REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

Mieux vaut avoir 20% d’une entreprise qui marche que 80% d’une entreprise qui ne décolle pas

Publie le 25 Janvier 2016 10:16

Comment choisir ses actionnaires pour sa levée de fonds ? Quels éléments faut-il mettre en avant pour valoriser sa start-up ? Quelles sont les erreurs à ne surtout pas commettre ?Marine Simon, fondatrice de Gest'Affaires, vous livre ses précieux conseils !

 

Marine SIMON a lancé gest affaires en 2008 et nous fait part de son expérience en matière de valorisation.

Gest'Affaires levée de fonds

 

 

 

 

 

 

Le cas particulier de la valorisation de start-up

Aucune des méthodes “classiques” n’est préférable à une autre pour valoriser une start-up. En effet, la start-up ne peut pas être valorisée sur ses actifs ou sur ses résultats mais seulement sur son potentiel de développement.
Pour ma part, j’applique une méthode qui consiste à définir combien on cherche et combien on est prêt à céder de capital. Ensuite j’étaye ce point de départ avec des éléments extra-financiers pas toujours évident à quantifier mais qui pèsent dans la balance de la négociation avec les investisseurs.

Les potentialités de marchés (secteurs, volumes, segments de clients), l’avance technologique, l’expérience de l’équipe, sont autant d’éléments qui sont aussi pris en compte pour valoriser une start-up.

 

METHODE DES MULTIPLES

L’évaluation par comparaison avec des sociétés de même nature est à envisager comme un argument appuyant une valorisation définie au-préalable.

METHODE DES DCF

L’approche des DCF bien que très répandue, n’est pas évidente à appliquer à une start-up. En effet, projeter des fluxs de trésorerie sur plusieurs années pour une société nouvelle avec des produits souvent innovants n’est pas sans difficultés.


Les investisseurs s'intéressent d'abord à leur sortie

Lorsqu’un investisseur entre au capital d’une start-up il pense à sa sortie et espère multiplier son investissement par 10 à une échéance de 5, 8 ou 10 ans. Il va donc regarder des aspects extra-financiers pour évaluer ses chances et donc le risque pour y parvenir.

 

3 erreurs à éviter quand on valorise une start-up

  • Bien réfléchir avant d’ouvrir son capital. Faire entrer des investisseurs n’est pas anodin et risque de chambouler toute votre conception de l’entreprise et de votre projet. Il faut donc le faire pour les bonnes raisons et au bon moment.
  • L’investisseur veut faire une plus-value et s’il achète trop cher il n’y parviendra peut-être pas et renoncera donc tout simplement à investir dans votre entreprise. Aussi, au moment de la valorisation il ne faut pas s’accrocher au fait de vouloir absolument rester majoritaire et donc définir une valorisation trop élevée pour garder cette avance. Mieux vaut avoir 20% d’une entreprise qui marche que 80% d’une entreprise qui ne décolle pas. Quand on fait appel à des investisseurs c’est qu’on a besoin d’eux, il faut donc faire des compromis.
  • Ne pas survaloriser son entreprise au risque de n’intéresser personne et de se retrouver tout seul !

 

Le choix de ses actionnaires est la clé du succès

On est mieux seul que mal accompagné mais bien accompagné on peut aller plus loin et plus vite. Choisissez donc précieusement vos futurs actionnaires. Il n’y pas que l’aspect financier qui compte. L’aspect humain est une variable prépondérante pour qu’une affaire fonctionne et croisse. N’acceptez pas tout et fixez-vous des limites à ne pas franchir dans la négociation qui sera sans doute la partie la plus ardue !

 

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire