REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

Ne pas confondre compte de résultat et tableau des flux de trésorerie

Publie le 19 Décembre 2016 14:36

Pour apprécier la solidité financière d'une entreprise, les investisseurs et partenaires s'appuient sur ses états financiers. Parmi eux, le compte de résultat et le tableau des flux de trésorerie. Le premier présentant le bénéfice ou la perte réalisée sur l'exercice, tandis que le deuxième présente l'évolution du niveau de trésorerie au cours de l'exercice. Toutefois, la différence entre bénéfice et trésorerie est parfois floue pour certaines personnes et nous vous proposons de faire la lumière sur ces concepts.

 

Qu’est-ce que le compte de résultat ?

Le compte de résultat a pour objectif de déterminer le bénéfice ou la perte réalisée sur l’exercice comptable (généralement du 1er Janvier au 31 Décembre). Pour ce faire, le compte de résultat met en opposition les produits réalisés et les charges supportées, la différence des deux étant le résultat.

Ce document comptable se présente sous la forme d’un tableau qui met également en évidence un certain nombre de ratios comptables importants tels que le résultat d’exploitation, le résultat financier et le résultat net. Ce tableau part du chiffre d’affaires, auquel on soustrait un certain nombre de charges pour progressivement arriver au résultat.

Ce document est aussi bien à destination des chefs d’entreprise, des partenaires voire des fournisseurs. Ces différents acteurs s’intéressent au compte de résultat pour évaluer quel poste de dépense est le plus gourmand en ressources et quelle est l’activité qui génère le plus de chiffre d’affaires. Le compte de résultat leur offre également une appréciation des marges réalisées à différents niveaux.

Qu’est-ce qu’un tableau de flux de trésorerie ?

La trésorerie représente l’argent immédiatement disponible que possède une entreprise. Celle-ci est composée des espèces présents dans la caisse, des disponibilités présentes sur les différents comptes et livrets de l’entreprise, ainsi que les placements financiers inférieurs à 3 mois (tels que les garanties).

Cette trésorerie permet de régler les fournisseurs, les salariés ou encore assurer les remboursements d’emprunt. Lorsque l’entreprise n’a plus de trésorerie, elle se retrouve dans l’obligation d’emprunter pour continuer à honorer ses échéances. Toutefois un endettement trop important limite les possibilités d’emprunt.

Le niveau de trésorerie est donc un indicateur pertinent de la solidité financière d’une entreprise, ce qui rend le tableau de flux de trésorerie extrêmement important pour les investisseurs et partenaires. Ce dernier présente les variations de trésorerie, mois par mois sur un exercice donné.

Le tableau de flux de trésorerie découle de la somme de trois éléments : les flux de trésorerie générés par l’exploitation de la société, les flux de trésorerie générés par les investissements et ceux générés par le financement.

Différence entre compte de résultat et flux de trésorerie ?

coach en business plan et levée de fonds

La différence entre le résultat et la trésorerie réside dans le fait que l’un a une existence physique et que l’autre est un concept comptable calculé selon certaines règles. En effet la trésorerie est palpable, nous pouvons la retirer de la caisse ou aller la retirer à la banque, ce qui n’est pas le cas du résultat. Cette différence s’explique grâce à certains principes comptables :

A. Le principe de l’engagement.

Imaginons qu’une entreprise, qui clôt son exercice au 31 Décembre 2016, réalise une vente le 15 Décembre et envoie la facture de 5 000€ le 30 Décembre. Bien que le client paye le 30 Janvier de l’exercice suivant, le compte de résultat enregistrera quand même ce produit pour l’exercice 2016 et le bénéfice en sera augmenté de 5 000€ pour cette année. Toutefois la trésorerie, elle ne bougera pas avant l’encaissement du montant. C’est le principe de l’engagement.

B. L’absence des investissements au compte de résultat

Pour illustrer cet exemple, nous allons considérer qu’une société investisse dans une machine d’une valeur de 10 000€ le 30 Décembre 2016 avec paiement immédiat sur les fonds propres. On suppose que votre entreprise réalise un investissement pour une machine de 10 000 €  le 30 décembre 2015 avec paiement immédiat. L’entreprise va donc constater une sortie de trésorerie de 10 000€ sans que celle-ci ne se répercute comme une charge de 10 000€ au compte de résultat.
En effet, un investissement ne représente ni une création ni une destruction de richesse. Acheter un appartement à 150 000€ ne fera pas de vous quelqu’un de plus ou moins riche, votre patrimoine reste le même.

C. Les amortissements et dépréciations.

Pour cet exemple nous pouvons nous appuyer sur la machine achetée dans l’exemple précèdent à 10 000€. Bien que son achat n’apparaisse pas au compte de résultat, son amortissement est lui bel et bien présent dans le tableau. Si l’on pose l’hypothèse d’un amortissement sur 5 ans, le compte de résultat, présentera comme 2 000€ de dotations aux amortissements dans les charges d’exploitation. Ces charges sont dites non décaissables, aussi elles n’ont pas de réalité physique et n’impactent donc pas la trésorerie.

Sur le même principe, il peut arriver qu’une entreprise déprécie certains éléments du bilan comptable. À titre d’exemple, il est possible de déprécier le poste client si on est dans l’incertitude qu’une créance sera entièrement réglée à l’entreprise. Cette opération affecte le compte de résultat mais elle reste fictive et n’impacte pas la trésorerie.

PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire