REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

L'analyse des risques dans le business plan

L’objectif d’un business plan est de vendre votre projet, de prouver sa solidité ainsi que sa profitabilité. Toutefois, il faut également faire preuve de lucidité quant aux obstacles qui peuvent être rencontrés. L’analyse des risques dans votre business plan va démontrer votre capacité à anticiper les risques en prévoyant une voie de secours. 

Risque

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourquoi présenter les risques ?

  • Pour la banque: En montrant que vous avez identifié les risques et en faisant preuve de recul, vous rassurez le banquier qui verra que vous avez les pieds sur terre. Cibler les risques de son projet, c'est prouver que l'on se tient prêt en cas d'obstacle et que l'on a l'esprit d'anticipation en ayant déjà prévu un plan B.
  • Pour les investisseurs: Ils ne jugent pas seulement le projet mais également l'entrepreneur. En soulignant vos capacités à prendre rapidement des décisions en cas d'imprévu, vous témoignez d'un professionnalisme qui jouera en votre faveur. Cela permettra de plus à l'investisseur de mesurer le rapport entre les gains potentiels et les risques.

À quels risques s’attendre ?

Il existe une infinité de facteurs de risques lorsque l’on lance son entreprise. La fragilité de la structure fait qu’elle est, par définition, vulnérable. Toutefois, nous pouvons citer certains risques récurrents :

  • Les risques liés à la concurrence : les acteurs en place pourraient essayer de vous mettre à l’écart s'ils se sentent menacés, d’autres pourraient copier votre innovation, des nouveaux acteurs pourraient arriver etc. Si on prend l’exemple de Blablacar, la SNCF a assez vite répliqué en créant son propre site de covoiturage et en rachetant Carpooling, un concurrent de Blablacar.
  • Les risques liés à la réglementation : Cela peut être l’apparition éventuelle d’une nouvelle loi qui impacterait votre activité. L’interdiction de vendre des sacs plastique dans les supermarchés va sûrement impacter ce marché-là dans les semaines et mois à venir.
  • Les risques technologiques : problèmes de propriété intellectuelle ou utilisation d’une technologie mal maîtrisée.
  • Les risques humains : sous-effectifs, manque de compétences spécifiques ou départ d’un des associés sont des risques non négligeables.
  • Les risques liés à la taille du projet : investissements trop lourds, nécessité d’atteindre une taille critique, économies d’échelle difficiles à réaliser. Pour prendre un exemple extrême, c’est le cas dans l’aéronautique.
  • Les risques liés au secteur d’activité : Si l’on considère le secteur de la musique, ce secteur possède la particularité de pouvoir effacer un artiste aussi rapidement qu’il est arrivé. En effet, avec internet, la musique est devenue un produit à consommer instantanément. Nous avons eu une explosion d’artistes qui ont tourné en radio pendant 6 mois avant de retourner dans l’ombre, effacés par un nouvel artiste qui disparaîtra  peut-être lui aussi dans quelque temps.
Bien entendu, ne vous en tenez pas seulement à cette liste, explorez les autres risques spécifiques à votre activité. Sélectionnez 4 ou 5 risques que vous jugerez pertinent de traiter.
 

Comment présenter les risques dans son business plan ?

coach en business plan et levée de fonds

Si vous vous demandez dans quelle partie du business plan il vaut mieux faire l’analyse des risques, sachez qu’il n’y a pas de règles particulières. Vous pouvez très bien présenter les risques dans la partie sur la stratégie ou le prévisionnel financier par exemple. Toutefois un principe général est à respecter : il ne faut pas les mentionner dans l'executive summary. Ce dernier est là pour donner envie à l’investisseur de lire votre business plan, vous ne devez donc garder que le positif dans cette partie-là.

Voyons maintenant sous quel format il est préférable de présenter votre analyse des risques. Une bonne solution est de réaliser un tableau en 4 colonnes :

 

  • Première colonne: vous définissez le risque identifié.
  • Seconde colonne : indiquez la probabilité que le risque survienne. Cela a beau être compliqué à estimer, l'objectif n'est pas de calculer le pourcentage exact mais plutôt mais de donner un ordre d’idée.
  • Troisième colonne: précisez l'impact que cela aurait sur la société si le risque venait à se produire. Nous vous conseillons de mesurer les conséquences du risque via l’échelle : Faible, Moyen, Fort.
  • Quatrième colonne: mentionnez votre plan de secours, c’est-à-dire ce que vous comptez faire si le risque survient. Vous pouvez également présenter les mesures qui sont prises pour limiter le risque d’occurrence.

 

Risques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus qu’un risque, une opportunité ?

Et si le risque était plutôt quelque chose de positif, plutôt que dangereux ? Et si c’était l’occasion d’innover et de vous démarquer ? Vos concurrents directs auront aussi à affronter certains des risques que vous envisagez. Nous pourrions alors nous dire que c’est ici une opportunité pour faire la différence. En témoignant d’une forte capacité d’adaptation et en proposant des alternatives innovantes, vous pourriez plus facilement attiser l’intérêt du lecteur.

Un exemple intéressant est celui  de  Bénéteau, initialement constructeur français de bateaux à voiles. Le secteur nautique a connu une profonde crise de 2008 à 2014, et celle-ci a particulièrement touché l’entreprise française. Elle a toutefois pris le contre-pied des autres acteurs en procédant à de lourds investissements dans le secteur des bateaux à moteur. Pourquoi ? Tout d’abord parce que la société a voulu profiter de cet environnement bien moins concurrentiel du fait de la crise et d’autre part parce qu’elle a toujours voulu devenir un acteur de poids sur le marché des bateaux à moteur (marché 4 fois plus important que celui des bateaux à voiles selon L’Obs). Elle saute sur l’occasion et rachète Rec Boats, une entreprise américaine qui fabrique des bateaux à moteur. Son succès est tel, qu’elle attend 75 millions de chiffre d’affaires pour 2016.

PARTAGER CETTE FICHE PRATIQUE

Ajouter un commentaire