REJOIGNEZ MY BUSINESS PLAN SUR Facebook Twitterflux rss sur le business planLinkedin my business plan

Startup Contest : concours de business plan pour micro entreprises

Publie le 20 Février 2013 15:47

Startup contest et business plan

Les concours de business plan permettent aux entrepreneurs qui démarrent de se faire connaître, accompagner et conseiller, en vue de maximiser leurs chances de réussite. Didier Barbet a fondé la fédération des auto-entrepreneurs, organisme à but non lucratif, en charge de la promotion du succès de l’auto-entreprise au-delà de nos frontières. D’abord entrepreneur autodidacte, puis formé à l’Essec, il est à la tête d'une régie publicitaire qui pilote la promotion de l’entrepreneuriat en France. Dans ce cadre, il a lancé le Startup Contest, un concours de business plan ouvert aux créateurs d’entreprises de 0 à 20 salariés. Dans cette interview, il nous parle du concours et nous expose sa vision du business plan. 

 

Origine et objectifs du « Startup Contest »

Dès le lancement du dispositif fiscal et social simplifié, certains médias, responsables politiques et organisations syndicales se sont acharnés à attaquer les auto-entrepreneurs. Choqué par cet acharnement, j’ai pris le parti de mettre en valeur le succès des auto-entrepreneurs, de communiquer positivement à la fois sur le régime et sur les personnes. C’est de là qu’est née l’idée du Startup Contest.

Il existe de grands auto-entrepreneurs, et ceux-ci doivent être considérés à leur juste valeur. Depuis l’année dernière le Startup Contest s’est donné une nouvelle mission : celle de valoriser les auto-entrepreneurs qui ont l’ambition de créer de l’emploi en développant leur activité. Contrairement aux idées reçues, il existe beaucoup d’exemples d’auto-entrepreneurs qui se développent, créent du chiffre d’affaires, des emplois et n’ont pas en retour la reconnaissance qu’ils méritent.

L’un des plus beaux exemples en la matière est celui du créateur d’Evo Portail, société de conseil et d’accompagnement des auto-entrepreneurs, qui emploie aujourd’hui une quinzaine de personnes et réalise un chiffre d’affaires de 1 800 000 €.

Le concours de décompose en 4 étapes phares :

  • L’appel à candidatures, qui a lieu du 1er Janvier au 31 Décembre de chaque année.
  • La sélection de finalistes chaque trimestre
  • La remise de prix lors du salon de la micro-entreprise en octobre.
  • Le dîner de gala en Décembre ou en marge du salon des entrepreneurs en février à Paris

 

L’incubateur du Startup Contest, un « accélérateur d’ambition »

La participation au Startup Contest ouvre les portes de notre incubateur en ligne. Cet « accélérateur d’ambition » est un réseau social, construit pour mettre en relation les entrepreneurs avec les médias et les professionnels de l’accompagnement. Il intègre la valorisation des individus, la valorisation du besoin, l’identification de l’état d’avancement des projets et facilite la mise en relation avec des investisseurs (business Angels, leveur de fonds…).

Nos partenaires sont soigneusement sélectionnés, en fonction de leurs compétences, et nous orientons systématiquement les incubés vers des « personnes de valeur ». L’entrée en incubation donne lieu à la remise de « chéquiers » aux entrepreneurs, où nos partenaires proposent des coupons de réduction, des offres gratuites ou promotionnelles dans différents domaines (financement, formation, accompagnement, services, produits, conseils, expertises).

 

Réussir son business plan : optez pour la simplicité

Une de mes premières idées était de vulgariser les pratiques entrepreneuriales, pour les rendre accessibles aux personnes qui n’ont pas la formation pour. L’idée était d’offrir aux autodidactes l’opportunité de créer leur entreprise, en utilisant des supports reconnus par les professionnels de l’accompagnement. Notre vision du business plan est inspirée ce cette recherche de vulgarisation et de simplicité.

Un bon business plan doit avant tout être sincère et lucide. Je suis souvent étonné de constater que nombre de business plans sont truffés de « copier-coller ». Il n’y a rien de pire qu'un business plan dissocié de la personnalité de l’entrepreneur. Cela saute aux yeux, notamment lors du pitch, où l’on constate un écart important entre la qualité du business plan et celle du pitch.  

Selon moi, un bon business plan doit contenir au minimum 3 axes essentiels, argumentés :

  • L’étude de marché
  • Le business model
  • Le budget prévisionnel

Si ces trois aspects ne sont pas ou peu traités, le business plan ne sera pas retenu. Aujourd’hui, nous poussons les entrepreneurs à se tourner vers une nouvelle forme de business plan, à mon sens beaucoup plus opérationnels, que j’appelle l’approche « SAM » : Stratégie, Action, Moyens.

 

Réussir son pitch : simplicité, clarté, concision

Un pitch doit respecter la règle des 3C :  clair, court et concis. Il ne doit pas excéder 120 mots, ni durer plus d’une minute. L’entrepreneur doit se poser la question suivante : comment, en une phrase,  mettre en évidence le marché, le besoin et la réponse au besoin pour que la personne en face de vous vous tende sa carte plutôt que l’inverse.

Lors d’une précédente édition du Startup Contest, j’ai le souvenir de deux pitchs sur des projets similaires, mais avec deux approches radicalement différente. L’une fastidieuse et floue, l’autre redoutablement efficace.

Les deux entrepreneurs présentaient des projets de produits de défiscalisation : Le premier passe 5 minutes à parler de son cursus, de ses études et des diplômes qu’il a obtenus. Il se lance dans des explications détaillées sur son projet, rendant difficile sa compréhension et perdant l’attention de son auditoire. Le deuxième candidat prend le micro et déclare « Bonjour, je suis effaceur d’impôts, merci de passer me voir à la fin. »

Au final, c’est bien ce deuxième candidat qui a été le plus sollicité à l’issue des présentations, et qui a le plus suscité l’intérêt des investisseurs. Cet exemple illustre parfaitement qu’il n’est pas nécessaire « d’en faire des tonnes », et que la carte de l’originalité et de l’humour peut vous permettre de vous démarquer et de capter l’attention de votre interlocuteur. Soyez efficaces, sortez du lot !  


Conclusion

A mon sens, les meilleurs projets sont ceux issus des entrepreneurs qui ont su faire appel à des aides extérieures, à l’inverse de ceux qui, par peur de se faire « piquer » leur idée, n’osent rien dévoiler et s’enferment dans leur projet.  Plus vous irez chercher de l’aide, plus vous solliciterez d’avis extérieurs, de professionnels,  voire de vos propres concurrents, plus vous ferez avancer votre projet et plus vous serez en mesure d’identifier les risques et menaces qui pèsent sur lui. Communiquez, échangez, partagez, vous multiplierez vos chances de réussite !


Vous avez aimé cette interview ? Partagez-la sur les réseaux sociaux ! 

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire