la maîtrise de ces connaissances (finance, RH, droit, marketing,….) mais surtout à leur articulation dans un projet entrepreneurial cohérent par l’acquisition de savoir-être professionnels indispensables. Le projet entrepreneurial développé par les étudiants dans le premier cycle (séminaires méthodologiques, créativité, coaching de projet, etc.) vise donc à articuler tous ces savoirs qui seront ensuite complétés au niveau master par des cours plus techniques et spécialisés. L’incubateur de l’ESDES/UCLy : le « CUBE » permet un appui à tous ceux qui veulent passer à l’action entrepreneuriale durant leurs études. (ndlr: pour vous aider, n'hésitez pas à télécharger notre fichier Excel de business plan)

Les autres compétences qu’il faut pour entreprendre avec assurance

Les connaissances disciplinaires et techniques sont bien enseignées. Les enseignements transversaux et les projets qui permettent aux étudiants de les mettre en œuvre restent à développer et doivent encore être approfondis.

3 conseils aux jeunes qui ont un projet d’entreprenariat 

  1. Insérez-vous dans une communauté d’entrepreneurs le plus rapidement possible pour tester vos envies, découvrir comment ces personnes vivent, leurs soucis, leurs engagements, le plaisir et l’énergie qu’ils mettent dans leurs projets.
  2. Intégrer la communauté des entrepreneurs de votre région. Parlez de votre projet sans exagérer la peur de se faire « piquer » l’idée, l’éco système permet notamment d’obtenir une quantité importante de conseils, aides, contacts qui se révèleront précieux pour mettre en œuvre votre projet.
  3. Passez à l’action sans trop attendre, même des petites actions concrètes qui permettront d’avoir des premiers retours sur votre projet et notamment du côté du marché.
Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire