REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

Tout ce à quoi il faut penser avant les profits

Publie le 16 Février 2016 11:37

Le choix d'un business model est souvent la clé de la réussite d'une entreprise. Wedoogift, la start-up qui dématérialise les chèques cadeaux, l'a bien compris et a mis au coeur de son modèle économique l'intérêt de ses clients. Florian BORET, co-fondateur de Wedoogift, nous livre les secrets d'un business model qui fait bien des envieux !

Diplômé de l’ESC Reims, Florian BORET a travaillé chez ERNST & YOUNG en tant que chef de mission en Transaction Services. Passionné par l’entrepreneuriat et le monde du web, il co-fonde Wedoogift après deux expériences entrepreneuriales.

 

Le Business Model selon Wedoogift

 

 

 

 

 

 

 

 

La genèse du business model

L’idée de Wedoogift nous est venue lorsque mon associé, Jêrome Proust, a retrouvé des chèques cadeaux périmés que lui avaient offerts le CE de son ancien employeur. Nous avons ainsi compris que le modèle économique en place était principalement basé sur la non-utilisation. En dématérialisant, en permettant de nouveaux usages dans son utilisation et en relançant par mail les bénéficiaires, nous avons donc renversé un business model basé sur la non-utilisation en l’indexant sur les consommations des chèques cadeaux.

Wedoogift est un chèque cadeau dématérialisé. Nous travaillons avec des Comités d’Entreprise, des directions marketing/communication qui grâce à Wedoogift offre des chèques cadeaux 2.0 à leurs salariés. Wedoogift fluidifie le processus d’utilisation des chèques cadeaux avec notamment la possibilité de les utiliser directement sur les plus grands sites internet (Amazon, Vente privée, Cdiscount…) mais aussi dans un réseau de plus de 500 enseignes physiques grâce à des cartes plastiques ou via des e-codes cadeaux, une technologie développée par Wedoogift.
 

L'intérêt d'un business model "scalable"

L’avantage de notre business model est d’être basé sur le volume d’émission. En ayant développé notre propre technologie et notre propre plateforme de carte cadeaux, nous avons réussi à automatiser énormément de processus. Ainsi émettre 6 millions d’euros (notre résultat 2015) ou en émettre 100 millions n’entrainent pas une augmentation de nos charges fixes de manière proportionnelle à cette croissance. Pour faire court et pour reprendre un mot à la mode, notre Business Model est « scalable ».

En revanche, l’inconvénient du business model est qu’il nous oblige à aller chercher un volume d’affaires important très rapidement, mais je vous rassure c'est bien parti !

 

Un business model n'est jamais figé

Etre entrepreneur c’est avant tout être à l’écoute du marché. L’une des choses les plus importantes et qu’il ne faut jamais perdre de vue - comme le dit si bien Sam Altman du Y Combinator - c’est « make something people want ».  Il faut donc toujours être à l’écoute et être capable de lire entre les lignes sur des signaux faibles comme des signaux forts.

Néanmoins, notre Business Model n’a pas évolué depuis notre lancement, mais qui sait ?

 

Une stratégie commerciale menée sur deux fronts

Nous déclinons notre stratégie commerciale autour de deux grands axes :       

  • Une démarche commerciale pour les clients grands comptes. Nous avons monté une équipe commerciale de plus d’une dizaine de personnes qui travaillent sur l’acquisition et la fidélisation des "gros clients"
  • Le SEO : faire en sorte que les clients nous trouvent d’eux-mêmes sur le web car notre service correspond à un besoin.


Il faut identifier sa valeur ajoutée sur la concurrence

Nos concurrents sont notamment les émetteurs de chèques cadeaux papiers. Notre valeur ajoutée sur la concurrence est double :

  • Pour l’utilisateur de chèques cadeaux, nous lui offrons la flexibilité d’utiliser ses chèques cadeaux en physique et/ou sur internet.
  • Pour nos clients, nous garantissons des intérêts convergents. Nous sommes le seul émetteur de chèques cadeaux à donner à nos clients une transparence totale sur l’utilisation des chèques cadeaux qu’ils ont distribués. Nous allons même relancer les bénéficiaires pour qu’ils pensent bien à utiliser leurs chèques cadeaux et nous rendons aux clients les chèques cadeaux perdus/périmés. Lorsqu’un client achète des chèques cadeaux, c’est pour que son bénéficiaire l’utilise, n’est-ce pas ? Et bien nous, ce qui nous intéresse c’est que le bénéficiaire utilise ses chèques cadeaux, sinon nous ne gagnons pas notre vie. Ainsi nous ne sommes plus prestataires mais partenaires.

In fine, le client paye uniquement les consommations de leurs salariés/bénéficiaires.


Trois conseils pour le choix de son business model

expert en business model

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Définir un business model qui permette de générer de fortes économies d’échelle (la fameuse « scalibility »)
  • Penser volume d’affaires, nombre d’utilisateurs et croissance exponentielle avant de penser à tirer des profits à court terme
  • Aligner son modèle économique sur les intérêts de ses clients
 

Le mot de la fin

" Les clients d’abord, les profits suivront "

Romain Voog, Président Amazon France

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire