REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

Différence entre EBIT et EBITDA

Vous confondez l’EBIT et l’EBITDA d’une entreprise ? Vous ne savez pas à quoi correspond chacun de ces termes et à quoi ils servent ? Vous voulez savoir comment les calculer et connaitre leur différence pour ne plus jamais les confondre ? Cet article vous donne toutes les clés pour ne plus faire l’erreur !

Ebit et Ebitda

Qu’est-ce que l’EBITDA ?

Tout d’abord, intéressons-nous à l’EBITDA. Celui-ci est un indicateur financier qui pourrait être comparé à l’EBE (Excédent Brut d’Exploitation) en France, mais dont la définition varie en fonction des pays. Il provient d’ailleurs de l’anglais « earnings before interest, taxes, depreciation and amortization » et pourrait être traduit en français par « bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements » (BAIIA). En France, nous utilisons rarement le terme de BAIIA, mais plutôt EBITDA qui représente les revenus d’une entreprise avant les déductions des impôts, des intérêts, des dotations aux amortissements et des provisions sur immobilisations.

Celui-ci a été inventé aux Etats-Unis pour déterminer les résultats économiques d’une entreprise, afin de comparer les créations de richesse des différentes entreprises d’un même secteur. Lorsqu’un EBITDA est positif, cela traduit la rentabilité d’une entreprise (celle-ci créé donc de la valeur) sans prendre en compte les bénéficiaires de ces revenus. En effet, l’EBITDA n’inclut pas les financements, les investissements ou encore les taxes. En revanche un EBITDA négatif est la traduction d’une entreprise non rentable.

Pour tout savoir l’EBITDA, consultez notre fiche pratique : https://www.my-business-plan.fr/ebitda

Le calcul d’un EBITDA

Pour réaliser le calcul d’un EBITDA, vous aurez besoin des chiffres présents dans le compte de résultat d’une entreprise. Ce calcul est donc réalisé une fois pas an à la fin d’un exercice comptable. Il peut être calculé à partir de deux formules : l’une qui inclut le chiffre d’affaires et l’autre le résultat net. 

  • EBITDA = Chiffre d’affaires hors taxes – charges externes – charges du personnel – autres charges
  • EBITDA = Résultat net + charges d’intérêts + charges d’impôts + amortissements et provisions

Ces formules ne sont pourtant pas normalisées, elles peuvent donc varier entre les entreprises et en fonction des années. Les formules citées ci-dessus sont celles que l’on utilise dans la plupart du temps et elles aboutissent au même résultat. L’EBITDA correspond par ailleurs au résultat opérationnel courant (ROC) plus les charges nettes.

Dans un second temps, nous verrons que l’EBIT se calcule à partir de l’EBITDA, mais en prenant en compte des amortissements. 

Exemple sur l'EBITDA

Prenant l’exemple d’une entreprise avec différentes données dont nous allons calculer l’EBITDA grâce aux deux méthodes énoncées plus haut. 

1ère méthode sur l'EBITDA (méthode soustractive) :

Une entreprise présente un chiffre d’affaires hors taxes de 2 500€, des charges externes de 900€ (dans lequel on a prit en compte les autres charges) et des charges du personnel de 600€. 

Ici, EBITDA = 2500 - 900 - 600 = 1 000 €

2ème méthode sur l'EBITDA (méthode additif) : 

Cette même entreprise présente dans son compte de résultat des charges d’intérêts de 80€, des impôts et taxes de 150€, des dotations aux amortissements et dépréciations de 130€ et enfin un résultat net de 640€. 

Ici, EBITDA = 640 + 80 + 150 + 130 = 1 000 €

On obtient effectivement le même résultat avec les deux méthodes. L’entreprise est ici rentable puisque l’EBITDA est positif.

Différence de l’EBITDA avec l’EBE

Nous avons vu plus haut que l’EBIDTA pouvait s’apparenter à l’EBE. Cependant, il subsiste quelques différences que nous devons noter. Dans l’EBE, nous ne prenons pas en compte la participation des salariés pour le calcul, alors qu’il est soustrait de l’EBITDA. De plus, nous constatons la même logique avec les produits et charges exceptionnels qui ne sont pas prit en compte dans l’EBE mais qui sont inclus dans le calcul de l’EBITDA. Dernière remarque : les provisions d’exploitation sont intégrées dans le calcul de l’EBE mais ne le sont pas pour le calcul de l’EBITDA.

Qu’est-ce que l’EBIT ?

L’EBIT est un autre indicateur financier dont le sigle signifie « earnings before interest and taxes ». En français, on le traduit par le BAII (bénéfice avant intérêts et impôts). Celui-ci correspond au chiffre d’affaires net (après la soustraction des charges d’exploitation comme les charges salariales, les achats de matières premières…). Comme dit plus haut, l’EBIT s’apparente à l’EBITDA mais avec la soustraction des dotations en amortissements et provisions. En France, nous le considérons comme le résultat d’exploitation d’une entreprise (à l’inverse du bénéfice net puisqu’il ne prend pas en compte les impôts sur les bénéfices et les charges et produits financiers). 

Tout l’intérêt de cet indicateur réside dans le fait que celui-ci informe sur les ressources créées par une entreprise sur une année. Il existe des cas pour lesquels l’EBIT peut être positif mais le résultat net négatif. On peut traduire cette situation par le fait que cette entreprise reste rentable en dépit de charges financières conséquentes. 

Le calcul d’un EBIT

Un EBIT se calcule notamment à partir de l’EBITDA d’une entreprise. En effet, il faut ici prendre l’EBITDA et lui soustraire les dotations aux amortissements et provisions. Nous pouvons également trouver ces données dans le compte de résultat de l’entreprise. Nous pouvons noter ici que l’EBIT peut être calculé en valeur absolu, mais il peut aussi être intéressant de la calculer en pourcentage. La méthode de calcul énoncée ici fonctionne, mais il existe deux autres formules qui permettent d’obtenir le même résultat. Voici toutes les formules pour calculer l’EBIT :

  • EBIT = EBITDA – dotation aux amortissements et provisions
  • EBIT = Chiffre d’affaires hors taxes – charges d’exploitation – dotation aux amortissement et provisions
  • EBIT = Résultat net + charges financières + impôts et taxes +/- profits et charges exceptionnels

Pour tout connaitre du compte de résultat prévisionnel, lisez cet article : https://www.my-business-plan.fr/compte-resultat

Exemple sur l'EBIT

Dans cet exemple, nous allons calculer l’EBIT avec les données citées dans l’exemple précédent, pour les 3 méthodes de calcul.

1ère méthode sur l'EBIT (à partir de l’EBITDA) : 

On reprend l’EBITDA de 1000€ et les dotations aux amortissements et provisions de 130€.

EBIT = 1000 -130 = 870 €

2ème méthode sur l'EBIT (méthode soustractive) :

Pour le calcul, nous avons ici besoin du chiffre d’affaires de 2 500€, des charges d’exploitation de 1 500€ (600 + 900) et des dotations aux amortissements et provisions de 130€.

EBIT = 2500 -1500 – 130 = 870€

3ème méthode sur l'EBIT (méthode additive) : 

Enfin, pour la dernière méthode, nous avons besoin du résultat net de 640€, des charges financières de 80€ et des impôts et taxes de 150€.

EBIT = 640 + 80 + 150 = 870€

Dans les 3 cas, nous tombons sur le même résultat. Vous pouvez choisir la formule la plus adaptée pour vous en fonction des données que vous possédez. 

A quoi servent l’EBIT et l’EBITDA ?

L’EBIT et l’EBITDA sont dans la plupart des cas utilisés pour comparer les performances financières des entreprises d’un même secteur. Ils peuvent notamment permettre de calculer la valorisation de ces entreprises. En effet, on multiplie soit l’EBIT soit l’EBITDA d’une entreprise par un facteur (généralement entre 1 et 6), puis on ajoute à cela la trésorerie nette.

Toutefois, comme leurs formules peuvent varier, chaque entreprise peut choisir de garder ou non certains éléments pour leur calcul. Par exemple, certaines charges peuvent être ajoutées ou non dans le calcul, de même pour les crédits d’impôt… C’est pourquoi il faut toujours vérifier les formules de calcul de ces deux indicateurs avant de les comparer entre les entreprises.

Les différences entre l’EBIT et l’EBITDA

Les deux ratios financiers que nous venons de voir sont proches l’une de l’autre, à la principale différence que l’une prend en compte les dotations aux amortissements et provisions (l’EBIT) mais pas l’autre (l’EBITDA). Ainsi l’EBIT aura toujours une valeur inférieure à celle de l’EBITDA.

Concernant les amortissements et les provisions qui différencient l’EBIT et l’EBITDA, ils représentent les « épargnes » qui ont été acquis par l’entreprise au fil des années, pour continuer la production de biens et services. Ainsi, on peut comprendre que l’EBIT détermine la performance économique de l’exploitation, tenant compte de la perte de valeur encaissé par les facteurs de production de la période considérée.

Les deux principaux inconvénients de l’EBIT et de l’EBITDA résident dans le fait que leur formule ne sont pas normalisées et que celles-ci changent en fonction du classement des produits et charges dans le compte de résultat.

Conclusion

Ainsi, l’EBIT et l’EBITDA sont deux ratios financiers qui se ressemblent sur plusieurs points mais qui ont un principal point de divergence. Ils possèdent plusieurs méthodes de calculs qui se recoupent et donnent des informations sur la performance financière des entreprises. L’EBITDA a aussi des points communs avec l’EBE, mais ici aussi, nous constatons des divergences. Ces deux indicateurs anglais peuvent néanmoins être associés aux BAIIA (pour l’EBITDA) et BAII (pour l’EBIT) en français.

Pour connaitre les autres ratios financiers du business plan, lisez cette fiche pratique : https://www.my-business-plan.fr/ratios-financiers-business-plan

Ajouter un commentaire