Levée de fonds : Préparez suffisamment votre dossier

Publie le 23 Février 2015 15:44

Comment apprécier le bon moment pour faire sa levée de fonds? Quelles sont les précautions qu'il faut prendre? Quelles sont les erreurs fatales? Jean-Lin Bergé (Président ) et Yann Rinckenberger (Chargé d’Investissements) chez Alsace Capital nous apportent les explications.

 

                           Jean-Lin Bergé Président

Jean-Lin Bergé, Président d'Alsace Capital

Yann Rinckenberger Chargé d’Investissements

Yann Rinckenberger, Chargé d’Investissements

 

 

 

 

 

 

 

Alsace Capital est une société de gestion régionale, indépendante, en charge de la gestion de fonds régionaux dans le Grand Est de la France. Avec 100 M€ sous gestion, elle intervient sur 3 segments via des fonds dédiés : l’amorçage, le capital-risque et le capital développement, c’est-à-dire l’investissement dans des projets de développement ou de transmission de PME.

La décision de lever des fonds et l'appréciation du bon timing pour le faire

JEAN LIN BERGE  

La levée de fonds se justifie dès lors qu’un projet, qui a de sérieuses chances de succès, nécessite une mise initiale trop importante pour être portée par l’entrepreneur seul ou son entreprise. La levée de fonds se justifie également à chaque fois qu’il est opportun de partager le risque. Les levées de fonds peuvent intéresser des entrepreneurs, mais également des sociétés de taille moyenne ou grande, qui souhaitent poursuivre leur croissance de manière équilibrée.

YANN RINCKENBERGER

Le « bon » ou « moins bon » timing s’apprécie à la fois à l’aune des perspectives et de la maturité du projet, mais également en fonction de la conjoncture générale (c’était plus simple de lever des fonds pour une start-up internet en 1999 qu’en 2002…) et de l’appétence des investisseurs financiers vis-à-vis du secteur concerné (en 2015, davantage d’appétit sur les infrastructures, la santé ou les nouvelles technologies que sur l’industrie lourde ou l’automobile).

Se faire accompagner par un conseil ou contacter directement des sociétés d’investissement est un bon moyen de « prendre la température ».

Les critères d'appréciation du dossier de levée de fonds

JEAN LIN BERGE

L’appréciation portée sur le dirigeant (et son équipe) est capitale : le dirigeant, c’est souvent notre premier facteur d’investissement ! Ensuite, sur les dossiers d’amorçage et de capital-risque, on se concentre sur la technologie, les preuves éventuelles du concept et le caractère innovant du projet... Dans le capital développement, notre regard sera plus ‘financier’ : performances financières historiques, marché et concurrents, produit, projet de développement…
Enfin, quel que soit le segment, il faut savoir qu’un fonds ne se rémunère que sur la plus value potentielle à la sortie : nous analysons donc naturellement les perspectives de création de valeur à terme.

Les erreurs à éviter quand on présente son dossier de levée de fonds

YANN RINCKENBERGER

Pas d’erreurs « types »… De façon générale, s’il y a une erreur à éviter, c’est celle qui consiste à ne pas avoir suffisamment préparé et mûri son projet. Notre métier consiste à accompagner les dirigeants d’entreprise et porteurs de projets qui nous semblent avoir les meilleures chances de succès. Nous investissons à leurs côtés et leur servons de tremplin...

Pour convaincre un investisseur, on ne peut donc que conseiller une vraie préparation ! Cela passe en général par une expérience professionnelle probante dans le secteur et par la connaissance détaillée de son marché (produits, positionnement et stratégie des concurrents, risques…), par la construction d’un plan de développement mûri et par une forte implication personnelle et financière du dirigeant.

L’importance du business plan dans le processus de levée de fonds 

JEAN LIN BERGE

Il est rare (malheureusement) que les business plans se réalisent à la lettre… Dès lors, le Business Plan sert davantage à traduire en chiffres le projet de l’entrepreneur qu’à servir de prédiction exacte des 3, 5 ou 7 prochaines années. La construction d’un Business Plan est essentielle, car elle permet au dirigeant de calibrer son projet et ses ambitions, l’investissement initial nécessaire et les ré-investissements éventuels, la capacité de remboursement si on a recours à de la dette bancaire… Le business plan sert enfin à se donner ensemble un objectif commun de création de valeur.

YANN RINCKENBERGER

3 conseils ?

  • Ambition et réalisme dans les prévisions : s’il est rare que les business plan se réalisent à la lettre, mieux vaut les dépasser que sous – performer. Le but est donc d’être ambitieux et réaliste à la fois !
  • Equilibre dans le montage et justesse dans le montant qu’on cherche à lever : difficile de lever 5 M€ en apportant seulement 20 000€ et en prévoyant de se verser chaque mois 20 000€ de salaire …
  • Conviction : le Business Plan sert de fil rouge pendant les années qui suivent l’investissement, et atteste souvent du succès du projet. Le porteur de projet doit donc être à l’aise avec ses prévisions…

Les points clés pour augmenter les chances de faire une levée de fonds avec succès

YANN RINCKENBERGER

S’être préparé, s’être entouré, et présenter un maximum d’indices laissant présager du succès futur : expérience et parcours du porteur de projet, de son équipe, 1es résultats concluants, carnet de commande, confiance de co-investisseurs…

Ne pas hésiter d'entreprendre

JEAN LIN BERGE

Etre soi-même, et ne pas hésiter à entreprendre ! L’économie a besoin en permanence d’investir et de se renouveler… et nous sommes là pour soutenir les ‘Google’ de demain

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire