"Une école de commerce n’est pas du tout obligatoire, mais c’est un gros plus »

Publie le 16 Avril 2015 12:38

L'Ecole de Gestion et de Commerce de Lille est devenue une véritable pépinière d'entrepreneurs de demain. Pourquoi faut-il passer par une école de commerce pour entreprendre? Quelle différence entre un entrepreneur formé et un autodidacte? Quel est le constat des professeurs qui encadrent et accompagnent ces futurs créateurs d'entreprises? Luc Van Lerberghe, professeur à  l'EGC Lille a accepté de répondre à nos questions.

Interview de Luc Van Lerberghe sur My Business Plan

 

Professionnel des ressources humaines et de la formation depuis une quinzaine d’années à l’EGC Lille, Luc Van Lerberghe aide ses étudiants à acquérir une bonne connaissance théorique et pratique de l'entrepreneuriat.

Au cours de sa carrière, il a créé deux entreprises et aidé à la réalisation de plusieurs projets de création.

Il a accepté de vous faire part de ce qu'il pense sur la  place de la formation entrepreneuriale dans une école de commerce. 

 

L’entrepreneuriat comme voie d’insertion professionnelle dans le milieu étudiant

Quand on analyse les projets professionnels de nos étudiants, le plus souvent on remarque que seulement environ 10% d’une promotion est spontanément intéressé

etudiant entrepreneur

Mais lorsqu’on creuse avec les étudiants leurs projets, lorsqu’on les invite à enlever les freins psychologiques (manque de confiance en soi, connaissance erronée de la création d’entreprise etc…), on se rend vite compte que plus de 50% des jeunes pourraient se lancer dans la création.

Reste la plupart du temps à trouver l’idée…

L'importance d'une bonne connaissance à la fois théorique et pratique de l’entreprise

La connaissance théorique et pratique est importante pour plusieurs raisons. D’une part, la création peut faire peur. Beaucoup imaginent, parfois avec raison, qu’il faut réaliser de nombreuses démarches administratives, que l’entrepreneur croule sous les impôts, qu’on passe plus de temps à « gérer » qu’à « diriger ». Une bonne connaissance va aider à lever ces « impressions », à désacraliser certaines difficultés.

Ensuite, au quotidien, la maîtrise des aspects juridiques, fiscaux et sociaux, permet de gagner beaucoup de temps et d’énergie, deux éléments dont a besoin le créateur pour développer son business.

Toutefois, si l’on n’a pas ces connaissances, mais qu’on a l’énergie et une bonne idée à laquelle on croit, alors il suffira de savoir s’entourer.

Ce qu’il faut pour entreprendre avec assurance.

Il faut avoir un certain savoir-être. Un créateur d’entreprise est très souvent une personne seule ou qui peut avoir un grand sentiment de solitude lorsqu’il est confronté à certaines difficultés. Il faut donc :

  • Développer sa capacité à gérer le stress,
  • S’ouvrir pour aller au-devant de personnes compétentes ou tout simplement qui aideront à transmettre leurs propres expériences.

Ensuite, quand tout va bien, que les affaires roulent et que l’avenir semble radieux, le créateur peut tomber dans une zone d’euphorie qui pourrait l’amener à prendre de mauvaises décisions ou tout simplement à ne plus se remettre en cause. Là aussi, s’ouvrir, se rendre curieux, aller au-devant des expériences d’autres créateurs est très important.

Passer par une école de commerce pour mieux entreprendre 

Une école de commerce n’est pas du tout obligatoire, mais c’est un gros « plus ». Nous vivons dans un monde très normé, dans lequel les évolutions techniques et technologiques remettent en question les process, les méthodes. L’humain change aussi beaucoup et le salarié d’aujourd’hui n’a pas les mêmes attentes que celui d’hier.

Lorsqu’on lance son entreprise, il faut souvent développer un business plan pour convaincre un investisseur ou une banque. Toutes ces dimensions de la vie de l’entreprise sont étudiées dans une école de commerce. Je ne parle pas non plus de la plus grande évidence: vendre son produit, son service, son concept… tout cela est étudié et éprouvé concrètement dans une école de commerce comme l’EGC Lille.

Entrepreneur "Grande école" VS entrepreneur autodidacte

L’entrepreneur formé a une connaissance de son environnement. Il peut donc anticiper les difficultés, éviter certains pièges. C’est un peu comme si vous me demandiez s’il faut aller dans une école de tire pour chasser. Dans l’absolu, non… Mais si ça vous évite de dépenser cent cartouches pour prendre votre premier lapin, c’est mieux.

Trois conseils aux jeunes qui ont un projet d’entrepreneuriat 

1 - Y croire
2 - Y croire
3 - Y croire.

Le mot de la fin

Entreprendre est une aventure. C’est un chemin difficile, mais tellement épanouissant!

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire