REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

Ouvrir un salon de coiffure: 5 rappels

Publie le 31 Août 2016 16:40

Au même titre que pour toute autre entreprise, l'ouverture d'un salon de coiffure est un projet aux multiples difficultés. Entre les questions juridiques, comptables ou commerciales, il arrive d'être désorienté lors de la création du salon. Afin d'être exhaustif, nous reviendrons sur chacune des étapes de la création d'un salon de coiffure, en soulignant à chaque fois les points auxquels faire attention.

 

Coiffeur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Existe-il des conditions pour ouvrir un salon de coiffure ?

Il n'est pas nécessaire de posséder une quelconque certification pour ouvrir un salon de coiffure. Toutefois, la gestion en elle-même doit être effectuée par une personne justifiant d'une qualification professionnelle. Dans le cas où vous-même ne possédez pas de certification, l'un de vos employés ou votre associé certifié pourra assumer le rôle de gérant.

Il existe 4 diplômes possibles, reconnus par l'État :

  • Le certificat d’études professionnelles en coiffure
  • Le brevet professionnel de coiffure
  • Le brevet de maitrise de la coiffure
  • Un diplôme inscrit au répertoire national des métiers.

Notez qu'en tant que fondateur du salon, il sera d'autant plus difficile pour vous de réaliser un emprunt à la banque si vous ne disposez pas d'un des brevets professionnels. Disons donc que la certification est facultative pour le fondateur dans la théorie, mais fortement recommandée dans les faits.

 

Le choix du statut juridique

Quels critères entrent en considération dans le choix de la structure juridique d'un salon de coiffure ?

  • La protection du patrimoine personnel : Il est conseillé de créer une société si vous souhaitez distinguer vos biens privés de vos biens professionnels. Vous protégerez ainsi vos biens privés tels que votre résidence. Attention néanmoins, si vous vous portez caution, la banque peut s'octroyer le droit saisir votre patrimoine personnel selon les conditions du contrat.
  • Les besoins financiers: Dans le cadre d'un recours à des investisseurs, la création d'une société s'impose une fois de plus. En effet, l'entreprise individuelle ne permet pas l'entrée au capital de personnes extérieures.
  • La distribution des bénéfices: Si vous considérez vous reverser l'essentiel des bénéfices, il est plus favorable de choisir l'entreprise individuelle et donc le régime de l'impôt sur le revenu. À l'inverse, dans le cas où les bénéfices sont réinvestis dans l'activité du salon, l'impôt sur les sociétés est préférable.
  • La complexité du fonctionnement: Dans le cadre d'une entreprise individuelle, une plus grande liberté est accordée à l'entrepreneur, celui-ci supporte en plus la responsabilité de ses actes. La société quant à elle suppose des règles de fonctionnement plus strictes et le dirigeant perd en liberté pour les décisions importantes. En effet, l'approbation du ou des associés est nécessaire pour des décisions à fort enjeu.

 

L'immatriculation du salon

Une fois le statut juridique choisi, il convient d'enregistrer son salon à la Chambre des métiers ainsi qu'au greffe dans le but d'immatriculer l'entreprise. En fonction de la forme juridique, les documents à présenter peuvent varier, néanmoins le dossier doit comprendre au minimum:

  • Une copie de la certification professionnelle
  • Le contrat de bail du local
  • Un chèque de 83.96€ pour le greffe
  • Un chèque de 125€ pour la chambre des métiers

Cette étape s'accompagne ensuite de la rédaction des statuts.

Estimer le besoin en financement

L'investissement relatif au local représente une part importante des investissements. Cette remarque reste valable que vous ayez crée vous-même votre salon ou que vous rachetiez un fonds de commerce. Le local est d'autant plus important qu'il va déterminer l'importance des éventuels travaux à effectuer. Enfin, l'emplacement du local impacte considérablement le besoin en investissement, selon que l'on soit en zone rurale, urbaine, commerce etc. Vous l'aurez compris, c'est la variable phare de la détermination de votre besoin en financement.

Les aménagements du salon, quant à eux, comprennent les fauteuils, miroirs, tablettes et ciseaux. Le site ouvrirsaloncoiffure.wordpress.com estime à 35 000€ l'investissement nécessaire pour aménager un salon avec 3 postes de travail.

Le site mon-projet-coiffure.com, estime le coût moyen d’une installation à 52 000€  dans le cas d'une reprise et 48 000€ pour la création ex-nihilo de votre salon. Afin de vous donner une idée de la part des différentes dépenses dans le plan de financement, ce même site vous offre la répartition des frais en pourcentage du chiffre d'affaires:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédiger un business plan et lever des fonds

Si vous ne pouvez pas assurer vous-même l'apport nécessaire à l'ouverture de votre salon de coiffure, il vous faut demander des fonds auprès de banques ou d'investisseurs.

Pour ce faire, vous devez leur présenter un business plan qui détaille votre projet, votre équipe, votre étude de marché et vos prévisions financières. L'objectif de ce business plan est de montrer que votre commerce est viable et rentable et que vous serez ainsi en mesure de rembourser votre prêt.

Pour vous aider dans cette rédaction, nous avons réalisé un modèle de business plan qui répond spécifiquement aux demandes des banquiers et investisseurs pour l'ouverture d'un salon de coiffure. Vous pouvez le retrouver ici.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire