Le business model selon Youssef Rahoui, fondateur de Madmagz

Publie le 17 Juin 2013 10:52

Le business model de Madmagz

Du nouveau dans notre dossier sur les business model, une interview de Youssef Rahoui, fondateur de Madmagz. Après une carrière de presque 10 ans dans le web, cet ancien élève de Rouen Business School, foncièrement entrepreneur, a décidé de se lancer dans la création d'entreprise. Madmagz est un site Internet qui permet de créer son magazine numérique ou papier, de façon très simple. 

Madmagz en une minute

En ligne depuis janvier 2010, le site compte plus de 120 000 utilisateurs : professionnels, associations, écoles, particuliers… 
Le Monde, Nouvel Observateur, Les Échos, Stratégies, BFM, Le Midi Libre, Les Inrocks… : avec plus de 200 citations médias, Madmagz a fait le buzz ! Cette innovation mondiale est soutenue par des organismes publics (INPI, Oséo…) et des investisseurs privés : la société a levé 300 000€ depuis son lancement. Madmagz est une société française basée à Paris. Cette idée est venue au fondateur en observant ce qui existait déjà sur le net. Il était facile de publier tous types de contenu sans expertise: Vidéo, musique, photo...Pourquoi pas un magazine ?

Le business model de Madmagz 

Le business model de madmagz est celui du freemium. Le principe est qu'une partie du service est gratuite et que des fonctionnalités plus poussées sont payantes. En effet, n'importe qui peut créer son propre magazine. Cependant, l'impression et la livraison, la création du magazine au format PDF ou encore le fait d'héberger son magazine sur le web font parties des options payantes. C'est en partie grâce à une large communauté d'uitlisateurs, près de 120 000, que le modèle freemium est efficace. Dans ce modèle économique, la part d'utilisateurs premium est souvent très faible. En général, les utilisateurs "free" représentent 90% de la totalité des adeptes du service. C'est pourquoi, certains leviers doivent être optimisés: le nombre d'utilisateurs total et le taux de conversion premium. Ainsi, plus il y aura d'utilisateurs et plus le taux de conversion premium sera élevé et donc plus la société génèrera du cash.

Youssef Rahoui, note aussi qu'il réflechit à un système d'abonnement. L'avantage de l'abonnement est qu'il apporte une récurrence dans les entrées d'argent, ce qui est plutôt bon pour la trésorerie de la société. L'abonnement peut également apporter une forme de fidélisation des utilisateurs. 

Points forts et points faibles du business model

POINTS FORTS

Premier point fort. C'est un business model scalable. Qu'entend-t-on parle là ? C'est la capacité du modèle à s'adapter au rythme de la demande et à être dupliqué sans générer des coûts proportionnels à ce développement. C'est à dire que si le nombre d'utilisateurs augmente de 20%, les coûts ne vont pas nécessairement augmenter ou alors peu. En général , au fur et à mesure que le business va grandir le taux de marge va s'améliorer. 
 
Deuxième point fort. C'est un business model rentable, ce que l'on demande d'ailleurs à tout bon business model. 

POINTS FAIBLES

Premier point faible. Il n'y a pas de système qui permette une récurrence des utilisateurs dans le service. C'est pourquoi, le fondateur pense à mettre en place un système d'abonnement comme vu précedemment.

Deuxième point faible. D'après Youssef Rahoui, le service n'est peut-être pas assez adapté aux différentes cibles (entreprises, particuliers, scolaires…).
 

Les conseils de Youssef Rahoui

Concernant la façon de trouver un business model adéquat, quels conseils donneriez-vous aux entrepreneurs ?

• "Sortir très vite un produit minimal mais viable (minimum viable product) et le mettre dans la main de ses prospects". Ce concept développé par Eric Ries consiste à faire tester son produit relativement tôt pour valider sa viabilité, tout ça à moindre coût. 

• "Regarder ce que font les concurrents, mais également les services éloignés de l'activité, demeurant proches dans l'approche "marché"".Regarder ce que font les sociétés qui marchent est toujours un très bon moyen de nourir sa réflexion. L'enjeu est de savoir adapter ce qui se fait ailleurs, à son organisation.

Le mot de la fin

"Songez vision pour inspirer, équipe pour conquérir et trésorerie pour tenir. La première chose dont il faille ensuite s'obséder, c'est de sortir un produit et s'assurer de ce qu'il plaît à une cible significative (taille, revenus, facilité à adresser…). Le business model vient en second lieu et découlera de tout cela."
 
Voici un très bon conseil de Youssef Rahoui, et vous qu'en pensez-vous ?

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire