"Dans la vie ne pas reconnaître son talent c’est faciliter la réussite des médiocres’"

Publie le 09 Juin 2015 16:09

Vous envisagez de lever des fonds, mais vous avez du mal à vous décider. Quand faut-il prendre cette décision? quels sont les avantages d'une levée de fonds? Comment gérer la période qui suit la réussite d'une levée de fonds? Quel est le rôle d'un business plan? Comment rassurer les investisseurs? Olivier FIGON a répondu à nos questions.

Interview d'Olivier FIGON sur la levée de fonds

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une levée de fonds réussie

En charge des opérations et directeur général de Search 'XPR, il a un parcours qui a croisé la Chine pendant 20 ans. Olivier Figon a une formation en finance et informatique. Il possède une expérience de plus de 25 ans dans les systèmes d’information et les nouvelles technologies et il vient de clôturer une importante levée de fonds.

La décision de faire une levée de fonds 

Une entreprise passe par différents stades de développement qui nécessitent obligatoirement d’être financés ; en particulier lorsqu’il s’agit de porter sur le marché une innovation technologique. Si sur le principe, l’entrepreneur peut s’autofinancer c’est bien sûr mieux, mais même dans ce cas-là la levée de fonds peut avoir un intérêt pour accélérer le mouvement et/ou partager le risque.

Je considère qu’il y a une seule question à se poser avant de faire une levée de fonds : à quelle hauteur êtes-vous disposé à vous diluer ? Pour tous les autres points vous n’avez pas la main tant que vous n’êtes pas de plain-pied dans le stade de développement (au sens que les financiers accordent à ce mot).

Les avantages d'une levée de fonds

La première levée de fonds nous était indispensable pour financer le passage du concept au prototype puis le passage du prototype au produit. Ces deux phases sont des périodes pendant lesquelles l’entreprise ne fait que dépenser et n’engrange pas encore de recettes.

Dans ce contexte la première levée de fonds ressemble un peu au calcul du moins mauvais compromis entre financement et dilution pour simplement passer un cap, sachant que faire appel à des fonds pour financer le prototypage est forcément périlleux en termes de valorisation financière, laquelle peut être très défavorable aux fondateurs. Il y a un avantage si la levée se fait sur un bon ratio : vous placez la barre pour les discussions futures. Dans ce contexte lever les premiers fonds auprès d’un ‘industriel’ de votre secteur est peut être intéressant s'il reste minoritaire. C’est ce qui s’est passé dans notre cas.

Le droit à l'information des actionnaires 

Il y a les investisseurs interventionnistes et ceux qui vous laisseront gérer, affaire de niveau de confiance et de rapport de force ; mais les ‘non interventionnistes’ vous rattraperont de toute façon si vous n’êtes pas au rendez-vous. Ils ont un droit d’information, c’est cela le plus important, qui vous contraint à suivre votre activité et à anticiper … donc c’est une très bonne chose même si on avait l’impression de le faire déjà avant !
 

Un point fondamental aussi : des gens avec qui vous avez bataillé pendant des mois et qui vous ont donné mille raisons de les maudire, deviennent comme par enchantement du jour au lendemain vos alliés et se trouvent subitement avec le même objectif que vous : valoriser le plus possible la société au tour suivant. Sinon pour rester serein, un seul conseil : soyez fermes avec vos partenaires financiers.

Le rôle du business plan auprès des investisseurs

Notre vision du business plan en tant que tel est qu’il sert essentiellement aux financiers à filtrer les dossiers car rien ne remplacera la discussion en face à face. Même si vous avez envie de jouer le décalage dans le business plan, tenez-vous en à la présentation classique car sinon votre dossier ne pourra pas être traité efficacement.

Ensuite si vous passez ce cap, si le business plan a la structure attendue ce sera un facteur de réassurance mais le choix se fera sur des aspects bien moins rationnels comme le feeling, le parcours des fondateurs et une très bonne recommandation extérieure (le plus important !).

Les points forts et les points faibles de votre business plan qui lève des fonds

Le point fort essentiel de notre business plan tenait à sa structure : tous les points attendus dans un business plan étaient présents : l’histoire, la vision, la technologie, l’analyse du marché, la stratégie, les prévisions, les données financières, l’équipe, les facteurs clés de succès. Son point faible : les comptes prévisionnels insuffisamment détaillés, sous l’angle comptable et centres de profit notamment (spécialement le calcul de la rentabilité par produits) ; ne pas hésiter à travailler avec un expert-comptable ou un expert en business plan pour améliorer ce point.

Pour rassurer les investisseurs

Pour rassurer les investisseurs, il n'y a rien de mieux que d'être clair et ferme sur ‘comment vous voyez vous-même votre sortie’.

Les 3 conseils aux entrepreneurs qui se préparent à lever des fonds

Avant de lever des fonds en France auprès de fonds d’investissement,

  1. Allez frapper à la porte de BPI France et soyez sûrs d’avoir épuisé toutes les voies de financement que cette institution peut vous apporter.
  2. Triplez le temps que vous pensez que cela va prendre.
  3. Privilégiez les acteurs locaux.

Le mot de la fin 

J’aime bien cette phrase d’Audiard : ‘Dans la vie ne pas reconnaître son talent c’est faciliter la réussite des médiocres’ ; qu’elle inspire les entrepreneurs lorsqu’ils iront affronter leurs bailleurs de fonds.

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire